Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

14 avril 2007 6 14 /04 /avril /2007 17:16
Le Petit Nicolas, Ségolène, et les copains,

Gospé et Sempinny
Publié aux éditions du Rocher
 

Que voilà un savoureux pastiche, que je conseille à tous en cette période électorale ! Pour qui aime le Petit Nicolas et ses copains, nous retrouvons ici tout à fait la langue utilisée par Goscinny dans ses ouvrages. Pour ceux qui aiment les dessins de Sempé, ceux-ci sont dans le même esprit, mais nous reconnaissons très bien les caricatures de ces personnages qui hantent nos télévisions en ce moment. Ceci dit, il est assez drôle de voir ces personnages politiques représentés enfants, et l'on voit que certains ont (physiquement !) changé, d'autres non ...

Lire la suite de la chronique de .

Repost 0
Published by ISP - dans Récré
commenter cet article
12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 21:25

Ils ont sans cesse le mot d'ordre à la bouche. Quel ordre ? Il y a un ordre chrétien. Notre ordre est un ordre de justice. Je prie les incrédules de bien vouloir un moment ne considérer que le principe même de cet ordre, d'oublier les échecs répétés de sa réalisation temporelle. Cet ordre est celui du Christ, et la tradition catholique en a maintenu les définitions essentielles. Quand au soin de sa réalisation temporelle, il n'appartient pas aux théologiens, aux casuistes, aux docteurs, mais à nous chrétiens. Or, la plupart des chrétiens paraissent absolument oublier cette vérité élémentaire. Ils croient que le royaume de Dieu se fera tout seul, pourvu qu'ils obéissent aux règles morales communes d'ailleurs à tous les honnêtes gens, se gardent de travailler le dimanche ( si toutefois les affaires n'en souffrent pas trop ), assistent le même jour à une messe basse et par dessus tout respectent les ecclésiastiques, c'est-à-dire obéissent aux conseils de prudence dont les gens d'Eglise sont naturellement prodigues, s'efforcent enfin d'ignorer ou même nient effrontément ce qui pourrait "faire le jeu de l'adversaire".

         Je dis, je répète, je ne me lasserai pas de proclamer que l'état présent du monde est une honte pour les chrétiens. Le sacrement de baptême leur a-t-il été conféré simplement pour leur permettre de juger de haut, avec mépris, les malheureux incrédules qui, faute de mieux, poursuivent une entreprise absurde, s'efforcent inutilement d'instaurer, par leurs propres moyens, un royaume de justice sans Justice, une chrétienté sans Christ ?  Georges Bernanos, " Nous autres Français ", 1939  

Repost 0
Published by ISP - dans Petrus Angel
commenter cet article
12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 21:19

Des Fleurs en Enfer

 

 

Fioretti du Bronx

 

 

Luc Adrian

 

 

 

Des fleurs en enfer : Fioretti du Bronx

 

 

Au coeur du Bronx, quartier sinistré de New York, une fraternité franciscaine a choisi de mener une vie évangélique radicale, selon la règle de François d ' Assise. Engagés auprès des plus pauvres, partageant leurs conditions de vie, leur détresse, leurs drames et leurs joies, quelques frères franciscains permettent à l ' espoir de renaître. Cachant sous leur robe de bure des trésors de tendresse, ces prophètes d ' un temps nouveau redonnent courage et fierté à des êtres ravagés par le malheur mais luttant toujours pour rester debout. Dans l ' esprit des Fioretti de saint François, cet ouvrage montre avec pudeur comment l ' amour et la compassion peuvent fleurir au coeur de l ' enfer. Textes et cahier photos composent un portrait émouvant de cette communauté urbaine oubliée des hommes, mais qui se souvient de Dieu.

 

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 21:55

 

Quoi de plus insignifiant qu'une pièce de sergé en lin qui a enveloppé un cadavre ? Rien. À moins que ce linge - le Linceul de Turin - ne constitue la pièce à conviction décisive dans " l'affaire " la plus explosive de la fin du siècle. Celle-ci a éclaté le 13 octobre 1988 lorsque les hommes des cinq continents virent apparaître pour la première fois, sur leur écran, le visage saisissant de l'homme supplicié, porté par ce linceul. Les médias l'ont présenté comme une simple contrefaçon moyenâgeuse du Christ, certains ont cru à une macabre mise en scène d'un tueur en série. Vrai ou faux ? Arnaud-Aaron Upinsky relate l'aventure scientifico-policière la plus exaltante qu'il a dû mener, pendant huit ans, pour venir à bout de l'énigme. Il découvrira au fil de son enquête que, si nul ne possède l'enregistrement du big-bang, en revanche nous détenons, grâce à ce linge, celui de l'origine de notre ère. Cet objet le plus chargé de science de tous les temps constitue, en effet, le film infalsifiable du fait fondateur de notre civilisation : la disparition inexpliquée d'un cadavre. Ce qui lui permet de mettre littéralement le Dieu des chrétiens au bout du microscope des savants pour confronter la science de l'an 2000 et la religion de l'an I. Quelle gageure ! Pour expliquer le rejet " viscéral " du Linceul par les religieux, l'auteur sera amené à découvrir que l'objet le mieux gardé au monde possède un terrible secret : il est porteur d'un message unique, scellé pendant vingt siècles dans les fibres de lin, dont la révélation était réservée pour l'avenir. La résolution de la plus grande énigme scientifique fait apparaître dans un éblouissement le message éclatant de l'homme du Linceul aux hommes de l'an 2000. 

 

 

Arnaud-Aaron Upinsky, "L'énigme du linceul, la prophetie de l'an 2000"

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 22:24

 

A propos du Suaire de Turin...

 

Sans entrer par trop dans le détail, en admettant que ce Suaire soit un faux du Moyen Age, il faudrait :

1. - que le faussaire ait délibérément soumis l'un de ses contemporains à tout le martyre de la Passion du Christ, dans le seul but d'impressionner cette toile avec son cadavre, puisque le corps qui a impressionné le Suaire porte toutes les marques de la Passion (flagellation, coups, marque du portement de la croix sur l'épaule, etc.)
2. - qu'il ait eu une parfaite connaissance des données physico-chimiques concernant notamment l'écoulement du sang, afin que la toile soit bien impressionnée avec les différents types de sang que l'on retrouve aujourd'hui sur le Suaire : sang artériel, veineux et mixte (qui ont coulé du vivant du supplicié) et sang de cadavre, qui s'est échappé du corps après la mort, notamment par la plaie du côté, en même temps que de l'eau.
3. - qu'il ait eu la géniale intuition du transpercement de la main dans le pli de flexion du poignet, ce qui était en total désaccord avec la tradition iconographique séculaire (ce transpercement au poignet est une exigence anatomique, démontrée par le Pr. Pierre Barbet, pour que le corps puisse être supporté sur la croix).
4. - qu'il ait connu le principe de rétractation du pouce par la suite de la lésion du nerf médian (ce qui était ignoré par la médecine de cette époque).
5. - que la blessure du côté devait apparaître au côté gauche et non au côté droit, l'inversion n'intervenant que lorsque l'on passe de l'image en négatif à l'image en positif.
6. - qu'il ait utilisé un drap ayant voyagé de Palestine jusqu'en Europe, puisque l'on trouve sur le Suaire des pollens provenant non seulement de Palestine, mais aussi d'Asie mineure, de France et d'Italie.
7. qu'il ait eu une telle connaissance des traditions judaïques, qu'il ait pensé à placer sur les yeux du cadavre (l'une sur l'oeil droit, l'autre sur l'arcade sourcilière gauche) deux pièces de monnaie romaines, datant de Ponce Pilate (où se les serait-il procurées ?), détails qui n'ont été découverts que grâce à l'invention de la photographie tridimensionnelle.

Cette liste pourrait s'allonger encore de nombreux autres points.

 

 

 

 

http://www.spiritualite-chretienne.com/combat/25-06-2005.html

Repost 0
Published by ISP - dans Religio
commenter cet article
8 avril 2007 7 08 /04 /avril /2007 09:41
Repost 0
Published by ISP - dans Regard
commenter cet article
8 avril 2007 7 08 /04 /avril /2007 09:35

Repost 0
Published by ISP - dans Regard
commenter cet article
7 avril 2007 6 07 /04 /avril /2007 07:31

 

Repost 0
Published by ISP - dans Religio
commenter cet article
7 avril 2007 6 07 /04 /avril /2007 07:30

 

Repost 0
Published by ISP - dans Regard
commenter cet article
5 avril 2007 4 05 /04 /avril /2007 22:44

 

 

Le Jeudi saint est un des jours les plus importants de la Semaine sainte : il correspond à la commémoration de la dernière Cène (au Cénacle) suivie de la nuit d'agonie du Christ au Jardin des Oliviers (Gethsémani).

Outre ce mémorial, c'est le Jeudi saint qu'est normalement célébrée la Messe chrismale, pendant laquelle l'évêque bénit et consacre les Saintes Huiles. Dans certains diocèses, cette célébration est un peu anticipée. A Rome, cette célébration a lieu dans la basilique Saint-Jean-de-Latran, cathédrale de Rome et du monde.

Le Jeudi saint est un jour de fête, qui commémore l'institution de l'Eucharistie par Jésus-Christ lors du repas pascal au Cénacle. Pendant la célébration de ce jour, on lit l'évangile du lavement des pieds, et le célébrant refait le geste de Jésus en lavant les pieds de quelques personnes de l'assemblée. Cette messe est la dernière qui soit célébrée avant la Veillée pascale du Samedi saint. C'est aussi la dernière fois que retentissent les cloches, pendant le gloria, avant la sonnerie de l'alléluia de Pâques.

Après le repas pascal, Jésus et ses apôtres se sont retirés à Gethsémani pour y bivouaquer, comme à l'habitude. Cette nuit fut cependant pour le Christ une nuit de prière et d'agonie - au cours de laquelle le Christ accepta le "calice" de sa Passion. La célébration liturgique du Jeudi saint se termine par une procession, pendant laquelle la réserve eucharistique (les hosties consacrées) est amenée dans un endroit spécialement aménagé, le reposoir. Une veillée y est souvent organisée, et les fidèles peuvent s'y recueillir et adorer le Christ dans une nuit de veille.


Le triduum pascal est un ensemble de trois jours (en latin triduum) qui marquent l'aboutissement de la Semaine Sainte et le sommet de l'année liturgique : c'est la célébration du mystère de Pâques, avec :

- la mort et la mise au tombeau de Jésus-Christ (le Vendredi saint),
- la descente du Christ aux Enfers durant le "Grand sabbat" du Samedi saint,
- la nouvelle de la Résurrection, nouvelle Pâque, durant la nuit du samedi au dimanche (Vigile pascale), où surgit la lumière de Pâques,
l'alléluia du Dimanche de Pâques, avec les messes de l'aube et du jour.

Le triduum pascal est l'articulation entre les quarante jours de préparation pénitentielle du Carême et les cinquante jours du temps pascal, jusqu'à la Pentecôte (dont quarante jours jusqu'à l'Ascension).

Au début du triduum pascal, l'aspect pénitentiel du Carême est encore souligné : non seulement on ne chante pas l'alléluia, mais les églises sont dépouillées, les clochers silencieux et, surtout, on ne célèbre pas le sacrifice de la messe.

Ensuite, à partir de la nuit du Samedi saint, c'est tout le contraire : lumière dans la nuit, sonnerie des cloches, alléluia omniprésent. Après le temps de l'abstinence et du jeûne vient celui de la fête.

C'est au pape Pie XII que l'on doit la restauration de la liturgie du triduum pascal dans son ancienne grandeur et à des heures et dans une atmosphère correspondant à celles du mystère, dans la liturgie latine (notamment, la vigile pascale), dans le même esprit qui avait été gardé dans les liturgies orientales.

Pour les catéchumènes, le Carême correspond à la fin du temps de préparation et le triduum pascal correspond aux rites d'initiation, d'entrée dans l'Eglise. C'est encore le moment où les catéchumènes adultes reçoivent les sacrements du baptême, de la confirmation puis de l'eucharistie, après une liturgie de la lumière et de la parole
.

http://www.levangileauquotidien.org/

Repost 0
Published by ISP - dans Religio
commenter cet article
1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 08:34


Juste avant de se colleter avec les marchands du temple, la popularité de Jésus lui vaudra une entrée triomphale à Jérusalem. Il en va ainsi de la faveur des foules... "Ils amènent l'ânon à Jésus... Beaucoup de gens étendirent leurs vêtements sur la route et d'autres des feuillages qu'ils coupaient dans la campagne. Ceux qui marchaient devant et ceux qui suivaient criaient "Hosanna..." (Marc)

AccueilAccueilLe tour du chef d'oeuvre

Notre Dame - Le pourtour du choeur
 Les Rameaux

Repost 0
Published by ISP - dans Religio
commenter cet article
31 mars 2007 6 31 /03 /mars /2007 23:40

 

Le tableau qui ressemble à un regard posé sur le paysage a été artistement stylisé par Bruegel. Deux couleurs "froides" dominent le tableau : le blanc de la neige et le vert-bleu blafard du ciel et de la glace. Les hommes, les arbres, les chiens, les oiseaux sont tous représentés dans une couleur sombre, ce qui s'oppose à la conception des couleurs de la vie : l'hiver apporte avec lui le sommeil et la mort (voir détails).

Les chasseurs dans la neige (1565)

Huile sur bois 117 x 162 cm
Vienne, Kunsthistorishes Museum Wien

Déjà paru sur Petrus Angel :

Le dénombrement ? 

     Regardez ce tableau. On est en hiver, il a neigé. Des maisons; des charrettes; des étangs gelés; des enfants qui jouent sur la glace. A gauche des personnages font la queue à un guichet. Un groupe les rejoint : une femme en bleu sur un âne, un bœuf, un homme ...
Repost 0
Published by ISP - dans Regard
commenter cet article
27 mars 2007 2 27 /03 /mars /2007 20:19

Je suis patriote. C'est coco, hein ? En 1975 !

 Appartenir longtemps à la Comédie-Française rend patriote. Vous promenez partout dans le monde vos malles timbrées de la cocarde bleu-blanc-rouge, emplies des nippes merveilleuses de la vieille France. Et partout dans le monde cette France ambulante est saluée, couverte de bravos, de bouquets, d'amour. Irrésistiblement, les cœurs des baladins qu'elle loge prennent la couleur bleu-blanc-rouge. J'ai vu les plus beaux lieux du monde. J'aime la France mille fois plus que tout autre lieu au monde. Peut-être parce que je suis français?  Sans doute parce que j'ai souvent été le point de convergence de milliers d'amours de la France. Il est sans cesse rappelé au Comédien-Français qu'il est le vivant maillon d'une tradition patrimoniale.

Jacques Charon, « Moi, un comédien »

Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
27 mars 2007 2 27 /03 /mars /2007 20:08




" que signifie "responsable" ?
Ça signifie exactement que la logique n'étant pas capable de saisir les événements à venir dans toute leur complexité, il est impossible de réduire les hommes au rôle de rouages d'une machine qui aurait pour mission de créer.
Chaque fois que l'on fonde un organisme, on dessert -par définition- la création.
Chaque fois que l'on crée une pente dans un homme, on sert la création.
Toujours cette image de l'eau. L'eau de votre baignoire qui pèse sur le plancher se débrouille toujours pour passer.
Au lieu de créer des organismes, vous feriez mieux de créer des chefs. Mais des chefs responsables. Et, le chef, s'il est responsable, vous verrez s'il accepte de ses subordonnés qu'ils ne soient pas, à leur tour, responsables.
Ce sera une belle cascade. Un miracle."

Antoine de Saint-Exupéry

relevé dans http://www.ifmp.org/

Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
27 mars 2007 2 27 /03 /mars /2007 20:02

La scène: un poulet au bord d’une route. Il la traverse.

La question : Pourquoi le poulet a-t-il traverse la route ?

DESCARTES : Pour aller de l’autre cote.

PLATON : Pour son bien. De l’autre cote est le Vrai.

ARISTOTE : C’est la nature du poulet de traverser les routes.

KARL MARX : C'était historiquement inévitable.

HIPPOCRATE : En raison d’un excès de sécrétion de son pancréas.

CAPITAINE JAMES T. KIRK : Pour aller là où aucun autre poulet n'était allé auparavant.

MARTIN LUTHER KING JR. : J’ai la vision d’un monde ou tous les

poulets seraient libres de traverser la route sans avoir à justifier leur acte.

MOISE : Et Dieu descendit du paradis et Il dit au poulet : « Tu dois

traverser La route ». Et le poulet traversa la route et Dieu vit que cela était bon.

NICOLAS MACHIAVEL : L'événement important c’est que le poulet ait traverse la route. Qui se fiche de savoir pourquoi ? La fin en soi de traverser la route justifie tout motif quel qu’il soit.

SIGMUND FREUD : Le fait que vous vous préoccupiez du fait que le poulet ait traverse la route révèle votre fort sentiment d'insécurité sexuelle latente.

BILL GATES : Nous venons justement de mettre au point le nouveau

Poulet Office 2003 », qui ne se contentera pas seulement de traverser

les routes, mais couvera aussi des oeufs, classera vos dossiers importants, etc...

BOUDDHA : Poser cette question renie votre propre nature de poulet.

GALILEE : Et pourtant, il traverse.

CHARLES DE GAULLE : Le poulet a peut-être traverse la route, mais il n’a pas encore traverse l’autoroute !

JACQUES CHIRAC : Parce que je n’ai pas encore dissous la route.

L’EGLISE DE SCIENTOLOGIE : La raison est en vous, mais vous ne le savez pas encore. Moyennant la modique somme de 10 000 F par séance, plus la location d’un détecteur de mensonges, une analyse psychologique nous permettra de la découvrir.

RICHARD NIXON : Le poulet n'a pas traversé la route, je répète, le poulet n'a JAMAIS traversé la route.

ERIC CANTONA : Le poulet, il est libre le poulet. Les routes, quand il veut, il les traverse.

BILL CLINTON : Je jure sur la constitution qu’il ne s’est rien passe entre ce poulet et moi.

EINSTEIN : Le fait que ce soit le poulet qui traverse la route ou que ce soit la route qui se meuve sous le poulet dépend uniquement de votre référentiel.

JEAN-PIERRE RAFFARIN : Le poulet n’a pas encore traverse la route, mais le gouvernement y travaille.

JEAN ALESI : Je ne comprends pas, théoriquement, le poulet il avait le temps de passer.

RICHARD VIRENQUE : C'était pas un lapin ?

JEAN-CLAUDE VANDAMME : Le poulet la road il la traverse parce qu'il

sait qu'il la traverse, tu vois la route c'est sa vie et sa mort, la route c'est Dieu c'est tout le potentiel de sa vie, et moi Jean Claude Super Star quand je me couche dans Timecop quand le truck arrive je pense à la poule et a Dieu et je fusionne avec tout le potentiel de la life de la road ! Et ça c'est beau !

ZEN : Le poulet peut vainement traverser la route, seul le Maître

connaît le bruit de son ombre derrière le mur.

NELSON MONTFORT : J'ai à côté de moi l'extraordinaire poulet qui a réussi le formidable exploit de traverser cette superbe route: " Why did you cross the road ? " " Cot cot !" "eh bien il dit qu'il est extrêmement fier d'avoir réussi ce challenge, ce défi, cet exploit. C'était une traversée très dure, mais il s'est accroché, et..."

FOREST GUMP : COURS POULET COURS !!!

STALINE : le poulet devra être fusille sur le champ, ainsi que tous les témoins de la scène et 10 autres personnes prises au hasard, pour n’avoir pas empêche cet acte subversif

GEORGE W. BUSH : Le fait que le poulet ait pu traverser cette route en toute impunité malgré les résolutions de l’ONU représente un affront à la démocratie, à la liberté, et la justice. Ceci prouve indubitablement que nous aurions du déjà bombarder cette route

depuis longtemps. Dans le but d’assurer la paix dans cette région, et pour éviter que les valeurs que nous défendons ne soient une fois de plus bafouées par ce genre de terrorisme, le gouvernement des Etats-Unis d'Amérique a décide d’envoyer 17 porte-avions, 46 destroyers 154 croiseurs, appuyés au sol par 243000 G.I. et dans les airs par 846 bombardiers, qui auront pour mission au nom de la liberté et de la démocratie, d'éliminer toute trace de vie dans les poulaillers à 5000 km à la ronde, puis de s’assurer par des tirs de missiles biens cibles, que tout ce qui ressemble de près ou de loin à un poulailler soit réduit en un tas de cendres et ne puisse plus défier notre nation par son arrogance. Nous avons décidé qu’ensuite, ce pays sera généreusement pris en charge par notre gouvernement, qui rebâtira des poulaillers suivant les normes de sécurité en vigueur, avec à leur tête, un coq démocratiquement élu par l’ambassadeur des Etats Unis. En financement de ces reconstructions, nous nous contenterons du contrôle total de la production céréalière de la région pendant 30 ans, sachant que les habitants locaux bénéficieront d’un tarif préférentiel sur une partie de cette production, en échange de leur totale coopération.

Dans ce nouveau pays de justice, de paix et de liberté, nous pouvons vous assurer que plus jamais un poulet ne tentera de traverser une route, pour la simple bonne raison, qu’il n’y aura plus de routes, et que les poulets n’aurons plus de pattes. Que Dieu bénisse l’Amérique.

Repost 0
Published by ISP - dans Récré
commenter cet article
22 mars 2007 4 22 /03 /mars /2007 20:25

 

 

 Voici un extrait de l’exhortation apostolique de Benoît XVI ,Sacramentum caritatis, rendue publique le mardi 13 mars:

  «En effet, le culte agréable à Dieu n'est jamais un acte purement privé, sans conséquence sur nos relations sociales:

il requiert un témoignage public de notre foi. Évidemment, cela vaut pour tous les baptisés, mais s'impose avec une exigence particulière pour ceux qui, par la position sociale ou politique qu'ils occupent, doivent prendre des décisions concernant les valeurs fondamentales, comme le respect et la défense de la vie humaine, de sa conception à sa fin naturelle, comme la famille fondée sur le mariage entre homme et femme, la liberté d’éducation des enfants et la promotion du bien commun sous toutes ses formes.

 Ces valeurs ne sont pas négociables.

Par conséquent les hommes politiques et les législateurs catholiques, conscients de leur grave responsabilité sociale, doivent

se sentir particulièrement interpellés par leur conscience, justement formée, pour présenter et soutenir des lois inspirées par les valeurs fondées sur la nature humaine.) Cela a, entre autres, un lien objectif avec l'Eucharistie (cf. 1 Co 11, 27-29).

Les évêques sont tenus de rappeler constamment ces valeurs; cela fait partie de leur responsabilité à l'égard du troupeau qui leur est confié» (n. 83).

Repost 0
Published by ISP - dans Religio
commenter cet article
18 mars 2007 7 18 /03 /mars /2007 23:42

 

Ils sont deux. Deux, le chiffre magique du tableau: deux hommes, le père et le fils; deux mains, celles du père; deux pieds, ceux du fils. Bien sûr, plus de la moitié de la toile est emplie de trois autres hommes, figures inutiles, qui ne sont là que pour n'être pas, qui ne sont là que pour accentuer l'intensité de la rencontre du père et du fils, de ces deux figures qui ne se regardent pas et dont les corps seuls se rencontrent. Le fils, jeune encore, à la nuque rasée de bagnard, est lové au sein du père. Le père, tout voûté de tendresse, est penché sur ce fils à genoux, qu'il a cru perdu. Son vêtement ample et pourpre enveloppe le pauvre en haillons. Le père retient des deux mains le corps brisé de ce fils ; la main gauche, puissante, protectrice, paternelle ; la main droite, longue, caressante, maternelle. Tout le corps du père semble s'être creusé dans l'attente, s'être usé de patience, et enfin, il tient dans ses bras cet homme éprouvé par une si longue errance. Le père l'a si longtemps attendu, le fils a si longtemps marché ! Ses chaussures n'ont pas résisté à la brûlure du chemin, il en a les talons meurtris. Il revient de si loin.

Il avait demandé sa part d'héritage à son père, raconte Jésus dans l'Évangile selon saint Luc, et il était parti dans un pays étranger, où il avait dilapidé son argent dans une vie de désordre. Ruiné, abandonné par ses amis, il avait dû garder des porcs, pour gagner le droit de manger plus mal qu'eux. Alors, « rentrant en lui-même, il se dit, combien d'ouvriers de mon père ont du pain en abondance, tandis que moi ici je meure de faim. Je vais aller voir mon père, et je lui dirai: « Père, j'ai péché contre le ciel et contre toi je ne mérite plus d' être appelé ton file. Traite moi comme un de tes ouvriers ». C'est cet homme, qui revient comme un esclave, qui est fils : « Comme il était encore loin, le père l'aperçut, et il fut pris de pitié. Il courut se jeter à son cou. » Et le père dit à ses serviteurs : « Mon fils que voici était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé.

Le fils revenait comme un vaincu : « Père, J'ai péché contre le ciel et contre toi je ne mérite plus d'être appelé ton fils », et c'est en fils qu'il renaît dans les bras du père. Ce retour est une nouvelle naissance. La tête de l'enfant s'appuie sur les entrailles du père qui lui rend la vie. Le vieil homme épuisé d'amour est tout à la fois la mère qui donne la vie, et le père qui nomme l'enfant « fils ». Tout l'art du peintre se fait humble devant le mystère de tendresse et de miséricorde qui s'accomplit.

Fallait‑il que Rembrandt confessât par les mots ce que sa peinture donne si bien à voir ? Le sage Nicodème avait interrogé Jésus : « Comment un homme peut‑il naître étant déjà vieux ? Peut-il une seconde foie entrer date le sein de sa mère et naître ? »

Plus de mille six cents ans plus tard, au soir de sa vie, le vieux peintre hollandais offre une réponse lumineuse. Pourquoi demander à l'artiste des raisons, quand son ouvre parle pour lui.

relevé sur http://www.spiritualite2000.com/page.php?idpage=99

Repost 0
Published by ISP - dans Regard
commenter cet article
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 23:04

 

Ne dites pas que les temps sont mauvais,

c’est vous qui faites les temps.

Saint Augustin

Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 00:34

 

César, Escartefigue et M. Brun boivent toujours du vin blanc. Claudine coupe des tranches de saucisson qu'elle dispose dans un plat.

 CLAUDINE

 Mon pauvre mari, moi, ça s'est passé d'une façon étrange. Une nuit, il me réveille. C'était le premier chant du coq. Il avait la figure un peu rouge, et la main sur la poitrine, il me fait: « Claudine, qu'est-ce que tu dirais si je mourais d'un seul coup ? » Moi, à moitié endormie, je lui fais : « Ça prouverait que tu n'es pas malin. » Et alors il me fait: « Eh bien, par conséquent, je ne suis pas malin. » Et toc ! Il est mort.

 (...)

 HONORINE

 Ça, au moins, c'est une belle mort.

 CÉSAR

 Oh vaï ! C'est une belle mort pour les autres. Mais moi, j'aime mieux une laide vie qu'une belle mort...

 

 - film - 5035_3

"César", de Marcel Pagnol

Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
11 mars 2007 7 11 /03 /mars /2007 23:33

On posait à un chinois catholique la question suivante :


" Pourquoi êtes vous devenu catholique ? Cela ne correspond ni à votre tradition culturelle, ni à la religion dominante en Asie ! ".


Celui-ci répondit par une histoire :


J'étais tombé dans un grand trou, et restais au fond, gravement blessé, attendant du secours.
Alors je vis Confucius qui passait au bord, avec un air méditatif. Il s'arrêta et me dit : "Mon fils, si tu avais écouté mes préceptes de sagesse, tu n'en serais pas rendu là ! ". " Mais ", lui dis-je, " je veux sortir ! ". Il ne me répondit rien et passa son chemin.
Puis je vis Bouddha, marchant paisiblement et me regardant. " Sors moi de là lui dis-je ! ". " Mon fils ", répondit-il, " mets toi dans la position du lotus, et médites. Tu atteindras peut-être le nirvana ". Puis il partit.
Mahomet arrive à son tour, marchant avec puissance. " Que peux tu faire pour moi ? " lui dis-je.
" Mon ami, si tu es blessé et dans ce trou, c'est que Dieu l'a voulu ! Alors acceptes-le et dis simplement : " Allah est grand et Mohamed est son prophète !", et tu sera sauvé ". Et il ne dit plus rien et s'en alla.
Jésus passa lui aussi, on pouvait lire la bonté dans son regard.

Et je criai : " Aies pitié de moi ! ". Il s'arrêta et me regarda avec miséricorde, sans rien dire. Il descendit dans le trou, et me soigna. Il me porta sur ses épaules et me fis sortir de la fosse, ou il mourut à ma place.

Voilà pourquoi je suis devenu son disciple !

Repost 0
Published by ISP - dans Religio
commenter cet article