Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 17:15

Trop tard pour beaucoup.

L'humeur de Pasquin : Pas envie ? 

L'humeur de Pasquin : Pas envie?

Non pas envie de rentrer, de retrouver l’actualité, les images, les bavardages, les experts qui expliquent, les politiques qui expliquent, les journalistes qui expliquent. Se confronter à l’insécurité physique, économique. Voir se délabrer un peu plus le pays et ses institutions, pas envie. Sentir l’irrépressible progression de Daech, les chrétiens d’Orient, les migrants, la déforestation, le réchauffement du climat, la disparition des espèces menacées, la protection des bonobos, la malbouffe, l’huile de palme, Vincent Lambert, les manipulations génétiques, le capitalisme frénétique, le commerce de fœtus du Planning Familial et… toujours François Hollande, Manuel Valls, Taubira, pas envie ! Ben non, pas envie de rentrer pour retrouver tout ça alors qu’avec trois pieds de tomates, deux poules, un peu de soleil, de rosé frais et de l’amitié, la vie en août s’écoule joyeusement. Le lait de la ferme, les légumes du voisin, les poissons du retour de pêche, les coquillages ramassés, Papa et son barbecue maçonné en vieilles pierres et Maman et ses deux après-midi jardinage chapeau de paille de toujours pour tailler trois rosiers chétifs, nous font croire un instant à l’âge d’or de la douceur autarcique. En août nous croyons qu’il suffit qu’un ado avec un vieux t-shirt « Manif pour tous » sonne, au 15 août, les cloches de la chapelle de la propriété familiale en l’honneur des chrétiens d’Orient pour que le monde change. Allons, nous tous, le repos c’est bien mais le quiétisme, au-delà de l’hérésie, c’est l’ennui garanti ! Au boulot. Évidemment que nous avons envie de rentrer : il y a tellement de choses à faire. C’est notre temps à nous catholiques. Il y a une chrétienté à rebâtir et c’est maintenant… Bon courage.

Selon une tradition populaire de Rome, Pasquin était un tailleur de la cour pontificale au XVe siècle qui avait son franc-parler. Sous son nom, de courts libelles satiriques et des épigrammes (pasquinades) fustigeant les travers de la société étaient placardés sur le socle d’une statue antique mutilée censée le représenter avec son compère Marforio à un angle de la Place Navona et contre le Palais Braschi.

Ce billet a été publié dans L'Homme Nouveau, je commande le numéro

Partager cet article

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Récré
commenter cet article

commentaires