Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 08:09

Encore en kiosque en octobre, puis via Internet.

L’idéologie américaine. Éditorial de Philippe Conrad (NRH n°86. Dossier : Aux sources de l’exception américaine – 1620-1917)

Les Américains se préparent à élire en novembre un nouveau président – ou, pour la première fois, une présidente – et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce scrutin sera à nul autre pareil.

Barack Obama, premier occupant noir de la Maison-Blanche, a déjà créé la surprise en 2008 et rêvé d’ouvrir une nouvelle phase « postraciale » de l’histoire des États-unis. Mais, huit ans plus tard, son bilan n’apparaît guère convaincant et le « populisme », longtemps contenu par les appareils politiciens et les milieux financiers et médiatiques qui les soutiennent, a plus que jamais le vent en poupe. Ce dont témoignent les succès inattendus rencontrés par Bernie Sanders dans le camp démocrate et par Donald Trump, sorti vainqueur des primaires républicaines. une éventuelle victoire de ce dernier constituerait sans nul doute une rupture historique majeure et un choc géopolitique de grande envergure.

NRH n°86. Dossier : Aux sources de l’exception américaine - 1620-1917

NRH n°86. Dossier : Aux sources de l’exception américaine – 1620-1917

Il apparaît donc plus urgent que jamais d’analyser et de comprendre les idées, les mythes et les représentations qui ont, au cours des trois derniers siècles, construit une « exception » américaine qui combine l’affirmation d’une identité nationale tout à fait particulière et un messianisme moralisateur à prétention universelle. La communauté de destin qui semblait unir l’Amérique et l’Europe – sur fond d’adhésion à la démocratie représentative, de prospérité matérielle garantie par le progrès technique et la libre entreprise, de défense, durant tout le temps de la guerre froide, contre la menace soviétique – n’apparaît plus aujourd’hui aussi évidente qu’hier, alors que sont désormais mis en cause nombre d’éléments majeurs du « modèle » états-unien.

L’identité des colonies anglaises établies sur la côte orientale de l’Amérique du nord s’est d’abord fondée sur le rejet de l’Europe qu’avaient fuie les dissidents religieux ou les populations poussées par la misère. C’est vers une nouvelle terre promise que ces protestants venus d’Angleterre ou de Hollande font voile au XVIIe siècle et c’est la Bible qui constitue la référence religieuse et morale de ces premiers colons, prompts à considérer qu’ils forment un nouveau « peuple élu » bénéficiant d’une prédestination d’origine divine. Comme John Winthrop, ils sont convaincus qu’ils vont bâtir « la cité sur la colline » qui fera figure de modèle pour toute l’humanité. Cette inspiration religieuse demeure un élément structurant de l’identité états-unienne, des Pères pèlerins aux revivals successifs et jusqu’à l’évangélisme contemporain.

La suite...

Partager cet article

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans en Kiosque
commenter cet article

commentaires