Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 18:26

L’Assemblée vient de voter « en urgence » le 16 février une loi visant à "l'extension du délit d’entrave" contre l' IVG . Cette loi veut rendre illégaux les sites qui feraient une information sur l'IVG de nature à faire une "pression psychologique" auprès des femmes. "Désinformations", "manipulations", "apparence officielle",  "tromperie", "culpabilisations des femmes", etc... sont les arguments employés.

 

Tous les propos tenus par Mmes Touraine, Rossignol  et ses amis visent directement notre site et induisent le fait que nous chercherions à tromper volontairement notre lectorat par des informations fausses. Notre action d’information et de prévention sur les risques de l'IVG à l’égard des femmes ne peut pas être dénigrée aussi grossièrement. C’est pourquoi le site ivg.net proteste énergiquement contre cette entrave à l'information pluraliste.  Le gouvernement veut avoir le monopole de l'information par son site ou par celui du planning familial. Il porte atteinte à notre intégrité morale. Pour montrer combien la désinformation est en fait du côté du gouvernement, nous avons relevé Les 8 mensonges sur l'IVG dans le site «officiel»  www.ivg.gouv.fr :

 

1/ Il n'y a pas de conséquences psychologiques après une IVG. 

 

Réponse du gynécologue Philippe Faucher sur le site du gouvernement : « La majorité des études scientifiques sérieuses qui ont été publiées sur le sujet montrent qu’il n’y a pas de séquelle à long terme psychologique de l’avortement. Il n’y a pas de syndrome post-traumatique qui persisterait à distance, plusieurs années après un avortement. » 
 

Faux !  Des centaines d’études scientifiques qui ont été publiées dans les revues internationales depuis plus de 30 ans attestent l'existence de ces souffrances à court et long terme. Le Professeur René Ecochard du CHU de Lyon vient de compiler une partie de ces études dont la méta-analyse réalisée par Priscilla K. Coleman publiée en 2011 dans le British Journal of Psychiatry  qui de son côté fait une synthèse  portant sur 22 études, 36 critères et 877.181 femmes (dont 163.831 ayant fait une IVG). Des études controversées existent certes bien dans un sens ou un autre mais ne peuvent pas changer sérieusement le large consensus sur cette question.
 

2/ Nos témoignages seraient « trompeurs », « faux » « culpabilisants », etc... 

 

Faux :  ... Lisez la suite... 

Partager cet article

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Pour la vie
commenter cet article

commentaires