Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

29 novembre 2015 7 29 /11 /novembre /2015 10:30

Dans cette période d’une exceptionnelle gravité, le président Hollande en appelle à l’unité nationale. Les français ont peur. Mais, dans le désarroi général actuel, comme l’écrivait Simone Weil dans L’enracinement, en 1949 : « De remède, il n’y en a qu’un : donner aux français quelque chose à aimer . Et leur donner d’abord à aimer la France . Concevoir la réalité correspondant au nom de France de telle manière que, telle qu’elle est, dans sa vérité, elle puisse être aimée de toute son âme ». Voici un texte qui décrit la personnalité de la France :

 

« La patrie française a su parfaitement concilier de manière efficace et harmonieuse les divers éléments qui lui ont donné une personnalité admise aussi bien par les étrangers que par les nationaux.

Géographiquement, la France se trouve située de telle manière que «l'hexagone» a pu longtemps paraître comme l'expression territoriale du juste milieu : situé dans une zone tempérée, ce cap apparaît à la fois comme le résumé, le carrefour et l'aboutissement de l'Europe. Les ethnies les plus diverses ont arrêté dans ce « finistère » leur course au soleil; la plupart s'y sont fixées même quand il s'agissait d'errants du sol (les Francs) ou de la mer (les Normands). Il en fut ainsi de tous ces envahisseurs, conquis en quelques générations par le pays où il fait bon vivre, et ou la nature est à la mesure de l'homme.

 A partir du noyau d'Ile de France, grâce à leur puissance politique et militaire, et à leur habileté diplomatique, les dynasties et leurs ministres ont rassemblé et conservé ces divers éléments. Le pouvoir royal était alors religieusement consacré : l'obéissance et l'attachement au roi apparaissaient en ces temps de ferveur religieuse comme acte de foi et devoir de chrétien.

Quelques différents qu'ils eussent été dans leurs principes, les régimes ultérieurs devaient continuer cette action unificatrice. Cette œuvre, toujours menacée, s'est opiniâtrement poursuivie, portée et renforcée par un puissant facteur d'union, la langue française.

De ce moyen de communication rationnelle, il a pu être dit qu'il instaurait dans la trame même de l'esprit une certaine conformité de pensée et d'expression, d'habitude et d'attitudes.

Grâce à ce que Michelet appelle un «puissant travail de soi sur soi», se sont élaborés un certain accord sur de grands principes de l'existence, un compromis harmonieux et efficace entre l'autorité de Etat et la liberté du citoyen, entre l'affirmation des devoirs et l'expression des droits ; c'est à ce style de vie que participeront les nouveau arrivants.

Portés par des éléments naturels (géographiques, linguistiques, historiques...) des états d'âme sont nés, assez généraux et assez puissants pour exprimer, renforcer et maintenir l'unité nationale.

Ce qui exprime avant tout l'unité de cet ensemble français, c'est une âme commune forgée par un long passé de gloires, d'espérances, d'échecs et de victoires, d'où résulte une certaine conception de l'homme et du monde. Cette âme vit de la conscience d'un avenir commun, voulu dans la ligne et l'expérience du passé, mais vivifié et transformé par les exigences du présent.

Certes, nulle nation n'est exempte de traverses, voire de catastrophes. Mais c'est notre fierté d'avoir su les surmonter à l'aide de notre patriotisme.

C'est notre fierté que d'avoir arrêté sur notre sol plusieurs invasions qui menaçaient la chrétienté. En dépit, grâce même à ces difficultés qui ont contribué à stimuler les énergies et à faire naître dans un sursaut national les héros nécessaires, nous avons réalisé et maintenu notre unité.

C'est notre fierté que d'avoir su, mieux que nulle autre nation, conjuguer sur un fond celtique les apports des civilisations gréco-latine, chrétienne, humaniste et technique, où chacun, français ou étranger, s'insère sans peine et s'épanouit comme il convient.

C'est notre fierté que d'avoir offert au monde les figures de proue, écrivains et savants, qui ont orienté son évolution. Aussi tenons-nous à ce capital d'orgueil et de traditions, à ce patrimoine national qui est à la fois le bien de chacun et la chose publique.

On peut même trouver dans l'esprit critique et le mécontentement si fréquent chez les Français, la forme d'une ambition toujours orientée, en ce qui concerne la France, vers un idéal jamais satisfait. Mais, face au danger, la «doulce France» sait relever le défi. Délaissant son apparente insouciance, stimulée par sa susceptibilité et son amour propre, elle fournit dans l'épreuve la pleine mesure de son élan et de sa force. Audace, bravoure, panache, générosité, autant de traits de la fierté française qui lui assurent son renom de par le monde. Autant de traits qui contribuent à donner à la France sa personnalité. »

 

in Les valeurs fondamentales du patriotisme français,1961, repris dans la revue Permanences de Mai-Juin 2007

Merci encore à EVR.

Afficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article

commentaires