Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 16:21

jclagarde

 

"Célébration partagée par les 3 religions du Livre"...

Vous le saviez ? 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 23:23

Aux Etats-Unis, la « santé mentale » de Donald Trump ciblée par les démocrates

LE MONDE |  • Mis à jour le  | Par 

Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter

 

DETROIT, MI - AUGUST 8: Republican presidential candidate Donald Trump delivers an economic policy address detailing his economic plan at the Detroit Economic Club August 8, 2016 in Detroit Michigan. Donald Trump is expected to attend a fundraiser in Canton, OH later today. Bill Pugliano/Getty Images/AFP == FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE  data-cke-saved-ONLY == ONLY ==

 

L’Association américaine de psychiatrie a appelé ses membres à résister à la tentation de donner leur avis sur la santé mentale de Donald Trump.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 22:31

Fressin, petite commune de 550 personnes, du Pas-de-Calais. Georges Bernanos y passa sa jeunesse et y vécut jusqu'en 1924 : « J'habitais au temps de ma jeunesse une vieille chère maison dans les arbres, un minuscule hameau du pays d'Artois, plein d'un murmure de feuillages et d'eau vive ».

  • Emmanuel Pall,  Publié le 

Georges Bernanos

Georges Bernanos

 

Petit village, marqué par le tournage du film Sous le soleil de Satan en 1987, Fressin, est une commune où Georges Bernanos, écrivain né en 1888 à Paris, passa son enfance. Fressin sera décrit dans la plupart de ses romans.

 


Très catholique, avec des convictions monarchistes, Georges Bernanos est blessé plusieurs fois pendant la Grande Guerre. En 1917, il se marie et aura six enfants. Il vit à Majorque pendant la guerre d'Espagne, puis au Brésil. A son retour en France, en 1945, il décline un poste au sein du gouvernement de De Gaulle. Il refuse la Légion d'Honneur, trois fois, ainsi qu'un siège à l'Académie Française. 

Ses oeuvres les plus connues sont le Journal d'un curé de campagne en 1936 et le fameux Sous le soleil de Satan en 1926 dans lequel il décrit particulièrement bien cette église de Fressin.

 

Afficher l'image d'origine

 

Reportage en direct avec Virginie Demange et Jean-Marie Barféty. 

 

(France 3 Nord Pas-de-Calais Matin)

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Initiatives
commenter cet article
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 21:52

 

Les enfants d'aujourd'hui ne jouent plus à cache-cache ou ne s'installent plus au calme avec un bon livre. Au lieu de cela, ils sont en contact permanent avec un monde de divertissement numérique : la télévision, les jeux vidéo, les téléphones portables. Si ces nouvelles technologies ont la possibilité d'enrichir nos vies de famille, elles peuvent aussi altérer le désir d'être ensemble et empêcher le développement social et émotionnel des enfants. 
Dans Élever ses enfants à l'ère numérique, Gary Chapman et Arlene Pellicane donnent des outils pratiques pour entreprendre des changements positifs dès maintenant. À travers des témoignages, et des conseils pleins de sagesse, vous découvrirez comment préserver votre foyer de la dépendance aux écrans. 
.  Donnez les outils à votre enfant pour qu'il ait une vie relationnelle épanouie dans un monde du tout numérique. 
.  Remplacez le gaspillage de temps devant les écrans par des temps en famille riches de sens. 
.  Établissez des limites simples pour l'utilisation des écrans 

La suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 11:19
  • le 11 septembre 2001 : « attentats » (?) terroristes à New York.

Les attentats du 11 septembre sont une série d'attentats-suicides terroristes menés par 19 pirates de l'air ayant détourné simultanément quatre avions de ligne. Le mardi 11 septembre 2001, ces pirates de l'air ont ainsi précipité deux avions dans le World Trade Center à Manhattan, New York, un dans chacune des deux tours les plus grandes, puis un troisième avion dans le Pentagone, et un quatrième avion s'est écrasé dans un champ dans le comté de Somerset, en Pennsylvanie. Dans un délai de près de deux heures, les deux tours se sont effondrées. Le bilan officiel est de 2 986 décès lors des attentats, incluant les 19 terroristes…

Voir la chronique du 28 juillet, qui raconte comment un bombardier américain percute frappe l'Empire State Building en 1945, n'y faisant un gros trou et tuant 14 personnes…

 

D'autres 11 septembre trop peu connus...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 08:59

A l'occasion des Jeux paralympique de Rio, retour sur une récente déclaration :

 

Handicapés : le pape dénonce le mythe du corps

Le pape François a dénoncé dimanche la dépression, «pathologie de la tristesse» de la société contemporaine, et la marginalisation des handicapés. Il s'exprimait devant 20 000 malades et handicapés réunis place Saint-Pierre à l'occasion du Jubilé des malades.

«Ces temps-ci, on considère qu'une personne malade ou portant un handicap ne peut pas être heureuse, parce qu'elle est incapable de mener le style de vie imposé par la culture du divertissement».

«A cette époque où un certain soin du corps est devenu un mythe de masse et donc une affaire économique, ce qui est imparfait doit être masqué, parce que cela porte atteinte à la sérénité des privilégiés et met en crise le modèle dominant».

Le souverain pontife a critiqué l'idée qu'

«il vaut mieux maintenir ces personnes séparées dans une «enceinte» - peut-être dorée - ou dans les «réserves» du piétisme et de l'assistantialisme (...) Dans certains cas, on soutient même qu'il vaut mieux s'en débarrasser, parce qu'elles deviennent un poids économique insoutenable en un temps de crise».

Texte de l'homélie.

 

Lu ICI  

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Pour la vie
commenter cet article
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 08:11

Lu sur Zinfos 974, le blog de l'Ile de la Réunion.

LBSJS 123 : "11 septembre 2001, 50 questions sans réponses"

LBSJS 123 : "11 septembre 2001, 50 questions sans réponses"

(...)  Le 11 Septembre 2001 restera gravé à jamais dans les mémoires collectives. Ce jour-là, 2973 personnes trouvèrent la mort dans la plus grande attaque jamais perpétrée contre les États-Unis...La version officielle des attentats a largement été contestée durant les 10 années qui suivirent ces évènements... De nombreuses personnes doutent encore de la version officielle. Souvent taxés de "conspirationnistes" ou de paranoïaques, ces chercheurs ont beaucoup de mal à avoir une place dans les médias qui relayent la version officielle sans jamais poser de questions... 
 
 Le sujet du 11 septembre amène un débat très difficile car il reste impensable pour beaucoup qu'une partie du gouvernement U.S. ait orchestré lui-même ces attentats...Cependant, à force d'en parler, nous nous sommes rendu compte d'une chose: les personnes réfutant la théorie du complot gouvernemental ne connaissent pas, pour la plupart, tous les éléments du débat. Certains ne savent même pas qu'une troisième tour (le WTC-7) s'est effondrée le 11 Septembre!
 
En 2013, le réalisateur Massimo Mazzucco a sorti un documentaire résumant les 12 années de débat sur ce sujet. Dans ce film, il confronte les debunkers (ceux qui soutiennent la thèse officielle) avec le9/11 truth movement (ceux qui la contredisent) et pose 50 questions qui, selon lui, restent sans réponses... Voir le lien pour les trois parties sur le site AID.  Nous en utiliserons des extraits pour alimenter le débat.
 
Voici les différents points de divergence que traite le documentaire "11 septembre: le nouveau Pearl Harbor":  La défense aérienne ;  Les pirates de l'air ; Les 4 avions ; Les tours du WTC ; Le Pentagone ; Shanksville ; L'effondrement du WTC-7 ; Le mobile ; L'arme du crime. ...
 


La suite (et notamment les références et vidéos) sur le site AID:  http://aid97400.lautre.net/spip.php?article1459

 

Jeudi 8 Septembre 2016 - 15:06

 

L'une des vidéos du site AID (5mn) :

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 23:01
La lecture, urgence de demain (malgré Internet)

« Ceux qui pensent que la lecture et les livres sont devenus inutiles se trompent lourdement sous l’effet d’un triple préjugé : que tout ce qui est moderne est toujours meilleur que ce qui a précédé ; que toute invention technique apporte forcément un progrès à l’humanité ; enfin que les livres sont une pratique élitiste, tandis que Google réalise une vraie démocratisation de la culture. La lecture n’est pas une pratique obsolète, c’est l’urgence de demain. Pas question de renoncer à l’outil Internet, mais il faut s’armer contre ses dangers. Il y va de l’avenir en nous de notre humanité. »

Extrait de Le fond de l’air est frais, par Danièle Sallenave, Editions Descartes & Cie / La Montagne, 2015, 188 p., 12 euros.La lecture, urgence de demain (malgré Internet)


« Ceux qui pensent que la lecture et les livres sont devenus inutiles se trompent lourdement sous l’effet d’un triple préjugé : que tout ce qui est moderne est toujours meilleur que ce qui a précédé ; que toute invention technique apporte forcément un progrès à l’humanité ; enfin que les livres sont une pratique élitiste, tandis que Google réalise une vraie démocratisation de la culture. La lecture n’est pas une pratique obsolète, c’est l’urgence de demain. Pas question de renoncer à l’outil Internet, mais il faut s’armer contre ses dangers. Il y va de l’avenir en nous de notre humanité. »

Extrait de Le fond de l’air est frais, par Danièle Sallenave, Editions Descartes & Cie / La Montagne, 2015, 188 p., 12 euros.

Lu sur Canal Académie

 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 09:22

Au moment où Botticelli peint sa Naissance de Vénus, la Renaissance est en plein essor en Italie et les artistes y redécouvrent une Antiquité dont un nombre important de manuscrits ont été recueillis et sauvegardés dans les monastères chrétiens pendant les vagues successives des invasions barbares. Les peintres et les sculpteurs puisaient ainsi souvent leur inspiration dans des recueils de mythes antiques. Botticelli s’inspire ici d’un thème provenant de ces écrits antiques et, avec la Naissance de Vénus, peint un mythe classique.

(...)

La Vénus de Botticelli représente la perfection de la beauté et appelle le spectateur à la regarder comme telle, beauté du corps et du visage, beauté de ce qu’elle représente, beauté de ce qu’elle exprime de charme et d’invitation à l’amour, mais à un amour réservé, pudique et tendre. Eternel féminin dont la beauté extérieure n’existe que pour inviter à la découverte des beautés intérieures.

La Vénus de Botticelli n’est finalement pas un symbole érotique, mais une incarnation de la beauté inspiratrice de sentiments authentiques et de nobles actions.

 

Lisez l'article complet

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 07:35
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Initiatives
commenter cet article
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 21:31

 

le 9 septembre 1876 : 9ème apparition de Notre Dame à Estelle de Pellevoisin (en l'octave de la nativité de la Sainte Vierge, veille de la fête du Saint Nom de Marie).

 

Dans le récit des apparitions, Estelle Faguette raconte :

« …Depuis plusieurs jours, j'avais le désir d'aller dans la chambre où je fus guérie. Enfin aujourd'hui, le 9 septembre, j'ai pu m'y rendre. Je finissais de dire mon chapelet quand la Sainte Vierge est venue.

« Tu t'es privée de ma visite le 15 août ; tu n'avais pas assez de calme. Tu as bien le caractère du Français. Il veut tout savoir avant d'apprendre, et tout comprendre avant de savoir. Hier encore je serais venue ; tu en as été privée. J'attendais de toi cet acte de soumission et d'obéissance. »

A ce moment je compris très bien que si je ne m'étais pas soumise et si je n'avais pas obéi, j'aurais été privée de la voir davantage…« Depuis longtemps les trésors de mon fils sont ouverts ; qu'ils prient. » En disant ces paroles, elle souleva la petite pièce de laine qu'elle portait sur sa poitrine. J'avais toujours vu cette petite pièce, sans savoir ce que c'était, car jusqu'alors je l'avais vue toute blanche. En soulevant cette pièce, j'aperçus un cœur rouge qui ressortait très bien. J'ai pensé de suite que c'était un scapulaire du Sacré-Cœur. Elle dit en le soulevant : « J'aime cette dévotion. » Elle s'arrêta encore ; puis elle reprit : « C'est ici que je serai honorée. »

 

Afficher l'image d'origine

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 13:45

 

C'est le thème du numéro de "Permanences", la revue de formation civique et culturelle, qui vient de paraître.

Commandez-le ICI.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans en Kiosque
commenter cet article
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 08:21

 

Rentrée…

Allez, chaque année depuis la maternelle, l’Holiday blues nous rend capricieux, coincés entre l’envie de profiter encore du bonheur de liberté et pressés de retrouver l’école qui commençait à nous manquer. Un secret espoir nous pousse à rentrer… Cette année, ce sera mieux : une nouvelle trousse, des crayons neufs, un beau cartable, de nouveaux copains et peut-être même un chouette prof de maths (pour une fois). Nous piaffons et rechignons en même temps en multipliant les « pourvu que ». Même si les bancs de l’école ne sont plus notre sujet depuis bien des années, le syndrome, lui, continue à nous rendre crédules… Voilà que Grand-Père, posant son journal, déclare : finalement Juppé n’est peut-être pas si mal. Sarkozy ? Sa traversée du désert lui a donné plus de fond. Hollande a compris des choses depuis son entrevue avec le Pape. Macron pourrait donner du sang neuf. Il est bien ce Mariton, il faut lui donner sa chance…

Comment peut-on croire encore, tous autant que nous sommes, à notre âge, avec autant de rentrées scolaires à notre actif, que Monsieur Tatillon, prof de maths, sera plus sympa cette année que l’année passée et sa matière plus intéressante ? Reprenons-nous vite avant les universités d’été, les jeux électoraux, les petites phrases, les grandes déclarations et les promesses fallacieuses. Allons, nous tous, guérissons du syndrome, soyons certains que Monsieur Tatillon ne sera pas mieux cette année, que sa matière austère ne nous servira, plus tard, qu’à remplir des feuilles d’impôts en constante augmentation alors que des candidats aux primaires et aux élections promettaient tous de les faire baisser.

Et, comme nous n’avons même plus de sous pour le nouveau cartable et les beaux crayons cette année, on veut rester dans notre cabane dans les bois. Nous n’avons plus l’âge pour l’école mais pour la politique… nous la ferons buissonnière !

Rédigé par Pasquin le  dans Humeur

Cet article a eut un coût, de sa rédaction à sa mise en place sur ce site. Merci d’aider à le financer en faisant un don ou en achetant le numéro correspondant.

Ce billet a été publié dans L'Homme Nouveau, je commande le numéro

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Récré
commenter cet article
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 14:42

 

La polémique actuelle sur le burkini est très intéressante et doit nous faire réfléchir sur les relations ambiguës de l’islam avec la femme . «L’une des grandes misères d’une bonne partie du monde dit arabe, et du monde musulman en général, est son rapport maladif à la femme » écrit le journaliste algérien, Kamel Daoud, dans une chronique qu’il a signée dans le Quotidien d’Oran début janvier 2016, suite aux agressions sexuelles de masse commises par des musulmans contre des Européennes durant la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne. Annie Laurent, spécialiste de l’Islam, nous aide dans cette réflexion.

 

Pour le poète Adonis, Syrien de confession alaouite,  « L’islam assujettit la femme et fixe cette servitude par le Texte », assure-t-il à la psychanalyste marocaine Houria Abdelouahed, dans un livre d’entretiens, Violence et islam (Edition du Seuil). De fait, on lit dans le Coran : « Les hommes sont supérieurs aux femmes à cause des qualités par lesquelles Dieu a élevés ceux-ci au-dessus de celles-là » (4, 34). Ce verset reflète sans doute l’héritage patriarcal des sociétés arabes mais en l’occurrence l’ennui est que cette tradition résulterait d’une volonté divine, donc immuable, et non des désordres engendrés par le péché originel, réalité que le Coran ignore.

Il en résulte, selon Adonis, que « l’islam a séparé de façon radicale la masculinité de la féminité » et qu’il a fait de la femme « un instrument pour le désir et le plaisir de l’homme ; il a utilisé la nature pour établir et asseoir davantage sa domination ». Le poète appuie son raisonnement sur des versets coraniques, tels que celui-ci : « Vos femmes sont pour vous un champ de labour : allez à votre champ comme vous le voudrez » (2, 223). La Sunna (Tradition) abonde dans le même sens si l’on se réfère aux hadîth-s (récits) rapportant des propos attribués à Mahomet et à ses proches. « Une femme ne doit jamais se refuser à son mari, fût-ce sur le bât d’un chameau », sinon « elle sera maudite par les anges ». En revanche, « toute femme qui meurt en laissant son mari satisfait d’elle ira au paradis ».

La conception islamique du mariage fait de l’épouse non pas un sujet contractant mais l’objet d’un contrat qui rend licite (halal) l’acte sexuel. On est loin de la conjugalité et de l’indissolubilité propres au mariage chrétien !

Le musulman possède alors des droits absolus sur sa compagne. Il lui est permis de la battre, de la partager avec d’autres femmes et de la répudier (Coran 4, 34 ; 4, 3 et 2, 241). (…)

Les femmes sont par ailleurs objets de discrédit et de méfiance. Là aussi, les sources abondent. Pour Ali, cousin et gendre de Mahomet, « il ne faut jamais demander un avis aux femmes, car leur avis est nul […] même en une matière concernant la vie quotidienne ». En refusant de serrer la main à celles qui sont étrangères au cercle familial, les salafistes observent une consigne du prophète de l’islam : « Celui qui touche la paume d’une femme à laquelle il n’a pas d’accès licite, on lui mettra une braise sur sa paume le jour du Jugement dernier ». Et encore : « Le diable est toujours présent lorsqu’un homme se trouve avec une femme ».

Toute mixité est donc source potentiel de péché .D’où, dans les milieux les plus scrupuleux, la ségrégation imposée aux adultes, notamment à l’Université ou sur les lieux de travail et de loisirs, et même dans des circonstances propices à la joie partagée, comme les mariages. Hommes et femmes festoient alors dans des espaces séparés. D’où également l’obligation du port du voile islamique en dehors du domicile. Il s’agit de préserver l’homme de toute tentation charnelle, car la chasteté est une attitude incomprise en Islam.

Loin de favoriser l’émancipation des musulmanes, l’exemple occidental, où se développe l’impudicité (les mini-jupes sont décrites comme « normales » dans les guides du réfugié distribués aux migrants en Allemagne) ne peut qu’encourager l’obsession sexuelle si caractéristique des sociétés musulmanes. (Famille chrétienne n° 1990 du 5 au 11 mars 2016)

 

Contrairement au christianisme, l’islam n’a pas développé une théologie de la femme. On ne trouve dans l’enseignement musulman aucune réflexion doctrinale et spirituelle sur le mystère et la vocation de la femme. Dans l’islam, la féminité est très rarement considérée pour ce qu’elle peut apporter à l’humanité en vertu de ses charismes et de son génie propres. De même, l’histoire islamique n’est pas jalonnée de figures féminines dignes d’être exaltées comme c’est le cas dans l’histoire chrétienne. (La petite feuille verte, N°19 Mars 2014)

 

Merci à EVR.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 07:58

 

Tout est miracle dans l'histoire de la Sainte Vierge ; sa naissance ne fait point exception, et, bien que pauvre aux yeux du monde, elle apparaît aux yeux de la foi entourée des plus éclatantes merveilles.

Aussi est-ce avec raison que l'église s'écrie en ce jour : « Votre naissance, ô Marie, Mère de Dieu, a rempli tout le monde de consolation et d'allégresse, parce que le soleil de justice, Jésus-Christ, notre Dieu, est né de vous, Lui qui nous a tirés de la malédiction où nous étions plongés et nous a comblés de bénédictions ; Lui, qui, ayant ruiné l'empire de la mort, nous a introduits dans la vie éternelle. » Cette fête, en effet, doit être une réjouissance universelle ; ce n'est pas un heureux présage pour une ville ou pour un peuple, mais pour l'humanité tout entière.

Joachim et Anne, ses parents, étaient de la race de David, de laquelle devait naître le sauveur promis au monde ; mais ils étaient avancés en âge et n'avaient point d'enfants ; donc nulle espérance humaine pour eux de donner naissance au rédempteur attendu. Dieu, qui aime à confondre les calculs des hommes et les prévisions naturelles, jugea autrement et renouvela pour Joachim et Anne la merveille dont l'Ancien Testament nous rapporte plusieurs exemples. Les deux vieillards reçurent l'annonce des desseins de Dieu, et au temps marqué Marie paraissait au monde. Toute pure, toute immaculée avait été sa conception, toute pure et toute privilégiée fut sa naissance.

Quelle joie ce jour-là dans la maison de Joachim ! Figurons-nous combien devait être ravissante cette enfant de bénédiction, sanctifiée dès le premier instant de sa vie, et dont les facultés n'avaient pas connu un seul instant le sommeil ni l'imperfection ! Les saints ne tarissent pas d'éloges sur la naissance de Marie : « Avant la naissance de Marie, disent-ils, le monde était enseveli dans les ténèbres du péché ; avec elle paraît l'aurore qui annonce le soleil de justice. Parfaite dès sa naissance, Marie ne fit que croître chaque jour en vertus... »

Astre toujours progressant en lumière, si beau dès son apparition, qu'il devait être éblouissant au terme de sa course ! Quel bonheur pour les élus de contempler au ciel les merveilles opérées par Dieu en Marie ! Unissons-nous à l'Église qui l'honore aujourd'hui sous cent titres différents dans une multitude de sanctuaires vénérés.



©Evangelizo.org

 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 22:09

Le chanteur Renaud s'est fait tatouer le Christ dans le dos

Forcément, cela ne plait pas à tous ses fans (comme sa déclaration d'amour aux policiers dans son interview publié sur le blog de la préfecture de police) mais il explique que :

"Se tatouer le Christ n’est pas une question de religion, mais un acte d’amour pour mes frères humains".

Topelement

Comme dit un internaute : "Je mets ma main à couper que le Renaud des années 80 a envie de gifler celui de main­te­nant". On ne va pas non plus lui reprocher d'associer l'image du Christ à l'Amour fraternel...

Philippe Carhon

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 19:45

 

La première retraite spirituelle à Châteauneuf-de-Galaure se déroule du lundi 7 au dimanche 13 septembre 1936. Elle constitue une étape importante dans la croissance des l'œuvre des Foyers de Charité. Dès le premier jour, l'abbé Finet devient le père spirituel de Marthe. Il accompagnera Marthe Robin jusqu'au bout, dans ce qu'elle vit avec le Christ, et leurs deux vies seront liées profondément.

« Alors là, elle [la Très Sainte Vierge] me dit : «  Ce sera quelque chose de tout nouveau dans l'Eglise ; cela ne se sera encore jamais fait. Ce sera du laïcat consacré, ce ne sera pas un ordre religieux. Les Foyer de charité seront dirigés par un prêtre, le Père, et ils comprendront des laïcs engagés. […] Ces Foyers de charité auront un rayonnement dans le monde entier. Ils seront une réponse du Cœur de Jésus après la défaite matérielle des peuples et les erreurs sataniques. » Elle m'a dit que parmi les erreurs qui allaient sombrer, il y aurait le communisme, le laïcisme, et la Franc-maçonnerie. Elle m'a parlé de ces trois choses là, notamment. Elle m'a dit cela en 1936. Mais elle m'a dit que ce serait après une intervention de la Sainte Vierge. »

Le père Finet rapportant des propos de Marthe Robin, cité par François Marie ALGOUD dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs (Editions de Chiré, pages 195 et 196)

 

D'autres 7 septembre sont ICI

 

Afficher l'image d'origine

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 06:33

A l’occasion de la rentrée scolaire, les nouveaux manuels scolaires que les éditeurs envoient aux établissements pour répondre à la réforme des programmes scolaires sont analysés par les enseignants. Nombreux y relèvent une baisse généralisée du niveau d'exigence . Le pire étant en  histoire-géographie. La plupart des nouveaux manuels font quasiment l'impasse sur les belles pages de l'histoire de France, pour s'étendre des chapitres durant  en culpabilisation mémorielle. Une exception : le Nouveau Manuel d'Histoire (cycle 5e - 4e - 3e) publié par La Martinière, et coordonné par l'historien Dimitri Casali, Ce manuel d'histoire présente une approche chronologique, qui tient compte du programme, mais qui complète aussi ses lacunes. Voici la belle préface qu’a donnée à cet ouvrage l’ancien ministre de l'éducation, Jean-Pierre Chevènement.

EVR

  

Tout peuple,  pour exercer sa souveraineté, doit avoir conscience de lui-même et par conséquent de son Histoire. A cette condition seulement, le Peuple existe comme «demos», c'est-à-dire comme corpus de citoyens capables de définir ensemble un intérêt général.

C'est pourquoi le récit national est une part importante et même décisive de la conscience civique. C'est le mérite de M. Dimitri Casali et des professeurs d'Histoire qu'il a réunis autour de lui d'avoir su élaborer ce manuel de manière vivante, en s'appuyant sur la chronologie et quelques grands personnages propres à frapper l'imagination des élèves, tant il est vrai que pour enseigner l'Histoire. il faut raconter des histoires (mais des histoires vraies!).

Si j'ai employé l'expression «récit national», c'est évidemment à dessein : un récit se doit d'être objectif et de restituer l'Histoire, avec ses lumières, mais aussi avec ses ombres. Je distingue donc clairement le «récit national» du «roman national» : la France n'a pas besoin de «romancer» son Histoire. Celle-ci comporte des taches. Ainsi la conquête de l'Algérie s'est faite avec des violences inacceptables : les soldats de Bugeaud ont utilisé contre les Algériens les méthodes qu'ils avaient apprises dans les guerres que les armées napoléoniennes avaient livrées en Espagne, en 1812-1814, contre les insurgés, levés à l'appel de l'Église. Mais si je partage le point de vue de Clemenceau sur la colonisation (il contestait qu'il y eût des civilisations supérieures à d'autres), je ne pense pas que la France occupe, au podium des horreurs du colonialisme, la première place. Le livre de Dimitri Casali rappelle utilement l'œuvre de Savorgnan de Brazza au Congo.

La France n'a pas commis de génocide (je ne ferai pas la liste des peuples génocidaires). Je préfère donc au concept de repentance, celui de «conscience». Lui seul me parait de nature à rompre avec les surenchères d'humiliations, de violences, de ressentiments et de haines qui menacent aujourd'hui l'Humanité. L'Histoire de France est une belle et grande Histoire, celle d'un peuple qui, comme l'a montré Michelet, a, le premier en Europe, proclamé les «Droits de l'Homme et du Citoyen» de 1789. L'inspiration de la «Grande Révolution» a façonné et façonne encore l'Histoire du monde. II n'y a donc pas lieu de revisiter l'Histoire de France, même à la lumière d'un XXe siècle particulièrement éprouvant. J'aimerais en particulier qu'on montre davantage que l'effondrement de mai-juin 1940, avant d'être militaire, a été d'abord un effondrement politique : celui d'élites déboussolées qui ne savaient plus quelle guerre elles devaient faire. Et peut-être aussi pourrait-on mentionner Stalingrad, avant et avec le débarquement du 6 juin 1944...

Pour éviter demain les «chocs de civilisations dont parlait l'historien américain Huntington, il faut aussi connaître l'Histoire des autres : ainsi Charlemagne, qui s'efforçait vers l'an 800 de relever l'Empire romain effondré trois siècles plus tôt, échangeait-il des cadeaux avec Haroun al-Rachid, le calife de Bagdad dont la magnificence des présents témoignait de la splendeur de la civilisation arabe à cette époque.

On ne peut pas faire d'emblée de l'histoire comparative. C'est le grand mérite du livre de M. Casali et de son équipe d'avoir centré ce manuel destiné aux classes du cycle 4 (5', 4', 3') sur l'Histoire de la France. Il faut d'abord se connaître soi-même avant de prendre la distance qui permet de s'ouvrir aux autres.

Le mérite de ce livre est d'offrir une documentation diversifiée propre à nourrir un débat équilibré et serein sur tant de questions qui font aujourd'hui polémique alors qu'elles mériteraient d'être traitées avec recul et hauteur de vue. Un bon manuel d'Histoire est celui qui fait découvrir les continuités au-delà des ruptures, sans occulter le sens de ces dernières.

Je souhaite que celui-ci remplisse pleinement ce rôle fédérateur et fasse apparaitre quelle somme d'efforts, de combats, de souffrances ont été nécessaires pour « faire France». Car cette tâche est plus que jamais nécessaire, dans le temps d'épreuves qui est devant nous.

 

Afficher l'image d'origine

Pour aider à la diffusion...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
4 septembre 2016 7 04 /09 /septembre /2016 10:48

« On nous a parlé comme à des abrutis»

Chaque professeur doit obligatoirement suivre huit journées de formation, dont trois réservées au numérique, pour comprendre la réforme du collège. Le Point titre "voyage en absurde". Et en effet, le récit est éloquent. Réactions choisies :

Unknown-36« Il y a un côté sectaire dans ces formations. On est tenu d'y croire, comme à une divinité. Ceux qui mordent à l'hameçon et y croient ont une rhétorique simple : il y a des choses qui ne marchent pas actuellement, donc la réforme est bonne. Quel sophisme ! »

« On nous a parlé comme à des abrutis. On n'a pas attendu qu'on nous dise de bosser avec les collègues pour le faire ! Mais dans le cadre défini par la réforme, c'est infaisable. Lorsque j'ai demandé à l'inspectrice quand nous étions censés nous organiser, elle m'a répondu : Pendant la récré, en salle des profs, vous n'avez qu'à marcher avec vos collègues vers la machine à café pour discuter de l'EPI ! C'était totalement infantilisant. »

 « Nous étions censés recevoir les nouveaux programmes il y a quatre mois. Mais nous n'avons toujours aucune nouvelle. »

Réponse d'une formatrice :

« Si cela ne vous plaît pas, vous n'avez qu'à changer de métier ! »

Lu ICI

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
4 septembre 2016 7 04 /09 /septembre /2016 08:42

A l'occasion de la canonisation de Mère Teresa, les grands medias n'en ont pas parlé...

 

"Le plus grand destructeur de la paix, aujourd'hui, est le crime commis contre l'innocent enfant à naître."

A l'occasion de sa canonisation, nous pouvons relire le discours de Mère Teresa à Oslo lors de la remise de son Prix Nobel le 10 février 1979. Extrait :

Unknown-44"Et je ressens quelque chose que je voudrais partager avec vous. Le plus grand destructeur de la paix, aujourd'hui, est le crime commis contre l'innocent enfant à naître. Si une mère peut tuer son propre enfant, dans son propre sein, qu'est-ce qui nous empêche, à vous et à moi, de nous entretuer les uns les autres ? L'Écriture déclare elle-même : « Même si une mère peut oublier son enfant, moi, je ne vous oublierai pas. Je vous ai gardés dans la paume de ma main. » Même si une mère pouvait oublier...Mais aujourd'hui on tue des millions d'enfants à naître. Et nous ne disons rien. On lit dans les journaux le nombre de ceux-ci ou de ceux-là qui sont tués, de tout ce qui est détruit, mais personne ne parle des millions de petits êtres qui ont été conçus avec la même vie que vous et moi, avec la vie de Dieu. Et nous ne disons rien. Nous l'admettons pour nous conformer aux vues des pays qui ont légalisé l'avortement. Ces nations sont les plus pauvres. Elles ont peur des petits, elles ont peur de l'enfant à naître et cet enfant doit mourir ; parce qu'elles ne veulent pas nourrir un enfant de plus, élever un enfant de plus, l'enfant doit mourir.

Et ici, je vous demande, au nom de ces petits... car ce fut un enfant à naître qui reconnut la présence de Jésus lorsque Marie vint rendre visite à Elisabeth, sa cousine. Comme nous pouvons le lire dans 1'Evangile, à l'instant où Marie pénétra dans la maison, le petit qui était alors dans le ventre de sa mère tressaillit de joie en reconnaissant le Prince de la Paix.

Images-24C'est pourquoi, aujourd'hui, je vous invite à prendre ici cette forte résolution : ...la suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article