Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 23:05

Silence assourdissant

Download PDF

Pour bien souligner son mépris à l’égard du cardinal Robert Sarah, qui revient en France signer son nouveau livre sur « La Force du Silence » (il sera à Versailles le 5 novembre), la conférence des évêques de France fait l’éloge sur son site internet d’un ouvrage consacré au… silence !

Mgr Hubert Herbreteau, évêque d’Agen et Président de l’Observatoire Foi et Culture commente le livre Histoire du silence. De la Renaissance à nos jours d’Alain Corbin. Cet ouvrage a été publié en avril 2016 et c’est donc plus de 6 mois après, au moment où le cardinal publie son livre sur le silence, qu’il faut parler de cette histoire… :

« Alain Corbin est un historien français spécialiste du XIXe siècle en France. Les livres qu’il a publiés constituent une sorte d’anthropologie historique. Il a travaillé sur l’histoire sociale et l’histoire des représentations. Il est qualifié d’« historien du sensible », et son approche sur l’historicité des sens et des sensibilités est vraiment novatrice.

Dans son dernier livre Histoire du silence. De la Renaissance à nos jours (Éditions Albin Michel, Paris, 2016), Alain Corbin indique en prélude quel est son propos : « L’évocation, dans ce livre, du silence passé, des modalités de sa quête, de ses textures, de ses disciplines, de ses tactiques, de sa richesse et de la force de sa parole peut contribuer à réapprendre à faire silence, c’est-à-dire à être soi. »

Dans un premier chapitre, l’historien fait l’inventaire des lieux privilégiés où peut s’opérer l’écoute du silence. La maison tout d’abord. Il est des maisons qui respirent le silence. Au XIXe siècle apparaît l’exigence d’avoir une chambre particulière, un espace à soi. Alain Corbin cite, par exemple, l’écrivain et poète Rilke qui trouve le bonheur « dans la chambre silencieuse d’une maison familiale, entouré d’objets calmes et sédentaires, à écouter les mésanges s’essayer dans le jardin d’un vert lumineux, et au loin l’horloge du village » (Les Cahiers de Malte Laurids Brigge, Paris, Seuil, coll. Points, 1966, p. 43). L’analyse du silence d’une chambre demande que l’on s’intéresse au décor, aux objets, aux personnes ou des animaux qui sont, en ce lieu, en affinité avec le silence.

Il y a aussi le silence des églises et des cathédrales. Alain Corbin cite Max Picard, philosophe suisse de la fin du XIXe siècle, qui déclare dans un livre intitulé Le Monde du silence : « La cathédrale est comme du silence incrusté dans la pierre », elle se dresse « comme un énorme réservoir de silence ». Bien entendu, dans les églises un lien très fort unit le silence à la liturgie.

Un second chapitre aborde les silences de la nature. ... la suite...

Partager cet article

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article

commentaires