Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 10:43

Le populisme, pour quoi faire ?

Jacques de Guillebon

Source : La Nef n°291 Avril 2017
Nombreux avons-nous été à nous réjouir des deux surprises politiques internationales de l’an passé, le Brexit et l’élection de Donald Trump. Peut-être pas tant, faut-il avouer, surtout pour le second cas, par adhésion au programme politique qui était proposé, que par jouissance devant la défaite de forces oligarchiques dont la morgue devenait par trop patente.

Nous avons retrouvé le peuple, avons-nous songé. Soit. Mais quel peuple ? A-t-il encore cette dimension organique qui peut le rendre capable de maîtriser ses destinées ? La même question se pose aujourd’hui pour la France, qui va devoir choisir son président. Comment raisonne ce peuple et ses choix sont-ils toujours valables ? On sait que les Grecs distinguaient deux types de peuple, le laos, c’est-à-dire le peuple non organisé (la masse), et le démos, le peuple comme corps politique. Ce démos existe-t-il encore aujourd’hui, et si oui, sous quelle forme ? 

La politique spectaculaire qui prévaut depuis près d’un siècle, c’est-à-dire depuis la naissance conjointe de l’hollywoodisme et des totalitarismes, fasciste, nazi et communiste, aura fait beaucoup de tort à l’exercice de la raison politique parmi les peuples. Mais il faut constater que la séduction s’est accélérée ces derniers temps : qu’un Emmanuel Macron, sans vrai programme, sans bilan et sans histoire puisse recueillir les suffrages putatifs de tant de Français en dit long sur l’époque. De même, un Donald Trump aura exercé une étonnante fascination sur le peuple américain, à qui il promit de le débarrasser de tout ce qu’il pouvait haïr.

Nous n’avons pas ici l’intention de faire le procès du « populisme », terme qui sert généralement à une caste dominante pour exclure du champ des possibles politiques tout ce qui la contredit et la gêne. Néanmoins, se contenter de l’« absolutisation » du peuple telle qu’elle a cours aujourd’hui, sans s’interroger sur ce qu’est ce peuple, sur ses désirs, ni sur le système de gouvernement, serait un peu court.
La suite sur La Nef...
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 07:47

Il pose un ananas : le musée croit que c'est une oeuvre d'art et le met sous verre.

Un ananas se transforme en oeuvre d'art... - Twitter @LloydJack16
Un ananas se transforme en oeuvre d'art... 

Il ne pensait pas que sa blague fonctionnerait aussi bien. Un étudiant en technologie de l’information en Écosse a piégé de la plus drôle des manières un musée. Comme le rapporte The Independant, le jeune homme s’est rendu avec un ami à une exposition d’art contemporain intitulée « Look Again » (Regarde encore), au RGU. Il a alors eu l’idée cocasse de poser un ananas sur une étagère…

Le mystère demeure

« J'ai vu un stand vide dans l'exposition et j'ai décidé de voir combien de temps il faudrait pour que les gens croient que c'est de l'art », raconte l’étudiant hilare. « Je suis revenu et j'ai vu qu'il avait été mis sous verre. C'est la chose la plus drôle qui soit arrivée cette année ». Nathalie Kerr, assistante culturelle au sein du musée, a reconnu les faits mais affirme ne pas savoir qui a commis cette bévue très amusante. « C'est un peu un mystère, le verre est assez lourd, il aurait fallu deux ou trois personnes pour la bouger, mais nous n'avons aucune idée de qui c'est ». Elle ajoute toutefois avec malice : « Mais c'est toujours là maintenant, nous avons décidé de le garder car cela rentre dans l'esprit joueur de cette exposition ».

En tout cas, le tweet de l’étudiant a eu beaucoup de succès sur les réseaux sociaux et a été liké plus de 4300 fois depuis le 1er mai !

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Récré
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 23:18

 

L'intelligence en péril de mort - Marcel De Corte

    Publié pour la première fois en 1969, L’Intelligence en péril de mort du philosophe catholique belge Marcel De Corte était épuisé depuis longtemps. Vingt-trois ans après la mort de Marcel De Corte, cette troisième édition démontre que son analyse, à bien des égards prophétique, n’a rien perdu de son intérêt tant ce qu’il décrit correspond à notre société contemporaine. Pour saisir la profonde mutation à laquelle sont soumis aujourd’hui l’homme et les sociétés, Marcel De Corte offre une analyse implacable, s’appuyant sur la philosophie classique et les lumières de la Révélation chrétienne, établit la généalogie des maux contemporains et indique des voies de redressement. Ce que Orwell et Huxley ont romancé, Marcel de Corte l’a prédit par le raisonnement et l’a analysé à l’aune de la Sagesse.

En vente ICI ou LA.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 15:54

 

Au “Rome Life Forum”, les cardinaux Burke et Caffarra parlent des liens de Fatima avec la crise de la famille, du respect de la vie, du mariage

 

De toutes les rencontres de leaders du monde pro-vie organisées dans le cadre du Rome Life Forum depuis 2014, celle qui s’est déroulée jeudi et vendredi au pied du Vatican aura été la plus riche, la plus formatrice. Face à l'idéologie du genre et à la diffusion de la culture de mort, les organisateurs, réunis dans le collectif Voice of the Family, ont voulu mettre en évidence les soubassements philosophiques, historiques, spirituels de ces constructions anti-humaines. Je reviendrai plus longuement sur tout cela, mais pour l'heure, il faut parler avant tout des conférences données pour clôturer le colloque par le cardinal Raymond Burke et le cardinal Carlo Caffarra, qui ont en commun d'avoir signé les fameux « Dubia » demandant au pape François de lever les « doutes » que fait naître l'exhortation Amoris laetitia à propos de l'enseignement de l'Eglise sur la foi et les sacrements. Chacun a évoqué Fatima à sa façon. Le cardinal Caffarra a authentifié de vive voix, et en rattachant à cette confirmation de l'ensemble de sa conférence, les paroles de sœur Lucie sur la bataille finale de Satan contre l'Eglise, portant sur la famille et le mariage.

Ce témoignage, il l’avait donné il y a plusieurs années lors d’un entretien avec une revue de propagation de la spiritualité du saint Padre Pio, mais c'est à ma connaissance la première fois qu’il en a tiré une méditation et qu’il a exprimé en direct le message de l’aînée des voyantes de Fatima.
 Le cardinal Burke, quant à lui, a demandé que le pape, en union avec tous les évêques du monde, consacre la Russie au Cœur immaculé de Marie, en la nommant expressément.
 
 
Jeanne Smits, le 20 mai 2017
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 12:27

 

Retrouvez qui est le Réformateur et qui est le Conservateur 

Ou le journalisme sans peine

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 10:20

 

Le Havre, dont Édouard Philippe est le maire, devrait accueillir la première école confessionnelle musulmane de Normandie

Lu dans Valeurs Actuelles :

4199 IMAM Aami Hassen"À la recherche d’un terrain où construire l’établissement, la communauté musulmane du département a multiplié les contacts avec les élus du Havre, pour finalement obtenir de s’installer en lieu et place du presbytère de l’église Saint-Jean-Baptiste, rue Théophile-Gautier. La croix ornant l’édifice a d’ores et déjà été retirée et les travaux viennent tout juste de démarrer.

Pour les financer, l’association en charge du projet peut compter sur l’appel aux dons des fidèles lancé par Aami Hassen (photo). Cet imam, dont la mosquée, à Aubervilliers, est connue pour être fréquentée par des groupes salafistes, a également créé la controverse pour ses positions à l’égard des mariages forcés. Menacé d’expulsion en 2013 par Manuel Valls pour avoir tenu des propos homophobes, il prêche toujours à Aubervilliers. Soutenu par la Mairie du Havre, son projet éducatif est d’offrir « le meilleur bagage, à travers une éducation complète alliant les apprentissages définis par le socle commun de compétences à ceux de l’islam »."

Qu'en dit Edouard Philippe, notre nouveau Premier ministre ?

Michel Janva dans le salon beige

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 09:57
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Petrus Angel
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 09:17

 

Les partis politiques classiques se sont effondrés lors des dernières élections présidentielles. Le président Macron veut donner l’image du monarque républicain au-dessus des partis… avant le retour - après les législatives- d’une nouvelle quatrième République gouvernant au gré des alliances partisanes. Verra-t-on un jour s’exhausser le vœu de la philosophe Simone Weil souhaitant la suppression des partis politiques ?

 

Le fait que (les partis) existent n'est nullement un motif de les conserver. Seul le bien est un motif légitime de conservation. Le mal des partis politiques saute aux yeux. Le problème à examiner, c'est s'il y a en eux un bien qui l'emporte sur le mal et rende ainsi leur existence désirable. (…)

Mais il faut d'abord reconnaître quel est le critère du bien. Ce ne peut être que la vérité, la justice, et, en second lieu, l'utilité publique.

La démocratie, le pouvoir du plus grand nombre, ne sont pas des biens. Ce sont des moyens en vue du bien, estimés efficaces à tort ou à raison. Si la République de Weimar, au lieu de Hitler, avait décidé par les voies les plus rigoureusement parlementaires et légales de mettre les Juifs dans des camps de concentration et de les torturer avec raffinement jusqu'à la mort, les tortures n'auraient pas eu un atome de légitimité de plus qu'elles n'ont maintenant. Or pareille chose n'est nullement inconcevable. (…)

La suppression des partis serait du bien presque pur. Elle est éminemment légitime en principe et ne paraît susceptible pratiquement que de bons effets.

Les candidats diront aux électeurs, non pas : « J'ai telle étiquette » - ce qui pratiquement n'apprend rigoureusement rien au public sur leur attitude concrète concernant les problèmes concrets - mais : « Je pense telle, telle et telle chose à l'égard de tel, tel, tel grand problème. »

Les élus s'associeront et se dissocieront selon le jeu naturel et mouvant des affinités. Je peux très bien être en accord avec M. A. sur la colonisation et en désaccord avec lui sur la propriété paysanne; et inversement pour M. B. Si on parle de colonisation, j'irai, avant la séance, causer un peu avec M. A.; si on parle de propriété paysanne, avec M. B. (…)

Hors du Parlement, comme il existerait des revues d'idées, il y aurait tout naturellement autour d'elles des milieux. Mais ces milieux devraient être maintenus à l'état de fluidité.

C'est la fluidité qui distingue du parti un milieu d'affinité et l'empêche d'avoir une influence mauvaise. Quand on fréquente amicalement celui qui dirige telle revue, ceux qui y écrivent souvent, quand on y écrit soi-même, on sait qu'on est en contact avec le milieu de cette revue. Mais on ne sait pas soi-même si on en fait partie; il n'y a pas de distinction nette entre le dedans et le dehors. Plus loin, il y a ceux qui lisent la revue et connaissent un ou deux de ceux qui y écrivent. Plus loin, les lecteurs réguliers qui y puisent une inspiration. Plus loin, les lecteurs occasionnels. Mais personne ne songerait à penser ou à dire : « En tant que lié à telle revue, je pense que... » . Quand des collaborateurs à une revue se présentent aux élections, il doit leur être interdit de se réclamer de la revue. Il doit être interdit à la revue de leur donner une investiture, ou d'aider directement ou indirectement leur candidature, ou même d'en faire mention. Tout groupe d' « amis » de telle revue devrait être interdit. (…)

D'une manière générale, un examen attentif ne semble laisser voir à aucun égard aucun inconvénient d'aucune espèce attaché à la suppression des partis.

Par un singulier paradoxe les mesures de ce genre, qui sont sans inconvénients, sont en fait celles qui ont le moins de chances d'être décidées. On se dit : si c'était si simple, pourquoi est-ce que cela n'aurait pas été fait depuis longtemps ?

Pourtant, généralement, les grandes choses sont faciles et simples.

Celle-ci étendrait sa vertu d'assainissement bien au-delà des affaires publiques. Car l'esprit de parti en était arrivé à tout contaminer. (…)

On en est arrivé à ne presque plus penser, dans aucun domaine, qu'en prenant position « pour » ou « contre » une opinion. Ensuite on cherche des arguments, selon le cas, soit pour, soit contre. C'est exactement la transposition de l'adhésion à un parti.

Comme, dans les partis politiques, il y a des démocrates qui admettent plusieurs partis, de même dans le domaine des opinions les gens larges reconnaissent une valeur aux opinions avec lesquelles ils se disent en désaccord. C'est avoir complètement perdu le sens même du vrai et du faux. D'autres, ayant pris position pour une opinion, ne consentent à examiner rien qui lui soit contraire. C'est la transposition de l'esprit totalitaire. Quand Einstein vint en France, tous les gens des milieux plus ou moins intellectuels, y compris les savants eux-mêmes, se divisèrent en deux camps, pour et contre. (…) Dans l'art et la littérature, c'est bien plus visible encore. Cubisme et surréalisme ont été des espèces de partis. On était « gidien » comme on était « maurrassien ». (…) Même dans les écoles on ne sait plus stimuler autrement la pensée des enfants qu'en les invitant à prendre parti pour ou contre. On leur cite une phrase de grand auteur et on leur dit : « Êtes-vous d'accord ou non ? Développez vos arguments. » A l'examen les malheureux, devant avoir fini leur dissertation au bout de trois heures, ne peuvent passer plus de cinq minutes à se demander s'ils sont d'accord. Et il serait si facile de leur dire : « Méditez ce texte et exprimez les réflexions qui vous viennent à l'esprit ».

Presque partout - et même souvent pour des problèmes purement techniques - l'opération de prendre parti, de prendre position pour ou contre, s'est substituée à l'obligation de la pensée. C'est là une lèpre qui a pris origine dans les milieux politiques, et s'est étendue, à travers tout le pays, presque à la totalité de la pensée. Il est douteux qu'on puisse remédier à cette lèpre, qui nous tue, sans commencer par la suppression des partis politiques.

(Extraits de Note sur la suppression générale des partis politiques (1940), Écrits de Londres)

Merci à EVR.

Retrouvez Simone WEIL sur Petrus Angel !

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 12:20

c'est-à-dire le Ruisseau limpide

Petrus Angel était au Bolchoï

pour voir ce ballet comique soviétique

Why the Bolshoi has resurrected Shostakovich's The Bright Stream ...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Musique
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 09:21

Saint Pascal Baylon, Frère laïc o.f.m.

 

Pascal Baylon naît à Torre-Hermosa (Aragon, en Espagne), le 17 mai 1540, d'humbles cultivateurs, riches des vertus chrétiennes. Occupé dès l'âge de sept ans, à la garde des troupeaux, il passait son temps en prières et en lectures ; on dit que les Anges eux-mêmes lui donnèrent des leçons.

 

Le petit Pascal se plaisait surtout à réciter le Pater. Quoique pauvre, il trouvait le moyen de faire l'aumône en donnant une partie de sa nourriture à ceux qui en avaient besoin. Il était le modèle aimé et respecté de tous les bergers de la contrée. Dans un âge si tendre, il connaissait l'usage assidu des cilices, des jeûnes ; on le voyait marcher pieds nus à travers les ronces et les épines, en expiation de ses péchés. Le maître chez qui ses parents l'avaient placé voulait le faire héritier de tous ses biens, mais Pascal ne convoitait que l'héritage de l'amour de Dieu et la pauvreté religieuse.

 

À vingt ans, il entra chez les Franciscains, malgré les sollicitations de ses camarades, auxquels il prouva la réalité de l'appel divin en frappant trois fois la terre avec sa houlette et en faisant jaillir trois fontaines dans un lieu sec et aride.

 

Les vertus de l'enfant, déjà si extraordinaires, devinrent dans le religieux, des vertus véritablement merveilleuses. Son obéissance était aussi parfaite que possible. Traité rigoureusement par son supérieur, il disait à ceux qui le plaignaient: « Taisez-vous : le Saint-Esprit a parlé par la bouche de notre supérieur. » Quand on lui proposait de faire quelque chose, il disait souvent : « Je ferai comme l'obéissance dira. » Sa mortification était effrayante et ne le cédait en rien à celle des anciens solitaires. Sa charité pour les pauvres, quand il était portier, dépassait les limites ; du moins ses supérieurs le blâmaient-ils à ce sujet ; mais il leur répondait naïvement : « S'il se présente douze pauvres et que je donne à dix, il est bien à craindre que l'un de ceux que je renvoie ne soit précisément Jésus-Christ. »

 

Pascal est célèbre par sa dévotion à la Sainte Eucharistie ; il passait des heures entières, souvent ravi en Dieu, devant le Tabernacle, et parfois on le voyait suspendu en l'air par l'effet du divin amour. Quand il ne pouvait être de corps devant le Très Saint-Sacrement, il y était ordinairement en esprit.

 

Le matin du 15 mai 1592, Pascal n'ouvrit pas les portes de l'Église conventuelle de Villareal : il était à bout de forces ; deux jours plus tard il expirait en prononçant le nom de Jésus.

Pendant la Messe de ses funérailles, on vit ses yeux s'ouvrir deux fois, à l'élévation de l'hostie et du calice.

 

Pascal Baylon a été béatifié le 29 octobre 1618, par le pape Paul V (Camillo Borghese, 1605-1621), et canonisé le 16 octobre 1690, par le pape Alexandre VIII (Pietro Vito Ottoboni, 1689-1691). Le pape Léon XIII (Vincenzo Gioacchino Pecci, 1878-1903), en 1897, l’a désigné comme patron des œuvres eucharistiques.


Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950 (« Rév. x gpm »).

 

 

 
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 22:30

Résultat de recherche d'images pour "jacques tremolet tempus  jeanne"

 

 

Une plongée dans l'un des plus fascinants et décisifs procès de l'Histoire : celui de Jeanne d'Arc. 


Maintenant en poche

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 22:17

Le saviez-vous ?

 

Vive Jeanne !

La Fête nationale de Jeanne d'Arc est une fête nationale officielle en France, célébrée chaque année lors du deuxième dimanche du mois de mai, jour anniversaire de la libération d'Orléans le 8 mai 1429 par l'armée française, sous le commandement de Jeanne d'Arc. Elle a été instaurée par la loi du 10 juillet 1920, adoptée à l'unanimité par la Chambre des députés et le Sénat, sur proposition du député et écrivain Maurice Barrès, quelques semaines après la canonisation de Jeanne d'Arc.

Vu ICI

Repost 0
Published by Petrus Angel
commenter cet article
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 10:17

 

Le président élu Macron est l’éminent représentant du « système ».La grande majorité de l’opinion publique semblait pourtant vouloir rejeter ce fameux « système ». Le peuple se sent piégé, démuni, appauvri par une élite médiatique, financière et politicienne, sans foi ni loi qu’il nomme le « système » sans trop bien le définir. Alain de Benoist dans l’article ci-dessous clarifie cette dénomination.

 

Un système se définit, de façon assez classique, comme un ensemble d'éléments interagissant entre eux selon certains principes ou certaines règles. Cette idée d'interaction est très importante. On la retrouve à la base de la cybernétique ou encore de la théorie générale des systèmes, dont le grand théoricien fut Ludwig von Bertalanffy (1901-1972). La critique du système repose sur cette idée qu'il ne sert à rien de s'en prendre à telle ou telle composante politique ou sociale, à tel ou tel parti plutôt qu'à un autre, parce que tout est lié, que tous les éléments forment bloc, et qu'il faut donc les rejeter en bloc également. Cette approche « systémique » est assez comparable à la façon dont, pour les ethnologues, les cultures forment des ensembles indissociables, où chaque élément ne prend sens qu'en fonction du tout, et où le tout présente des propriétés dites émergentes qui empêchent de l'analyser comme la simple addition de ses parties.

La dénonciation du Système représente certes un discours critique assez vague. Les choses s'éclairent si on ajoute un adjectif : les maurrassiens s'en prennent au système démocratique, les antilibéraux au système capitaliste, les écologistes au système productiviste, les tenants de la théorie du genre au système familial. Cependant, si le mot Système est vague, cela correspond aussi à son caractère intrinsèquement englobant. Une critique anti-Système est toujours une critique globale. Elle peut viser le couple droite-gauche, le système des partis, la classe politique dans son ensemble, ou encore ce qu'on appelle l'Establishment, la Caste, la Nouvelle Classe, les élites, etc. Dans tous les cas, on s'en prend à un tout dont les parties font système.(…)

La diffusion de la pensée unique a fortement contribué à faire percevoir le Système dans ce qu'il peut avoir d'homogène et d'homogénéisant. Le tarissement de l'offre électorale, le recentrage des programmes, la fin des clivages traditionnels, l'abandon du socialisme par la gauche et l'abandon de la nation par la droite, la conversion de la social-démocratie à l'axiomatique du marché, le fait que les élections ne débouchent jamais sur une véritable alternative, mais seulement sur une alternance (avec, de surcroît, des gouvernements de droite qui font une politique de gauche et des gouvernements de gauche qui font une politique de droite), bref tout ce qui fait que le Système apparaît désormais nettement comme un système, est allé de pair avec l'avènement d'une pensée unique aujourd'hui alimentée par deux éléments essentiels, quoique très différents : d'une part la langue de bois du politiquement correct, qu'on peut très justement comparer à la « novlangue » orwellienne ; de l'autre, le règne de l'expertocratie, qui considère que les problèmes politiques sont en dernière analyse des problèmes techniques, pour lesquels il n'existe par définition qu'une seule solution optimale rationnelle (d'où l'idée qu'« il n'y a pas d'alternative »).(…)

Ce qui sert d'idéologie implicite au Système, ce ne sont pas des idées de gauche au sens traditionnel ou « gramscien » du terme. C'est un mélange assez nouveau d'individualisme, de droits-de-l'hommisme, de croyance au progrès et de fétichisme de la marchandise, ordonné à l'idée, relativement nouvelle elle aussi, qu'une société peut se réguler entièrement sur la base du contrat juridique et de l'échange marchand. Le Système désigne une société fondée sur l'amnésie programmée, l'effacement des limites, la fin des frontières et des généalogies. C'est la société du self made man (l'homme qui s'engendre et se construit lui-même à partir de rien), des droits individuels censés appeler une réponse institutionnelle à n'importe quelle forme d'aspiration ou de fantasme. Une société où la révolution du désir a remplacé le désir de révolution !(…)

On peut parler d'une mondialisation du Système (…) si l'on admet que la plus grande partie de l'humanité, du moins sa partie occidentale, adhère à un modèle anthropologique où l'homme est posé comme une monade qui se suffit à elle-même, un être fondé à toujours rechercher son meilleur intérêt personnel, et qui fait de cette démarche la seule raison d'être de sa présence au monde.

Ce modèle se confond à mes yeux avec le système capitaliste, avec ce qu'il suppose de primat des valeurs marchandes et d'illimitation dans la transformation du monde en un immense marché. Mais il ne faut pas oublier que la mondialisation engendre aussi des fragmentations nouvelles, et que tout ce qui triomphe approche par là même de sa fin.

(Extraits des propos recueillis par l'abbé Guillaume de Tanoüarn dans Monde et Vie du 16 mars 2017)

Merci à EVR.

Résultat de recherche d'images pour "Emmanuel macroN systemE"

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 08:40

 

Notre-Dame de Fatima

 

Fatima est un village du Portugal au nord de Lisbonne. Jacinthe, François et Lucie sont trois enfants chargés de garder un troupeau de moutons par leurs parents. Ils ont respectivement 7, 9 et 10 ans. Jacinthe et François sont frères et sœurs, et Lucie est leur cousine.

 

Nous sommes au printemps de l'année 1917. La guerre fait rage dans toute l'Europe. Les trois bergers se trouvent sur une colline appelée « Cabeço » proche de la ville d'Aljustrel. Un ange qui s'identifiera comme étant l'Ange de la Paix leur apparaît. S'agenouillant, il leur demande de prier avec lui puis répète trois fois : « Mon Dieu, je crois, j'espère en vous, je vous adore et je vous aime ! Je vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, n'espèrent pas, n'adorent pas et ne vous aime pas ! »

 

Quelques semaines plus tard, au cours de l'été, l'Ange leur apparaît une nouvelle fois. Après leur avoir fait dire une prière trois fois de suite, il leur donne la communion, puis disparaît.

 

Le 13 Mai 1917, à la sortie de la messe, les trois enfants se retrouvent avec leurs brebis sur la Cova da Iria, où ils rencontrent, près d'un gros chêne, « une dame habillée de blanc » qui leur demande de revenir à cet endroit le 13 de chaque mois durant 6 mois et de réciter le rosaire chaque jour. Le mois suivant, l'apparition confie aux trois enfants qu'elle viendra bientôt chercher Jacinthe et François mais que Lucie devra vivre plus longtemps. Elle fait apparaître également un cœur entouré d'épines. Il s'agit du Cœur immaculé de Marie affligé par les nombreux péchés du monde.

Une dizaine de personnes sont présentes sur place, elles témoigneront avoir entendu les paroles de Lucie à la Vierge mais pas les réponses. Elles constateront également que les feuilles du chêne étaient repliées puis tendues dans la même direction alors que Lucie annonçait le départ de l’apparition. Elles seront aussi frappées par la transfiguration des trois pastoureaux pendant la vision.

 

La suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 08:22

Paroles du front

Rédigé par Philippe Maxence le 

Paroles du front

Auteur du monumental Cheval rouge, l’écrivain Eugenio Corti a rendu son âme à Dieu en 2014, laissant derrière lui une œuvre superbe, appuyée sur une foi solide et une formation philosophique qui lui permettait de n’être pas dupe de la modernité. La parution de ce nouveau livre est une surprise. Et, une bonne surprise ! Elle nous permet de découvrir le futur écrivain avant même qu’il ait vécu la grande expérience fondatrice que fut pour lui la guerre sur le Front de l’Est. Jeune officier d’artillerie, Eugenio Corti est envoyé en 1941 en Russie pour se battre contre le bolchevisme. Anti-­communiste, il veut voir sur le terrain la réalité de cette immense machine anti-chrétienne. Comme beaucoup de soldats, il écrit à ses parents, sa famille et ses amis.

Ce sont ses lettres que l’on peut découvrir dans ce volume. Parfaitement maîtrisées (Corti tient à ne pas affoler les siens), elles permettent de découvrir la réalité de cette campagne italienne en Russie. Elles témoignent aussi de son intérêt pour les populations rencontrées. Mais c’est la foi de Corti, surtout qui impressionne. Dès le départ, il assure qu’il reviendra, étant confiant en la Providence. Et il revint ! Pour témoigner de cet enfer et des enjeux réels de cette guerre.

Eugenio Corti, Je reviendrai, 

Éd. des Syrtes, 240 p., 17 €.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 23:24

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Récré
commenter cet article
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 12:52

 

Eurovision d'enfer

Rassurez-vous. C'était en 2006 ... mais ils avaient gagné ... des paroles : " J’ai des ailes dans le dos Et des cornes au front J’ai des crocs acérés J’ai les yeux rouges Je ne suis pas vraiment un ange Ou alors l’ange déchu Viens avec nous on va en enfer...

Eurovision 2014 : c'était couru d'avance ...

Evidemment... Le transsexuel Tom Neuwirth, surnommé « Conchita Wurst », gagne l’Eurovision 2014 « Victoire de la tolérance », titre Rue89 qui s’interroge toutefois : « Est-ce la chanson de Conchita qui l’a emportée, ou est-ce le plaisir de faire gagner...

Patricia cassée

La Norvège s'impose à l'Eurovision, Patricia ... www.20minutes.fr Eurovision 2009 : Patricia Kaas pour la France www.youtube .com "Alexander Rybak, le Brad Pitt Norvégien a largement remporté le Concours Eurovision de la chanson avec Fairytale, un vrai...

L’Eurovision, une sacrée foire !

" Femme à barbe, homme-tronc, elephant man, phoques savants : l’Eurovision vous tend les bras. Le public est attiré par les étrangetés. Toute invocation de « tolérance » ou « d’ouverture d’esprit » à propos de le la Conchita Wurst n’est que vaste plaisanterie....

Soirée barbante

Eurovision : Genre, les beaufs s’y mettent En 1974, l’androgynie c’était rock. En 2014, Conchita Wurst c’est la barbe L’Europe s’ennuie. Privée d’ennemi à abattre, gavée de libertés fondamentales, overdosée d’acquis sociaux et de nouveaux droits, elle...

 

Femme de ménage espagnole Saucisse

A propos de l'Eurovision 2014 : La traduction sur Wikipedia, de l'allemand au français ... Thomas "Tom" Neuwirth (* Novembre 6, 1988 à Gmunden , Haute-Autriche ) [1] est un autrichien chanteur et artiste de traînée , l'international principalement par...

Philippe Muray aurait adoré

C'est sur Facebook. Pascal Verdin La femme à barbe a gagné. La prochaine fois ce sera le contorsionniste, l'homme-éléphant, ou le nain le plus fort du monde ? Conchita Wurst fait gagner l'Autriche à l'Eurovision 2014 Le travesti à barbe, qui avait suscité...

 

La suite...

 

Résultat de recherche d'images pour "Eurovision 2017"

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Musique
commenter cet article
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 18:43

Capture d’écran 2017-05-07 à 17.04.57

 

Lu dans L'Homme Nouveau 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Récré
commenter cet article
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 07:12

Résultat de recherche d'images pour "9 mai 1945 MOSCOU PLACE ROUGE"

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 20:53
Commissaire Magellan
  • 21h05
  •  
  • dimanche07mai

Commissaire Magellan7

  • Le maître des illusions
  • Téléfilm policier de Eric Duret (2013)
  • Avec : Jacques Spiesser, Manuel Gélin, Marie De Stefano, Anne-Charlotte Pontabry, Magalie Mateci, Selma Kouchy, Bernard Alane, Smaïl Mekki
  • Pays de production : France
  • Durée : 1h30mn
  • Episode 11
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Récré
commenter cet article