Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 11:19


Querelle sur le gender

par Gérard Leclerc

mardi 4 février 2014


Une grande querelle s’est emparée des esprits ces derniers temps et il semble qu’elle ne cesse de gonfler. D’une certaine façon, l’affaire est assez cocasse, parce qu’à entendre certains, cette querelle concernerait quelque chose qui n’existe pas. On aura reconnu, bien sûr, le gender. Il n’y a pas de théorie du gender, répètent en boucle ceux qui entendent montrer que les militants de la Manif pour tous sont partis en guerre contre des moulins à vent. On peut certes en discuter, mais il y a quand même un fait préalable. Lorsque Vincent Peillon, notre ministre de l’Éducation nationale, écrit, par exemple, que « les stéréotypes de genre doivent être remis en question dès l’école primaire », il faut croire qu’il accorde à la notion de genre une certaine réalité. Alors pourquoi nier qu’il y a un problème et donc un sujet de discussion ?

Bien sûr, on peut raffiner et opposer études universitaires de genre (gender studies)et théorie du genre mais même en ce cas, il faudrait s’expliquer sur la signification de ce concept et sur le caractère central qui est devenu le sien dans les études universitaires. Il faut bien s’accorder sur un minimum de définitions et donc envisager l’origine, la réflexion, la construction intellectuelle qui ont conduit à faire d’une telle notion la clé omniprésente de la recherche dans le champ des sciences humaines. On dira sans doute qu’il n’y a pas qu’un seul usage du mot genre, qu’il y a diverses constructions possibles. Moi je veux bien, mais je constate qu’il est bel et bien impossible de se sortir de cette problématisation qui constitue le foyer obligé de toute approche de l’histoire des hommes et des femmes.

Toute la militance féministe et homosexuelle depuis les années soixante s’est servie de ce que Judith Butler appelait le trouble dans le genre pour mener son combat et déconstruire la relation homme-femme normatisée. Nous n’en sommes pas sortis, et il faut bien constater qu’aujourd’hui l’autorité et la puissance de l’État se sont mises au service de cette conception militante et l’ont fait entrer de force dans l’école de nos enfants.

Chronique lue sur Radio Notre-Dame le 4 février 2014.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Pour la vie
commenter cet article
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 09:12

 

Jamais la morale publique n’est tombée aussi bas, et jamais nos hommes politiques n’ont tant parlé de morale. Il n’est pas une semaine où l’on n’entende un refrain, y compris dans la bouche de notre nouveau président de la république, sur la défense des « valeurs de la République », de la « morale républicaine ». Ces expressions méritent que l’on s’y arrête. Est-il légitime, acceptable qu’il y ait des valeurs attachées à la République ? Autrement dit, est-il acceptable qu’un système de gouvernement des peuples engendre des valeurs morales ? Rien n’est plus opposé à la conception chrétienne de l’Etat et des rapports entre les pouvoirs spirituel et temporel que cette allégation.

Malheureusement, nous y sommes tellement habitués que nous n’y prenons pas garde. Pourtant il faut être conscient des soubassements idéologiques de ces formules qui fondent le totalitarisme démocratique. Ce régime est une véritable religion laïque, défendant le dogme du relativisme éthique, fondée sur les principes de la Révolution française, en opposition absolue avec le catholicisme.

La juste analyse de ce qu’est la démocratie religieuse conforme aux souhaits des “Lumières” et la pratique politique de la Révolution, nous permettent de mieux percevoir aussi la logique profonde de certaines initiatives gouvernementales ou municipales en matière d’éducation civique. Depuis quelques années, se sont développés en France les conseils municipaux d’enfants, fonctionnant à l’image des institutions municipales de notre pays. De même, une fois par an se réunit à Paris une assemblée de députés d’enfants. Il s’agit de développer le sens civique des enfants, en leur montrant le mécanisme de nos institutions démocratiques. Le sens profond de ces initiatives apparaît clairement. La pratique habituelle des institutions démocratiques fera de bons citoyens français. L’éducation civique se réduit à l’éducation démocratique. Les jeunes Français ne sont plus « fils de France », mais « fils de la République ».

Nous assistons à la même logique dans les relations internationales, où la mise en place d’institutions démocratiques est censée amener la paix dans le monde. Ainsi, le très sérieux quotidien « Ouest-France » s’interrogeait, il y a quelques mois, sur les causes des massacres du Rwanda. L’éditorialiste ne cachait pas sa surprise de voir un peuple s’entre-tuer, alors que la démocratie avait fait de gros progrès !!!

De même, lors des derniers sommets franco-africains, le président François Mitterrand a clairement affirmé que l’aide financière au développement était subordonnée aux progrès démocratiques des Etats africains.

Cet aspect profondément moral et éducatif de la démocratie est également présent dans les grandes actions militaires menées récemment par l’ONU ou les Américains. Le vocabulaire onusien mérite notre attention. L’opération en Somalie était intitulée « restaurer l’espoir ». Quant à l’opération militaire américaine en Haiti, elle s’appelait « soutien à la démocratie », alors qu’il s’agissait de ramener au pouvoir le Père Aristide, religieux théologien de la libération, renvoyé de son ordre.

Quand les rois de France se battaient contre la famille des Habsbourg, ils faisaient la guerre pour défendre les intérêts français. Quand Jeanne d’Arc entreprit de « bouter l’Anglais hors de France », elle n’eut besoin d’aucune autre justification. Ces hommes et ces femmes de notre Histoire luttaient pour le bien commun de la patrie, un point c’est tout.

En revanche, aujourd’hui, l’ONU, ainsi que la plupart des pays européens, se considèrent investis d’un rôle éducatif consistant à répandre dans le monde entier le modèle politique et moral de la démocratie libérale. Il n’est pas étonnant de voir que ce sont les mêmes puissances qui agissent ainsi et qui, lors de la conférence du Caire, voulaient promouvoir l’avortement comme méthode universelle de contraception dans le monde. Le colonialisme de la démocratie révolutionnaire et le colonialisme du “relativisme éthique” vont de pair.

Jean de Viguerie

Lisez l'article complet La démocratie totalitaire .

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 08:55

 

semeurs-joyeux-copie-1.jpg

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Initiatives
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 23:24

 

CRIME ET CHATIMENTd’après F. Dostoievski, Du vendredi 17 janvier au dimanche 09 février 

STOLYPINE-TOLSTOÏ, Mise en scène de Vladimir Mirzoev, Du 12 au 14 février 

A l'Atalante à Paris.

Et bientôt, LES FRERES KARAMAZOV, à La Cartoucherie, à Paris, à partir de mars.

 


Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Scène
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 21:14

 

facebook

  " On ne comprend absolument rien à la civilisation moderne si l'on n'admet pas

d'abord qu'elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure. "

 Georges Bernanos

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 18:11

 

esperance 120214

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Initiatives
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 14:39

 

Lunacek, le rapport qui envisage "plus de deux parents pour les enfants", au Parlement européen ce soir

Bon résumé du Figaro sur les horreurs que demande le rapport Lunacek, la feuille de route LGBT qui doit être examinée au Parlement européen ce soir :

"«Brussels, leave our kids alone»(Bruxelles, laisse nos enfants tranquilles), proclamait une banderole dimanche au cœur du défilé de la Manif pour tous. Une référence à la «Feuille de route de l'UE contre l'homophobie et les discriminations fondées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre», ou rapport Lunacek - du nom d'une eurodéputée autrichienne -, qui devrait être examiné au Parlement européen à partir de lundi soir. Ce rapport fait bondir la Manif pour tous, qui dénonce un «détournement des droits de l'homme au profit des militants LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels, intersexes)». Près de 200 000 citoyens européens ont signé une pétition contre ce texte.

Le rapport d'Ulrike Lunacek, vice-présidente de l'intergroupe-LGBT du Parlement européen, «invite les États membres à réfléchir à des moyens d'adapter leur droit de la famille aux changements que connaissent actuellement les structures et les modèles familiaux» et à «inclure la possibilité que les enfants aient plus de deux parents (tuteurs légaux), car cela ouvrirait la voie à une meilleure reconnaissance des familles arc-en-ciel». Il «demande aux États membres de garantir l'accès des femmes célibataires ou lesbiennes aux traitements de procréation médicalement assistée». Enfin, il agite le chiffon rouge du «genre» à l'école, en invitant les États membres à «favoriser un enseignement objectif des questions concernant l'orientation sexuelle, l'identité de genre et l'expression du genre».

Même si cette résolution n'est pas juridiquement contraignante, elle «fera l'objet d'une utilisation orientant les États membres vers la légalisation du mariage, de l'adoption, de la procréation médicalement assistée et de la gestation pour autrui (mères porteuses) pour les couples de même sexe», s'inquiète la pétition en ligne. «L'homophobie doit être dénoncée et combattue partout en Europe, mais ne doit pas être exploitée à des fins idéologiques par les promoteurs du concept d'identité de genre, rappelle de son côté la Manif pour tous. Il faut aussi laisser les États membres se positionner comme ils l'entendent, selon leur culture propre, dans le respect des textes européens et du principe de subsidiarité».

Le rapport «ne mentionne aucun droit spécial et n'affectera pas la liberté d'expression, réplique l'intergroupe-LGBT du Parlement européen. Il fait des suggestions pour s'assurer que les personnes LGBT jouissent des mêmes droits fondamentaux que tous les autres citoyens. Le rapport mentionne l'identité de genre, qui est une caractéristique individuelle, tout comme l'âge, l'origine ethnique ou l'orientation sexuelle». Après avoir fait barrage, il y a quelques semaines, au rapport Estrela sur les droits génésiques et sexuels, la Manif pour tous espère obtenir le rejet du rapport Lunacek. «Ce lobby gay ne peut parler au nom de tous les homosexuels!, s'indigne Jean-Pier Delaume-Myard, porte-parole du collectif et auteur de Homosexuel contre le mariage pour tous. Nous voulons être reconnus en droit pour ce que nous sommes, des hommes et des femmes, et non en fonction de notre orientation sexuelle, qui relève de notre vie privée.»"

Lu ICI

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Pour la vie
commenter cet article
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 01:22

Le débat interdit : La théorie du genre existe-t-elle ?

Pour aller plus loin et plus en profondeur, l'excellente tribune du jour est signée François-Xavier Bellamy, sur son blog.

 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Pour la vie
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 23:24

 

Ce soir sur la chaîne D8. Aucun rapport avec l'actualité.

  •  
  • 22h35
  • dimanche
    02
    février
Les barbouzes777
  • Film d'espionnage de Georges Lautner (1964)
  • Avec : Lino Ventura, Bernard Blier, Francis Blanche, Jess Hahn, Mireille Darc, Noël Roquevert, 
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 10:41

 

DEPÊCHE AFP | RÉACTIONS À L’ISSUE DE LA MANIF POUR TOUS DU 2 FÉVRIER 2014

manif-pour-tous1Plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Paris et à Lyon à l’appel de La Manif pour Tous ce dimanche 2 février. Comme lors des précédentes éditions, de graves violences ont éclaté à la dispersion du cortège.

Manuel Valls, Ministre de l’Intérieur : « Je tiens à souligner le professionnalisme des forces de l’ordre qui, face à des groupes factieux d’extrême droite, ont fait preuve de beaucoup de sang-froid. Aujourd’hui, j’ai une pensée particulière pour le CRS qui s’est fait rouler sur le pied par une poussette double. A l’heure où je vous parle, 5.342 personnes sont en garde-à-vue pour des faits graves. La répétition de ces débordements pose clairement la question de l’autorisation de ces manifestations. »

la suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Pour la vie
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 10:27

 

Vous l'avez peut être remarqué.

Depuis hier, les grands medias présentent "la manif pour tous" de ce dimanche en commençant presque tous par dire "Manuel Valls ne tolérera aucun débordement etc...".

C'est une vieille technique : pour faire peur et dissuader de participer; pour permettre à Manuel Valls de dire ensuite, si "débordement" il y a : "vous voyez, on vous l'avait bien dit".

(Re)lisez "La désinformation, arme de guerre" de Vladimir Volkoff. Il n'est pas en poche.

 

►►
BFMTV.COM
►►
BFMTV.COM
►►
BFMTV.COM

Le Parisien

Le Point

20minutes.fr
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 20:43

 

IDEOLOGIE DU GENRE : stéréotype par-ci, stéréotype par-là, comprendre la notion de STEREOTYPE  pour mieux la réfuter !  

 Les idéologues du gender parlent souvent de stéréotypes et disent vouloir les déconstruire. Que revêt cette notion ? En quoi cette notion est importante dans le projet de ces idéologues ?

En fait les féministes de la culture du gender ont transformé en stéréotypes, dans le but stratégique de pouvoir les déconstruire, les réalités de l'homme et de la femme.

 

Evidemment notre culture aurait rejeté une attaque frontale contre la maternité, la paternité, la féminité, la masculinité, toutes choses que les pro-genre entendent déconstruire dans le cadre de leur projet.

 

Les avocats du gender ont aussi transformé en stéréotypes sexistes (stéréotypes de genre, ou stéréotypes sexuels) :


  • La féminité et la masculinité : êtres, rôles, gestes, remarques, attitudes, dons, apparences, habits, métiers.... féminins et masculins

  • La maternité et la paternité

  • la famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme, constituée d'un père, d'une mère et de leurs enfants

  • l’homme, le père et l’autorité paternelle

  • le corps sexué féminin ou masculin (mode des nouveaux-nés neutres : ni-garçon, ni-fille)

  • la rationalité masculine et l’empathie féminine (voir les travaux passionnants du Professeur Simon Baron-Cohen : http://terrain.revues.org/1703 )

Lu sur NdF

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Pour la vie
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 13:04

se présente ...

VENEZ LE 2 FÉVRIER - TEASER 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Initiatives
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 13:01

 

Les faits
ABCD de l'Egalité
ABCD de l'Egalité
Expérimenté dans 10 académies, l'ABCD de l'Egalité vise à « déconstruire les stéréotypes de genre » dès le plus jeune âge. Ce programme amène à nier toute différence entre garçons et filles et détruit tout repère élémentaire des enfants. Cette expérimentation dure depuis novembre dernier et jamais les parents n'ont été informés.
Plus d'infos
Brochure SNUIPP
Recommandations du SNUipp-FSU
Le SNUipp-FSU, syndicat d'enseignants, publie un dossier « Éduquer contre l’homophobie dès le primaire » préconisant de questionner les enfants sur les « stéréotypes de genre ». Ce document propose un grand nombre de livres et activités pratiques visant à casser les stéréotypes en place pour en instituer de nouveaux. Il prescrit de ne pas demander l’autorisation des parents.
Des livres
Des livres dès la petite section
Des livres comme « Papa porte une robe », « Tango a deux papas », « L’histoire du petit garçon qui était une petite fille », « Le petit garçon qui aimait le rose », « La nouvelle robe de Bill » sont édités à destination des plus petits et leur lecture est recommandé par le SNUipp-FSU.
TomBoy
Tomboy, film militant
Dans le cadre du programme Ecole et Cinéma, le film TomBoy est diffusé dans certaines classes du CE2 au CM2. Ce film militant raconte l’histoire de Laure, une petite fille qui se fait passer pour un garçon auprès de ses nouveaux voisins.
Ligne Azur
La ligne Azur
L'association "Ligne Azur" promue par le ministère prétend que l’identité sexuelle n’est qu’un simple sentiment d’appartenance à un sexe. Aucune référence à l’anatomie ou à la biologie n’est faite pour fonder l’identité sexuelle d’une personne. Des brochures "Tomber la culotte" ou des cartes postales parfois très explicites ([1] [2]) sont distribuées aux adolescents.
 
http://www.pasunerumeur.com/
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Pour la vie
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 09:04

Pas vue à la télé

Béatrice Bourges plus déterminée que jamais

 

Vu sur  Le salon beige

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Pour la vie
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 10:24

 

 "Ecrire un commentaire" permet de réagir aux articles, en toute courtoisie

La "Newslettter", c'est pour s'abonner et être informé des nouveaux articles

Le direz-vous à vos amis ?

 Merci.

P1070440.JPG

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Petrus Angel
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 09:00

 

Le kibboutz Kiryat Yedidim fut fondé en 1920 dans ce qui était alors la Palestine sous mandat britannique avec l’objectif avoué de réaliser une égalité parfaite entre les hommes et les femmes. Pas un système de rotation sur les différents postes de travail, uns et les autres réalisaient exactement les mêmes travaux, manuels ou non. Les enfants étaient également éduqués sans aucune distinction et préservés du monde extérieur. Filles et garçons dormaient dans les mêmes dortoirs et prenaient les douches ensemble. On veillait à ce qu’ils aient les mêmes jouets, l’enseignement qui leur était donné était identique et l’éducation qu’ils recevaient était expurgée de tout ce qui pouvait apparaître comme un stéréotype.
Et puis les choses se dégradèrent. Arrivées à l’adolescence, les filles commencèrent à se rebeller contre le fait de se dénuder devant les garçons et obtinrent des douches à part et dans les chambres mixtes, les uns et les autres ne se déshabillaient plus en même temps. Un peu plus tard, en 1951, des sociologues venus étudier le modèle de Kiryat Yedidim constatèrent que les enfants de cette première génération n’avaient pas assimilé les cours sur les stéréotypes. Quand par exemple on donnait un ballon à des garçons, ceux-ci persistaient à imaginer un jeu de compétition tandis que les filles y trouvaient plus un prétexte pour un jeu de rôles.
La suite, avec les commentaires,  ICI
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Pour la vie
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 02:26

 

    François Hollande a été reçu par le pape François. Dans son allocution après l'entretien, le président de la république s'est situé au-dessus des religions dans la grande tradition de la laïcité française. A ce propos, voici un texte (1) de Jean Ousset, fondateur de la Cité Catholique - dont on commémore cette année le centenaire de la naissance et les 20 ans de la mort - et dans lequel il nous parle des rapports de la politique et de la religion.

 

  Rapports de la politique et de la religion. Rapports du "royaume de Dieu" et de la  "cité charnelle". Problèmes délicats et toujours controversés !

  Combien d'erreurs ces difficultés ont entrainées au cours des siècles .

Et aujourd'hui même combien s'inquiètent du péril toujours possible de la "temporalisation d'une fin, en réalité transcendante", sinon d'une identification du "royaume de Dieu", avec telles structures politiques et sociales d'un Etat, fût-il chrétien.

  Pendant qu'à l'opposé, d'autres erreurs tendent à séparer religion et vie publique ; soit par haine de la religion et pour combattre son influence dans la Cité ; soit par amour pusillanime de l'Eglise, et crainte de la voir bousculée, inquiétée si elle sort du sanctuaire. Le résultat étant de part et d'autre un naturalisme politique et social de plus en plus profond. Dieu chassé de la vie publique, soit par haine, soit pour épargner son Eglise, mais toujours au plus grand profit de la Révolution.

  Ainsi perdons-nous de vue l'unité de l'univers; vivants dans un monde double, dont chaque partie serait coupée de l'autre : univers spirituel et univers temporel. Ecartelés, deux fins nous sollicitent, et ce que nous consacrons à l'une nous semble perte pour l'autre.

  II n'est pas rare même que notre interprétation du "rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu" nous incite à poursuivre certes cette fin qui est Dieu, mais en considérant César comme étranger au plan divin et, partant, inutile à notre progression spirituelle.

  Autrement dit : César nous paraît désigner un ordre en marge de notre fin divine, ordre qui ne relève pas de Dieu. Domaine ordonné à une fin non seulement distincte mais pratiquement indépendante de la fin dernière et suprême de la Création.

  Authentique manichéisme d'un univers divisé entre deux maîtres : le monde de Dieu et le monde de César.

   L'ironie veut même que l'explicite reconnaissance des droits de César par l'Evangile - "...quae sunt Caesaris Caesari ..." (2) - soit fréquemment rappelée par cette catégorie de chrétiens pour lesquels il semble, par ailleurs, hors de propos que César, lui, ait à rendre à Dieu quelque chose.

  Quoi d'étonnant à ce que l'ordre temporel, l'ordre civique et politique apparaisse comme en marge de l'ordre divin ? Objet d'une corvée, servitude des choses d'ici-bas, poids mort, obstacle, sinon perte de temps et d'énergie dans la poursuite de "l'unique nécessaire". Dangereuse diversion sur la seule voie spirituelle du salut.

(...) Comme si César n'appartenait pas à Dieu, ne relevait pas de Dieu, n'avait pas, à sa manière, à tendre vers cet unique but qui est la gloire externe de Dieu par le salut des âmes.

  Que tout soit relatif, mais relatif à Dieu, seul principe et seule fin de tout le créé; telle est la notion fondamentale sans laquelle l'ordre humain se disloque, écartelé entre divers centres d'intérêts dont rien ne permet d'indiquer la hiérarchie et les justes relations.

(...) Qu'une "chose", surtout, aussi spécifiquement humaine, aussi importante que la politique, la vie sociale, puisse rester à l'écart de cette universelle perspective, cela est impensable et frise l'absurde. Cette fin divine et personnelle de l'homme, raison d'être des "choses qui sont sur la terre", ne peut pas ne pas être aussi raison d'être de la Cité.

  L'ordre civique et politique n'est pas, ne peut pas être en marge de l'ordre créé, et comme en état d'indépendance par rapport à la fin suprême de la Création.

  Si, comme l'a dit Saint Paul, "Haec est enim voluntas Dei, sanctificatio vestra" (3), il devient clair que la valeur des "choses qui sont sur la terre" ne peut s'établir qu'en fonction de ce but fixé par la volonté divine.

  Partant, à la poursuite de cette fin, la politique ne peut qu'être un "moyen".

  Plus d'opposition entre Dieu et César. Plus d'univers double. En une seule vision tout apparaît en place et dans l'ordre. Une seule volonté, une seule préoccupation : la gloire de Dieu, le salut des âmes.

  Bien que distinct du "spirituel" (et en un certain sens : autonome), César n'est qu'une tumeur maligne, un cancer de la Création s'il n'y est un "moyen" (direct ou indirect) au service de la seule fin. Et, s'il a une valeur réelle, il n'a, il ne peut avoir que la valeur de son importance au service de la dite fin.

1 - Permanences N°331 d'avril-mai 1996,  extrait de "Fondements de la Cité", pp. 121 à 124.

2 - Matt. XXII, 21. Marc XII, 17. Luc XX, 25.

3 - Thess. IV, 3. "La volonté de Dieu est que vous deveniez des saints ".

 

Merci à EVR

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 01:20

       

Je ne veux pas être rééduqué

Le 21 janvier, en la fête de sainte Agnès, morte martyre en défense de sa foi et de sa virginité, et anniversaire de l’assassinat de Louis XVI, nos députés ont voté dans le soir parisien l’extension de l’avortement. Ces choses-là se font toujours nuitamment, histoire de ne pas voir la réalité de la détresse que l’on croit faire disparaître ainsi d’un coup de crayon législatif.

La novlangue à l'œuvre

Dans son édition du lendemain, Le Figaro publiait un précis éloquent de la novlangue socialiste à l’œuvre. Amusant et terrible ! Selon le nouveau langage utilisé par le gouvernement, on ne dit plus « être enceinte » mais « être en état de grossesse médicalement constaté ». Vos enfants n’iront plus à l’école maternelle, mais à « la première école ». Le gouvernement ne veut pas « détruire l’identité sexuée », mais « déconstruire les stéréotypes de genre ». Les couples homosexuels ne sont pas dans l’impossibilité de procréer mais nous sommes « confrontés à l’infertilité sociale ». Soixante-cinq ans après la parution de 1984 d’Orwell nous sommes en plein dedans : entre virtualisation au maximum et déconstruction massive. Les déclarations offensives sur l'absence de l'enseignement de la théorie du genre à l'école le montrent amplement. 

Rééducation à grande échelle

Face à cette rééducation à grande échelle, les incantations générales sur les mauvais catholiques que nous serions ne suffisent pas. Que chacun voit dans son particulier avec son confesseur ! Mais soufflez sur les braises de notre foi appauvrie s’avère nécessaire pour que nous arrivions à incarner, même socialement et politiquement, les vérités naturelles et surnaturelles dont nous sommes les héritiers. Le temps de la tiédeur doit finir. Réveillons-nous !

Philippe Maxence le 30 janvier 2014 dans l'Homme nouveau

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 10:23

Lu sur "le salon beige"  


Vous avez dit légume à gommer ?

Pendant que certains s'acharnent à vouloir tuer Vincent Lambert, un lecteur attire notre attention sur un témoignage entendu ce matin sur RTL dans l'émission de Yves Calvi à 8h30.

Le témoignage de cette rescapée des soins intensifs est bouleversant... Elle raconte que bien qu'étant dans le coma, elle était consciente et entendait toutes les conversations et ressentait toutes les vibrations autour d'elle. Elle était comme prisonnière de son corps, encéphalogramme plat et les médecins la disaient condamnée à mourir !

C'est l'amour de ses proches et la présence de sa fille à ses côtés qui a vu une larme couler sur sa joue qui l'ont sauvée. Son témoignage a fait l'objet d'un ouvrage : Une larme m'a sauvée.

Posté le 29 janvier 2014 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Pour la vie
commenter cet article