Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 11:17
... ce qui ne doit pas dispenser de la lecture de son oeuvre...
Citations choisies
  • Ce que la voix peut cacher, le regard le livre; c’est dans le regard, non dans la voix, que se trahit la crainte.
  • Vous avez la vocation de l’amitié, observait un jour mon vieux maître le chanoine Durieux. Prenez garde qu’elle ne tourne à la passion. De toutes, c’est la seule dont on ne soit jamais guéri.
  • L’enfer, madame, c’est de ne plus aimer.
  • Les jours passent, passent […] Qu’ils sont vides ! […] Il me semble que ma vie, toutes les forces de ma vie vont se perdre dans le sable.
  • La force et la faiblesse des dictateurs est d’avoir fait un pacte avec le désespoir des peuples.
  • Les plus irréparables sottises sont celles que l’on commet au nom des principes. Les plus dangereuses erreurs, celles ou la proportion de vérité reste assez forte pour qu’elles trouvent un chemin jusqu’au cœur de l’homme.

 Autres citations de Georges Bernanos.

Résultat de recherche d'images pour "Bernanos Petrus angel"

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 10:12
 

Georges Bernanos naît le 20 février 1888, à Paris, et passe sa jeunesse en Artois, dont il décrira les paysages pour planter le décor de ses différents romans. Blessé lors de la première guerre mondiale, son talent n'est reconnu qu'en 1926 avec l'ouvrage Sous le soleil de Satan. Le Grand prix du roman de l'Académie française récompense Le Journal d'un curé de campagne, en 1936. Lorsque la guerre éclate en Europe, il multiplie les articles dans la presse brésilienne et devient l'un des plus grands animateurs spirituels de la Résistance française. Explorant sans cesse le combat spirituel du Bien et du Mal, il décède à l'âge de 60 ans, le 5 juillet 1948.

Et voici quelques citations cueillies au grès des lectures :

« Quand la jeunesse se refroidit, le reste du monde claque des dents. »

tirés de Les Grands Cimetières sous la lune

Lors d'un questionnaire en 1921, il répond à la question : « De quel site avez-vous gardé le souvenir Le plus agréable ? Bernanos répond :

« Tout dépend du compagnon féminin. »

D'autres 20 février marquants avec Sainte Bernadette, Jacinta, Léon XIII, etc.

 

Prochainement, Dialogues des carmélites est donné par le théâtre de l'Arc-en-ciel. A voir !

 

Résultat de recherche d'images pour "Bernanos Petrus angel"

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 08:53

 

Victor Loupan : « Des aspects essentiels de la révolution russe sont totalement inconnus » [Interview]

04/02/2017 – 06h15 Paris  (Breizh-Info.com) – Les éditions du Rocher ont publié une Histoire secrète de la révolution russe de Victor Loupan, qui vaut le détour. Le livre se lit très vite, et on y apprend beaucoup d’anecdotes et d’informations jusqu’ici pas ou peu connues à propos de cette période majeure du 20ème siècle.

L’épopée du communisme a marqué la vie politique et intellectuelle du XXe siècle. Tout a pourtant commencé par la prise du pouvoir en Russie par un petit groupe d’hommes, les bolcheviks. Appuyé sur des documents d’archives inédits, ce livre nous introduit dans l’intimité inavouable des acteurs principaux de la Révolution russe. Rejetant l’épique et le monumental au profit de l’intime et de l’humain, ce récit rigoureux prend parfois des allures d’enquête policière, voire de roman d’espionnage alors que tout est pourtant vrai, argumenté, référencé. 
C’est la grande originalité du livre de Victor Loupan qui nous fait passer des caves de la Tcheka aux salons feutrés de Wall Street, des geôles sibériennes aux cafés à la mode des capitales européennes. En se penchant sur la part invisible de la Révolution russe, il ouvre des portes restées fermées jusqu’ici. Voyant le nom de Léon Trotski dans les journaux, le maître d’hôtel du célèbre Café central de Vienne s’exclame : « C’est ce gars-là qui a pris le pouvoir en Russie ? Mais il me doit encore de l’argent pour des consommations ! » Au fil des mois passés dans l’intimité souvent choquante de Lénine, de Trotski et d’autres acteurs de la Révolution, nous comprenons vraiment ce qui s’est passé.

Journaliste, écrivain, ancien grand reporter au Figaro magazine, membre du Conseil pour la culture du patriarche de Moscou, Victor Loupan est président du comité éditorial et rédacteur en chef de La pensée russe, journal de référence de l’émigration russe en Europe, fondé à Paris en 1947 et de son supplément Le messager orthodoxe. Producteur et animateur des émissions Lumière de l’Orthodoxie, Ecrans et Toiles et Surexposition, il participe régulièrement au Débat de la semaine sur Radio Notre Dame. Il est également réalisateur de films documentaires pour la télévision et auteur de nombreux ouvrages.

Résultat de recherche d'images pour "loupan russe"

Nous avons interrogé Victor Loupan sur son ouvrage.

Breizh-info.com : Vous publiez « une histoire secrète de la révolution russe ». Tout n’a donc pas été dit au sujet de cette période ?

Victor Loupan : L’historiographie française a connu deux époques fondamentales. Celle dominée par les historiens et les universitaires communistes, qui traitaient la révolution russe comme un événement exclusivement positif, a duré jusque dans les années 1970. A la suite de la publication de l’Archipel du Goulag, lui a succédé une école, disons, anticommuniste, qui à la suite de Soljenitsyne s’est mise à appeler la mythique « Révolution d’Octobre », « coup d’Etat bolchevik » et à traiter le communisme comme un vaste crime.

Cent ans après les faits, il m’a semblé intéressant d’avoir une approche plus dépassionnée, moins engagée, plus humaine pour tout dire de cet événement fondateur de la modernité. Et, surtout, de sortir du côté monumental, pour m’intéresser davantage aux principaux acteurs du drame : à leurs vies, à leurs destins entremêlés, à leurs forces et à leurs faiblesses.

Oui, il y a bien des aspects, et des aspects essentiels, de la révolution russe qui sont totalement inconnus. Compte tenu de mes origines et de ma connaissance du russe, j’ai eu un accès privilégié aux sources et aux tout derniers travaux des jeunes historiens moscovites et pétersbourgeois qui ont totalement dépoussiéré cette histoire. Mon livre qui sort résolument des sentiers battus, en est une première illustration en français.

Breizh-info.com : Trotski et Lénine ont obtenu leurs appellation par une usurpation d’identité. Durant tout votre livre, les deux hommes, surtout Trotski, apparaissent aussi comme des bandits. N’est ce pas exagéré ?

Victor Loupan :  Ils n’ont pas usurpé d’identités, au sens où ils n’essayaient pas de passer pour quelqu’un d’autre. Tous les révolutionnaires russes avaient des pseudonymes. Très souvent, on ne connaît même pas leur vrai nom. Des bandits ? Absolument pas ! Je parle d’ailleurs peu de Lénine, car il n’y a pas grand-chose à en dire. C’était un intellectuel laborieux et un idéologue.

Lisez la suite....

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 13:39
  • le 18 février 1858 : troisième apparition de la Vierge à Bernadette Soubirous.

Bernadette Soubirous entend la Vierge lui dire :

" Je vous promets de vous rendre heureuse, non pas dans ce monde, mais dans l'autre ".

  • le 18 février 1921 : le Français Étienne Œhmichen fait décoller un hélicoptère pour la première fois.

Le français Etienne Oehmichen réussit pour la première fois à faire décoller un appareil à la verticale à 10 mètres de hauteur. Son hélicoptère est équipé d'un moteur de plus de 100 kg développant une puissance de 25 chevaux. Il entraîne deux rotors sous un ballon sphérique de 144 mètres cubes. Le premier vol libre de l'hélicoptère durera une minute seulement.

D'autres 18 février ...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Petrus Angel
commenter cet article
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 12:12

Résultat de recherche d'images pour "Je suis Théo"

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Récré
commenter cet article
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 11:43

Saint Valentin
Évêque et martyr

(† v. 273)

Valentin était évêque de Terni, dans les monts Sabin (Italie).

Le  philosophe romain Craton vint un jour le voir pour qu'il guérisse son fils mourant. Valentin accepta s'il promettait, si son fils guérissait, de ne plus chasser les chrétiens mais de chercher à les comprendre. Craton accepta et Valentin, après une prière, guérit le malade. Aussitôt Craton et sa famille se convertirent non sans que cela ne fît beaucoup de bruit.

Valentin fut décapité vers 273 pour avoir refusé de renier sa foi. Saint Valentin est devenu le patron des amoureux à partir d'un proverbe du  Moyen Âge : « À la Saint-Valentin, les oiseaux commencent à roucouler ».

@Evangelizo.org

 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 12:16

Résultat de recherche d'images pour "Bernanos la montagne morte de la vie"

Un jeune narrateur s’éveille malencontreusement sur un galion en partance pour le bout du monde. Il devient moussaillon malgré lui et doit affronter la violence de ses équipiers, avec l’aide précieuse de Toine le chef cuisinier du bateau, qui, plus expérimenté, le prend sous sa protection. A cause d’une succession d’avaries, le voyage devient cauchemardesque. Échoués sur une île mystérieuse, le narrateur et Toine sentent que partout autour d’eux, quelque chose progresse, pousse, et un battement puissant se fait bientôt entendre. La suite...

Couverture

Juan Asensio est essayiste et critique littéraire. Il collabore à de nombreuses revues dont ÉtudesL’Atelier du Roman et La Revue des deux Mondes. Depuis 2004, il tient le site Stalker qui se conçoit comme une « dissection du cadavre de la littérature ». Il a préfacé la réédition de La Montagne morte de la vie de Michel Bernanos (éditions L’arbre vengeur), le fils de Georges Bernanos.

Couverture

Michel Bernanos

PHILITT : Peut-on dire que Michel Bernanos a hérité de son père une fascination pour le désespoir ?

Juan Asensio : J’ai beau savoir que lorsque les pères mangent des raisins verts, les dents de leurs enfants en sont agacées, il faudrait toutefois imaginer par quelle voie ce désespoir, comme les yeux de couleur bleue, pourrait passer du sang du père à celui de son fils ! Peut-être pourriez-vous poser cette question pour le moins saugrenue à Cécile Delorme-Reboul, qui semble sur ce sujet disposer d’une réponse commode, si j’en juge par certains de ses plus récents propos1 ! Plus sérieusement, à lire Michel Bernanos, il paraît évident d’affirmer que le désespoir suinte de ses textes les plus emblématiques, je songe bien sûr à son chef-d’œuvre, La Montagne morte de la vie qui nous occupe ici. C’est une tout autre question que d’inférer de ce désespoir littéraire un désespoir personnel, même si le suicide de l’auteur peut bien évidemment constituer un indice pour le moins patent : oserions-nous dire que Michel Bernanos n’a point été heureux, ou bien qu’il l’a été lorsqu’il n’écrivait pas ses noires paraboles ? Ce serait bien trop commode. Quoi qu’il en soit, je n’aime pas procéder à de petites et réductrices analyses physio-psychologiques sur quelque homme que ce soit, fût-il un pion d’école, encore moins lorsqu’il se trouve que l’homme en question est un écrivain.

Si chez Georges Bernanos le désespoir était une façon d’atteindre l’espérance, chez Michel, l’espérance ne perce pas. Où se trouve la vie dans La Montagne morte de la vie ?

La vie se trouve sans doute dans l’incroyable persévérance qui anime les deux personnages, Toine accompagné du jeune mousse et qui, aux toutes dernières lignes de ce texte ténébreux et superbe, permet à quelques larmes de ne point rester pétrifiées pour des millénaires d’une vie minérale, morte, puisqu’elles semblent revivre dans la mémoire du narrateur. Jamais ces deux-là ne renoncent, et c’est en cela qu’ils sont d’authentiques personnages bernanosiens, alors que, dans le paysage démoniaque qu’ils traversent, chaque nouvelle découverte est l’occasion d’une évidence parfaitement décourageante. La suite...

 

Salsa Bertin a consacré une biographie à Michel Bernanos.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 10:54

Петрус ангелрасположен в здании, где Распутин был жив! ! Бррррр!

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 10:37
Oui, car au-delà des considérations humaines, c’est le pardon est la manière par laquelle le Dieu Tout-Puissant puissant triomphe du mal. Il n’y a pas d’autre voie pour construire avec les pécheurs que nous sommes le Royaume où nous pourrons vivre tous ensemble une éternité de bonheur.
  • 1. 

    Dans le « Notre-Père » se trouve une grande surprise : le christianisme apporte de manière très nouvelle l’idée que notre pardon se trouve lié à celui de Dieu et donc que, si nous bénéficions de cette remise de dette que Dieu nous consent, il nous faut nous aussi faire quelque chose à notre échelle. Dans la formule: « Remets nos dettes comme nous remettons les nôtres », il faut insister d’abord sur le « comme », qui est l’articulation de deux idées fondamentales : 1°) Dieu pardonne et 2°) il nous enjoint de faire de même et en fait une condition de son pardon.

  • 2. 

    La vraie nature du pardon est d’être une libération créatrice de vie : au niveau humain, c’est une libération pour l’autre à qui on rend sa dignité et que l’on sort de sa culpabilité, et c’est aussi une libération pour nous, qui ne sommes pas condamnés à rester éternellement enfermés dans la rancune et la haine.

  • 3. 

    Il faut cependant bien distinguer le pardon de ses caricatures : ce n’est pas un déni du mal et de sa réalité ; ce n’est pas passer l’éponge ; ce n’est pas un remède ou un médicament qui annule le mal et ses conséquences ; et ce n’est pas non plus une démission, une lâcheté, une manière de ne pas affronter les problèmes.

  • 4. 

    D’un point de vue chrétien, il n’y a rien qui ne soit absolument impardonnable, même les choses les plus atroces, les génocides, les horreurs, etc. Mais le pardon n’empêche pas que l’on garde uneexigence de réparation nécessaire et également l’exigence que la justice puisse faire son œuvre.

 
 

 
 
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 17:48
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 09:00

 

Notre Dame est venue à Lourdes le 11 février 1858 pour nous demander de faire pénitence. Quelques années plus tard, il y a cent ans, Elle venait à Fatima nous annoncer que Dieu voulait établir dans le monde la dévotion à son Cœur Immaculé.

Découvrons le centre de cette dévotion, la communion réparatrice des premiers samedis du mois et prions pour que le pape François approuve et encourage cette dévotion. 

Allez sur le site Hozana   http://hozana.org/s/UvhRco   et inscrivez-vous pour découvrir chaque semaine, tout au long de l’année 2017 ce que Notre Dame a voulu nous faire comprendre. Ce devait être important car Elle l’a souligné par un très grand miracle annoncé 3 mois à l’avance.

Lu dans le salon beige 

Mon Cœur Immaculé sera ton refuge.....

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 15:19

dans la catégorie Ecran ...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 13:12

 

L'histoire commence sur une plage, quand Anne-Dauphine remarque que sa petite fille marche d'un pas un peu hésitant, son pied pointant vers l'extérieur.

Après une série d'examens, les médecins découvrent que Thaïs est atteinte d'une maladie génétique orpheline. Elle vient de fêter ses deux ans et il ne lui reste plus que quelques mois à vivre. Alors l'auteur fait une promesse à sa fille : "Tu vas avoir une belle vie. Pas une vie comme les autres petit... >Voir plus

 

Anne-Dauphine Julliand est la réalisatrice du film documentaire Et les mistrals gagnants qu'il faut courir voir !

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 18:17

Le n°428 est paru

Au sommairehttp://www.faitsetdocuments.com/

Portrait d’Henri de Castries — Dossiers : l’advisory board de TsingHua et le Siècle 2017 (suite) – La primaire de gauche — Macron au Liban — Thomas Hollande à la Lanterne… et toujours vos rubriques habituelles : politiquement incorrect, lobbies, kiosque…

Une numéro 428 de Faits et Documents
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans en Kiosque
commenter cet article
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 10:58

 

Vous voulez être informé de la parution des prochains articles ?

Il vous suffit d'indiquez une adresse dans "Newsletter".

Facile, anonyme et gratuit.

 

Afficher l'image d'origine

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Petrus Angel
commenter cet article
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 23:12
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 18:04
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 09:16

 

C'est cette fin de semaine à Paris

 

Afficher l'image d'origine

Pour en savoir plus ...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Initiatives
commenter cet article
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 18:23

DIALOGUES DES CARMÉLITES

d'après Georges Bernanos

 

Une création du Théâtre de l'Arc en Ciel
 

Et si la clé de la joie profonde était d’accepter la peur qui est au rendez-vous de chacune de nos vies ? Accepter la peur et la traverser ou plutôt nous laisser traverser par elle au lieu d’en avoir honte, de vouloir l’ignorer ou de la fuir...

 

Créé à Paris en janvier 2016, le spectacle a été donné au Théâtre de l'Epée de Bois - Cartoucherie devant 5200 spectateurs puis aux 21e Soirées d'été du Château de Machy (Lyon).

TOURNÉE 2017

Mardi 7 mars à 20h30 : Centre Culturel les trois Pierrots - Saint Cloud
Réservation 01 46 02 74 44 - site.
Jeudi 9 et Vendredi 10 mars à 20h30 : Théâtre Charcot - Marcq en Baroeul.
Mardi 14 mars à 20h15 : Centre Culturel d'Uccle - Bruxelles
Réservation : Tel: 02 374 64 84 - site.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Scène
commenter cet article
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 08:46
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Récré
commenter cet article