Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 10:02

Le 1er mai est la fête de Saint-Joseph.

Les catholiques le savent-ils ? 

 

Saint Joseph, priez pour nous

Retrouvez Saint Joseph sur Petrus Angel...

Repost 0
Published by Petrus Angel
commenter cet article
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 09:11

Le 1er mai : Fête du Travail . Pas de travail sans entreprise . Pas d'entreprise sans entrepreneur . Rendons hommage à un grand entrepreneur qui vient de nous quitter : François Michelin dont voici des extraits d'un discours à l'occasion d'une remise de médailles du travail.

EVR

 

1926, c'est l'année de ma naissance. Certains d'entre vous sont à l'Usine depuis ce moment-là. Et c'est avec vous les anciens que (...) j'ai appris à vivre, à travailler et, peu à peu, à faire mon métier. Il y en a eu des gens qui, avec gentillesse, mais tout de même aussi avec courage, m'ont fait réfléchir  à ce qui n'allait pas, à ce que je faisais mal ou ce que je ne faisais pas ! je me souviens de l'un d'entre vous qui m'a dit un jour : "Monsieur, vous ne travaillez pas assez". J'ai cherché à comprendre ce qu'il voulait dire et il m'a précisé : " On ne vous voit pas assez dans l'atelier". Eh oui ! Parce que pour lui, le "travail" du patron c'était d'être là où les choses se font, pour voir, pour entendre. Et ce qu'il y a de profondément vrai dans cette idée, c'est peut être ce jour-là, grâce à lui, que je l'ai le mieux compris. Combien de fois, sous une forme ou une autre, des rencontres de ce genre m'ont ouvert les yeux !.(...)

Il y a un contrat moral, un contrat de confiance qui nous lie les uns les autres avec nos clients et qui est le vrai fondement de l'ouvrage. Les recherches, les techniques, l'application dans le travail, les contrôles, l'organisation qui assure la qualité et le prix des produits, c'est ce que nous apportons tous. Le client, de son coté, apporte l'argent qui permet à l'usine de vivre et en particulier de payer les deux milliards de nouveaux francs qu'elle verse chaque année en salaires. Et c'est pour cela que le vrai patron, c'est le client. Nous sommes du même coté de la barrière vous et moi ; nous dépendons du choix du client qui est en face de nous. Il a le droit de choisir notre produit, mais il a aussi le droit d'en choisir un autre.

Et ceci n'est pas une façon de parler. C'est quelque chose de très concret. Vous savez, ce choix, il se joue d'homme à homme, en discutant sur des faits. Il ne faut pas croire qu'un marché s'enlève avec des sourires, ou à la fin d'un repas d'affaires. (...)

Les progrès constants, considérables que nous avons accomplis dans la qualité de nos pneumatiques, (...) tous ces progrès, nous les avons faits parce que le client nous y a contraints, exigeant toujours plus de nous, en exigeant des choses que nous ne nous savions pas même capables de lui offrir, en montant la barre toujours plus haut. Mais je peux vous dire aussi qu'à ce prix-là nous avons acquis avec nos clients un type de relations qui est la vraie force de la Maison : ils sont notre patron, mais ils sont aussi nos amis . Ils nous poussent dans nos retranchements, mais ils nous font confiance. j'ai rencontré souvent des clients, que ce soit chez les constructeurs de voiture, chez les agents (...) : il y a quelque chose qui les attire chez nous, c'est que nous leur disons la vérité. Il arrive que nous nous trompions, que nous ne fassions pas du tout ce que l'on attend de nous. Mais les clients savent que nous ne leur racontons pas d'histoires, et que quand ils nous ont révélé une faiblesse, nous travaillons d'arrache-pied à nous améliorer ; ils savent que nous nous intéressons à ce qu'ils nous disent et que nous ne nous dérobons pas. C'est pour cela qu'il s'est créé entre eux et nous des liens d'amitié. Ils ne sont pas devenus nos clients parce qu'ils étaient nos amis, mais ils sont devenus nos amis parce qu'ils ont trouvé en nous des gens réellement soucieux de les satisfaire.

Ce dont je vous parle là, c'est vraiment la base de l'entreprise. (...).Il s'agit de quelque chose de très simple quand on veut bien regarder la réalité en face. A l'origine de toute entreprise, il y a un homme qui essaie de découvrir un besoin et qui cherche les moyens de satisfaire ce besoin. Il cherche à vérifier si les moyens qu'il propose correspondent aux goûts des clients. Car l'entreprise ne peut tourner que si les clients achètent ses produits ; ce sont les clients qui apporteront l'argent nécessaire à la vie et au développement de l'entreprise qu'il veut fonder. Et ce qui est vrai à la naissance d'une entreprise reste vrai tout au long de sa vie. C'est un risque continu, c'est une création continue. (...)

Mon métier (de patron) c'est de m'employer à ce que tout ce qui se fait dans la Maison, tout ce que vous faites, soit bien fait. C'est de vérifier que partout dans l'Usine, les impératifs fondamentaux, qui sont le respect du client, le service du client, le souci de trouver le meilleur moyen de le satisfaire, sont bien compris. Quand les choses sont compliquées et je ne sais pas bien comment me décider, c'est à cette boussole-là que je demande où est le nord. Et je ne me sens pas le droit de vous juger autrement que par rapport à ce critère : "Est-ce que la personne que j'ai en face de moi est capable de bien comprendre le but de l'Usine ? Est-ce qu'elle a bien le sens du client ?".

Et ce métier que je fais, ces questions que je me pose, vous devez vous aussi le faire avec moi, parce que vous êtes vous aussi responsables de la Maison devant le client, dans le travail que vous faites.  

 

lu dans CEE Information N°92 de mars 1986

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Eco & Travail
commenter cet article
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 18:13

       C'est aujourd'hui 

On peut lire ses oeuvres ICI

 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 08:05

C'était en 2014.

Les initiatives, c'est sur Petrus Angel...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Initiatives
commenter cet article
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 07:32
Le bon Pasteur

Comprendre la Scène. On peut voir sur cette image...et aussi sur d'autres

Un homme vêtu comme un berger, porte un agneau ou une jeune brebis

La suite...

 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 00:00

Retour sur un article plus qu'actuel.

 

Selon un rapport de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) publié lundi 1er décembre 2014, l'immigration a de nouveau augmenté en France en 2013 sur un rythme similaire à 2012 (259.000 migrants) . Voici quelques citations permettant de comprendre l'enseignement de l'Eglise sur l'accueil de l'étranger :

 

Le Catéchisme de l'Eglise catholique énonce clairement les principes de base :

"Les nations mieux pourvues sont tenues d'accueillir autant que faire se peut l'étranger en quête de la sécurité et des ressources vitales qu'il ne peut trouver dans son pays d'origine. Les pouvoirs publics veilleront au respect du droit naturel qui place l'hôte sous la protection de ceux qui le reçoivent.

Les autorités politiques peuvent en vue du bien commun dont elles ont la charge subordonner l'exercice du droit d'immigration à diverses conditions juridiques, notamment au respect des devoirs des migrants à l'égard du pays d'adoption. L'immigré est tenu de respecter avec reconnaissance le patrimoine matériel et spirituel de son pays d'accueil, d'obéir à ses lois et de contribuer à ses charges".

Catéchisme de l'Eglise catholique, n°2241.

 

Dans Laborem exercens, encyclique sur le travail humain, on peut lire que "l'émigration est sous certains aspects un mal", mais un mal qui peut être "en des circonstances déterminées ce que l'on appelle un mal nécessaire".

Après avoir rappelé que "l'homme a le droit de quitter son pays d'origine pour divers motifs (...) et de rechercher de meilleures conditions de vie dans un autre pays", l'encyclique précise que l'émigration représente en général "une perte pour le pays d'où on émigre. C'est l'éloignement d'un homme qui est en même temps membre d'une grande communauté unifiée par son histoire, sa tradition, sa culture, et qui recommence une vie au milieu d'une autre société, unifiée par une autre culture et très souvent aussi par une autre langue. Dans ce cas, vient à manquer un sujet du travail qui, par l'effort de sa pensée ou de ses mains, pourrait contribuer à l'augmentation du bien commun dans son pays ; et voici que cet effort, cette contribution sont donnés à une autre société, qui, en un certain sens, y a moins droit que la patrie d'origine."          

Jean-Paul Il, Laborem exercens , 1981, n°23.

 

"On ne peut (...) pas, a priori, considérer toute émigration comme un fait positif, à rechercher ou à promouvoir"

Jean-Paul Il,17 octobre 1985, Congrès mondial de pastorale de l'émigration.

 

"La solidarité dépasse les frontières politiques pour s'ouvrir à l'accueil de chaque travailleur (...). Cela n'exclut certainement pas la légitimité d'une réglementation de l'émigration en vue du bien commun de chaque nation particulière."

Jean-Paul II, 19 mars 1990.

 

Le document publié par la Commission "Justice et paix" a précisé :

"II appartient aux pouvoirs publics, qui ont la charge du bien commun, de déterminer la proportion de réfugiés ou d'immigrés que leur pays peut accueillir compte tenu de ses possibilités d'emploi et de ses perspectives de développement mais aussi de l'urgence du besoin des autres peuples. Et l'État veillera à ce que ne se créent pas des situations de déséquilibre social grave, accompagnées de phénomènes sociologiques de rejet, comme cela peut arriver lorsqu'une trop forte concentration de personnes d'une autre culture est perçue comme menaçant directement l'identité et les coutumes de la communauté locale d'accueil".

L 'Eglise face au racisme, février 1989.

 

Synthèse réalisée par Hélène Fruchard dans la revue Permanences N°397 de décembre 2002.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 06:31

Retour sur un article de 2011 du site Atlantico ...

 

Réédité en début d’'année (2011), « Le camps des saints » de Jean Raspail qui racontait en 1973 l’invasion de la France par une horde d’étrangers est agrémenté d’une préface de son auteur ainsi que d’un mot de son éditeur… très précautionneux… trop précautionneux ?

« Nuit gravement à la santé de la République ». Il serait temps que les éditeurs impriment cet avertissement salutaire sur la couverture  des « mauvais livres ». Ce serait « une victoire  pour les valeurs universelles », comme l’a si bien dit l’avocat du Mrap  - à mon avis une sacrée pointure, côté méninges – à propos de la condamnation d’Eric Zemmour  pour « provocation à la discrimination raciale ».

Je verrais très bien le signor Brandolini ouvrir le bal. Dans une préface entortillée comme un cent de spaghettis, le directeur des éditions Robert Laffont a vraiment eu le bras citoyen. Conscient de l’abomination que représente  la réédition de cette espèce de Mein Kampf à la française qu’est Le Camp des saints de Jean Raspail, il s’est empressé de nous rassurer : non, non ne croyez pas, cher lecteur, que je partage les opinions de mon auteur...

  La suite...

 

       Christian Millau. Grand reporter, critique littéraire notamment pour le journal Service Littéraire, satiriste, Christian Millau est aussi écrivain.

 

Retrouvez Jean Raspail sur Petrus Angel...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 23:42

Loch Ness : Google rend hommage à Nessie

Et pour fêter l'événement, Google a décidé de créer un doodle hommage et même de vous balader sur le fameux lac écossais ...

 

De son côté, Laurent Glauzy affirme que les plus grands scientifiques défendent le Loch Ness ...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Science et Conscience
commenter cet article
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 16:52

 Ne confondons surtout pas Les Républicains et Die Republikaner

      ni leur logo avec celui du Petit Robert.                           naming, branding, création de nom

 

 

 

Vu sur le blog de la guerre des mots qui a 9 ans aujourd'hui...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Récré
commenter cet article
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 08:26
Ostension du Saint Suaire

à Turin : 19 avril au 24 juin

Le Suaire est un linceul de lin tissé en chevron mesurant environ 4,41m x 1,13m, qui contient la double image, l’image frontale et l’image dorsale se joignant par la tête, du cadavre d’un homme nu mort à la suite d'’une série de tortures ayant culminé avec le crucifiement. L'’image est entourée de deux lignes noires qui sont des traces de brûlure, et d’'une série de lacunes : ce sont les dommages provoqués par l'’incendie qui se produisit à Chambéry en 1532. Selon la tradition, il s’agit du Linceul, cité par les Evangiles, qui servit à envelopper le corps de Jésus au tombeau. Il est certain que le Suaire, en raison des caractéristiques de son empreinte, renvoie directement et immédiatement à la dramatique réalité de la Passion de Jésus, qu'’il aide à comprendre et à méditer. C’est pour cette raison que le Pape l'’a défini « miroir de l'’Evangile ».

La suite...

 Sur cette page, vous trouverez l'entière description du Suaire.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Science et Conscience
commenter cet article
18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 19:24
  • le 18 avril 1909 : béatification de Jeanne d'Arc par Pie X.
« menteresse, abuseresse du peuple, blasphémeresse de Dieu, idolâtre, cruelle, dissolue, invocateresse de diables, hérétique et schismatique» au terme d'un procès «le plus infâme qui ait épouvanté les hommes depuis le procès ineffable de Notre Seigneur Jésus-Christ». (Léon Bloy)
 

Née le 6 janvier 1412, à Domrémy, de Jacques d'Arc et d'Isabelle Romée, Jeanne est d'une famille de 5 enfants. Dès l'âge de 13 ans, elle entend les voix de saint Michel, sainte Marguerite et sainte Catherine, alors qu'elle garde ses brebis. La France est alors en partie aux mains des Anglais, alliés des Bourguignons, le Dauphin du Royaume de France, futur Charles VII, n'est que le «roi de Bourges», doutant de sa légitimité.

En mai 1428, les voix de Jeanne lui commandent d'aller trouver le Dauphin Charles, de le faire sacrer à Reims et de l'aider à libérer le Royaume de France de l'occupation anglaise. Dès lors le miracle se produit. 

Lisez la suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 18:06

(re) découvrez toutes les catégories de Petrus Angel

A vos commentaires !

 

 

Catégories

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Petrus Angel
commenter cet article
18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 14:02
Nouveaux articles

Pour recevoir dans votre boîte "mail" 

l'annonce des nouveaux articles,

une adresse dans "Newsletter" suffit...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Petrus Angel
commenter cet article
18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 09:40

César, Escartefigue et M. Brun boivent toujours du vin blanc. Claudine coupe des tranches de saucisson qu'elle dispose dans un plat.

 

 CLAUDINE

 Mon pauvre mari, moi, ça s'est passé d'une façon étrange. Une nuit, il me réveille. C'était le premier chant du coq. Il avait la figure un peu rouge, et la main sur la poitrine, il me fait: « Claudine, qu'est-ce que tu dirais si je mourais d'un seul coup ? » Moi, à moitié endormie, je lui fais : « Ça prouverait que tu n'es pas malin. » Et alors il me fait: « Eh bien, par conséquent, je ne suis pas malin. » Et toc ! Il est mort.

 (...)

 HONORINE

 Ça, au moins, c'est une belle mort.

 CÉSAR

 Oh vaï ! C'est une belle mort pour les autres. Mais moi, j'aime mieux une laide vie qu'une belle mort...

 

 - film - 5035_3

"César", de Marcel Pagnol

 

La fin de vie sur Petrus Angel

César, Escartefigue et M. Brun boivent toujours du vin blanc. Claudine coupe des tranches de saucisson qu'elle dispose dans un plat.

 CLAUDINE

 Mon pauvre mari, moi, ça s'est passé d'une façon étrange. Une nuit, il me réveille. C'était le premier chant du coq. Il avait la figure un peu rouge, et la main sur la poitrine, il me fait: « Claudine, qu'est-ce que tu dirais si je mourais d'un seul coup ? » Moi, à moitié endormie, je lui fais : « Ça prouverait que tu n'es pas malin. » Et alors il me fait: « Eh bien, par conséquent, je ne suis pas malin. » Et toc ! Il est mort.

 (...)

 HONORINE

 Ça, au moins, c'est une belle mort.

 CÉSAR

 Oh vaï ! C'est une belle mort pour les autres. Mais moi, j'aime mieux une laide vie qu'une belle mort...

 

 - film - 5035_3

"César", de Marcel Pagnol

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Pour la vie
commenter cet article
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 22:49

Une version de théâtre amateur de La Belle Vie, au départ un téléfilm de Lazare Iglésis, sur un scénario et des dialogues originaux de Jean Anouilh, avec Jean Le Poulain, diffusé en 1979 sur Antenne 2.

À Munich en 1918 vient d'éclater une révolution bolchévique. Aristocrates et notables ont été arrêtés et sont promis à l'exécution.

Dans une “prison du peuple” se trouve le comte de Valençay accompagné de sa femme, de sa fille Gertrud, de son gendre Ludwig, de son fils Hans et de leur tante, la baronne Mina. Tous sont plus ou moins affolés alors que le comte affecte de conserver le détachement et le fatalisme qui siéent à son rang.

Lorsque vient le héraut du sinistre appel qui doit les mener à l'échafaud, ils ont la surprise de reconnaître Albert, leur ancien maître d'hôtel qui les fait sortir du rang et les emmène. Eux seuls.

Ils se retrouvent dans ce qui s'avère être un étage de l'hôtel particulier d'une autre grande famille mais réagencé afin de laisser des espaces autour des différents lieux de vie délimités par des corde tendues. Comme dans un musée...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Scène
commenter cet article
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 16:42
25 avril : Société naturelle ou société artificielle ?

Le CEP, Centre d'Etudes et de Prospective sur la Science, nous invite à sa Journée Régionale d'Ile-de-France
 
Samedi 25 avril 2015 
à Issy-les-Moulineaux


Société naturelle ou société artificielle ? 


La liberté des hommes rend-elle leurs Cités plus naturelles et humaines?

 Abbé Toulza 

La nature de retour : la rupture avec l'ère libérale 

 dans la pensée politique allemande des années 1920

Thierry Buron 

 La démocratie est-elle compatible avec une société naturelle ? 

 Claude Polin 

Dédicace de leurs ouvrages par les conférenciers 

Pas de société sans amitié, ou l'oubli moderne d'une évidence 

Claude Verger 

 

Le programme détaillé et le bulletin d'inscription sont sur le site du CEPPour tout renseignement complémentaire, contactez Maxime par courriel  cep.colloques@gmail.com  ou au Tel 01 70 25 14 45 

 

« Le Seigneur a tout fait et Il donne la sagesse aux hommes pieux » (Sir 43, 33)

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Initiatives
commenter cet article
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 09:12

ENTRETIEN EXCLUSIF - Jean Raspail : « en dormition, l’âme de la France se réveillera »

Par Bruno de Cessole

 Jean Raspail : "J'ai conservé l'esprit d'adolescence jusqu'aux rivages de mes 80 ans". Photo © Patrick Iafrate

 

L’entretien : Jean Raspail. À l’occasion de la parution du volume de la collection “Bouquins”, l’auteur du “Camps des saints” revient sur les sources et thèmes de son oeuvre, ses convictions religieuses et politiques et le devenir de la France.

Don Quichotte d’une royauté sans couronne, paladin des causes dites perdues, chevalier servant d’un légitimisme intemporel, champion des peuples oubliés ou sacrifiés, Jean Raspail est notre dernier chouan, notre ultime zouave pontifical. À l’instar d’Antigone, il incarne contre les modernes Créon la résistance à la raison d’État, aux compromissions intéressées, aux lâchetés et aux trahisons des politiques. Seul contre tous, il prône l’allégeance à des vertus surannées : la fidélité, l’honneur, la tradition, le sacrifice, le désintéressement, la croyance au miracle…

En un temps de résignation à l’universelle médiocrité et à la loi du nombre, ses livres racontent des épopées intemporelles et exalte des gestes individuelles. Dans le sillage de Carlyle, il célèbre le culte des héros, messagers de l’invisible et moteurs de l’Histoire...lire la suite de l'entretien exclusif...

Là-bas, au loin, si loin…, de Jean Raspail, Robert Laffont, coll. “Bouquins”, 1 184 pages, 30 €. 

 

Retrouvez aussi l'oeuvre de Jean Raspail sur Petrus Angel.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans en Kiosque
commenter cet article
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 13:54

Entretien avec Chantal Delsol

Chantal Delsol : «On voudrait que les individus jetés dans ce drame puissent appliquer une loi et ainsi s’exempter de l’angoisse de se prononcer, de la responsabilité et des éventuels remords. Le cas est le même pour l’IVG, pour laquelle nous recherchons toujours plus de loi déterminante, toujours moins de réflexion individuelle ». Photo © SIPA

Valeurs d'avenir. Chantal Delsol est philosophe, membre de l’Institut. « On demande à l'Etat de dire le Bien pour éviter l'angoisse de décider », déplore-t-elle.

La question de la fin de vie interroge et parfois met en cause les principes fondateurs. Le mérite de la loi Leonetti avait été de trouver un juste équilibre entre l’acharnement thérapeutique devenu indéfendable (étant donné les moyens inhumains que nous avons à présent de nous acharner) et l’euthanasie, si peu adaptée à une culture qui accorde une valeur insigne à la vie.

Les débats autour de cette question marquent avec acuité les métamorphoses des mentalités dont nous sommes les acteurs et les témoins.

Curieusement, on observe ici à la fois une radicalisation de l’individualisme et un effacement de la conscience personnelle. L’individu souverain voudrait avoir désormais la maîtrise totale de son destin : puisque je dois encore mourir (pas pour longtemps, nous promet le posthumanisme), au moins que je sois sûr d’en choisir le moment.

La suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Pour la vie
commenter cet article
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 12:46
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 11:45

Pourquoi Jean-Marie Le Pen a choisi "Rivarol" pour faire la guerre à sa fille

 

Pour s'attaquer à la stratégie mise en place par sa fille, Jean-Marie Le Pen a donné une interview à "Rivarol". De quoi ce journal est-il le nom ?

 

Jean-Marie Le Pen à Nanterre le 31 mars 2014.

Jean-Marie Le Pen à Nanterre le 31 mars 2014. © Michel Euler / Sipa

Par 

Au cas où on l'aurait oublié, Jean-Marie Le Pen, 87 ans, a rappelé cette semaine qu'il n'était pas prêt à être enterré. Dans les médias, il a de nouveau dit tout le mal qu'il pensait de la dédiabolisation du Front national qu'il a fondé, des origines chevènementistes de Florian Philippot, et tout le bien du maréchal Pétain et du régime de Vichy. Une folle semaine de rébellion médiatique qu'il a commencée chez Jean-Jacques Bourdin vendredi sur RMC, et qu'il a poursuivie jeudi dans un média beaucoup moins "mainstream" : Rivarol. Derrière ce nom qui ressemble à une marque de fromage industriel se cache un journal d'extrême droite à la patte dure.

La suite de l'article du Point

Le journal qui a un nom de fromage industriel : Rivarol

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans en Kiosque
commenter cet article