Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 10:17

 

VOD
  • Plein écran

  • Réagir

  • Envoyer

KTO MAGAZINE
Jeanne Barbey : la maladie, source créatrice
Diffusé le 13/02/2006 / Durée 52 mn

 

Repost 0
Published by ISP - dans Initiatives
commenter cet article
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 15:16
Repost 0
Published by ISP - dans Religio
commenter cet article
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 14:52

 

http://www.tetesaclaques.tv/halloween_vid31

 

Halloween Halloween
405 703 votes
Halloween 2 Halloween 2
147 379 votes
Halloween 3 Halloween 3
36 200 votes

 

 

Repost 0
Published by ISP - dans Récré
commenter cet article
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 19:44

 

ce dimanche 31 octobre sur ARTE

A NE PAS MANQUER !

dimanche 31 octobre à 20:40

Rediffusions 05.11.2010 à 01:20
 (Royaume Uni , 1958, 83mn)

D'après Arthur Conan Doyle, un joyau fantastique de la Hammer signé Terence Fisher, maître de l'horreur gothique.

La légende veut que le débauché sir Hugo Baskerville ait été égorgé par un "chien de l'enfer" après s'être livré à une orgie et avoir poignardé une jeune paysanne. Depuis, tous les Baskerville meurent tragiquement, attaqués par cet animal maléfique. La dernière victime est sir Charles, découvert mort sur la lande, le visage pétrifié de terreur. Telle est l'histoire que le docteur Mortimer raconte à Sherlock Holmes, qui accepte d'assurer la protection du dernier héritier des Baskerville, sir Henry, tout juste rentré d'Afrique du Sud...

À la fin des années 50, Terence Fisher, metteur en scène déjà aguerri, tourne coup sur coup quatre chefs-d'oeuvre fantastiques, dont deux avec Christopher Lee, Le cauchemar de Dracula et Le chien des Baskerville. Sa relecture gothique et flamboyante de classiques de l'horreur fera un malheur et ouvrira la voie à tout un pan du cinéma fantastique.

http://www.arte.tv/fr/programmes/242,date=31/10/2010.html

Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 09:08

 

encore en kiosque en octobre ...

 

http://www.pays-du-nord.fr/

Repost 0
Published by ISP - dans en Kiosque
commenter cet article
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 21:39

 

Alors que certains militent pour ouvrir des salles de shoot, Valeurs actuelles fait un reportage sur l'association Saint Jean Espérance, liée à la Communauté St Jean, qui accueille des drogués :

 

B"Depuis 1987, les frères de Saint-Jean ont accueilli dans cet ancien orphelinat près de 1 200 jeunes drogués en période de sevrage psychologique. [...] Coupée de la ville et de ses attraits consuméristes, la dizaine de pensionnaires qui occupe les lieux – un bâtiment d’un étage tout en longueur, flanqué d’une ferme, d’une chapelle et d’un modeste prieuré – vit au rythme du travail et de la prière. «Il s’agit ici de reconstruire sa tête et son coeur tout autant que son corps», explique frère Ambroise. [...]

«Ceux qui viennent frapper à notre porte ont touché le fond», dit frère Ambroise. Qu’ils soient de la campagne ou de la ville, d’un milieu huppé ou populaire, la plupart ont commencé la drogue très jeunes [...]. Sevrages physiques à répétition, cures dans des centres à peine clos où certains passent du cannabis à la cocaïne, séjours en hôpital psychiatrique… Ils ont tout essayé, souvent plusieurs fois, avant d’échoir plus ou moins par hasard aux Besses ou à la Bretèche, l’autre maison des frères, située près d’Angers. 

EDès son arrivée, le nouveau venu est confié à un pensionnaire plus ancien : son “ange gardien”, avec qui il fait chambre commune. L’un et l’autre vont s’épauler lors des moments de tentation qui sont inévitables, et souvent constructeurs. Ils vont aussi découvrir qu’ils ne sont pas seuls à souffrir. L’important est de rompre leur solitude. [...] «C’est un peu comme au bac, plaisante frère Ambroise : on a 80 % de réussite dans la mesure où le jeune reste jusqu’au bout.» Jusqu’au bout, c’est-à-dire dix-huit à vingt-quatre mois en moyenne. [...] Sans être dure, la vie à Saint-Jean Espérance est austère. Et très régulière : lever à 6 h 30, travail de 8 h 30 à 17 h 30, coupé par le repas pris à la même table. Extinction des feux à 22 heures. Peu de temps libre seul. Pas de télévision, mais un film par semaine. Et encore, ce sont les frères qui le choisissent. Pas de téléphone personnel. Pas de musique en dehors de celles autorisées. Pas d’alcool, bien sûr. Pas de filles. Les cheveux ni trop longs ni trop courts. Pas plus de dix cigarettes par jour [...]"

Michel Janva

Posté le 28 octobre 2010 à 17h00 | Lien permanent | Commentaires (5)

 Emission de Direct 8 sur veille-education.org

Repost 0
Published by ISP - dans Initiatives
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 19:54

Pourquoi voit-on Frédéric Lenoir

à tout bout de champs à la télé ?

Une réponse ...

 

CHRIST, SEIGNEUR ET FILS DE DIEU



Bernard Sesboüé


Lethielleux/DDB 190 p, 13 €

commander ce livre sur www.laprocure.com 


L'avis de La Croix 
Petite catéchèse sur la divinité du Christ


Le livre de Frédéric Lenoir, « Comment Jésus est devenu Dieu » (Fayard), est contestable du point de vue de la foi chrétienne, mais déjà du point de vue de l’histoire où il prétend se tenir



Le succès que connaît le livre de Frédéric Lenoir Comment Jésus est devenu Dieu (lire La Croix du 20 mai) a de quoi surprendre, mais aussi de quoi inquiéter. Certes, c’est un livre qui a du style, et le portrait qu’il dessine de Jésus est séduisant. Rien de vulgaire dans son propos. Bernard Sesboüé, le théologien jésuite bien connu, ne fait aucune difficulté à reconnaître ses qualités : il juge l’ouvrage « intelligent, bien informé et bienveillant, pour tout dire sérieux ». S’il en est ainsi, pourquoi vouloir lui « répondre » ? Parce que ni l’historien ni le croyant n’y trouve son compte et ne peut signer sans réserve le portrait qu’il présente de Jésus.

Rappelons la thèse de Frédéric Lenoir. Elle se résume selon Bernard Sesboüé en une phrase : les premiers chrétiens n’auraient pas confessé la divinité de Jésus. Celle-ci serait une invention tardive, la foi des premiers témoins se ramenant pour l’essentiel aux deux propositions suivantes : « 1. Jésus est un homme qui entretient un rapport particulier avec Dieu, et joue un rôle salvifique comme médiateur entre Dieu et les hommes, sans être lui-même Dieu ; 2. Jésus est mort et ressuscité, et il continue à être présent aux hommes de manière invisible. » Ces deux affirmations réduisent singulièrement la figure du Christ et portent un coup mortel à la foi chrétienne.

Selon la thèse de Frédéric Lenoir, en effet, Jésus n’est pas Dieu, mais il l’est « devenu » au fil de l’histoire, ou, comme s’exprime déjà Pierre dans les Actes, il a été « fait » Seigneur. Les premiers chrétiens parleront de sa divinité en l’exprimant tout au plus dans la catégorie de l’« adoption ». Si Jésus est devenu « Dieu », au sens fort du titre, c’est par l’effet conjugué des conciles et des empereurs romains. Or, cette thèse ne résiste pas à un examen sérieux. Contrairement à ce que prétend Frédéric Lenoir, on n’a pas attendu les conciles, notamment celui de Chalcédoine (451), pour confesser la divinité de Jésus.Dès le Nouveau Testament, la foi en la « divinité » de Jésus est fermement attestée, et les deux siècles suivants sont en parfaite continuité avec elle. Si, aux IVe et Ve siècles, la « divinité » de Jésus revient dans le débat, c’est le signe, pour Frédéric Lenoir, que la question de son identité divine était loin d’être claire. En réalité, souligne Bernard Sesboüé, la nouveauté n’est pas dans la foi, mais dans le langage. C’est un problème d’inculturation du christianisme en milieu grec. Et l’intervention du pouvoir politique n’est pas d’ordre dogmatique – c’était l’affaire des évêques – mais d’ordre politique, l’unité de foi devant assurer l’unité de l’empire.

Cette « petite catéchèse », venant d’un théologien et historien du dogme, s’imposait, car ce qui est en jeu dans ce débat, ce n’est pas seulement un conflit d’interprétation sur tel ou tel détail historique, même si le désaccord avec Frédéric Lenoir se situe aussi à ce niveau. Plus grave, il y va du fondement même de la foi. Bernard Sesboüé, dont on pourra relire par ailleurs son livre magistral : Jésus-Christ dans la tradition de l’Église (Desclée), écrit : « Je me suis senti poussé à écrire ce livre, parce que j’ai l’intime conviction que dans la thèse proposée par Frédéric Lenoir il y va en fait du tout du christianisme… » Il précise encore : « Tout cela correspond à un enjeu capital où il y va du cœur de la foi… La divinité du Christ au sein du mystère trinitaire est l’article qui fait tenir ou tomber la foi chrétienne. » MARCEL NEUSCH 
Repost 0
Published by ISP - dans Religio
commenter cet article
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 16:18

 

Les nouveaux prix Nobel d'économie, économiquement incorrects

De Jacques Garello :

N"Quelques heures après l’annonce du décès de Maurice Allais, l’Académie de Suède communiquait le nom des trois économistes qui se partagent le prix Nobel d’Economie 2010 : Peter Diamond, Dale Mortensen, tous deux universitaires américains et Christopher Pissarides, de la London School of Economics. Les membres du jury ont justifié ainsi leur choix : "Pourquoi y a-t-il autant de gens sans travail alors qu'au même moment il y a de nombreuses offres d'emploi ? Comment la politique économique influence-t-elle le chômage ? Les lauréats de cette année ont développé une théorie qui peut être utilisée pour répondre à ces questions». [...]

Certaines phrases sont d’un politiquement incorrect à faire frémir nos leaders syndicaux et nos hommes d’Etat : "plus les allocations chômage sont importantes, plus le taux de chômage est élevé et la durée de recherche est longue". Voilà des propos qui peuvent facilement passer pour ultra-libéraux en France. Les penseurs du Monde, d’Alternative Economique et Marianne s’en sont étouffés de colère [...] Il n’en demeure pas moins qu’avec clarté et rigueur ces économistes ont établi que les interventions politiques sur le marché du travail sont catastrophiques, quelles que soient les formes qu’elles prennent : indemnités de chômage, salaires minimums, réglementations (notamment en ce qui concerne les conditions d’embauche et de licenciement).

L’explication est aussi simple que classique : il n’existe pas «un» marché du travail, mais autant de marchés du travail qu’il y a d’activités et d’entreprises. Ce qui est nécessaire c’est qu’il y ait rencontre, «appariement» entre employeurs et candidats à l’emploi. Cela suppose une adaptation, des qualifications multiples, et une grande flexibilité qui permet de passer d’un emploi à l’autre, puisque la vie économique elle-même est changement permanent. Il y a donc une double recherche de l’emploi, de la part de l’employeur et de celle du chômeur. [...]

La politique suivie par les Allemands a été dans le bon sens en rendant au marché du travail toute sa souplesse. Les trois lois Hart votées sous le mandat du chancelier Schröder ont rendu au contrat de travail toute sa souplesse, permettant aux travailleurs de changer de travail, et aux entreprises de changer de travailleurs. Tout le monde y a trouvé son compte et les succès de l’Allemagne à l’exportation s’expliquent par la qualité d’une main d’œuvre correspondant exactement à ce qu’il faut pour attirer une clientèle étrangère. L’appariement a pu se faire. Ces exemples et ces démonstrations devraient recevoir l’adhésion de tous ceux qui veulent sincèrement réduire le chômage en revenant aux lois fondamentales de l’économie, c'est-à-dire du comportement humain. Mais hélas on est encore persuadé que la lutte contre le chômage est l’affaire du gouvernement !"

lu ici
Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 08:22

 

Greve

Repost 0
Published by ISP - dans Récré
commenter cet article
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 07:53

Marseille-poubelle

Marseille

Repost 0
Published by ISP - dans Récré
commenter cet article
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 18:06

 

      Léon Harmel, apôtre de la Doctrine sociale

 

Guy Lehideux et Dominique BarImage

 

 

Vie d’un père de famille, actif et contemplatif, qui sera peut-être un jour le saint patron des patrons ! On y découvre l’origine 

des allocations familiales et du syndicalisme chrétien. Et l’on se prend à vouloir imiter Léon Harmel, dans son désir de réconcilier foi et travail. Au moment du bicentenaire de la naissance de Léon XIII, cette Bande Dessinée pousse à approfondir la Doctrine Sociale de l’Eglise !  

Préface du cardinal Vingt Trois, Archevêque de Paris, Président de la Conférence des Evêques de France. 

 

Télécharger le bon de commande

 

 

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 17:49

 

  émission de KTO du 21/10/2010 / Durée 52 mn

 

La mucoviscidose, maladie génétique, est particulièrement terrifiante, par les soins extrêmement lourds qu'elle impose, les souffrances physiques et psychologiques qu'elle engendre pour le malade et son entourage. Devant des perspectives aussi sombres, beaucoup de parents préfèrent recourir à l'IVG. Pour Jeanne Barbey, cette maladie fut une chance. Elle lui permit de découvrir sa véritable vocation et de mettre en lumière un don unique pour la musique. Aujourd'hui, Jeanne Barbey est un chef d'orchestre reconnu, elle dirige des oeuvres qu'elle a elle-même composées. Son domaine de prédilection : la musique classique, inspirée par une foi qui irradie toute sa vie et lui permet de surmonter sa terrible maladie avec un vrai bonheur.

 

 
Repost 0
Published by ISP - dans Initiatives
commenter cet article
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 17:38

 

Lu dans l'excellent Jeunesse Actuelle d'octobre 2010 :

  • Lady Gaga : "je viens de faire un test de grossesse, les questions étaient vachement dures..."
  • François-Marie Banier : "Madame Bettencourt est tellement vieille... Elle possède une Bible dédicacée."
  • Frédéric Mitterrand : "Dieu créa le Ciel, ensuite, tout est made in China"...
Repost 0
Published by ISP - dans Récré
commenter cet article
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 21:43

par Rembrandt

Repost 0
Published by ISP - dans Regard
commenter cet article
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 06:37

 

Les campagnes en castagne

Bloquent les autos, les trains
Des ministres, c'est sinistre, 
Sont plongés dans le purin
Un naufrage, des chômages
Préparés depuis l'école
Tout s'affole, le football
Qui perd la boussole

(Refrain)

Entre-temps ramait d'Aboville
Entre-temps il ramait, ramait
Ramait le bonhomme
Entre-temps ramait, ramait
D'Aboville entre-temps ramait

les paroles

la chanson

 

Repost 0
Published by ISP - dans Récré
commenter cet article
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 12:11

 

64 250 000 français n'ont pas manifesté selon l'Intérieur,

62 000 000 millions selon la CGT

Alors que les syndicats jugent la mobilisation équivalente à celle du 2 octobre, le ministère évoque "le plus haut niveau de non participation" depuis le début du mouvement.

  • Agrandir la fonteRétrécir la fonte
  • Imprimer
  • Envoyer
  • Traduire
  • Réagir (459)
A Toulouse, la manifestation à réunit 130 000 personnes selon les syndicats et 24 000 selon la préfecture. (AFP)A Toulouse,  310 000 personnes sont restées chez elles selon les syndicats et 416 000 selon la préfecture. (APF)

Quelques 64.250.000 personnes n'ont pas manifesté samedi 16 octobre en France pour la défense des retraites, selon le ministère de l'Intérieur qui note "le plus bas niveau de participation" des cinq journées de mobilisation contre la réforme des retraites organisées depuis la rentrée. Le 2 octobre, l'autre journée de mobilisation organisée un samedi, l'Intérieur avait recensé 63.100.000 non manifestants. 

SUR LE MÊME SUJET
  • Royal sur Fillon : "On ne gère pas un pays avec des invectives"
  • Une semaine décisive s'ouvre pour la réforme des retraites
  • [REVUE DE PRESSE] Retraites : essouflement ou radicalisation ?
  • Fillon se montre inflexible sur la réforme des retraites.
  • "La réforme est entre les mains du Sénat", juge Bruno Le Maire

Autre son de cloche du côté des syndicats : la CGT a estimé à "près de 61 millions" le nombre de non manifestants contre la réforme des retraites samedi, un nombre identique à celui du samedi 2 octobre. Un peu plus tôt dans l'après-midi, , le secrétaire général de Force ouvrière Jean-Claude Mailly avait déclaré devant la presse que l'absence aux manifestations serait "au moins du même niveau que ce qui est comparable, c'est-à-dire le 2 octobre". 

Selon un comptage définitif de la préfecture de police de Paris, quelque 63.950.000 personnes n'ont pas manifesté à Paris. La CGT évoque le chiffre de 63.690.000, comme le 2 octobre.  

 

Le VieilObs, 17/10/10

Repost 0
Published by ISP - dans Récré
commenter cet article
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 11:22

 

La jeunesse secrète du jeune Staline 

Un livre reposant sur des archives inédites raconte jeunesse que Staline a tenté d'occulter. Pour tout dire, on le comprend ! 
Il est 10h30 précises, en ce mercredi 13 juin 1907, quand, sur la place centrale de Tiflis (actuelle Tbilissi), un important transport de fonds escorté d'une escouade de cosaques arrive devant la Banque d'Etat. Assis en terrasse d'un café, un homme laisse tomber son journal. C'est le signal. Aussitôt, une vingtaine de bandits attaquent le convoi, utilisant bombes, grenades, fusils et revolvers sans se soucier des passants. Le bilan est spectaculaire : une quarantaine de morts, plusieurs dizaines de blessés et un butin colossal. 
L'événement dépasse les frontières du Caucase et de la Russie. « Pluie de bombes », titre le quotidien anglais Daily Mirror ! Le Temps, à Paris, annonce : «Catastrophe ! » Le commanditaire de cette attaque est un certain Lénine, qui a besoin d'argent pour financer ses activités politiques clandestines. Le meilleur de ses hommes de main sur place, spécialiste des « expropriations révolutionnaires » - doux euphémisme pour « braquage à main armée » -, est un certain Sasso ou Koba, alias Joseph Djougachvili, plus connu, à partir de 1912, sous le nom de Staline. 
Dire qu'il aurait peut-être pu être grand poète ... 
Ce dernier, arrivé au pouvoir, a tout fait pour effacer les traces son passé. Mais certains de ses complices rédigèrent leurs mémoires avant l'ère du Petit Père des peuples. Et lorsque dans les années 1930, Staline demanda aux fonctionnaires soviétiques de rechercher les traces de son passé pour les détruire, il n'y eut pas beaucoup de fous pour prétendre avoir mis la main sur ces documents explosifs... Ils savaient ce qui leur en coûterait. C'est en partie grâce à ces dossiers jusqu'alors enfouis que l'historien anglais Simon Sebag Montefiore a pu réaliser Le Jeune Staline
Avant de prendre le pouvoir en octobre 1917 avec Lénine, Joseph Djougachvili fut un jeune homme de famille modeste. Sa jeunesse se déroule dans une Géorgie pittoresque, où le pouvoir tsariste n'arrive pas à imposer sa loi. 
Il vit une enfance chaotique, entre une mère qui l'adore, et un père jaloux de son épouse, qui finit par boire et vagabonder. Adolescent puis jeune adulte, sa vie «sentimentale» est intense. S'il abandonne régulièrement femmes et enfants, c'est que sa personne et la Révolution (qui, pour lui, forment un tout) sont plus importantes que n'importe quel attachement. 
Mais avant d'être un révolutionnaire, Staline est un excellent séminariste. Sa mère obtient qu'il fasse de bonnes études, d'abord à l'école paroissiale de sa ville de naissance, Gori, puis au séminaire de Titlis. Il multiplie les lectures et devient poète. Certaines de ses œuvres sont même publiées avec un beau succès. Il est également un remarquable chanteur, assidu à la prière et au chant religieux. Il a 17 ans quand, grand chambardement il se tourne vers les idées révolutionnaires. 
En août 1898, Staline adhère au parti marxiste russe et devient un révolutionnaire professionnel, obligé de trouver de l'argent. Ceci suppose une existence clandestine et le jeune Djougachvili change sans cesse de nom, de domicile et d'apparence physique. Il lui faut en permanence identifier et éliminer les traîtres ou supposés tels, dans le parti, dans les organisations alliées, dans les prisons et dans les camps. Le jeune homme est réputé capable d'identifier un traître au premier regard, puis de lui faire subir le sort qu'il «mérite». Mais les archives prouvent qu'il fit aussi tuer, dans les années 1900, plusieurs membres de sa bande parfaitement innocents, alors que les agents infiltrés de l'Okhrana, la police secrète tsariste, passèrent à travers les mailles de son filet ! Il pratique également l'assassinat de policiers, de militaires, d'informateurs de la police et de directeurs d'usine. 
Son protégé chassé du Guépéou pour ses méthodes violentes 
Si Staline se plaît aux débats d'idées et de tactique politique, il préfère la manipulation des hommes, et surtout l'organisation de grèves ou d'émeutes : plus il y a de morts, plus il exulte, car, grâce au cycle provocation-répression, il radicalise les camps en présence. Mais sa recherche du nerf de la guerre devient obsessionnelle, car il s'agit de financer ses activités et surtout celles de Lénine, auquel Koba fait parvenir les billets dans... des bouteilles de vin géorgien! Santé, camarade ! Les sommes nécessaires étant colossales, il organise aussi de retentissants braquages. Plus pacifiquement, du moins avec moins de violence, il pratique le racket à grande échelle. Son action à Batoumi, capitale mondiale du pétrole, est digne du Far West : il se fait embaucher par les Rothschild pour incendier leurs installations pétrolières! 
Autour de Sasso gravite une galerie de personnages hauts en couleurs ; d'abord ses hommes de main: une bande de « droits communs » dont un certain Kamo, son tueur patenté, capable d'infliger et de subir les pires sévices. Arrêté en 1908, Kamo, pour échapper à la peine capitale, simulera pendant quatre ans la folie avant de s'évader et de reprendre du service. Staline racontait que, pour si bien jouer la folie, il fallait, quelque part, être tout de même un peu atteint... Pendant la guerre civile, Kama exécutera un officier communiste prêt à se rendre à l'ennemi, puis lui arrachera le cœur qu'il brandira devant ses soldats. Il se fera chasser du Guépéou, l'ancêtre du KGB, pour ses méthodes un peu trop violentes... 
Staline utilise aussi beaucoup de belles jeunes femmes, comme couverture ou pour faire le coup de feu à l'occasion. Il se fait aider par des bourgeois et des aristocrates. Parmi eux, le prince géorgien Koki Dadiani, qui prête à Staline son passeport (et le communiste de se déguiser en prince ... ). D'ailleurs, le grand modèle du Staline d'avant 1917 est aussi un aristocrate : Lénine ! Staline et Lénine partagent la même passion de l'anéantissement de l'adversaire, ce que Lénine appelle « l'extermination sociale ». Les deux hommes se vouent une admiration réciproque. Celle que le futur Petit Père des peuples porte à Lénine est surtout intellectuelle : Staline, avant de le rencontrer, l'a lu et le surnomme « l'aigle des montagnes ». Quant à Lénine, qui a entendu parler des exploits de Sosso avant de le rencontrer, il est fasciné par les deux revolvers que celui-ci porte en permanence : il le qualifie de « merveilleux Géorgien ». Et quand on lui dénonce les violences de Staline, il répond : « C'est exactement l'homme dont j'ai besoin. » 
Petit Père des peuples et Darwin des sciences sociales 
Pour parvenir à ses fins, Staline est prêt à tout et d'abord à se donner une stature. Car il sait que la carrière d'un révolutionnaire est incomplète sans un passage par la case prison. Mais les colonies pénitentiaires du tsar, d'un point de vue technique, le déçoivent... Patientez, opposants, une fois au pouvoir, il réorganisera tout cela... Nombreuses sont les anecdotes qui montrent l'extraordinaire désorganisation du pouvoir tsariste, son incapacité à maintenir l'ordre et l'extrême faiblesse de la répression. Les exilés en Sibérie bénéficient d'allocations et logent chez l'habitant Ils fondent et dirigent des débits de boissons et ouvrent même des bureaux d'évasion, au nez et à la barbe des autorités ! 
Staline multipliera ces bureaux (huit au total) avec une telle aisance (plus de 18000 exilés sur 32000 s'échapperont de Sibérie entre 1906 et 1909) qu'il sera même accusé d'être un agent de la police politique. Mais Montefiore n'en a pas trouvé de preuve. Staline se fera même un serviteur zélé du garde censé le surveiller jour et nuit ! Au point que dans les années 1930, menacé par les purges, le «maton» écrira à son ancien «prisonnier» pour lui demander grâce... Et Staline lui accordera sa protection, au nom du passé commun. 
Reste un point obscur et essentiel dans ce portrait du jeune Staline, auquel le livre de Montefiore ne répond pas vraiment : comment et pourquoi un jeune et pieux séminariste devient-il un révolutionnaire usant de tous les moyens, surtout les plus violents, pour faire triompher ses idées ? L'auteur suggère l'importance de certaines lectures (Victor Hugo, Emile Zola, Ernest Renan ou encore le philosophe révolutionnaire Nicolaï Tchernychevski). Mais le livre décisif semble avoir été De l'origine des espèces de Charles Darwin. Un livre que Marx admirait tant qu'il demanda à son auteur une préface pour Le Capital, en prétendant être le Darwin des sciences sociales. 
On connaît la postérité tragique d'une lecture très hâtive de ce scientisme racial ou social. Foi dans une race (au nom de la nature) ou une classe (au nom de l'histoire) supérieure qui conduisent à l'extermination sociale ou raciale, et aux dizaines de millions de morts au XXe siècle. Selon Staline, « le prolétariat révolutionnaire seul est destiné par l'histoire à libérer l'humanité et à apporter au monde le bonheur ». Cela implique bien sûr une rupture très violente avec le christianisme, à laquelle Staline procédera manifestement sans états d'âme. On le verra même, converti à la nouvelle religion marxiste, inciter le fils d'un pope à briser une icône et à uriner dessus. 
A cette nuance près du défaut d'analyse, Le Jeune Staline est un ouvrage magistral pour qui veut comprendre la genèse d'un système idéologique criminel et la personnalité d'un de ses dirigeants les plus emblématiques. 
Dominique Gittome Le Choc du Mois décembre 2008
Le Jeune Staline, de Simon Sebag Montefiore, Calmann-Lévy.
 

Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 10:57

 

Pour sauver les retraites, accueillir la vie

La véritable manifestation de soutien au régime des retraites se déroulera samedi prochain à Paris, entre la Basilique Notre-Dame des Victoires et la Basilique du Sacré-Coeur :

"Les manifestations de rue se multiplient pour sauver le système français, moribond, de retraite par répartition. Or, la réalité, occultée par l’Etablissement politico-médiatique, est que ce sont les enfants d’aujourd’hui qui paieront les retraites de demain. Face à ce fait, arpenter le pavé parisien pour protester contre le report, sélectif, de l’âge légal de départ à la retraite est aussi utile qu’un cataplasme sur une jambe de bois. En revanche, demander au Ciel que cesse l’assassinat des enfants à naître est d’une urgente actualité spirituelle, politique et sociale. L’avortement est d’abord un crime contre Dieu –Créateur de toute chose–, il est ensuite, de manière évidente, un crime contre l’enfant conçu, il apparaît enfin, de plus en plus, comme un crime contre l’avenir de la nation. La seule manifestation utile, le 16 samedi octobre prochain pour la défense des retraites, est la Marche de prière pour la Vie organisée par Renaissance Catholique depuis la basilique de Notre-Dame des Victoires jusqu’à celle du Sacré-Cœur de Montmartre. Comme l’écrivait le cardinal Ricard, archevêque de Bordeaux, le 19 février 2010:

"Il faut donner leur juste place à ces marches pour la Vie. (…) Nos consciences ont besoin d’être réveillées. Je pense que les différentes marches pour la Vie ont cette fonction."

Cette Marche de prière publique et de réparation constituera pour tous une excellente préparation aux prières pour la Vie demandées par le pape Benoît XVI, à tous les évêques du monde entier, à l’occasion de l’ouverture de la nouvelle année liturgique le 27 novembre prochain. [...] Ouverte à tous ceux qui œuvrent pour le respect de la vie et de la dignité de la personne, elle est avant tout une marche de prière. Elle s’effectue à un rythme permettant aux enfants d’y participer (5 km). Un cierge et un livret avec prières et chants sont proposés sur place (participation souhaitée de 4 €). Assistance de l’Ordre de Malte tout au long de la marche.

Rendez-vous à 17 h 45 devant la basilique Notre-Dame-des-Victoires, place des Petits-Pères, Paris 2e (M° Bourse) pour la cérémonie de départ. La Marche se termine par un Salut du Saint-Sacrement célébré à 20 h au Sacré-Cœur de Montmartre (M° Anvers)."

Michel Janva 

Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 10:33

      Par Nathalie Simon, 12/10

 Léocadia.
Une « pièce rose » de Jean Anouilh, pleine de charme et de poésie, portée par le dynamisme contagieux de Geneviève Casile.

Modeste modiste, la jolie Amanda (Noémie Elbaz, spontanée à souhait) débarque avec sa valise chez les « toqués ». Un étrange château dans lequel erre le prince Albert Troubiscoï (Davy Sardou, crédible), neveu de la duchesse d'Andinet-d'Andaine (Geneviève Casile, remarquable). Le jeune homme vit dans le souvenir de l'être aimé : une diva roumaine, Léocadia, morte lors d'un curieux accident de foulard. Sa tante a reconstitué à l'identique les lieux témoins des amours éphémères du couple. Elle recrute Amanda avec l'espoir de réveiller le « joli garçon qui dort derrière son chagrin ». Joliment mise en scène par Thierry Harcourt, cette « pièce rose » de Jean Anouilh fait vraiment voir la vie en rose. D'autant que les protagonistes entonnent à intervalles irréguliers Les Chemins de l'amour, chanson écrite par Jean Anouilh, dont la musique est composée par Francis Poulenc. En fée à talons, habillée d'un chemisier en satin gris et d'un pantalon rouge, Geneviève Casile est pour beaucoup dans la réussite de ce spectacle dépaysant. Son dynamisme et l'extravagance de son personnage entraînent ses partenaires dans un tourbillon d'un autre temps, magique et drôle. Pierre Dumas et Jean-François Guilliet, en maîtres d'hôtel - entre autres rôles -, apportent également une touche d'humour bienvenue. Voici un conte charmant et poétique, malgré certaines réserves : le démarrage de la pièce est trop lent et des baisses de régime ralentissent le rythme, peut-être en raison de la largeur du plateau.

Anouilh, biographié par lui-même

Né à Bordeaux en 1910, le dramaturge a pris soin de rédiger lui-même sa biographie dans une lettre adressée au metteur en scène et comédien Hubert Gignoux, en 1946. Extrait : « Après L'Hermine, j'ai décidé de ne vivre que du théâtre, et un peu de cinéma. C'était une folie que j'ai tout de même bien fait de décider. » Il classa ses pièces en diverses catégories : « roses » (Léocadia), « noires » (Médée), « brillantes » (La Répétition), « costumées » aussi.

LéocadiaThéâtre 14, 20, avenue Marc-Sangnier (XIVe) Tél. : 01 45 45 49 77. Horaires : mar., ven., sam. à 20 h 30, mer. et jeu. à 19 heures, sam. à 16 heures. Places : de 11 à 23 €. Durée : 1 h 50 jusqu'au 30 octobre.

 

» Réservez vos places avec Ticketac.com

Repost 0
Published by ISP - dans Scène
commenter cet article
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 09:12

 

Lu sur Catholiques en campagne :

P"La visite du Pape en Grande-Bretagne a relancé la question du rôle des catholiques en politique. Des journaux comme La Croix ont même écrit : «assurément, ce voyage est politique». [...] le chef de l’Eglise a tenu à rappeler aux nombreux catholiques britanniques venus l’écouter, et à travers eux à tous les catholiques, le rôle qu’ils ont à tenir dans la société. Une piqure de rappel qui en chatouille désagréablement plus d’un en France. La séparation de l’Eglise et de l’Etat y a été proclamée, c’est bien pour confiner la religion à un espace strictement privé !

Est-ce voler la part de César que de vouloir que les catholiques participent à la vie politique ? Non et Benoît XVI a affirmé que «La tradition catholique soutient que les normes objectives qui dirigent une action droite sont accessibles à la raison, même sans le contenu de la Révélation, a-t-il expliqué.» Si, certes, ce n’est pas aux prélats de diriger un pays, appuyer le gouvernement sur des principes solides et objectifs ne peut qu’aider les dirigeants à donner des lois plus justes. Comme l’a fait remarquer le Pape, la religion «n’est pas un problème que les législateurs doivent résoudre, mais elle est une contribution vitale au dialogue national». Oui, les catholiques ont un rôle à jouer en politique, n’en déplaise à certains !"

Michel Janva | Lien permanent 

Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article