Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 15:33
Les émissions "Dieu Merci !" de la chaîne Direct8 sont désormais visionnables en ligne (en haute qualité); ici : www.direct8.fr/program/dieu-merci/

Dieu merci

 

Face à ce regain d’intérêt pour le sacré, les croyances et les rites, mais aussi face aux idées reçues, « Dieu merci ! », présenté par Hadrien Lecoeur, apporte un regard simple, original et positif sur la foi.

 

Figures marquantes ou simples anonymes, artistes, philosophes, aventuriers, historiens, hommes politiques, tous viennent témoigner sur le plateau de « Dieu merci ! », de leur engagement spirituel, montrant un visage diversifié, ouvert et décomplexé des croyants.

Repost 0
Published by ISP - dans Religio
commenter cet article
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 16:33


Bruegel et l’art du paysageTeniers et la scène de genreLes natures mortesDe Titien à Jordaens, la peinture d’Histoire


au   Musée Jacquemart-André  à Paris

Repost 0
Published by ISP - dans Regard
commenter cet article
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 11:37


"Comment surmonter le darwinisme ?"
Colloque annuel du CEP (Centre d'Etudes et de Prospective sur la Science)
3-4 octobre à Nevers


http://www.le-cep.org/activite.html

 

http://www.le-cep.org/activites/colloque2009.pdf

Fiche d'inscription

Programme

Repost 0
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 23:11

 
Un nouvel article ? Pour en être informé,

en inscrivant simplement votre adresse
dans la colonne de droite ...

Repost 0
Published by ISP - dans Petrus Angel
commenter cet article
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 22:41
vient de paraître

Culture : vouloir renaître

(JPEG)

A qui irions-nous ?

Evénement : Caritas in veritate : un monument pour notre temps

Actualité

Société : S’émanciper de notre condition naturelle, extraits de « Contre-nature »

Vie : Les sages femmes et l’avortement

Irak : Sous les bombes... étudier la parole

Dossier : culture, vouloir renaître


La France et sa culture

Sommes-nous sortis de la culture

Culture : ce qui fait en l’homme l’humain

Culture : vouloir renaître

Qu’est-ce que la beauté ?

Beauté de l’ordre humain

Ce que dit l’Eglise - Une vie vraiment humaine

Evangélisation

L’expérience de la première évangélisation

Les défis de la nouvelle évangélisation

Culture

Rencontre avec Marc Villeminoz, artiste peintre

La Pietà de Michel-Ange

Lire :

La Légende noire de l’Espagne

L’Eglise et les femmes

Voir : La journée de la jupe

Chroniques :

Et vous, votre tabou, c’est quoi ?

Sur la possibilité d’une mauvaise réception d’une très bonne encyclique

Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 22:39

A 24 ans, le grand Michel-Ange nous livre une représentation étonnante où le spirituel et l’artistique se mêlent étroitement. Le groupe du fils et de la Mère est exécuté avec une virtuosité qui nous surprend encore. Aucune hésitation dans l’exécution. La main de l’artiste pressent la pierre, ce marbre qu’il a choisi lui-même à Carrare, ce marbre amoureusement poli libère une des images les plus authentique du Mystère chrétien. Et pourtant, une difficulté s’impose à l’artiste : adapter le corps du Christ allongé à la forme de la Vierge assise. Mais Michel-Ange connaît son métier. Si nous regardons bien, la Vierge est beaucoup plus grande que le Christ. Sans ce subterfuge l’œuvre aurait été visuellement loupée. Très vite ce qui frappe, c’est l’abandon du corps du Christ sans aucune rigidité qui repose en paix avant la Résurrection.

La Vierge enveloppée dans un grand manteau est assise, le cadavre posé sur ses genoux, la jambe droite repliée, la jambe gauche suspendue, le bras droit pend, la main touche le drapé de la robe de Marie. La qualité de la transparence de la chair, de la souplesse des muscles, le rendu de la beauté physique du Christ en somme est inséparable de la sérénité , de la douceur et de la bonté que son visage exprime. Dieu « dort », faible sur les genoux de sa mère, dans une immobilité nonchalante.



La tête penchée, la Vierge d’une main soutient le buste de son Fils, l’autre s’ouvre dans un geste d’offrande. Elle pleure et adore en même temps la merveille que Dieu lui a donnée. La douleur a disparu de son visage. Son expression est calme et mesurée. Rien de théâtral. Elle garde en en son cœur transpercé tous ces évènements cruels abattus sur ce fils chéri. « Elle a vu Jésus tourmenté et flagellé pour les péchés de ses frères. Elle a vu ce tendre Fils mourant sans consolation, jusqu’au dernier soupir » 
. Elle l’a suivi dans sa Passion et souffert avec Lui debout au pied de la Croix. Marie a d’autant plus souffert qu’elle ne pouvait s’empêcher de penser : « De mort, O mon Dieu Vous n’en aviez pas. Pour sauver le monde... O douleur ! Là-bas, Ta mort d’homme, un soir, noire, abandonnée , Mon petit, c’est moi qui te l’ai donnée... » . L’amour sauveur du Christ a submergé sa Mère. L’âme du Christ est mêlée à celle de sa Mère dans un don de soi commun. Ils ne font plus qu’un. La Pieta vu d’en haut comme nous le laisse voir les fameuses photos de Robert Hubka s’inscrit dans un cercle imaginaire qui donne à cette œuvre sa grandiose cohérence.

retrouvez l'article complet ici :
http://www.ichtus.fr/article.php3?id_article=479

Les photos sont prises à l'exposition Hupka de l'abbaye de Hautecombe.

Repost 0
Published by ISP - dans Regard
commenter cet article
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 08:04
Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 07:41


Lettre de responsables du journal "L'Humanité" demandant aux autorités allemandes l'autorisation de reparaître le 25 juin 1940 pour défendre la pacification européenne et la pacte germano-soviétique

Lettre adressée au Colonel Boemelburg de la Gestapo. Paris, le 25 juin 1940.

Monsieur,
Comme suite à la conversation que nous avons eue ce matin, nous tenons à vous préciser les préoccupations oui sont nôtres, dans les moments difficiles que nous
traversons.
Laissez-moi vous rappeler tout d'abord que nous, communistes, devant la guillotine ou le poteau d'exécution, nous avons été les seuls à nous dresser contre la guerre, à demander la paix à une heure où il y avait quelque danger à le faire.
Si on nous avait écoutés, dans les milieux dirigeants français, notre pays ne connaîtrait pas les difficultés qu'il connaît aujourd'hui. La France n'aurait pas connu la guerre. Mais au lieu de nous écouter, on a jeté nos militants en prison, on s'est livré contre nous aux pires persécutions. Ces braves, chacun le sait, ce sont les communistes, et quand, par exemple, les journaux comme "Le Matin" ou "Paris-Soir", qui se sont rendus libres par leurs mensonges, viennent maintenant parler au peuple, qui donc pourrait avoir confiance en eux ?
Il y a un journal qui est capable d'inspirer confiance au peuple, parce qu'il a été interdit par le Gouvernement des fauteurs de guerre. Ce journal, c'est "L'Humanité", bien connu comme organe central du Parti communiste français.
C'est pourquoi nous pensons que dans les circonstances actuelles, le journal "L'Humanité" peut rendre d'immenses services au peuple de France, à condition qu'on n'essaye pas de lui dissimuler son véritable caractère, faute de quoi il apparaîtrait comme une contrefaçon sans aucune espèce d'intérêt.
Nous demandons donc l'autorisation de publier "L'Humanité" sous la forme dans laquelle elle se présentait à ses lecteurs avant l'interdiction par Daladier, au lendemain de la signature du Pacte gerrnano-soviétique.
"L'Humanité" publiée par nous se fixerait pour tâche d'oeuvrer au redressement économique du pays, en exaltant la mission créatrice des travailleurs, en s'efforçant de développer l'effort de production dans tous les domaines, tant dans l'agriculture que dans l'industrie.
"L'Humanité" publiée par nous se fixerait pour tâche de dénoncer les agissements de l'impérialisme britannique qui veulent entraîner les colonies françaises dans la guerre et d'appeler les peuples coloniaux à lutter pour leur indépendance contre les oppresseurs impérialistes.
"L'Humanité" publiée par nous se fixerait pour tâche de poursuivre une politique de pacification européenne et de défendre la conclusion d'un pacte d'amitié franco-soviétique, qui serait le complément du pacte germano-soviétique et ainsi créerait les conditions du paix durable.
P.S - Afin que "L'Humanité"puisse remplir sa tâche de défenseur et conseiller du peuple, il faut
1 ° que soient libérés les militants communistes emprisonnés ou internés dans des camps de concentration [par la IIIe république];
2 ° que soient rétablis dans leurs fonctions et droits de représentants du peuple tous les élus arbitrairement déchus de leur mandat et qui ont, envers et contre tous, défendu le pacte germano-soviétique (sénateurs, députés, maires, conseillers généraux, conseilleurs d'arrondissement, conseillers municipaux).
TREAND Maurice du Comité central Du Parti Communiste Français
FOISSIN Robert, Avocat à la Cour de Paris (signé)
CATELAS Jean, Député - du Comité central du Parti Communiste Français

 
http://www.lesbonsdocs.com/pages/guerresmondiales.htm#argumentsalliancenaziscoco

Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 18:40

Drôle de civilisation

Quel été !

 

 

A chacun ses résolutions de la rentrée. Voici les miennes : premièrement, vendre ma voiture. C’était une folie d’en racheter une au printemps pour bénéficier d’une prime à la casse et contribuer, croyais-je naïvement, à sauver l’industrie automobile française. Elle ne m’a apporté que des ennuis: amendes,retrait de points de permis et maintenant taxe carbone ! Deuxièmement, ne plus me rendre en Provence, où la maison est chauffée au fuel. Troisièmement, envisager, puisque mon appartement parisien est chauffé au gaz, le passage au “tout-électrique”– ou, plutôt,puisqu’il est certain qu’EDF profitera de l’aubaine pour augmenter encore ses tarifs, tenter de m’habituer à lire et à écrire pendant des heures dans un bureau à 19 °C, avec une doudoune et des bottes fourrées… surtout pas fabriquées en Chine. Quatrièmement, ne plus prendre ni le métro, ni le bus, ni le train, même avec des gants et un masque.Ne plus embrasser mes amis ni même mes petits-enfants.Éviter aussi les salles de spectacle, où les gens ont la fâcheuse habitude d’éternuer. Bref, pour respecter à la fois le plan antigrippeA et le plan anti-CO2, je vais me mettre en hibernation avec un stock de livres. Finis les congrès politiques, les voyages, les sorties, les flâneries dans les boutiques et les expos.Fini de rire! (je rirai sous cape).Ainsi deviendrai-je une citoyenne modèle: en première ligne du combat national pour le sous-développement durable.


Christine Clerc, Valeurs Actuelles, le 03-09-2009
tout l'article ici :  http://www.valeursactuelles.com/public/valeurs-actuelles/html/fr/articles.php?article_id=5279
Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 18:40

 

Repost 0
Published by ISP - dans Récré
commenter cet article
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 22:49


 


Deux hippopotames discutent tranquillement
en faisant trempette dans le fleuve Congo.

Soudain, l'un des deux dit à l'autre :
" J'arrive pas à me faire a l'idée qu'on est déjà jeudi ! "

Repost 0
Published by ISP - dans Récré
commenter cet article
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 18:37
Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 15:44

 

"Monsieur Barnett" va chez son coiffeur attitré depuis dix ans. Sous les lumières crues du salon de coiffure, entre les caquetages du coiffeur et de la manucuriste, le portrait de Monsieur Barnett se dessine en creux.

D'origine modeste, devenu un homme d'affaires rusé, l'argent lui a ouvert toutes les portes et les bras de toutes les femmes et il suscite l'admiration forcée et craintive. Mais aujourd'hui, il semble absent, peut-être déjà ailleurs, avant d'être atteint d'un accès d'éructations dadaistes, submergé par les bouffées de réminiscence de "sa" scène originelle.

Dans cet univers du quotidien le plus prosaïque, Jean Anouilh instille poésie, cruauté et humour, un triptyque détonnant, pour traiter de ses thèmes de prédilection, notamment l'amour impossible et l'aboutissement dans la mort, à travers des personnages qu'il dissèque sans aménité. Il lui suffit de les laisser parler pour qu'ils atteignent tant les sommets du ridicule que du tragique.

la suite ... http://www.froggydelight.com/article-6845-Monsieur_Barnettrétation 

Tragi-comédie de Jean Anouilh, mise en scène de Catherine Van Hecke, avec Sylvie Mauté, Anna Jahjah, Jack Gallon et Alain Pretin

au théâtre du Nord Ouest : http://petrus.angel.over-blog.com/article-24993068.html

Repost 0
Published by ISP - dans Scène
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 22:59

Nouveauté

VAAS Sébastien • L'ENFER DU VIRTUEL

VAAS Sébastien • L'ENFER DU VIRTUEL
 
160 p.

La communication naturelle pour sortir de l’isolement technologique

J’avais 14 ans quand Internet est apparu, 18 lorsqu’il a éclaté au grand jour, 22 lorsqu’il a atteint sa maturité. J’ai suivi et participé – en tant que programmeur – à toutes les étapes du développement de cet outil qui semble être devenu un être à part entière dont beaucoup ne peuvent plus se passer. Mais, en 2005, alors que je gagnais confortablement ma vie et gérais une communauté virtuelle de 8 000 membres, j’ai tout quitté.
La vie virtuelle n’est pas ce qu’elle paraît être quand on la découvre. Elle est comme une jolie fille qui se transforme en araignée et tisse une toile d’une telle densité qu’on en vient à oublier qu’il y avait quelque chose au dehors. Pour elle, j’ai mis ma vie réelle entre parenthèses pendant près de dix ans et cela a eu des conséquences dont je ne mesure la portée qu’aujourd’hui. Je sais que je ne remettrai jamais mon coeur dans ce monde-là, et je n’ai pas besoin de justifier ce qui m’est apparu comme un simple choix entre la Vie et la Mort. Toutefois, deux ans plus tard, j’ai décidé de prendre la plume car je ne pouvais m’empêcher d’observer que non seulement une partie mais toute la jeunesse se dirige vers cette impasse. En partageant ce quej’ai compris de ma descente dans les entrailles du Web, ainsi que de ma difficile remontée, j’espère baliser quelque peu cette zone sinistrée
". (Sébastien Vaas)
http://www.lagedhomme.com 
pour commander et lire les premières pages

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 22:22


Les antiques démons familiers de l'homme, maîtres et serviteurs tout ensemble, les terribles patriarches qui ont guidé les premiers pas d'Adam au seuil du monde maudit, la Ruse et l'Orgueil, tu les vois qui regardent de loin cette créature miraculeuse placée hors de leur atteinte, invulnérable et désarmée. Certes, notre pauvre espèce ne vaut pas  cher, mais l'enfance émeut toujours ses entrailles, l'ignorance des petits lui fait baisser les yeux – ses yeux qui savent le bien et le mal, ses yeux qui ont vu tant de choses ! Mais ce n'est que l'ignorance après tout. La Vierge était l'Innocence. Rends-toi compte de ce que nous sommes pour elle, la race humaine ? Oh ! Naturellement, elle déteste le péché, mais enfin, elle n'a de lui nulle expérience, cette expérience qui n'a pas manqué aux plus grands saints, au saint d'Assise lui-même, tout séraphique qu'il est. Le regard de la Vierge est le seul regard vraiment enfantin, le seul vrai regard d'enfant qui se soit jamais levé sur notre honte et sur notre malheur. Oui, mon petit, pour la bien prier, il faut sentir sur soi ce regard qui n'est pas tout à fait celui de l'indulgence – car l'indulgence ne va pas sans quelque expérience amère – mais de la tendre compassion, de la surprise douloureuse, d'on ne sait quel sentiment encore inconcevable, inexprimable, qui la fait plus jeune que le péché, plus jeune que la race dont elle est issue, et bien que Mère par la grâce, Mère des Grâces, la cadette du genre humain.

 

Bernanos, Journal d'un curé de campagne

Repost 0
Published by ISP - dans Religio
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 22:08
Repost 0
Published by ISP - dans Regard
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 15:19


de rentrée



Et si vous parliez de Petrus Angel à 5 de vos amis et relations ...
MERCI !!!

Repost 0
Published by ISP - dans Petrus Angel
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 15:15


Elle défend le Saint-Père et le discours de l'Eglise catholique dans "Libération"

à l'occasion de la "nouvelle offre papier + Web" du quotidien.


Qui ça ?


Frigide Barjot
, humoriste, fondatrice de "
Touche pas à mon pape" !             Voyez >>>


                                                                                   vu sur http://e-deo.typepad.fr/

Repost 0
Published by ISP - dans Religio
commenter cet article
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 20:13
 
Repost 0
Published by ISP - dans Récré
commenter cet article
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 18:10


Cinq méditations sur la beauté

(JPEG)
Cinq méditations sur la beauté
François Cheng - Albin Michel - 161 pages - 12€

Il est des aphorismes étincelants qui aveuglent autant qu’ils illuminent. Il est des sentences qui sonnent juste et paraissent définitives, mais sont finalement peu nourrissantes tant elles sont emportées : on veut bien, par exemple, on a même hâte que la beauté sauve le monde ; et puis quoi ? qu’a-t-on dit quand on a dit cela ? C’est souvent ainsi lorsqu’est évoquée la beauté. On s’en approche, on la cerne plus ou moins, mais on reste toujours sur l’impression que demeure un rideau et qu’il est vain de chercher à l’ouvrir. Ce qui, après tout, est normal : les mots dont on se sert pour saisir la beauté ne lui sont pas ajustés ; pour bien en parler, il faudrait utiliser son langage naturel, c’est à dire l’art.

Plutôt qu’un essai affirmatif, logique, argumenté, François Cheng a donc raison de proposer des méditations, car mieux valent ici la forme réflexive, les allers-retours, la progression en spirale. En bon chinois, François Cheng ne parle pas de méditation par coquetterie : ces cinq textes sont issus de cinq rencontres tenues dans une salle de méditation, au siège de la fédération nationale des enseignants de yoga...

Mais si François Cheng est chinois, il est aussi de l’Académie française. Si le français est sa langue d’écriture, c’est parce qu’il l’a choisi. Il le traite donc avec soin, se plaît à l’examiner de près et souvent pointe ce qu’on ne voit plus lorsqu’on n’a pas les moyens de s’exprimer dans une autre langue.
... la suite ici : 
 
http://www.ichtus.fr/article.php3?id_article=412

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article