Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 19:12

La photo de l’enfant kurde mort sur une plage fait le tour de la planète. Comment ne pas être bouleversé ! Mais l’indignation, l’émotion ne suffisent pas en politique comme le rappelle Chantal Delsol dans Le Figaro du 4 septembre 2015 :

Celui qui ne serait pas capable de s'indigner devant le mal et le malheur serait un cynique et un esprit amoral. On dit « un sans cœur ». L'image qui fait le tour du monde, d'un petit garçon de trois ou quatre ans sans vie, couché dans la vague de la plage, suscite l'horreur et la compassion indignée de tous ceux qui la découvrent. (...). Le drame de l'immigration qui se déploie sous nos yeux effarés, ce n'est pas avant tout des suites de chiffres, de la rhétorique et des prologues, mais c'est avant tout une réalité terrible, dont l'image de cet enfant mort traduit l'expression la plus fidèle. L'émotion devant la réalité terrible engendre l'indignation (…). Il faut pourtant ajouter que l'émotion est loin de suffire, parce qu'elle est sélective, parce qu'elle est manipulable, parce qu'elle oblitère la pensée et la paralyse. On ne doit pas récuser l'émotion indignée .On ne peut pas non plus considérer qu'elle a le dernier mot. Elle peut susciter l'engagement moral de la part de ceux qui auparavant ne se sentaient pas concernés par un mal ou un malheur. Mais sans la réflexion qui doit la suivre, elle n’engendre que de la moraline et certainement pas de la morale.

En l'occurrence ,la terrible photo ne devrait pas nous faire perdre la tête ni perdre notre capacité de raisonnement. La presse européenne, presque unanime voudrait tirer de cette photo la démonstration que nous sommes des monstres inhumains, puisque incapables d'empêcher cette infamie. (…). La revue de presse du Courrier international titre « Pour l'Europe, que vaut la mort d'un enfant migrant ? », comme si l'image traduisait évidemment notre indifférence au drame qui se joue… La vérité est que bien des drames se déroulent dans le monde et aussi chez nous, que nous parvenons difficilement à solutionner. Et celui-ci est majeur. Les médias européens dans leur grande majorité, voudraient des gouvernements qui ouvrent les frontières sans restriction. C'est pourquoi en ce moment s'offrent à nous prioritairement deux images celle de l'enfant mort image de la victime absolue et celle du mur hongrois, image du Mal absolu.(…) La presse espère par cette image « réveiller la conscience » des Européens dixit le journaliste du Soir qui probablement n'habite pas les bas quartiers de Calais.

Il semble que les Européens aient une conscience bien éveillée à cet égard. Allez dire aux habitants de Calais qu'ils n'ont pas de conscience !(…). Brandir cette photo est une manifestation de bonne conscience, comme quand il s'agissait de brandir le Je suis Charlie dans tous les bureaux Voyez comme je suis moral ! Ce qui signifie au fond : Je suis du bon côté, je m'indigne quand il faut !...

Il y a là une instrumentalisation de l'image terrible, qui met le cœur au bord des lèvres.

On dirait bien qu'on se saisit de ce pauvre enfant pour encore une fois nous faire la morale et nous asséner que nous sommes des monstres parce que nous osons prendre en compte ce qu'est la politique. La politique consiste à protéger une société et à lui permettre de perdurer.

Évidemment, cela ne doit pas se faire à n'importe quel prix et surtout pas au détriment de la morale universelle. Mais la question que doivent se poser les gouvernants européens est certainement celle-ci : où se trouve l'équilibre entre l'exigence morale de l'accueil des réfugiés et l'exigence politique de protection des sociétés européennes ? Les médias voudraient nous faire croire, la photo de ce pauvre enfant à la main, que la question politique s'est évanouie devant la question morale. Or c'est faux.

Aucune société constituée ne peut échapper à la question politique.(…)

Il faut bien s'interroger sur la capacité des gendarmes du mode que nous sommes à faire régner un ordre juste. Plutôt que de dire que nous n'avons pas de conscience morale, dire que nous avons manqué à la politique. Que nous avons manqué de discernement (par exemple en courant en Libye n'importe comment au son des grands discours à la mode), que nous manquons de courage devant Daech comme nous avons en son temps manqué de courage devant Hitler.

Il nous faut viser au plus pressé pour accueillir ceux qui frappent à nos portes et sont en train de mourir sur les plages et en même temps il nous faut rétablir une politique étrangère raisonnable et courageuse afin d’'éviter la continuation ininterrompue de cette vague migratoire dans le futur proche. Ce ne sont pas les objurgations de la bonne conscience qui résoudront  quoi que ce soit même en brandissant l'image de ce pauvre enfant (…).

Merci à EVR

Partager cet article

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article

commentaires