Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 07:26
Requiem et kaddish pour une dame juive et des enfants chrétiens massacrés

Par Gilles-William Goldnadel - Valeurs Actuelles, 29 mai 2017 

Edito. Les Français auront été victimes d'un véritable casse électoral. Sous prétexte d'une médiocre affaire pénale dont s’est saisie, sur la seule base d'un article de presse , et avec une célérité jamais observée le Parquet National Financier, les questions sociétales les plus existentielles auront été dissimulées sous le tapis.

Body

Les Français auront été victimes d'un véritable casse électoral. Sous prétexte d'une médiocre affaire pénale dont s’est saisie, sur la seule base d'un article de presse , et avec une célérité jamais observée le Parquet National Financier, les questions sociétales les plus existentielles auront été dissimulées sous le tapis.

Difficile de ne pas y voir, en profondeur, la marque de l'idéologie de l'occultation.

Pour ajouter de l'injustice à l’injustice, le parquet brestois, aura avec la même célérité que le parquet parisien s'était saisi du cas Fillon, refusé de se saisir d'une affaire Richard Ferrand posant d'aussi graves questions pénales.

À peine, le casse électoral avait-il eu lieu que les graves questions sociétales dissimulées ressortent à la surface avec tout autant d'acuité.

C'est ainsi que les médias acceptent à présent de se saisir, mais avec des pincettes, du sort de Sarah Halimi*, juive religieuse, torturée et défenestrée par un islamiste antisémite aux cris de Allah Akbar !

Sans doute, même aux yeux de certains membres de la communauté juive organisée, n'était-il pas jugé opportun d'attirer l'attention du public sur une affaire susceptible de favoriser une candidate plutôt que son concurrent.

Le processus idéologique habituel de psychiatrisation de l'assassin islamiste a été épousé par les autorités. C'est ainsi que pour l'instant, l'assassin sans antécédents psychiatriques mais avec des antécédents judiciaires qui rappellent Messieurs Kouachi, Coulibali et tutti quanti dort à l'asile et non en prison…

Une forme très voisine de ce racisme se rappelle à l'attention du public, à présent que la messe électorale est dite.

On apprend qu'en plein Paris, le festival Nyansapo, qui se décrit comme un « festival afro féministe militant » prévoit une majorité d'espaces « non mixtes ». En clair : interdits aux blancs.

Après avoir tergiversé, Anne Hidalgo a fait savoir dimanche sur Twitter qu'elle demandait l'annulation du festival.

Dans un article d'une rare sobriété, Le Monde pose la question : « la non mixité raciale, outil d'émancipation ou repli communautaire ? »

Si un festival était interdit aux noirs, mon imagination est impuissante à imaginer les légitimes hyperboles du quotidien vespéral et placide.

À ce stade, et toujours dans le même cadre de ce racisme qui laisse les progressistes dans le calme et la sérénité, les conservateurs et les réactionnaires auront une pensée pour les enfants coptes d'Égypte assassinés.

Tandis que la tour Eiffel de la mairie de Paris et du monde éclairé demeura allumée, tandis que le pape voulait détruire les murs, un sombre pithécanthrope promis à l'asile ou à la prison nommé Trump déclara : « il faut que le sang chrétien cesse de couler »

Il m'arrive de trouver bien plus d'humanité chez les arriérés décrétés.

*Me G W Goldnadel  est l’avocat de la soeur de la victime

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 19:46

Résultat de recherche d'images pour "berthe morisot berceau"

Le Berceau, de Berthe Morisot

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 06:17

Pour en finir avec le théâtre ? 
Défense et illustration du théâtre

Rédigé par Pierre Durrande le  dans Culture

Pour en finir avec le théâtre ? <br>Défense et illustration du théâtre

Pour tous ceux qui aiment le théâtre, le livre de Jean-Luc Jeener, Pour en finir avec le théâtre ?, est à lire et faire lire d’urgence. Il est le cri de l’intelligence et du cœur d’un homme qui a consacré sa vie au théâtre et qui lance dans cet ouvrage à la fois un cri d’alarme et un magnifique message d’espérance. « Le théâtre est le miroir de notre condition humaine. Un microcosme du monde. Un vivant qui photographie le vivant. Intrinsèquement, c’est cela le théâtre : un art qui possède en lui le possible de témoigner fidèlement, “entomologiquement” de ce que nous sommes dans ce monde. À condition, bien sûr, que ces possibles soient exploités. Car de quel théâtre s’agit-il ? De quel théâtre parle-t-on ? Est-il vraiment “ceci et cela” comme le disait si bien Laurent Terzieff ? Et s’il n’était que “ceci” et non pas “cela” ? »

Le décor de ce petit ouvrage au titre paradoxal est bien posé. Si le théâtre est véritablement « ceci », il ne peut être en même temps « cela ». Le théâtre aujourd’hui est-il à la hauteur de sa vocation d’art qui témoigne « in vivo » de notre humanité en ce monde ? Le théâtre que nous découvrons dans nos salles est-il véritablement « le miroir de notre condition humaine » ?

Cette question, Jean-Luc Jeener la porte en lui comme dramaturge, comme comédien, comme metteur en scène, comme directeur du théâtre du Nord-Ouest et comme critique. Elle n’a cessé d’éclairer le chemin de son engagement. Une seule chose, nous dit-il, pourrait mettre fin au théâtre, c’est qu’il soit entièrement détourné de ce pour quoi il existe. Il récuse à juste titre cette hypothèse, mais montre avec discernement dans cet ouvrage les contrefaçons qui se substituent caricaturalement à cet art vivant en le pervertissant. D’où son cri d’alarme.

La suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 08:14
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Petrus Angel
commenter cet article
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 07:56

 

En hommage aux femmes dont on fête dimanche la maternité mais aussi à l’attention de la nouvelle secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les hommes et les femmes, Marlène Schiappa (*), voici des extraits de la magnifique Lettre aux Femmes de Saint Jean-Paul II :

 

Le secret pour parcourir rapidement le chemin du plein respect de l'identité́ féminine ne passe pas seulement par la dénonciation (…), des discriminations et des injustices, mais encore et surtout par un projet de promotion aussi efficace qu'éclairé́, qui concerne tous les domaines de la vie féminine, en partant d'une prise de conscience renouvelée et universelle de la dignité́ de la femme. La raison elle- même, qui accepte la loi de Dieu inscrite au cœur de tout homme, nous porte à reconnaitre cette dignité́ malgré́ ses multiples conditionnements historiques. Mais c'est surtout la Parole de Dieu qui nous permet d'identifier clairement le fondement anthropologique radical de la dignité́ de la femme, en nous le montrant dans le dessein de Dieu sur l'humanité́.(§6)(…)

Il est dit (…) que l'homme est créé́ « homme et femme » (Gn 1, 27), depuis l'origine. L'Ecriture elle-même fournit l'interprétation de cet élément: bien que se trouvant entouré par les créatures innombrables du monde visible, l'homme se rend compte qu'il est seul (cf. Gn 2, 20). Dieu intervient pour le faire sortir de cette situation de solitude: « Il n'est pas bon que l'homme soit seul. Il faut que je lui fasse une aide qui lui soit assortie » (Gn 2, 18). Depuis l'origine, donc, dans la création de la femme est inscrit le principe de l'aide: aide -- notons-le bien -- qui n'est pas unilatérale, mais réciproque. La femme est le complément de l'homme, comme l'homme est le complément de la femme: la femme et l'homme sont entre eux complémentaires. Le féminin réalise l'« humain » tout autant que le fait le masculin, mais selon une harmonique différente et complémentaire. Lorsque la Genèse parle d'« aide », elle ne fait pas seulement référence au domaine de l'agir, mais aussi à celui de l'être. Le féminin et le masculin sont entre eux complémentaires, non seulement du point de vue physique et psychologique, mais ontologique. C'est seulement grâce à la dualité́ du « masculin » et du « féminin » que l'« homme » se réalise pleinement. (§7) (…)

L'Eglise voit en Marie la plus haute expression du « génie féminin » et trouve en elle une source d'inspiration constante. Marie s'est définie elle- même « servante du Seigneur » (Lc 1, 38). C'est par obéissance à la Parole de Dieu qu'elle a accueilli sa vocation privilégiée, mais pas du tout facile, d'épouse et de mère de la famille de Nazareth. En se mettant au service de Dieu, elle s'est mise aussi au service des hommes: service d'amour. C'est ce service qui lui a permis de réaliser dans sa vie l'expérience d'une mystérieuse mais authentique « royauté́ ». (…). Sa « royauté́ » est un service! Son service est une « royauté́ »! C'est ainsi que devrait être comprise l'autorité́ dans la famille comme dans la société́ et dans l'Eglise. (§10) (…)

Dans cette perspective de « service » -- qui exprime la véritable « royauté́ » de l'être humain, s'il est accompli avec liberté́, réciprocité́ et amour --, il est aussi possible d'accueillir une certaine diversité́ de fonctions, sans conséquences désavantageuses pour la femme, dans la mesure où cette diversité́ n'est pas le résultat d'un ordre arbitraire, mais découle des caractères de l'être masculin et féminin. (…) Dans ce vaste domaine du service, l'histoire de l'Eglise, au long de ces deux millénaires, (…) a connu vraiment le « génie de la femme », ayant vu apparaître en son sein des femmes de premier plan, qui ont laissé́ d'elles-mêmes, aux différentes époques, une empreinte importante et bénéfique. Je pense à la longue cohorte des martyres, des saintes, des mystiques insignes. Je pense tout spécialement à sainte Catherine de Sienne et à sainte Thérèse d'Avila, (…), Docteur de l'Eglise. Et comment ne pas rappeler aussi les innombrables femmes qui, animées par la foi, ont consacré leur vie à des initiatives d'un intérêt social extraordinaire, particulièrement au service des plus pauvres? L'avenir de l'Eglise dans le troisième millénaire ne manquera certainement pas de voir naître de nouvelles et admirables manifestations du « génie féminin ». (§11) (…)

(Que) soit mise en lumière la pleine vérité́ sur la femme. Que l'on donne vraiment tout son relief au « génie de la femme », en ne tenant pas compte seulement des femmes importantes et de renommée, qui ont vécu dans le passé ou qui sont nos contemporaines, mais aussi des femmes simples, qui développent leur talent féminin au service des autres dans la banalité́ du quotidien! C'est en effet spécialement en se donnant aux autres dans la vie de tous les jours que la femme réalise la vocation profonde de sa vie, elle qui, peut-être encore plus que l'homme, voit l'homme, parce qu'elle le voit avec le cœur. Elle le voit indépendamment des différents systèmes idéologiques ou politiques. Elle le voit avec sa grandeur et ses limites, et elle cherche à venir à sa rencontre et à lui être une aide. De cette manière, dans l'histoire de l'humanité́, se réalise le dessein fondamental du Créateur et apparaît sans cesse, dans la diversité́ des vocations, la beauté́ - non seulement physique mais surtout spirituelle - que Dieu a prodiguée depuis le début à la créature humaine et spécialement à la femme. (§12) (29 juin 1995)

 

(*) : qui, dans un entretien à la Fondation Jean Jaurès en octobre 2016, parlait de pseudo « droit à la vie » et déclarait que « sur le modèle de ce qui se fait depuis des siècles avec la Doctrine sociale de l’Église », « les religieux » s'entendent pour construire l'oppression des femmes et le contrôle sur leur corps.

 

Merci à EVR

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 08:06

Tintin et les peuples du monde dans le nouveau hors-série GEO

RÉDACTION GEO - MARDI 11 AVRIL 2017


Pygmées, Sioux, Tibétains, Tsiganes ou Jivaros… Hergé n’a eu de cesse de pousser Tintin à la rencontre des peuples. Autant d’aventures, souvent bondissantes, mais aussi d’occasions pour approcher cet autre, étrange et familier. En décryptant ses albums, GEO donne à redécouvrir la richesse des civilisations. Et met en parallèle la vision d’Hergé avec la réalité d’aujourd’hui. Ce numéro propose aussi des nombreuses archives méconnues du maître. Et un décryptage de l’œuvre grâce aux plus grands spécialistes.

Tintin ou la possibilité de l'Autre

Rien ne l’arrête, jamais. Sans famille, sans enfants, sans comptes à rendre, sans travail officiel (ce journaliste qui écrit peu publie rarement ses articles), Tintin est fait pour la fluidité, le mouvement, la rencontre. Celle des autres comme de lui-même. C’est sans aucun doute cette vacance en lui qui fait sa force et son désir du monde. Sa seule adresse répertoriée, celle d’un célibataire endurci, nous livre pourtant un indice : 26, rue du Labrador. Autant y décrypter déjà l’appétit des ailleurs faussement inscrit au cadastre de la vieille Bruxelles… L’appel irraisonné de la "liberté ravie" et des longitudes. 

La suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans en Kiosque
commenter cet article
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 08:12

Vu dans ce livre et ICI 

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 28,16-20.
En ce temps-là, les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.

Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes.
Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles :

« Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.
Allez ! De toutes les nations faites des disciples :
baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 19:20

Manchester : la mosquée dans laquelle le terroriste aurait travaillé en 2013 est une ancienne église

22h45

Que savons-nous sur le terroriste suspect ?

Salman Abedi est né à Manchester en 1994, le deuxième plus jeune de quatre enfants. Ses parents étaient des réfugiés libyens qui sont venus au Royaume-Uni pour échapper au régime de Kadhafi.

Sa mère, Samia Tabbal, 50 ans, et son père, Ramadan Abedi, un agent de sécurité, sont tous deux nés en Libye, mais semblent avoir émigré à Londres avant de déménager dans la région de Fallowfield, au sud de Manchester, où ils ont vécu pendant au moins dix ans.

Il a grandi dans la région de Whalley Range et a fréquenté Whalley Range High School avant de travailler apparemment à la mosquée Didsbury en 2013.

The Telegraph

La mosquée Didsbury était à l’origine la « chapelle méthodiste Albert Park ». La chapelle a fermée en 1962 et plus tard est devenue un centre islamique. (source)

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 18:23

Pissaro redécouvert


Pissaro redécouvert
Camille Pissarro : Coin du pré à Eragny, 1902. @Tate, Londres, Dist. RMN-Grand-Palais/Tate Photography.

Camille Pissarro (1830-1903) est à l’honneur ce printemps. Deux expositions à Paris présentent son travail qui n’avait pas été montré depuis la rétrospective du Grand Palais en 1981. Au Musée Marmottan, une soixantaine d’œuvres provenant de collections publiques et privées prestigieuses permettent de redécouvrir le « premier » des impressionnistes (comme le nomme Cézanne). Né dans les Antilles danoises, il est, au départ, fortement influencé par Daubigny et Corot qu’il admire. Son cheminement pictural lui fait changer sa manière jusqu’à ses dernières œuvres réalisées à Paris depuis un appartement loué place Dauphine. Les peintures, dessins et gravures dévoilés au Musée du Luxembourg se concentrent sur la vingtaine d’années où il vécut avec sa famille à Eragny dans le Vexin, non loin de Monet à Giverny. Ce dernier lui avait permis d’acheter cette demeure à la campagne en lui prêtant une certaine somme d’argent. La famille nombreuse du maître connaît, en effet, souvent des difficultés financières. D’origine juive, il se dit athée, anarchiste, imprégné des œuvres de Proudhon et anticapitaliste. Cela n’apparaît pas dans sa peinture paisible qui est un reflet de son regard sur les paysages, les travaux saisonniers des champs (Faneuses, le soir, à Eragny 1893, ou La cueillette des pommes, 1887-1888). Pour lui, « l’art est l’expression de la pensée mais aussi de la sensation, surtout de la sensation ». C’est ce que reflète ses toiles aux couleurs frémissantes.

Jusqu’au 9 juillet 2017. Musée du Luxembourg, 19, rue de Vaugirard, 75006 Paris. Tél. : 01 40 13 62 00. Ouvert de 10h30 à 18h du lundi au jeudi, de 10h30 à 19h du vendredi au dimanche.

Jusqu’au 2 juillet 2017. Musée Marmottan, 2, rue Louis Boilly, 75016 Paris. Tél. : 01 44 96 50 33. Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h. Nocturne le jeudi jusqu'à 21 h. Fermé le lundi

Source  - par Céline Vicq le  

 

(Re)découvrez Pissaro 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 16:35

Résultat de recherche d'images pour "fou rire"

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Récré
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 08:46

  DES BIJOUX RÉALISÉS À PARTIR D’EMBRYONS SURNUMÉRAIRES ISSUS DE FIV

 

 

Sordide. Un site Internet australien, Baby Bee, propose à des femmes d’exécuter des bijoux à partir de leur lait maternel, de placenta, de cellules souches de sang de cordons, ou de cendres des personnes aimées, mais aussi à partir d’embryons humains surnuméraires issus de fécondations in vitro (FIV). Un nouveau business qui exploite sans scrupules les ambiguïtés entretenues concernant le statut de personne de l’embryon humain.

 

A l’issue d’un parcours de PMA, les personnes ayant pu mettre au monde un ou plusieurs enfants, doivent décider d’un sort pour leurs embryons surnuméraires conservés dans des cuves d’azote (cf. Le mauvais sort des embryons surnuméraires). C’est une question qui hante certains parents quand, une fois leur projet parental réalisé, des embryons créés sont encore « disponibles » à l’implantation en vue d’une grossesse. Une femme expliquait que « ces embryons étaient ses enfants. Congelés ». Mais ces parents n’ont pas toujours les moyens, ou l’envie, de les faire adopter, de les donner à la recherche, ni ceux d’assumer dans le temps leurs « coûts de stockage » élevés.

 

Une ancienne sage-femme, Amy McGlade, a trouvé une « solution » : elle propose d’en faire des bijoux[1].

 

La suite...

 

 
 
Couverture
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Pour la vie
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 10:43

Le populisme, pour quoi faire ?

Jacques de Guillebon

Source : La Nef n°291 Avril 2017
Nombreux avons-nous été à nous réjouir des deux surprises politiques internationales de l’an passé, le Brexit et l’élection de Donald Trump. Peut-être pas tant, faut-il avouer, surtout pour le second cas, par adhésion au programme politique qui était proposé, que par jouissance devant la défaite de forces oligarchiques dont la morgue devenait par trop patente.

Nous avons retrouvé le peuple, avons-nous songé. Soit. Mais quel peuple ? A-t-il encore cette dimension organique qui peut le rendre capable de maîtriser ses destinées ? La même question se pose aujourd’hui pour la France, qui va devoir choisir son président. Comment raisonne ce peuple et ses choix sont-ils toujours valables ? On sait que les Grecs distinguaient deux types de peuple, le laos, c’est-à-dire le peuple non organisé (la masse), et le démos, le peuple comme corps politique. Ce démos existe-t-il encore aujourd’hui, et si oui, sous quelle forme ? 

La politique spectaculaire qui prévaut depuis près d’un siècle, c’est-à-dire depuis la naissance conjointe de l’hollywoodisme et des totalitarismes, fasciste, nazi et communiste, aura fait beaucoup de tort à l’exercice de la raison politique parmi les peuples. Mais il faut constater que la séduction s’est accélérée ces derniers temps : qu’un Emmanuel Macron, sans vrai programme, sans bilan et sans histoire puisse recueillir les suffrages putatifs de tant de Français en dit long sur l’époque. De même, un Donald Trump aura exercé une étonnante fascination sur le peuple américain, à qui il promit de le débarrasser de tout ce qu’il pouvait haïr.

Nous n’avons pas ici l’intention de faire le procès du « populisme », terme qui sert généralement à une caste dominante pour exclure du champ des possibles politiques tout ce qui la contredit et la gêne. Néanmoins, se contenter de l’« absolutisation » du peuple telle qu’elle a cours aujourd’hui, sans s’interroger sur ce qu’est ce peuple, sur ses désirs, ni sur le système de gouvernement, serait un peu court.
La suite sur La Nef...
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 07:47

Il pose un ananas : le musée croit que c'est une oeuvre d'art et le met sous verre.

Un ananas se transforme en oeuvre d'art... - Twitter @LloydJack16
Un ananas se transforme en oeuvre d'art... 

Il ne pensait pas que sa blague fonctionnerait aussi bien. Un étudiant en technologie de l’information en Écosse a piégé de la plus drôle des manières un musée. Comme le rapporte The Independant, le jeune homme s’est rendu avec un ami à une exposition d’art contemporain intitulée « Look Again » (Regarde encore), au RGU. Il a alors eu l’idée cocasse de poser un ananas sur une étagère…

Le mystère demeure

« J'ai vu un stand vide dans l'exposition et j'ai décidé de voir combien de temps il faudrait pour que les gens croient que c'est de l'art », raconte l’étudiant hilare. « Je suis revenu et j'ai vu qu'il avait été mis sous verre. C'est la chose la plus drôle qui soit arrivée cette année ». Nathalie Kerr, assistante culturelle au sein du musée, a reconnu les faits mais affirme ne pas savoir qui a commis cette bévue très amusante. « C'est un peu un mystère, le verre est assez lourd, il aurait fallu deux ou trois personnes pour la bouger, mais nous n'avons aucune idée de qui c'est ». Elle ajoute toutefois avec malice : « Mais c'est toujours là maintenant, nous avons décidé de le garder car cela rentre dans l'esprit joueur de cette exposition ».

En tout cas, le tweet de l’étudiant a eu beaucoup de succès sur les réseaux sociaux et a été liké plus de 4300 fois depuis le 1er mai !

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Récré
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 23:18

 

L'intelligence en péril de mort - Marcel De Corte

    Publié pour la première fois en 1969, L’Intelligence en péril de mort du philosophe catholique belge Marcel De Corte était épuisé depuis longtemps. Vingt-trois ans après la mort de Marcel De Corte, cette troisième édition démontre que son analyse, à bien des égards prophétique, n’a rien perdu de son intérêt tant ce qu’il décrit correspond à notre société contemporaine. Pour saisir la profonde mutation à laquelle sont soumis aujourd’hui l’homme et les sociétés, Marcel De Corte offre une analyse implacable, s’appuyant sur la philosophie classique et les lumières de la Révélation chrétienne, établit la généalogie des maux contemporains et indique des voies de redressement. Ce que Orwell et Huxley ont romancé, Marcel de Corte l’a prédit par le raisonnement et l’a analysé à l’aune de la Sagesse.

En vente ICI ou LA.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 15:54

 

Au “Rome Life Forum”, les cardinaux Burke et Caffarra parlent des liens de Fatima avec la crise de la famille, du respect de la vie, du mariage

 

De toutes les rencontres de leaders du monde pro-vie organisées dans le cadre du Rome Life Forum depuis 2014, celle qui s’est déroulée jeudi et vendredi au pied du Vatican aura été la plus riche, la plus formatrice. Face à l'idéologie du genre et à la diffusion de la culture de mort, les organisateurs, réunis dans le collectif Voice of the Family, ont voulu mettre en évidence les soubassements philosophiques, historiques, spirituels de ces constructions anti-humaines. Je reviendrai plus longuement sur tout cela, mais pour l'heure, il faut parler avant tout des conférences données pour clôturer le colloque par le cardinal Raymond Burke et le cardinal Carlo Caffarra, qui ont en commun d'avoir signé les fameux « Dubia » demandant au pape François de lever les « doutes » que fait naître l'exhortation Amoris laetitia à propos de l'enseignement de l'Eglise sur la foi et les sacrements. Chacun a évoqué Fatima à sa façon. Le cardinal Caffarra a authentifié de vive voix, et en rattachant à cette confirmation de l'ensemble de sa conférence, les paroles de sœur Lucie sur la bataille finale de Satan contre l'Eglise, portant sur la famille et le mariage.

Ce témoignage, il l’avait donné il y a plusieurs années lors d’un entretien avec une revue de propagation de la spiritualité du saint Padre Pio, mais c'est à ma connaissance la première fois qu’il en a tiré une méditation et qu’il a exprimé en direct le message de l’aînée des voyantes de Fatima.
 Le cardinal Burke, quant à lui, a demandé que le pape, en union avec tous les évêques du monde, consacre la Russie au Cœur immaculé de Marie, en la nommant expressément.
 
 
Jeanne Smits, le 20 mai 2017
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 12:27

 

Retrouvez qui est le Réformateur et qui est le Conservateur 

Ou le journalisme sans peine

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 10:20

 

Le Havre, dont Édouard Philippe est le maire, devrait accueillir la première école confessionnelle musulmane de Normandie

Lu dans Valeurs Actuelles :

4199 IMAM Aami Hassen"À la recherche d’un terrain où construire l’établissement, la communauté musulmane du département a multiplié les contacts avec les élus du Havre, pour finalement obtenir de s’installer en lieu et place du presbytère de l’église Saint-Jean-Baptiste, rue Théophile-Gautier. La croix ornant l’édifice a d’ores et déjà été retirée et les travaux viennent tout juste de démarrer.

Pour les financer, l’association en charge du projet peut compter sur l’appel aux dons des fidèles lancé par Aami Hassen (photo). Cet imam, dont la mosquée, à Aubervilliers, est connue pour être fréquentée par des groupes salafistes, a également créé la controverse pour ses positions à l’égard des mariages forcés. Menacé d’expulsion en 2013 par Manuel Valls pour avoir tenu des propos homophobes, il prêche toujours à Aubervilliers. Soutenu par la Mairie du Havre, son projet éducatif est d’offrir « le meilleur bagage, à travers une éducation complète alliant les apprentissages définis par le socle commun de compétences à ceux de l’islam »."

Qu'en dit Edouard Philippe, notre nouveau Premier ministre ?

Michel Janva dans le salon beige

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 09:57
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Petrus Angel
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 09:17

 

Les partis politiques classiques se sont effondrés lors des dernières élections présidentielles. Le président Macron veut donner l’image du monarque républicain au-dessus des partis… avant le retour - après les législatives- d’une nouvelle quatrième République gouvernant au gré des alliances partisanes. Verra-t-on un jour s’exhausser le vœu de la philosophe Simone Weil souhaitant la suppression des partis politiques ?

 

Le fait que (les partis) existent n'est nullement un motif de les conserver. Seul le bien est un motif légitime de conservation. Le mal des partis politiques saute aux yeux. Le problème à examiner, c'est s'il y a en eux un bien qui l'emporte sur le mal et rende ainsi leur existence désirable. (…)

Mais il faut d'abord reconnaître quel est le critère du bien. Ce ne peut être que la vérité, la justice, et, en second lieu, l'utilité publique.

La démocratie, le pouvoir du plus grand nombre, ne sont pas des biens. Ce sont des moyens en vue du bien, estimés efficaces à tort ou à raison. Si la République de Weimar, au lieu de Hitler, avait décidé par les voies les plus rigoureusement parlementaires et légales de mettre les Juifs dans des camps de concentration et de les torturer avec raffinement jusqu'à la mort, les tortures n'auraient pas eu un atome de légitimité de plus qu'elles n'ont maintenant. Or pareille chose n'est nullement inconcevable. (…)

La suppression des partis serait du bien presque pur. Elle est éminemment légitime en principe et ne paraît susceptible pratiquement que de bons effets.

Les candidats diront aux électeurs, non pas : « J'ai telle étiquette » - ce qui pratiquement n'apprend rigoureusement rien au public sur leur attitude concrète concernant les problèmes concrets - mais : « Je pense telle, telle et telle chose à l'égard de tel, tel, tel grand problème. »

Les élus s'associeront et se dissocieront selon le jeu naturel et mouvant des affinités. Je peux très bien être en accord avec M. A. sur la colonisation et en désaccord avec lui sur la propriété paysanne; et inversement pour M. B. Si on parle de colonisation, j'irai, avant la séance, causer un peu avec M. A.; si on parle de propriété paysanne, avec M. B. (…)

Hors du Parlement, comme il existerait des revues d'idées, il y aurait tout naturellement autour d'elles des milieux. Mais ces milieux devraient être maintenus à l'état de fluidité.

C'est la fluidité qui distingue du parti un milieu d'affinité et l'empêche d'avoir une influence mauvaise. Quand on fréquente amicalement celui qui dirige telle revue, ceux qui y écrivent souvent, quand on y écrit soi-même, on sait qu'on est en contact avec le milieu de cette revue. Mais on ne sait pas soi-même si on en fait partie; il n'y a pas de distinction nette entre le dedans et le dehors. Plus loin, il y a ceux qui lisent la revue et connaissent un ou deux de ceux qui y écrivent. Plus loin, les lecteurs réguliers qui y puisent une inspiration. Plus loin, les lecteurs occasionnels. Mais personne ne songerait à penser ou à dire : « En tant que lié à telle revue, je pense que... » . Quand des collaborateurs à une revue se présentent aux élections, il doit leur être interdit de se réclamer de la revue. Il doit être interdit à la revue de leur donner une investiture, ou d'aider directement ou indirectement leur candidature, ou même d'en faire mention. Tout groupe d' « amis » de telle revue devrait être interdit. (…)

D'une manière générale, un examen attentif ne semble laisser voir à aucun égard aucun inconvénient d'aucune espèce attaché à la suppression des partis.

Par un singulier paradoxe les mesures de ce genre, qui sont sans inconvénients, sont en fait celles qui ont le moins de chances d'être décidées. On se dit : si c'était si simple, pourquoi est-ce que cela n'aurait pas été fait depuis longtemps ?

Pourtant, généralement, les grandes choses sont faciles et simples.

Celle-ci étendrait sa vertu d'assainissement bien au-delà des affaires publiques. Car l'esprit de parti en était arrivé à tout contaminer. (…)

On en est arrivé à ne presque plus penser, dans aucun domaine, qu'en prenant position « pour » ou « contre » une opinion. Ensuite on cherche des arguments, selon le cas, soit pour, soit contre. C'est exactement la transposition de l'adhésion à un parti.

Comme, dans les partis politiques, il y a des démocrates qui admettent plusieurs partis, de même dans le domaine des opinions les gens larges reconnaissent une valeur aux opinions avec lesquelles ils se disent en désaccord. C'est avoir complètement perdu le sens même du vrai et du faux. D'autres, ayant pris position pour une opinion, ne consentent à examiner rien qui lui soit contraire. C'est la transposition de l'esprit totalitaire. Quand Einstein vint en France, tous les gens des milieux plus ou moins intellectuels, y compris les savants eux-mêmes, se divisèrent en deux camps, pour et contre. (…) Dans l'art et la littérature, c'est bien plus visible encore. Cubisme et surréalisme ont été des espèces de partis. On était « gidien » comme on était « maurrassien ». (…) Même dans les écoles on ne sait plus stimuler autrement la pensée des enfants qu'en les invitant à prendre parti pour ou contre. On leur cite une phrase de grand auteur et on leur dit : « Êtes-vous d'accord ou non ? Développez vos arguments. » A l'examen les malheureux, devant avoir fini leur dissertation au bout de trois heures, ne peuvent passer plus de cinq minutes à se demander s'ils sont d'accord. Et il serait si facile de leur dire : « Méditez ce texte et exprimez les réflexions qui vous viennent à l'esprit ».

Presque partout - et même souvent pour des problèmes purement techniques - l'opération de prendre parti, de prendre position pour ou contre, s'est substituée à l'obligation de la pensée. C'est là une lèpre qui a pris origine dans les milieux politiques, et s'est étendue, à travers tout le pays, presque à la totalité de la pensée. Il est douteux qu'on puisse remédier à cette lèpre, qui nous tue, sans commencer par la suppression des partis politiques.

(Extraits de Note sur la suppression générale des partis politiques (1940), Écrits de Londres)

Merci à EVR.

Retrouvez Simone WEIL sur Petrus Angel !

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 12:20

c'est-à-dire le Ruisseau limpide

Petrus Angel était au Bolchoï

pour voir ce ballet comique soviétique

Why the Bolshoi has resurrected Shostakovich's The Bright Stream ...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Musique
commenter cet article