Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 21:37

 

" Nous n'avons pas besoin d'une religion qui ait raison là où nous avons déjà raison. Ce 

dont nous avons besoin, c'est d'une religion qui ait raison lorsque nous avons tort. "

L'Eglise catholique et la conversion

Repost 0
Published by ISP - dans Religio
commenter cet article
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 21:32

 

 

brown-2.jpg

" C’est officiel ! La troisième Table-Ronde consacrée à G.K. Chesterton aura lieu cette année, le mardi 11 octobre, au Centre Georges Bernanos, 4 rue du Havre, 75009 Paris, de 19h00 à 21h30. Nous célébrerons cette année le centenaire du Father Brown. Lancé sur la scène publique en 1910, le premier recueil des histoires du Father Brown fut publié en 1911. Un centenaire à ne pas manquer. "

 

Repost 0
Published by ISP - dans Initiatives
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 22:16

Face à la maladie et à la souffrance de son enfant, le bonheur est-il possible ?

Radio Notre Dame en partenariat avec l'Office Chrétien des Personnes Handicapées

Anne Dauphine Julliand, auteur de “Deux petits pas sur le sable mouillé” Ed. Les Arènes

Philippe de Lachapelle, directeur de l'Office Chrétien des personnes Handicapées

Sylvie Rommel, psychologue clinicienne, et mère de Matthieu, un jeune homme devenu tétraplégique à la suite d'un accident

"La Voix est Libre" est à reécouter ... ICI

 

Repost 0
Published by ISP - dans Pour la vie
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 18:06

 

C'est la première étape 1 du Parcours Ichtus - Jean-Paul II : 

la Doctrine sociale de l’Eglise en action

Découvrir que l’homme a été fait à l’image de Dieu pour aimer ; que la liberté est nécessaire à l’amour ; la nature de l’homme et la loi naturelle ; la recherche de la vérité ; la source ultime des droits de l’homme... bref, découvrir l’éminente dignité de la personne humaine.

par Bruno de Saint-Chamas

A l’espace Bernanos
11h-13h au 4, rue du Havre 75009 Paris 
Métro Saint-Lazare ou Havre-Caumartin 
Contact : 01 47 63 77 86

Cliquez ici pour vous inscrire


Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 20:32
Repost 0
Published by ISP - dans Initiatives
commenter cet article
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 20:24

 

 

Une visite haute en couleurs... et en anecdotes, 

 par Marie-Françoise Ousset.

RV à 15h à l’entrée principale du cimetière, face à la rue de la Roquette. 

Métro Père-Lachaise ou Philippe-Auguste,  PAF : 5 €.

pere-lachaise-003.1215917547.jpg

Inscription au 01.47.63.77.86

 

Repost 0
Published by ISP - dans Regard
commenter cet article
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 15:49

 

De Bagdad à Jérusalem : L'Orient indiscret

Calvaire des chrétiens de Mossoul en Irak

Par Georges Malbrunot le 20 septembre 2011 

chrétiens mossoul.jpg Une délégation de l'association Fraternité en Irak a séjourné pendant deux semaines à Mossoul et Kirkouk durant l'été. L'un de ses membres, Benoît Camurat, nous décrit les épreuves endurées par la minorité chrétienne, face à la violence qui sévit dans le nord du pays. 

Quel était le but de votre séjour auprès des chrétiens d’Irak ?

 
Benoît Camurat : «Avec les dix jeunes qui m’ont accompagné pendant deux semaines cet été, nous avons convoyé 368 kilos de médicaments à Mgr Louis Sakho, l’évêque chaldéen de Kirkouk, qui les a ensuite distribués à l’hôpital de la ville au profit des chrétiens mais aussi des musulmans, à la veille du ramadan. Nous sommes en effet convaincus que pour aider les chrétiens d’Irak, il faut également aider la majorité musulmane au sein de laquelle ils vivent. Nous voulons encourager les chrétiens à rester sur leur terre et non pas à émigrer en Europe ou ailleurs. D’ailleurs, ce qui nous a impressionné au cours de ce voyage, c’est leur volonté de demeurer en Irak. Certes quelques uns veulent partir, mais la majorité des chrétiens savent que la vie en Europe est difficile, ils ne se font pas d’illusions.» 

Dans quel état d’esprit les avez-vous trouvés ? 

Benoît Camurat : «70% des chrétiens d’Irak ont quitté leur pays depuis la guerre de 2003. Mossoul que nous avons visitée est la ville où la situation des chrétiens est la plus dramatique. Il n’y reste plus que 2.000 familles, contre 25 à 30.000 avant la guerre. Les chrétiens de Mossoul vivent dans un huis clos très difficile. Même si nous n’y avons passé qu’un après-midi pour des raisons liées à notre sécurité, nous avons rencontré des familles dont seul le père sort de chez eux. Beaucoup de chrétiens vivent terrés, les volets de leurs maisons fermés. Et quand les chrétiens de Mossoul fuient les violences, leurs maisons sont souvent pillées. Ils ne peuvent donc plus rentrer chez eux. C’est un gros souci. Le gouverneur de Mossoul nous a assuré qu’il allait tout faire pour régler ce problème. Mossoul est divisée en deux, de part et d’autre du Tigre. Songez qu’il y a eu 60 enlèvements, toutes confessions confondues, depuis le début de l’année. Les ravisseurs réclament des rançons qui vont jusqu’à 500.000 dollars. C’est peut-être un signe que les groupes armés ont des difficultés pour se financer. Mais depuis deux ou trois mois, la situation à Mossoul s’est un peu améliorée. Il n’y a plus qu’une ou deux attaques à la voiture piégée chaque semaine, contre une chaque jour auparavant. Certains pensent que cette accalmie est due au départ de combattants djihadistes vers la Syrie voisine, pour aider les insurgés à lutter contre le régime de Bashar al-Assad.» 

À Kirkouk, le désarroi des chrétiens est-il aussi profond ? 

Benoît Camurat : «Après l’assassinat d’un chrétien le 31 mai, Mgr Sakho a réuni dans son église aussi bien les responsables chrétiens que musulmans pour évoquer le drame. À Kirkouk, l’évêque est protégé par l’armée irakienne. Il n’y a eu, si l’on ose dire, que 45 enlèvements depuis janvier. Mais lorsque nous y étions, une voiture piégée a tout de même explosé devant l’église de la sainte famille. Quand on va à la messe le dimanche, nous ont raconté des chrétiens, on sait qu’on peut mourir en chemin. À Kirkouk, les chrétiens sont eux aussi constamment sur le qui-vive, dans la peur de l’attentat ou de l’enlèvement. Au cours de notre séjour, nous avons également rencontré des chrétiens, réfugiés à deux reprises. Ils avaient quitté Bagdad l’an dernier après l’attentat contre leur église, pour s’abriter à Mossoul, et de là, ils ont dû, une nouvelle fois, partir pour le Kurdistan, où ils sont mieux, certes, mais ils doivent faire face à un autre problème : leurs enfants à l’école ne parlent plus l’arabe, qui n’est pas enseigné, mais le kurde. Donc comme vous le voyez, les chrétiens d’Irak font face à un véritable calvaire, mais ils montrent beaucoup de ténacité pour le surmonter.»

(Crédit photo : AFP).

Repost 0
Published by ISP - dans Religio
commenter cet article
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 10:50

 

/Encore, en cette rentrée, une floraison de pièces nouvelles. D’aucuns pensent que c’est trop. Alors que c’est une vraie chance pour Paris qui est la ville du monde où il y a le plus de théâtres.

Le plaisir est de plonger dans cette diversité comme dans ces grands magasins si bien achalandés qu’on ne sait plus où donner de la tête. Il y en a, en effet, pour tous les goûts et à tous les prix. Johnny Hallyday, Sophie Marceau, Claude Rich pour qui aiment les vedettes.
Roméo et Juliette, Le Songe d’une nuit d’été, Beaucoup de bruit pour rienpour les amateurs de Shakespeare. Andromaque, Bérénice à la Comédie-Française pour qui préfère Racine.

Et puis des auteurs contemporains : Eric Assous et ses trois créations : Les conjoints, l’Italienne, Mes meilleurs copains, Isabelle Cote et son Entre deux ils au théâtre de l’Oeuvre, Emmanuel Robert-Espalieu (Fume cette cigarette), Fred Nony (Soif), Isabeau de R. (Faux rebonds), les déjà célèbres Fabrice Melquiot et Florent Zeller dont Pierre Arditi reprend La Vérité.

Et puis encore des solos qui permettent à de merveilleux comédiens de montrer toute l’étendue de leur talent : Luchini, bien sûr, le plus grand.
Fanny Ardant, Dominique Blanc, Bénureau, Demaison, Arthur, Huster, Jean Piat, Gaspard Proust… et d’autres moins connus mais tout aussi talentueux : Michèle Guigon, Coralie seyrig, Tania Torrens, Arnaud Denis, Jean-pierre Bouvier…

Sans parler des spectacles d’un abord sans doute plus difficiles mais qui sont bien souvent de vrais plaisirs : le dernier Sobel à la Colline, le dernier Claude Régy…
En tout plus de 200 spectacles qui prouvent définitivement que le théâtre est bien vivant.

Jean-Luc Jeener est Jean-Luc Jeener est metteur en scène, auteur et journaliste. Il dirige un théâtre privé et collabore notamment au Figaro.

     sur CultureMag.fr le 30/09/2011 • 

Repost 0
Published by ISP - dans Scène
commenter cet article
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 15:02

 

C'est ce dimanche à Paris dans le cadre de la Semaine Thérèsienne , ici  : 

 

http://www.semainetheresienne.org/

 

Lecture scénique

Les mots de Thérèse

Par   Maxime d'Aboville et Alain Pochet

Dimanche 2 octobre à 16h

Maxime d'Aboville

Il est formé chez Jean-Laurent Cochet, après un passage à la Birmingha Theatre School (Royaume Uni). Il est également diplômé d'un DEA de Droit et reçu au concours d'avocat en 2005. En 2007, il montre sa propre compagnie avec laquelle il interprète des textes de Tchekhov, de Courteline et de Feydeau. En 2009, il adapte et interprète Journal d'un curé de campagne de Bernanos dans un café-théâtre des Mathurins en janvier 2010 lui vaut une nomination aux Molières dans la catégorie "Révélation théâtrale Masculine". En 2011, il est à nouveau nommé aux Molières, comme "comédien dans un second rôle", pour son interprétation du Prince de Condé dans Henri IV le bien aimé de Daniel Colas.

Actualité : les 23, 24 et 25 septembre, il jouera son nouveau spectacle Histoire de France à l'espace Brémontier (5 rue Brémontier, 17ème). Par ailleurs, il reprend Journal d'un curé de campagne au théâtre La bruyère les dimanche et lundi à partir de fin octobre.

Alain Pochet

Comédien et metteur en scène, Alain Pochet fut élève d'ANdré Debaar au Conservatoire Royal de Bruxelles où il reçut un premier prix en 1997 ainsi qu'un prix de comédie. C'est à Bruxelles qu'il commence à jouer dans Georges Dandin de Molière. Claude Volter, directeur de renom en Belgique, l'engage dans Beaumarchais de Sacha Guitry. C'est encore là, sous la direction de Jonathan Fox, qu'il jouera dans Beethoven incarné par Michel Lonsdale. Depuis, il est régulièrement à l'affiche de quelques pièces classiques et contemporaines en province et à Paris comme dernièrement au théâtre Hébertot dans Le Magnolia, Le grand déménagement de Philippe Lamblin, et Puissants, miséreux de Yann Reuzeaux au théâtre de la Manufacture des Abesses, ou actuellement dans J'entends des voix de Philippe Lamblin. Il a tourné au cinéma pour Antoine de Caunes. On a pu le voir également à la télévision : Central nuit, Les bleus, Manon Lescaut... Il a mis en scène la célèbre pièce de Gérard Darier Les Copropriétaires et travaille actuellement la pièce de Karol Wojtyla La boutique de l'orfèvre.  

Repost 0
Published by ISP - dans Scène
commenter cet article
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 16:34

 

 DSK a-t-il copié sur Bill Clinton ?

Minute rapporte un extrait du « Le grand journal » sur Canal + du 19 septembre :

Les équipes de Michel Denisot ont eu l’intéressante idée de comparer les déclarations qu’avait faites Bill Clinton sur ABC News au moment de l’affaire Lewinsky et celles de DSK sur TF1 ce dimanche. C’est édifiant! On obtient un copier-coller à la limite du ridicule.

Bill Clinton : « J’ai eu une relation avec Mademoiselle Lewinsky qui n’était pas appropriée. En fait, c’était mal. J’ai induit les gens en erreur, y compris ma femme. Je le regrette profondément. »

DSK : « Ce qui s’est passé, c’est une relation non seulement inappropriée mais, plus que ça, une faute. Une faute vis-à-vis de ma femme et je la regrette infiniment. »

Ce qui est le plus « inapproprié », ce sont les honoraires de ses conseillers en communication!

lu ici  Lien permanent 

Ici aussi en video ...

Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 14:38

 

Le 27 septembre ... encore rien sur le Figaro.fr

Mais ici ... 

LIBYE. Des doutes sur la réalité du charnier d'Abou Salim

Publié le 27-09-11 à 12:57    Modifié à 14:54     par Sarah Diffalah     Réagir

Selon plusieurs médias français, les ossements découverts sur le site de cette prison de Tripoli appartiendraient à des animaux. 

Plusieurs organisations de défense des droits de l'Homme ont dénoncé l'assassinat en 1996 de plusieurs centaines de prisonniers dans la célèbre prison d'Abou Salim, où étaient incarcérés en particulier de nombreux prisonniers politique. (Levine - Sipa)
Dimanche dernier, les nouvelles autorités libyennes annoncent avoir retrouvé les restes de plus de 1.700 détenus exécutés en 1996 dans la prison d'Abou Salim à Tripoli, un massacre qui a été l'une des causes de la révolte contre le régime mi-février. Mais selon "Libération" et France Info, les ossements découverts derrière l'enceinte de la prison, sur un terrain vague, appartiendraient à des animaux.

 

Plusieurs organisations de défense des droits de l'Homme ont dénoncé l'assassinat en 1996 de plusieurs centaines de prisonniers dans la célèbre prison d'Abou Salim, où étaient incarcérés en particulier de nombreux prisonniers politique. (Levine - Sipa)

Selon les témoignages des journalistes, les os ont une taille beaucoup trop grande pour être ceux d'humains.

A l'annonce de cette découverte de fosse commune, les familles des victimes du massacre s'étaient empressées sur le site dans l'espoir de retrouver des traces des leurs. Conviés par les autorités libyennes, les journalistes ont fait de même. "Libération" raconte qu'aucune équipe médicale n'était sur les lieux. "On cherche la trace de nos fils [...] Mais il n'y a que des os de bêtes et des boîtes de conserves", raconte à "Libération" une femme. "C'est un os de dromadaire", s'exclame un autre.

 

Moralité : 1 scoop + 1 démenti = 2 informations.

Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 14:25

 

 Spectacle du Monde 2011-09.jpg

      Le numéro de septembre 2011 de la revue Le spectacle du monde est en kiosque. 

Le dossier est consacré à la faillite du système éducatif. On pourra y lire , notamment, un entretien avec Dimitri Casali ("On veut effacer nos mémoires"), et un article d'Henri Nivesse consacré à ceux qui, au cours des trente dernières années, on tiré la sonnette d'alarme et deux articles importants d'Alain Kimmel ("Les cinquantes honteuses" et "Refonder l'école"

Hors dossier, on pourra aussi lire un entretien avec Aymeric Chauprade, un hommage de Laurent Dandrieu à Michel Mohrt et un article de François Bousquet sur le dernier roman d'Olivier Maulin. Et on retrouvera aussi  les chroniques de Patrice de Plunkettet d'Eric Zemmour.

Cliquez sur l'image pour en savoir plus ...

Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 12:29

Le 25 septembre ...

 En Libye, le charnier d'Abou Salim 

Par Thierry Portes

Mis à jour le 25/09/2011 à 20:21 | publié le 25/09/2011 à 20:19 Réactions (83)
Des hommes à la recherche d'os le 25 septembre à Tripoli.
Des hommes à la recherche d'os le 25 septembre à Tripoli. Crédits photo : SUHAIB SALEM/REUTERS
 S'abonner au Figaro.fr

Le CNT annonce avoir découvert à Tripoli les restes des prisonniers massacrés en 1996 par leurs geôliers. 

Envoyé spécial à Tripoli

Macabre découverte ou sombre manipulation ? Les nouvelles autorités militaires de Tripoli ont annoncé dimanche avoir retrouvé la fosse commune où auraient été enterrés les quelque 1200 prisonniers de la prison d'Abou Salim exécutés le 29 juin 1996 par le régime de Mouammar Kadhafi. La dictature n'a jamais avoué l'ampleur de ce massacre, le pire qu'elle ait commis. C'est une manifestation des familles des victimes d'Abou Salim qui, le 15 février dernier à Benghazi, a enclenché le processus révolutionnaire ayant finalement conduit, six mois plus tard, à la fin de quarante-deux ans de tyrannie.

Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 00:04

 

Parlement 2 Daumier Le Ventre législatif

Le Sénat - Enquête sur les superprivilégiés de la République

À quoi sert le Sénat, institution deux fois centenaire qui nous coûte chaque année plus de 300 millions d'euros ? D'abord à financer les privilèges (plus de 4 000 euros mensuels de retraite pour 15 ans de cotisation) et les rémunérations royales (11 540 euros net par mois) des derniers princes de la République, nos 331 sénateurs. Et aussi à entretenir les 1 260 fonctionnaires les mieux rémunérés de l'Hexagone (de 2 300 à 20 000 euros net mensuels), qui font la semaine de 32 heures et ont presque 4 mois de vacances. Luxe, calme et volupté... Et, dans l'esprit de beaucoup, de Jospin à Sarkozy, ces superprivilèges n'ont pas la moindre justification, car, selon eux, cette deuxième Chambre ne sert à rien. La réalité est édifiante : un petit tiers des sénateurs travaille, un gros tiers vient de temps en temps à Paris et les autres appartiennent à la famille des rois fainéants. Un royaume hors du monde et du temps ? Pas tout à fait. Car nos sénateurs, qu'ils soient de droite ou de gauche, sont assidûment courtisés par des lobbies de tout poil. Des marchands d'armes aux semenciers, chacun connaît la capacité de ces édiles à peser sur la diplomatie française ou à modifier un texte de loi. Cela justifie bien des « voyages d'études », tous frais payés, quelquefois au bord d'un lagon lointain... D'autres ténors politiques, en revanche, continuent à considérer la Chambre haute comme un précieux garde-fou contre les dérives des gouvernements et l'obéissance servile de l'Assemblée nationale. Robert Colonna d'Istria etYvan Stefanovitch ont mené une enquête pointilleuse qui révèle les petits et grands secrets de l'institution Sénat. Ils racontent, avec beaucoup de brio, les splendeurs et les misères de notre Chambre « haute ». Et recensent les quinze réformes évidentes à mettre facilement en oeuvre pour que les sénateurs ne soient plus des superprivilégiés.                                     PARU EN 2008

2008



 

Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 09:05

 Frédéric Mitterrand cuisine dans un Diner presque parfait

Mis en ligne le 23/09/2011 à 11:01 

Frédéric Mitterrand cuisine dans un Diner presque parfait

Frédéric Mitterrand a participé à un Diner presque parfait spécial Fête de la Gastronomie. Rendez-vous sur M6 ce vendredi à 17h35 pour voir notre ministre marmiton.

 

« Contrairement à une assertion généralement colportée il y a peu de ruines sexuelles occidentales parmi le public, la clientèle est en majorité locale, d'âge moyen, bien convenable et sort en bande légèrement arrosée au whisky-coca. »

        « Evidemment j'ai lu ce qu'on a pu écrire sur le commerce des garçons d'ici et vu quantité de films et de reportages ; malgré ma méfiance à l'égard de la duplicité des médias je sais ce qu'il y a de vrai dans leurs enquêtes à sensation ; l'inconscience ou l'âpreté de la plupart des familles, la misère ambiante, le maquereautage généralisé ou crapahutent la pègre et les ripoux, les montagnes de dollars que cela rapporte quand les gosses n'en retirent que des miettes, la drogue qui fait des ravages et les enchaîne, les maladies, les détails sordides de tout ce trafic.

        Je m'arrange avec une bonne dose de lâcheté ordinaire, je casse le marché pour étouffer mes scrupules, je me fais des romans, je mets du sentiment partout, je n'arrête pas d'y penser mais cela ne m'empêche pas d'y retourner. Tous ces rituels de foire aux éphèbes, de marché aux esclaves m'excitent énormément. La lumière est moche, la musique tape sur les nerfs, les shows sont sinistres et on pourrait juger qu'un tel spectacle, abominable d'un point de vue moral, est aussi d'une vulgarité repoussante.

Mais il me plaît au-delà du raisonnable. La profusion de garçons très attrayants, et immédiatement disponibles, me met dans un état de désir que je n'ai plus besoin de refréner ou d'occulter. L'argent et le sexe je suis au coeur de mon système, celui qui fonctionne enfin car je sais qu'on ne me refusera pas (…) La morale occidentale, la culpabilité de toujours, la honte que je traîne volent en éclat ; et que le monde aille à sa perte, comme dirait l'autre (…).

Je sais aussi très bien que tout cela n'est qu'une sinistre farce que je me raconte à moi-même. J'ai beau résister, le mensonge se délite quand je prends l'avion du retour, le réel me remet le nez dans ma merde dès que j'arrive à Paris, le remords m'attrape et ne me lâche plus d'une semelle, rendu furieux par la peur d'avoir failli perdre ma trace. »

La Mauvaise Vie , Frédéric Mitterrand , 2005 Robert Laffont 

Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 13:17

 

 

Repost 0
Published by ISP - dans Regard
commenter cet article
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 13:36

 

   Dès deux ou trois heures du matin, les lourds autobus déchargeaient devant le couvent leurs occupants, surpris de voir déjà la place de l'église noire de monde. On attendait patiemment l'ouverture des portes pour entrer ; en attendant, on récitait le chapelet. Pour l'incroyant qui venait simplement en curieux, la messe du Père Pio était peut-être une cérémonie comme toutes les autres ; mais, pour le croyant, elle était d'une valeur infinie par la présence réelle du Seigneur que le célébrant appelle infailliblement sur l'autel par les paroles consécratoires. La messe a toujours et partout la même valeur, là où elle est célébrée validement : pourquoi vouloir assister à celle du Père Pio ? Indubitablement parce que ce capucin rendait tangible la mystérieuse et pourtant réelle présence. On comprend, dès lors, que rien ne peut être ajouté à sa grandeur, à sa valeur, à sa signification, qui est uniquement limitée par l'impénétrable volonté de Dieu. 

        Lorsque le Père Pio célébrait la messe, il donnait l'impression d'une si intime, si intense, si complète union avec Celui qui s'offrait au Père Éternel, en victime d'expiation pour les péchés des hommes. Dès qu'il était au pied de l'autel, le visage du célébrant se transfigurait. Il ne s'y trouvait pas seulement comme prêtre pour l'Offrande, mais comme l'homme de Dieu pour témoigner de son existence, comme prêtre qui portait lui-même les cinq plaies sanglantes de la crucifixion sur le corps.    
        Le Père Pio possédait le don de faire prier les autres. On vivait la messe. On était fasciné. Je puis dire, qu'à San Giovanni seulement, j'ai compris le divin Sacrifice. Cette messe durait longtemps ; cependant, à la suivre dans sa longue célébration, on perdait toute notion de temps et de lieu. La première fois que j'y assistai, j'ai regretté qu'elle touchât à sa fin. Avec stupeur, je me rendis compte qu'elle avait duré plus de deux heures !   ...la suite ...

Repost 0
Published by ISP - dans Religio
commenter cet article
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 07:57

 

Le programme d’action culturelle :

la conquête des coeurs

Aujourd’hui, entre la soif éperdue de jouissances immédiates et l’amertume d’une désespérance quasi généralisée, il faut redonner quelque chose à aimer à nos contemporains qui soit à la fois raison d’espérer et motif de fierté.
 Et qu’avons-nous à leur proposer de si admirable et réconfortant que nous ayons de commun avec eux, sinon le patrimoine qui nous a engendrés ? Patrimoine dont le contenu, implicite et explicite, comprend à la fois dans ses incarnations artistiques, culturelles et historiques, le spirituel et le temporel.
D’où la nécessité vitale d’une action culturelle pour œuvrer à la renaissance de notre pays et au salut très immédiat de nos contemporains. 
 Cette action culturelle se présente d’une façon extrêmement concrète, selon des méthodes expérimentées. Ces méthodes reposent sur deux piliers, qui en réalité n’en font qu’un.
-  Montrer les œuvres par une étude objective et concrète de l’objet regardé : comment il est fait, ce qu’il représente, la façon dont est traité son sujet. On passe ainsi progressivement de l’observation des sens au travail de l’intelligence     la suite ...
Repost 0
Published by ISP - dans Regard
commenter cet article
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 07:48

 

C'est ce soir ...

Mercredi 21 septembre 2011 à Paris, Espace Bernanos, 19h-20h30
Conférence-débat

L'influence des catholiques dans la société française
Un feu sous la cendre ?

Alors que la France se prépare à entrer en période électorale, les catholiques qui représentent une petite minorité de la population française, s'interrogent sur leur place dans la société.
La Fondation de Service politique ouvre la réflexion à partir de l'enquête menée par Marc Baudriller dans son livre sur Les Réseaux cathos (Laffont), enquête qu'il présentera lui-même.
Comment le petit troupeau occupe-t-il le terrain de ses responsabilités sociales et politiques ? Quels sont les fondements de cette responsabilité ? Comment être dans le monde sans être du monde ?

Avec

le Père Matthieu Rougé
 Directeur du Service pastoral d'études politiques (SPEP), recteur de la basilique Sainte-Clotilde (Paris VIIe).

Marc Baudriller
Journaliste en charge du secteur médias au magazine Challenges, chroniqueur à RTL, France Info, Radio classique et Radio Notre-Dame, auteur des Réseaux cathos (Robert Laffont, 2011).

Auditorium de l’Espace Georges-Bernanos
Paroisse catholique Saint-Louis d’Antin
4, rue du Havre - Paris IXe

Entrée libre

Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 18:37

 

 La Dernière Lettre de Marie-Antoinette

Que faut-il faire pour être aimé d’un peuple ? Jamais personne ne me l’a expliqué. 

vignette_MarieAntoinette.gif

Auteur

Alain Duprat

Metteur en scène

Alain Duprat

Production

co-réalisation Les Déchargeurs / Compagnie Gexis

Salle

Salle La Bohème du 26 août au 23 décembre 2011 à 20h / les vendredis et samedis.

Durée

55 min

Résumé

La reine Marie-Antoinette est enfermée à la Conciergerie. Elle vient de connaître son funeste jugement. Dans quelques heures, elle sera exécutée. Elle rédige alors sa dernière lettre comme un testament et se remémore tous les événements qui l’ont conduite à devoir subir le châtiment de la guillotine, le 26 octobre 1793.

 

Repost 0
Published by ISP - dans Scène
commenter cet article