Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 09:37


 120420801_b7f3789065.jpg   Un cours  largement enseigné à l’ENA et dont les anciens élèves tirent le plus grand profit.

Les dix stratégies de manipulation de masses

Le philosophe nord-américain Noam Chomsky, activiste et penseur politique, professeur de linguistique au Massachusetts Institute of Technology où il a enseigné toute sa carrière, a fondé la linguistique générative. Il s'est fait connaître du grand public, à la fois dans son pays et à l'étranger3, par son parcours d'intellectuel engagé. Il a élaboré une liste des « Dix Stratégies de Manipulation » à travers les médias. Elle détaille l’éventail, depuis la stratégie de la distraction, en passant par la stratégie de la dégradation jusqu’à maintenir le public dans l’ignorance et la médiocrité.

1/ La stratégie de la distraction

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes.

... La suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 08:27

 

            

 

 

 

charlie-hebdo-2-couvertures.jpg

 


Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Récré
commenter cet article
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 19:55

 

Je ne suis pas Charlie !

Rédigé par Pasquin le 08 janvier 2015 dans Humeur

Je ne suis pas Charlie !

Je ne suis pas Charlie : la liberté d’expression et la liberté de la presse ne sont pas le droit d’insulter, de mépriser, de blasphémer, de piétiner, de moquer la foi ou les valeurs des concitoyens, de prendre systématiquement de front les communautés musulmane ou chrétienne. « Un dessin est un fusil à un coup », disait Cabu.

Non je ne suis pas Charlie et nous étions choqués de voir Mahomet sous la forme d’une crotte enturbannée ou Benoît XVI sodomiser des enfants. Il ne s’agit pas de tolérance ou de libre-pensée : l’insulte est une violence. Je ne suis pas Charlie et je ne crois pas à l’union nationale décrétée par le Président de gauche. Ils se sont trompés depuis trente ans, ils sont en partie responsables de la situation actuelle. Je ne crois pas à leur capacité de lutte contre le terrorisme alors qu’ils détricotent chaque année la souveraineté du pays et sa capacité de défense et de justice.

Au mépris de la nation

Je ne suis pas Charlie et le Président se trompe encore en proposant les caricaturistes en héros nationaux, eux qui ont contribué à détruire le lien entre les communautés, méprisé le sens de la nation et caricaturé flics, gendarmes, militaires, eux qui ont fait du Français moyen un beauf. Des flics sont morts dans cette exécution sommaire alors qu’ils étaient caricaturés par ceux-là même qu’ils protégeaient. Je ne suis pas Charlie mais je suis Français et je vois mon pays sombrer dans l’horreur. J’entends des « Allah akbar » guerriers venant des banlieues et des politiques refuser de voir cette réalité. Pourtant Charlie est mort d’avoir minimisé les risques de l’islam radical. Vivant dans un pays chrétien ils ont cru pouvoir insulter sans risque. Je ne suis pas Charlie mais je suis chrétien. Je ne pense pas un instant qu’ils devaient mourir, ni qu’ils l’ont bien mérité. Paix à leur âme, et que Dieu les accueille, s’ils le veulent, dans sa miséricorde. Mais… je ne suis pas Charlie.

Source

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 17:14

 

Tuer n'est jamais un progrès

Paru dans Valeurs Actuelles aujourd'hui :

V

vu ici

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Pour la vie
commenter cet article
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 14:50

 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 21:30

 

 

 Si vous voulez être informé de la parution des nouveaux articles de Petrus Angel, indiquez une adresse "mail" dans la rubrique "Newsletter".

Vous pouvez également donné votre avis en bas des articles. 

 C'est facile, rapide, anonyme si vous le souhaitez.
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Petrus Angel
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 20:59

 

« Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, s’en allèrent au-devant de l’époux. Il y en avait cinq qui étaient folles et cinq qui étaient sages.
Les cinq folles, ayant pris leur lampe, ne prirent pas d’huile avec elles ; mais les sages prirent de l’huile dans leurs vases avec leurs lampes.
Comme l’époux tardait à venir, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Au milieu de la nuit, un cri s’éleva : voici l’époux qui vient, allez au-devant de lui.
Alors toutes ces vierges se levèrent et préparèrent leurs lampes. Et les folles dirent aux sages : donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent. Les sages répondirent : de crainte qu’il n’y en ait pas assez pour nous et pour vous, allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous.
Mais, pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva, et celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée.
Plus tard, les autres vierges vinrent aussi, disant : Seigneur, Seigneur, ouvrez-nous.
Il leur répondit : en vérité je vous le dis, je ne vous connais pas.
Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. »

Cette parabole s’applique à tous les hommes et à tout instant. Vous devez toujours vous tenir prêt à vous présenter devant votre Créateur, car vous ne savez ni le jour ni l’heure de votre mort. Par conséquent, vous devez constamment vous maintenir en état de grâce, éviter à tout prix les péchés mortels, et entretenir cette grâce en vous par la prière, la pénitence et les sacrements (l’huile).

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 17:53

 

La nécessité de donner avec assurance une information immédiate force à combler les blancs avec des conjectures, à se faire l'écho de rumeurs et de suppositions qui ne seront jamais démenties par la suite et resteront déposées dans la mémoire des masses. Chaque jour, que de jugements hâtifs, téméraires, présomptueux et fallacieux qui embrument le cerveau des auditeurs — et s'y fixent ! La presse a le pouvoir de contrefaire l'opinion publique, et aussi celui de la pervertir. La voici qui couronne les terroristes des lauriers d'Érostrate ; la voici qui dévoile jusqu'aux secrets défensifs de son pays ; la voici qui viole impudemment la vie privée des célébrités au cri de : « Tout le monde a le droit de tout savoir » (slogan mensonger pour un siècle de mensonge, car bien au-dessus de ce droit il y en a un autre, perdu aujourd'hui: le droit qu'a l'homme de ne pas savoir, de ne pas encombrer son âme créée par Dieu avec des ragots, des bavardages, des futilités. Les gens qui travaillent vraiment et dont la vie est bien remplie n'ont aucun besoin de ce flot pléthorique d'informations abrutissantes).

Alexandre Soljenitsyne, Le déclin du courage, 1978. Lu ICI

Le-declin-du-courage.png

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 15:05

 

Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes.  Bossuet, Extrait d’un Sermon.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 14:38

 

L'attentat à Charlie hebdo... à chaud

...le dernier dessin de Charb...
Nous, chrétiens, n'aimons pas Charlie hebdo, qui a suffisamment joué - sans risque - avec la foi des cathos. Mais il faut bien reconnaître qu'ils sont, aujourd'hui, du côté de la liberté et que ce bien est le plus précieux de tous - celui qui nous rend responsable, celui qui nous rend capables de mérites, celui qui nous sauve.
Les onze personnes (flics, journalistes antiflics, dessinateurs- Cabu, Charb, Tignous et Wolinski - mais aussi petites mains ou passants mélangés - terrible ironie du destin) qui ont payé de leur vie la publication de charia hebdo et des caricatures de Mahomet, sont des martyrs de la civilisation européenne. Les cinq blessés graves ne peuvent pas être oubliés. Les tueurs (deux ou cinq personnes selon les témoins) courent toujours : le bilan risque de s'alourdir."Il faut venger le Prophète" ont entendu des passants.
On nous parle d'armes automatiques ; on nous parle même de lance-roquette... Cela évoque le contexte du djihad, que ce soit celui d'entraînement djihadistes en France ou de retour du djihad syrien ou irakien. On n'a plus affaire à des amateurs, mais à des gars surentraînés, qui ont devant eux des policiers, autant dire, ceux-là, des amateurs, pour la plupart. Le spectre de la guerre urbaine est en train sous nos yeux de devenir une réalité. 
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 14:38

 

Confronté parfois aux questions portant sur la pratique de notre foi, je me rends compte qu’il y a un vice dans leur formulation : pourquoi JE dois, NOUS devons, faire ou croire telle ou telle chose ? Ces questions centrées sur nous-mêmes nous font croire que dans la foi et l’amour nous avons l’initiative. Or, « ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimés et qui a envoyé son Fils en victime de propitiation pour nos péchés » (1 Jn 4, 10). Nous n’avons pas inventé l’Eucharistie, par exemple, et si pendant vingt siècles les chrétiens se sont rassemblés pour célébrer le jour du Seigneur, il y a certainement une raison qui me dépasse et je dois essayer d’y répondre. La question devrait être formulée plutôt dans ces termes : pourquoi Dieu nous a-t-il demandé de faire telle ou telle chose ? Heureusement il nous répond dans l’Écriture, la Tradition, le Magistère et la vie de l’Église.

L’origine de l’Eucharistie est le regard et le cœur de Jésus. Marc rapporte dans l’Évangile la rencontre du Maître avec une foule affamée : Jésus « en eut pitié, parce qu’ils étaient comme des brebis qui n’ont pas de berger, et il se mit à les enseigner longuement » (Mc 6, 34). En plus, il ordonne à ses disciples : « Donnez-leur vous-mêmes à manger » (Mc 6, 37). Dieu connaît la faiblesse de l’homme, sa fatigue et ses épreuves sur le chemin de la vie et pour cette raison il est venu marcher avec nous. Il reconnaît en nous les disciples d’Emmaüs, découragés, tristes, déçus après l’échec de nos projets. Il vient à notre rencontre dans la messe, il nous explique le sens de ces événements à la table de la Parole ; il se met à table avec nous et nous offre le pain, son corps, et le vin, son sang, pour rester avec nous et nous dire que son sacrifice sur la croix est pour nous, pour notre amour. Pour demeurer avec nous tous les jours Dieu n’a pas hésité à souffrir jusqu’à l’extrême. Seigneur, qu’est-ce que l’homme, pour que tu en fasses un si grand cas ?

 

Et qu’est-ce que cela change à ma réalité concrète ? À quoi bon aller à la messe ? À quoi bon la pratique ? À quoi bon tout ? Ces questions ont radicalement changé grâce à l’Incarnation et la manifestation de Jésus, Fils de Dieu. L’homme ne lance plus désormais ces questions à un ciel vide, il n’interroge plus l’impersonnel risquant d’aller dans le non-sens. Aujourd’hui toi et moi, nous pouvons poser les mêmes questions à Jésus, à l’Emmanuel qui marche avec nous présent dans l’autel. En Jésus, Dieu lui-même est devenu notre interlocuteur, notre médiateur, notre rédempteur. Saint Bernard a très bien compris cette nouveauté : « N’interroge pas ce que tu souffres, toi, mais ce qu’il a souffert, lui. A ce qu’il est devenu pour toi, reconnais ta valeur à ses yeux, afin que sa bonté t’apparaisse à partir de son humanité. En effet, l’abaissement qu’il accomplit dans son humanité a révélé la grandeur même de sa bonté, et plus il s’est rendu méprisable en ma faveur, plus il me devient cher » (Sermon pour l’Épiphanie).

Lu ICI

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 11:56

 

Il y a vingt ans [c'est-à-dire dans les années vingt du XXe siècle], le petit bourgeois français refusait de laisser prendre ses empreintes digitales, formalité jusqu'alors réservée aux forçats. Oh! oui, je sais, vous vous dites que ce sont là des bagatelles. Mais en protestant contre ces bagatelles le petit bourgeois engageait sans le savoir un héritage immense, toute une civilisation dont l'évanouissement progressif a passé presque inaperçu, parce que l'Etat Moderne, le Moloch Technique, en posant solidement les bases de sa future tyrannie, restait fidèle à l'ancien vocabulaire libéral, couvrait ou justifiait du vocabulaire libéral ses innombrables usurpations. Au petit bourgeois français, refusant de laisser prendre ses empreintes digitales, l'intellectuel de profession, le parasite intellectuel, toujours complice du pouvoir, même quand il paraît le combattre, ripostait avec dédain que ce préjugé contre la Science risquait de mettre obstacle à une admirable réforme des méthodes d'identification, qu'on ne pouvait sacrifier le Progrès à la crainte ridicule de se salir les doigts. Erreur profonde ! ce n'étaient pas ses doigts que le petit bourgeois français, l'immortel La Brige de Courteline, craignait de salir, c'était sa dignité, c'était son âme. Oh ! peut-être ne s'en doutait-il pas, ou ne s'en doutait-il qu'à demi, peut-être sa révolte était-elle beaucoup moins celle de la prévoyance que celle de l'instinct. N'importe ! On avait beau lui dire : « Que risquez-vous ? Que vous importe d'être instantanément reconnu, grâce au moyen le plus simple et le plus infaillible ? Le criminel seul trouve avantage à se cacher... » Il reconnaissait bien que le raisonnement n'était pas sans valeur, mais il ne se sentait pas convaincu. En ce temps-là, le procédé de M. Bertillon n'était en effet redoutable qu'au criminel, et il en est encore de même maintenant. C'est le mot de criminel dont le sens s'est prodigieusement élargi, jusqu'à désigner tout citoyen peu favorable au Régime, au Système, au Parti, ou à l'homme qui les incarne. Le petit bourgeois français n'avait certainement pas assez d'imagination pour se représenter un monde comme le nôtre si différent du sien, un monde où à chaque carrefour la Police d'Etat guetterait les suspects, filtrerait les passants, ferait du moindre portier d'hôtel, responsable de ses fiches, son auxiliaire bénévole et public. Mais tout en se félicitant de voir la Justice tirer parti, contre les récidivistes de la nouvelle méthode, il pressentait qu'une arme si perfectionnée, aux mains de l'Etat, ne resterait pas longtemps inoffensive pour les simples citoyens. C'était sa dignité qu'il croyait seulement défendre, et il défendait avec elle nos sécurités et nos vies. Depuis vingt ans, combien de millions d'hommes, en Russie, en Italie, en Allemagne, en Espagne, ont été ainsi, grâce aux empreintes digitales, mis dans l'impossibilité non seulement de nuire aux Tyrans, mais de s'en cacher ou de les fuir ? Et ce système ingénieux a encore détruit quelque chose de plus précieux que des millions de vies humaines. L'idée qu'un citoyen qui n'a jamais eu affaire à la Justice de son pays, devrait rester parfaitement libre de dissimuler son identité à qui lui plaît, pour des motifs dont il est seul juge, ou simplement pour son plaisir, que toute indiscrétion d'un policier sur ce chapitre ne saurait être tolérée sans les raisons les plus graves, cette idée ne vient plus à l'esprit de personne. Le jour n'est pas loin peut-être où il semblera aussi naturel de laisser notre clef dans la serrure, afin que la police puisse entrer chez nous nuit et jour, que d'ouvrir notre portefeuille à toute réquisition. Et lorsque l'Etat jugera plus pratique, afin d'épargner le temps de ses innombrables contrôleurs de nous imposer une marque extérieure, pourquoi hésiterions-nous à nous laisser marquer au fer, à la joue ou à la fesse, comme le bétail ? L'épuration des Mal-Pensants, si chère aux régimes totalitaires, en sera grandement facilitée.

Georges BERNANOS, en 1947...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 12:27

 

Le cargo de la méduse européenne…

Le cargo de la méduse européenne...L’image des cargos-fantômes à la dérive vers les côtes italiennes évoque puissamment le roman hallucinant de Jean Raspail qui décrivait, il y a 40 ans l’invasion de l’Europe, submergée par une masse de miséreux venus du Tiers-monde, devant laquelle toutes les résistances s’effondraient tant les institutions et la morale collective étaient rongées de l’intérieur. Cette anticipation historique semble aujourd’hui en train de se réaliser.

Certes, le débarquement massif sur la côte d’Azur n’a pas eu lieu, mais les chiffres parlent : 150 000 migrants clandestins ont atteint l’Italie, en 2014. Ils n’étaient « que » 72 000 en 2012. Sur les dix premiers mois de 2014, 230 000 entrées illégales en Europe ont été comptabilisées, ce qui est évidemment un minimum déjà en hausse de 144% par rapport à l’année précédente. En 2013, l’arrivée de clandestins avait crû de 48%, les demandes d’asile de 30%… et les décisions de renvoi avaient, elles, baissé de 16%. 30% n’avaient pas été exécutées. Ce sont les frontières maritimes du sud qui sont les plus touchées. Si l’immigration en provenance de l’Afrique de l’Ouest qui passe par la Mauritanie et le Maroc se poursuit, ce sont trois secteurs qui ont connu en 2014 une véritable explosion : +261% sur la Mer Noire entre Turquie et Bulgarie, + 113% en Méditerranée Orientale, entre Turquie, Chypre et Grèce, et enfin en Méditerranée Centrale, entre Libye essentiellement et Italie avec +272%.

Ce phénomène est d’abord perçu comme un drame humain. Des familles perdues en mer sur des embarcations de fortune ou abandonnées sur de vieux cargos que leurs équipages ont désertés, l’annonce de multiples noyades (2000 depuis Avril !) et la récupération souvent difficile des naufragés par la marine italienne suscitent légitimement la compassion. Mais celle-ci ne doit pas rendre aveugle, ni justifier un sentiment de culpabilité qui est l’autre face de la complicité.

Il s’agit d’abord d’un trafic, un trafic d’êtres humains organisé par des réseaux mafieux qui mêlent aujourd’hui au transport des clandestins, celui des armes et de la drogue, et sans doute l’alimentation des filières de proxénétisme. La premier adversaire à combattre est donc le passeur, et ses comparses dans les pays de départ.  La suite...

Par Christian Vanneste

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 11:54

 

Prédication du Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine pour la fête de l'Epiphanie

 

Prédication du 8 janvier 2012 par le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine – Fête de l’Épiphanie (Lc 2, 1-12) /  http://www.delamoureneclats.fr 


Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 10:18

 

THÉÂTRE : ANTIGONE DE JEAN ANOUILH

THÉÂTRE : ANTIGONE DE JEAN ANOUILH

à Orléans

 

Par Bath’Art. Suite à la guerre civile pour le trône de Thèbes, les deux fils d’Oedipe se sont entretués. Créon, leur oncle, leur succède à la régence du royaume. Pour mettre fin à cette période sanglante, il nterdit l’enterrement de Polynice, instigateur de la révolte.
Antigone, fille d’Oedipe, s’insurge devant cette décision qui interdit à son frère l’accès au royaume des morts. Certaine du sort fatal qui lui sera réservé, elle décide tout de même d’aller braver le nouveau roi. Défendre ses idéaux ou se salir les mains pour le bien commun, existe-t-il une bonne réponse ? 

 
Mardi 27 janvier à 20h30, ouverture des portes à 20h au Bouillon, Université d’Orléans, avenue du Parc Floral à Orléans-La Source. Tarif 6€, TR 3€.  

 Réservation conseillée > lien web

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Scène
commenter cet article
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 17:27

A propos du dernier livre de l'auteur : "Poutine" (Calmann-Lévy, 2014) : une conférence de Frédéric Pons : "L'ENIGME POUTINE", à l'Espace Georges-Bernanos, 4 rue du Havre Paris IXe

MERCREDI 7 JANVIER 2015, 19h00-21h00 (entrée libre, PAF conseillée 5 €)

VLADIMIR POUTINE reste une énigme. Que veut-il ? Affirmer son pouvoir personnel et celui de son clan dans la lignée des autocrates qui se sont succédé au Kremlin depuis des siècles ? Restaurer la grandeur de son pays, en faisant la synthèse de l’histoire russe, des tsars aux soviétiques ? Comment le petit colonel du KGB qu’il fut à la fin de la Guerre froide a-t-il pu s’imposer au sommet de l’une des premières puissances du monde ? Qui est cet homme qui semble porter un masque ? Un politicien cynique et brutal, assoiffé de pouvoir et d’argent, ou un patriote sincère ?
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Initiatives
commenter cet article
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 14:21

Ils arrivent un peu tard, mais bon. Pour mieux voir l'oeuvre, cliquez dessus.

adoration des bergers

La noblesse et l’éclat mat et chaleureux du bois qui reçoit ici le travail du sculpteur entre pour une part importante dans le charme qui se dégage de cette nativité. Il lui confère une sorte de douce sensualité humaine qui trouve naturellement sa place dans le thème de l’Incarnation du Fils de Dieu. Mais ce qui séduit davantage encore le regard et le retient immédiatement, c’est l’admirable composition de ce petit chef d’œuvre. Quatre plans successifs sont aménagés dans le regroupement des personnages de cette Nativité ; tous les regards convergent vers l’Enfant qui se détache au tout premier plan ; même l’âne et le bœuf, finement ciselés au quatrième plan, semblent tenter d’apercevoir celui qu’ils sont là pour protéger de leur chaleur animale.

De chaque côté de ces représentants du règne animal, les bergers : des pauvres, des démunis, des sans grade, ceux que notre époque prend pour des râtés ! Ils seront néanmoins les premiers à reconnaître dans un nouveau-né marginal l’incarnation du tout-puissant roi des Cieux. Devant la somptuosité du Mystère, le berger de gauche, chapeau sur le cœur, offre le sourire ébloui de la contemplation béatifique ; son compagnon, à droite, au regard plus appuyé et plus humain, soulève son chapeau en signe de déférence et de remerciement pour le cadeau qu’il donne l’impression de recevoir personnellement.

La suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 13:28

Ce soir, un petit chef-d'oeuvre à la télé.

Pour les téléphobes : on le trouve sans doute en DVD et/ou sur Internet.


Les disparus de Saint-Agil
  • 20h45
  • lundi
    05
    janvier

Les disparus de Saint-Agil7777

  • Film policier de Christian-Jaque (1938)
  • Avec : Erich von Stroheim, Armand Bernard, Michel Simon, Robert Le Vigan, Marcel Mouloudji, Aimé Clariond, Serge Grave, Jean Claudio, René Génin, Jacques Derives, Albert Malbert, Robert Ozanne
  • Pays de production : France
  • Durée : 1h50mn
Si vous avez manqué le début
A Saint-Agil, collège privé dirigé par M. Boisse, trois élèves, Baume, Sorgue et Macroix, se réunissent la nuit dans la salle de sciences naturelles sous la présidence du squelette Martin. Ils ont constitué une société secrète, «Chiche-capon», dans le but de partir aux États-Unis pour y faire fortune
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 10:30

      Agir en chrétiens dans la société 

 Couv 526-527

"Permanences" de Novembre-décembre 2014 est paru

Commandez ce Permanences ici


Agir en chrétiens dans la société  


 Au sommaire ♦ Editorial : Réveil de la France : un chemin culturel et métapolitique (Bruno de Saint Chamas) ♦ Chronique Jean-Marie Le Méné : L’IVG, tabernacle de la République ? ♦ Feuille de route : Comment agir pour le bien commun (Bruno de Saint Chamas) ♦ Vers un nouveau catholicisme social ? Entretien avec Guillaume de Prémare ♦ L’action non-violente. Joël Hautebert & le Collectif Jean Ousset ♦ Colloque 2014 : Faut-il défendre ses convictions ? (François-Xavier Bellamy) ♦ Histoire et enracinement (Louis Manaranche) ♦ Culture et politique : des catholiques en action. Le témoignage d’acteurs manifeste le foisonnement d’engagements qui caractérise les initiatives de catholiques dans la vie sociale, culturelle et politique. ♦ L’impasse de la sécularisation ♦ Les ateliers de l’histoire (Martin Dauch) ♦ Entreprise : Comment gérer le fait religieux en entreprise ? ♦ Apprendre à voir L’adoration des bergers ♦ Lire de François-Xavier Bellamy : Les déshérités ou l’urgence de transmettre - Quand Brustier passe LMPT au révélateur, l’ouvrage de Gaël Brustier : Le Mai 68 conservateur 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans en Kiosque
commenter cet article
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 07:36

 

Les voeux du Président de la République aux français ont rappelé quelques maximes  à Guy Gonzalvez :

 

« Toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté doit commencer par leur garantir l’existence » (Léon Blum).

5 millions de chômeurs, 8 de pauvres, la survie ne tient plus qu’à un fil d’aides sociales !

« Le courage, c’est d’aller chercher la vérité et de la dire » (Jean Jaurès).
Depuis 3 ans, mensonges, pirouettes et usines à gaz.

« L’essentiel est de dire quelque chose de très gros et de le répéter souvent, c’est comme cela qu’on fait une vérité » (Jean Anouilh).
Inversion du chômage, choix des régions, fin de crise !

« La plus grande couardise consiste à éprouver sa puissance sur la faiblesse d’autrui » (Jacques Audiberti).
Matraquages des retraités, familles, artisans, ouvriers, automobilistes…

« La puissance ne consiste pas à frapper fort ou souvent mais à frapper juste » (Honoré de Balzac).
2 millions de fonctionnaires de trop, retraites variables, pléthore d’élus aux salaires juteux, armée de médias et syndicats assistés… La justice n’est plus qu’un joyeux souvenir républicain.

« La politique est l’art d’empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde » (Paul Valéry).
La proportionnelle attendra, les portiques, on s’en tape royalement !

« Les lois sont dangereuses quand elles retardent sur les mœurs. Elles le sont davantage lorsqu’elles se mêlent de les précéder » (Marguerite Yourcenar).
À l’affiche : mariage pour tous, genre, GPA, PMA, crèches, cheminées…

« Un idéologue, c’est quelqu’un qui s’est donné pour tâche de rendre l’homme meilleur que l’humanité » (George Bernard Shaw).
Tsunami de charité sur les quartiers, AME, hôtels pour clandestins !

« Le véritable progrès démocratique n’est pas d’abaisser l’élite au niveau de la foule, mais d’élever la foule vers l’élite » (Gustave Le Bon).
Pilon sur les professions libérales et les notes en classe !

« Penser contre son temps, c’est de l’héroïsme, mais le dire, c’est de la folie » (Eugène Ionesco).
Camisole de force à Zemmour, l’empêcheur de penser en rond !

« Qu’est-ce que gouverner le monde… sinon faire croire à des imbéciles qu’ils pensent d’eux-mêmes, ce que nous leur faisons penser » (Jean Anouilh).
Mentalité incurable des « élites » envers les populistes incultes !

Devant un tel panier de crabes roses me revient :
« Jamais tu ne feras qu’un crabe marche droit » (Aristophane).

Enfin, je compléterai Alfred Capus par :
« L’hirondelle (Macron) ne fait pas le printemps, mais le chameau (Hollande) fait le désert. »

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Récré
commenter cet article