Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 09:53

 

L'objection de conscience, la grande oubliée des municipales...Alors que nous ne sommes plus qu’à quelques encablures des municipales, la campagne reste morne. Çà et là on parie sur les chances du Front national, on suppute la défaite des « partis de gouvernement », on compte les morts sur les listes, enfin on cherche des responsables à la pollution.

Rien ou presque, nulle part, sur la fameuse question qui a habité toute l’année passée, celle du mariage étendu aux couples de personnes du même sexe et sur le cas de conscience qui en est né pour les maires et leurs adjoints, en tant qu’officiers d’état-civil : sont-ils tenus d’exécuter ces unions quand, dans leur âme rationnelle, ils en réprouvent le principe ? Sinon à Fontgombault, ce petit village de l’Indre bien connu des catholiques pour sa florissante abbaye bénédictine, fille de Solesmes, où le conseil municipal dans son entier a déclaré que jamais il ne célèbrerait de telles unions, un peu partout ailleurs des modus vivendi ont été trouvés, un adjoint accommodant se dévouant en général pour assumer le « mariage ». Mais les élections de dimanche prochain étant appelées par définition à renouveler les équipes au pouvoir dans les 36 000 communes françaises, la campagne eût pu être l’occasion de remettre le sujet sur le tapis, dans la suite du grand mouvement de la Manif pour Tous.

Las ! On dirait que la question a été passée par pertes et profits. Parmi les maires ou impétrants que l’on eût pu imaginer, soit qu’ils fussent chrétiens, soit qu’ils se rattachassent à un véritable humanisme, sensibles à la question, peu nombreux sont en vérité ceux qui ont eu l’audace d’évoquer publiquement leur débat intérieur. C’est le cas de la tête de liste de Versailles Famille Avenir, Fabien Bouglé (photo), qui n’hésite pas à prendre le taureau par les cornes : « La liberté de conscience (et, donc, l’objection de conscience), affirme-t-il, est inhérente à l’Homme et ne dépend pas en tant que telle du Conseil constitutionnel. La capacité de l’Homme de refuser de collaborer à un acte objectivement gravement injuste lui appartient, même si on la lui dénie juridiquement. La loi naturelle prime ici sur le droit positif. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article

commentaires