Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 09:26

 

On a coutume de comparer le ramadan au carême, bien que cette comparaison tourne court : dès le coucher du soleil en effet, toute restriction tombe et l’esprit festif domine, de là notre expression « faire du ramdam ». La comparaison avec la fête de Noël est bien plus profonde. A la nuit de Noël, le 25 du neuvième mois après l’Annonciation, descend sur la terre le Verbe divin incarné. Le ramadan est le neuvième mois de l’année arabe (alors calée sur le soleil), et la 25ème (ou 27ème ou 29ème) nuit de ce mois, est fêtée la « nuit grandiose » (leilat al-qadr) durant laquelle, pour l’Islam, le Coran est descendu du ciel. Si l’on considère que la rédaction du Coran, achevée par le calife Othman, a duré jusqu’au dixième siècle, sur un territoire déjà imprégné du christianisme, on ne sera pas surpris de cette correspondance.

Pour plus d’un milliard de croyants, le livre saint de l’Islam, le Coran, est la parole d’Allah, « le Verbe incarné, le Souffle divin auquel, inconditionnellement, les musulmans se soumettent sans épiloguer », comme l’écrit Malek Chebel en son Dictionnaire des symboles musulmans.1 Pour plus de deux milliards de chrétiens, Jésus est le Verbe fait chair, né de la Vierge Marie. La fête de Noël, universellement connue, célèbre l’anniversaire de la naissance du Fils de Dieu réellement ‘descendu’ parmi nous. L’Église primitive avait fixé la date de la fête de la Nativité par rapport au 25 mars, jour anniversaire de la mort du Christ en croix, sous Ponce-Pilate, à Jérusalem, une veille de Pâque juive. Tertullien le premier en fit écho au II° siècle, ce qui implique qu’il était déjà traditionnel de dater – et donc de célébrer – au 25 mars la Passion du Seigneur.

par Jean-Marie Mathieu

La suite de l'article sur le site du CEP

 

le-cep.org: Le Cep - Accueil
Page d'accueil du site du CEP : Le Cep est la revue du Centre d'Etude et de Prospective sur la Science (CEP) Cloisonnés dans leurs discipline et bridés par leurs théories, les hommes de science parviennent souvent mal à entrevoir le sens de leurs recherches.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Science et Conscience
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 17:54

 

Oui, mais c'est bientôt "les fêtes" !

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Science et Conscience
commenter cet article
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 21:45
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Récré
commenter cet article
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 20:08

Afficher l'image d'origine

René Bazin est l'auteur de la Petite Vie de Charles de Foucauld présentée dimanche dernier.

" Brigitte de Baudus, a publié une étude sur un thème très cher à notre auteur : le Pardon. Ce thème trouve une résonance particulière en cette année de la Miséricorde qui se clôt prochainement. Vous trouverez sur notre site toutes les informations sur cette étude et ses références si vous souhaitez la commander. ". C'est ICI.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 11:49

 

L’horrible bataille d’Alep en Syrie et la guerre juste à Mossoul en Irak : les gros média semblent nous résumer ainsi les conflits dans cette région du monde. Est-ce si binaire ? On peut en douter. Voici un billet moqueur de l’écrivain Patrick Besson dans Le Point du 24 novembre 2016, intitulé La Bombe différente :

En Syrie, il y a deux catégories de bombes : la bonne et la mauvaise. La bonne bombe est celle de la coalition américano-européenne et la mauvaise, celle de la Russie. La bombe américano-européenne, c’est la délicatesse. Elle tombe pile sur les combattants de l’Etat islamique sans faire de dégâts alentour. Elle épargne les femmes et les enfants présents dans l’immeuble où se cachent les djihadistes. Idem dans les rues. Prenez une voiture. A son bord, un djihadiste et plusieurs dames voilées, ainsi qu’une demi-dizaine de Syriens en bas âge. La bombe américano-européenne, au lieu d’exploser avec grossièreté en faisant des victimes civiles innocentes, concentrera sa violence sur le djihadiste seul, les autres occupants du véhicule sortant de celui-ci avec au pire quelques égratignures. D’une précision chirurgicale, la bombe américano-européenne est un exemple de civisme et de respect des droits de l’homme. Voyez comme, sur les marchés, elle éviter les étals de nourriture où se rassemblent les mères et leur progéniture pour ne toucher que les rassemblements d’hommes barbus hostiles marchandant des kalachnikovs. La bombe américano-européenne est le résultat magique de vingt siècles de culture occidentale. La place me manque pour détailler les différents aspects écologiques de la bombe américano-européenne, respectueuse de l’environnement.

Fille de soixante-dix années de terreur communiste aveugle, la bombe russe tombe n’importe où et sur n’importe qui. Tirée d’un bateau de guerre ou lancée d’un avion militaire hors d’âge par un pilote psychotique, elle raye de la carte villes pacifiques et villages innocents. La bombe russe se moque ouvertement du peuple syrien. Sous prétexte de sauver celui-ci du terrorisme, elle détruit écoles et hôpitaux, crèches et maisons de retraite. Entre un troupeau de chèvres et une maison de vacances, fait-elle la différence ? Là où la bombe américano-européenne épargne les animaux comme les vacanciers, ne visant que les tireurs islamistes isolés qu’elle anéantit un par un avec une patience et une précision de dentellière, la bombe russe s’écrase avec une violence meurtrière, éparpillant bêtes et vacanciers aux quatre coins du périmètre. N’est-ce pas un indice révélateur que les Syriens supplient que les bombardements américano-européennes ne cessent pas et même se prolongent longtemps après la signature d’accords de paix, afin que restent présentes à l’esprit du peuple syrien leur finesse, leur douceur et leur intelligence ?

 

Merci à EVR

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 18:06

 

Des abonnés , mais aussi à plusieurs reprises le webmaster lui-même, ont cessé du jour au lendemain d'être informés de la publication des nouveaux articles.

C'est arrivé aujourd'hui.

 

 

Si cela vous arrive, renouvelez, si vous le souhaitez, votre abonnement en inscrivant votre adresse "mail" dans la rubrique "Newsletter".

 

Désolé. Et raison de plus de faire connaître Petrus Angel. 

Merci de nous donner envie de continuer.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Petrus Angel
commenter cet article
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 11:41

 

Le pianiste Dave Brubeck est mort

 

Pour presque tout savoir sur le JAZZ,

visitez le site de Jean-Christian Michel,

découvert... il y a 10 mn.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Musique
commenter cet article
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 20:09

Le lundi de la 3e semaine de l'Avent

L'Église fête : Notre Dame de Guadalupe (1531)

Le 12 décembre 1531, La Vierge Marie apparaît à Juan Diego

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 17:25

 

Chroniques du pays réel - les courses de Noël

noèl, société, égoïsme, politique, fête matérialiste, nostalgie, amaury watremezNoël il y a encore quelques années avait encore un sens un petit peu spirituel pour la plupart des français. On allait à la « messe de Minuit », on attendait d'en être rentrés pour réveillonner et que les gosses ouvrent les cadeaux, quand il ne les ouvrait pas le lendemain matin. Se réjouir ensemble en partageant de bonnes choses, offrir des présents à ceux que l'on aime c'est une forme de louange toute aussi importante que la prière pour un croyant. Contrairement à ce que j'ai pu entendre au sein de certaines communautés dites nouvelles, ce n'est pas du matérialisme. Il y a des familles où l'on aimerait bien l'être juste un peu, à commencer par le soir de la Nativité.

En 2016, Noël n'a plus aucune signification profonde, il s'agit de bouffer quitte à en être malade. « Qu'est-ce qu'on va se mettre, hein ! Nous on prévoit un vrai gueuleton avec du foie gras, des zuitres, et tout ! » se vantait un couple d'âge mûr face à moi dans le bus. Il s'agit d'avoir acheté à ses gosses tout ce qu'ils se doivent d'avoir dans leur chambre d'enfant décorée comme dans une pub.

Je l'ai souvent entendu cette phrase bien grasse cet après-midi en me promenant dans Paris où tout était ouvert, c'est normal, nous sommes deux semaines avant Noël. Il faut bien que le commerce fasse du chiffre, et c'est la meilleure période de l'année. Car Noël n'est plus que cela, du commerce. Les personnes ressentent comme une quasi-obligation le fait de consommer, acheter, dépenser même si c'est progressivement interdit à tout ou partie de la classe dite moyenne de plus en plus précarisée et même si de plus en plus de monde fait les achats via le net. Et puis l'instinct grégaire est plus fort que tout le reste.

Peu importe les pauvres, peu importe les précaires, quelques jours avant le Réveillon, on évoquera le premier « mort de froid » ainsi qu'on le fait chaque année, on pleurnichera un peu, cela donnera bonne conscience. On aura versé sa larme cela suffira pour le reste de l'année.

La suite...

On va faire les courses de Noël en famille, on achète les jouets avec la marmaille qui choisit ce qu'elle veut avoir sous le sapin. Il n'est pas rare de voir des gosses de tous les milieux bloquer soudainement devant un rayon, ne bougeant pas d'un pouce jusqu'à ce que les parents cèdent. Et le pire est qu'ils cèdent, toujours. Et ce dans tous les milieux. Il ne faut surtout pas que les enfants soient frustrés de quoi que ce soit.

 

Je songe à cette dame en blouson « North Face » à la mode, bonnet "facheune" à pompon et jean « slim » et ses trois marmots, déjà encombrée de multiples sacs (elle n'allait pas traumatiser sa progéniture en lui demandant de l'aider). Un de ses garçons était devant les « Lego Star Ouarsses » comme il disait, ouvrant déjà les boîtes, sa petite fille regardait intensément une « Barbie » spéciale certainement. Le troisième piétinait face à des armes de « super-héros », menaçant de se rouler par terre si sa mère ne venait pas là tout de suite voir le jouet qu'il s'empresserait de casser le matin de Noël. Le mari était derrière, bienveillant avec ses gamins, ne faisant aucune remarque, bonhomme et magnanime...

 

Grand seigneur.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 09:16

Charles de Foucauld : Tout placer sous le regard de Dieu

Quel personnage ! Quelle foi ! Dès lors que l’écrivain René Bazin a fait connaître la vie héroïque de Charles de Foucauld, le grand public s’enthousiasma pour ce prêtre qui par amour du Sacré-Cœur avait tout quitté pour vivre de la vie même du Christ. Nous étions alors entre deux guerres mondiales.

L’Europe n’en avait pas encore conscience, mais elle était entrée par les tranchées de la Grande Guerre dans une nouvelle époque. Une terrible époque ! Celle-ci n’a d’ailleurs pas épargné Charles de Foucauld, tué d’une balle alors qu’il était le témoignage vivant de la vraie paix.

Le 1er décembre 1916 – il y a cent ans – Charles de Foucauld entrait dans la vraie vie, celle à laquelle il avait aspiré de toutes ses forces, à peine sorti du confessionnal de l’abbé Huvelin. Foucauld ne faisait jamais rien à moitié. Ni dans le mal ; ni dans le bien. Il était le contraire de ces tièdes que Dieu vomit, comme nous le rappelle la Sainte Écriture dans une page sur laquelle nous préférons vite passer. Pas lui ! Les pages de la Bible, il les a méditées chaque jour. Il a couché sur le papier les fruits de ses méditations, dans une « méthode » d’oraison bien personnelle, mais qui nous permet, à nous qui bafouillons si souvent dans la tiédeur de nos prières, de trouver un appui salutaire.

La suite sur l'Homme Nouveau.

 

Retrouvez Charles de Foucauld sur Petrus Angel !

Et Petrus Angel sur Facebook !

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans en Kiosque
commenter cet article
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 21:14

 

 

La figure de lumière de Charles de Foucauld (1858-1916), béatifié en 2005 par Benoît XVI, est un modèle très actuel d'inculturation et de mission en pays musulman. Après la biographie magistrale que lui consacra en 1921 René Bazin, parut une synthèse plus accessible enfin rééditée !
On y revit le destin exceptionnel de cet officier tour à tour explorateur, géographe, prêtre, trappiste, ermite et linguiste. Converti au catholicisme en 1886, auprès du père Huvelin à Saint-Augustin, sillonnant Maroc, Palestine, Syrie pour se fixer définitivement dans le Sahara algérien auprès des berbères et des touaregs, il y prêche l'Evangile par l'exemple, en ermite entièrement voué à son modèle unique, le Christ, et. dévoué aux populations touaregs durant plus de douze années, et publiant le premier dictionnaire touareg-français !
Son assassinat, le 1er septembre 1916, par des pillards venus de Tripoli en fait l'un des héros les plus purs de la cause chrétienne en Maghreb, il y a cent ans. déjà.
Avec une préface du cardinal Paul Poupard. 
Juriste et homme de lettres, René Bazin est né à Angers en 7853. Journaliste au Figaro, au Journal des débats et à L'Écho de Paris, il est l'auteur de nombreux romans parmi lesquels la Terre qui meurt (1899), les Oberlé (1907), et le blé qui lève(1907). 
Ses biographies demeurent des références historiques. Élu à l'Académie française en 1903, il meurt en pleine gloire littéraire le 19 juillet 1932, père d'une famille de huit enfants. Via Romana a publié Contes merveilleux, Souvenirs d'enfant, Contes et paysages de province, Magnificat et, en 2015, Fils de l'Église, visages de saints, très largement inédit.

Réédition chez Via Romana. Disponible ICI.

 

Retrouver tous les livres sur Petrus Angel !

Des idées de cadeaux de fêtes de fin d'année  Noël !

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 12:39
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 11:09

 

Qu’ont en commun Emmanuel Macron, François Fillon, Manuel Valls, en plus d’être candidats à l’élection présidentielle ? Ils fréquentent des cercles discrets d’influence : le groupe Bilderberg (1) pour François Fillon (2) et Emmanuel Macron (3) , le club Le Siècle (4) pour Manuel Valls (5). Ces cercles très secrets sont des fers de lance du libre-échangisme mondialiste.

Pour nourrir la réflexion en cette période électorale, voici ce qu’écrivait Maurice Allais, prix Nobel d’économie sur cette idéologie :

  

L’idéologie que j’appelle « libre-échangiste mondialiste » a déjà fait d’innombrables victimes dans le monde entier. Pour une raison simple, empiriquement vérifiée : la mondialisation généralisée des échanges, entre des pays caractérisés par des niveaux de salaires très différents, entraîne finalement partout, dans les pays développés comme dans les pays sous-développés, chômage, réduction de la croissance, inégalités, misères de toutes sortes. Or, cette mondialisation n’est ni inévitable, ni nécessaire, ni souhaitable. Cette certitude naît d’une simple observation, ce que je nomme « la cassure de 1974 ».

Sur la période 1974-1997, le taux de chômage au sens du BIT est passé de 2,84 % à 12,45 %, (…) En fait, une seule cause peut et doit être considérée comme le facteur majeur et déterminant des différences constatées entre avant 1974 et après 1974 : la libéralisation des échanges extérieurs par l’Organisation de Bruxelles.

Dans un tel contexte, plus les minima de salaires sont élevés, et plus les importations en provenance des pays à bas salaires sont favorisées. Or, ces pays représentent aujourd’hui des milliards d’hommes. Leur compétition dans un monde de libre-échange ne peut qu’entraîner, inexorablement, dans les pays développés, un nivellement des salaires vers le bas et une explosion du sous-emploi.

Cette opinion relève du sens commun, et elle apparaîtra aux lecteurs comme une banalité. Mais il n’y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.(…)

On nous dit par exemple que tout est très simple : si l’on veut supprimer le chômage, il suffit d’abaisser les salaires. Mais personne ne nous dit quelle devrait être l’ampleur de cette baisse, ni si elle serait effectivement réalisable sans mettre en cause la paix sociale. Que depuis tant d’années de grandes organisations internationales comme l’OCDE, l’OMC, le FMI, ou la Banque Mondiale puissent préconiser une telle solution est tout simplement atterrant. On aperçoit alors l’impasse. La mondialisation des échanges mène soit à un chômage accru s’il y a rigidité des salaires, soit à une inégalité accrue s’il y a flexibilité des salaires.(…)

Les partisans du libre-échange soulignent que grâce aux délocalisations et aux importations en provenance des pays à bas salaires, jamais les prix dans les hypermarchés n’ont été aussi bas. Mais c’est oublier que les consommateurs ne sont pas seulement des acheteurs. Ils sont également des producteurs qui gagnent leur vie et qui paient des impôts.

En tant que consommateurs, ils peuvent acheter des produits meilleur marché. Mais pour ces consommateurs, la contrepartie réelle de ces importations à bas prix est finalement la perte de leur emploi ou la baisse de leurs salaires, et des impôts accrus pour couvrir le coût social du chômage et de la politique de l’emploi.

C’est également oublier que les consommateurs sont aussi des citoyens habitant dans les agglomérations urbaines, et qu’au fur et à mesure que le chômage et la pauvreté générés par la mondialisation augmentent, l’insécurité et l’instabilité des banlieues s’accroissent.

On voit alors que les effets de cette idéologie libre-échangiste, aussi funeste qu’erronée, ne se bornent pas au développement massif du sous-emploi. Ils se sont traduits également par un accroissement des inégalités, par une destruction progressive du tissu industriel français, par un déséquilibre de toute la société.

Cette invocation du « consommateur », de son bénéfice supposé, sert à masquer d’autres intérêts. Car les groupes dirigeants de l’économie sont devenus de plus en plus riches alors que les pauvres sont devenus de plus en plus pauvres. (…)

Tous les traités relatifs à l’économie internationale (l’Accord Général sur les Tarifs douaniers et le Commerce, la Convention relative à l’Organisation de Coopération et de Développement Economique, etc.) ont été viciés à leur base par une proposition enseignée et admise sans discussion dans toutes les universités américaines - et à leur suite dans toutes les universités du monde entier : « Le fonctionnement libre et spontané des marchés conduit à une allocation optimale des ressources. » C’est là l’origine et le fondement de toute la doctrine libre-échangiste. Son application aveugle et sans réserve à l’échelle mondiale n’a fait qu’engendrer partout désordres et misères.(…)

(Or) une libéralisation totale des échanges et des mouvements de capitaux ne me paraît possible, souhaitable, que dans le cadre d’ensembles régionaux groupant des pays au développement économique et social comparable.(…)

Tôt ou tard, les faits finiront par l’emporter, mais probablement dans les plus mauvaises conditions. Plus on attendra, et plus les obstacles seront difficiles à surmonter.(…)

Si j’insiste sur le « -isme » ( de libre-échangisme et de mondialisme), c’est que je dresse un parallèle. Les perversions du socialisme ont entraîné l’effondrement des sociétés de l’Est. Mais les perversions laissez-fairistes mènent à l’effondrement des sociétés occidentales.

En réalité, l’économie mondialiste qu’on nous présente comme une panacée ne connaît qu’un seul critère, « l’argent ». Elle n’a qu’un seul culte, « l’argent ». Dépourvue de toute considération éthique, elle ne peut que se détruire elle-même.

(propos recueillis par François Ruffin pour le journal Fakir de février-mars 2009 à partir de 2 ouvrages de Maurice Allais : La Mondialisation, la destruction des emplois et de la croissance (éd. Clément Juglar, 2007) et L’Europe en crise. Que faire ? (éd. Clément Juglar, 2005)).

 

 ( 1) : le club Bilderberg, ,fondé en 1954,est un rassemblement annuel d'environ 130 membres influents, essentiellement américains et européens

 ( 2) : rapporté par Philippe de Villiers à TV Liberté en octobre 2015

 ( 3) : cf revue Faits & Documents d’Emmanuel Ratier.30 août 2014

 ( 4) : Fondé en 1944, le club « Le Siècle », réunit environ 600 personnes qui détiennent pratiquement des postes  stratégiques (gouvernements droite ou gauche confondus ).

 ( 5) : Cf Le vrai visage de Manuel Valls. Emmanuel Ratier Editions Facta

 

Merci à EVR.

 

Afficher l'image d'origine

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 10:17

8751-p4-de-funes-bourvil

 

Entretien avec Arnaud Guyot-Jeannin. C’est une modeste « commémoration nationale » mais c’en est une : sorti en salles le 8 décembre 1966, le film "La Grande Vadrouille" a cinquante ans, un demi-siècle de succès jamais démenti. Retour sur la comédie française par excellence, avec Arnaud Guyot-Jeannin qui publiait en 2012 aux éditions Xenia Les visages du cinéma : 35 portraits anticonformistes. — […]

Publié le 


 

On peut commander le DVD chez Livres en Famille.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
8 décembre 2016 4 08 /12 /décembre /2016 23:59

Bruno Le Roux... blard ?

Le nouveau ministre de l'Intérieur prétend sur son CV être passé par HEC et l'ESSEC... Après vérifications, Bruno Le Roux a bien eu un DEA de l'Université de Villetaneuse, mais il ne figure dans aucun fichier des diplômés des deux plus grandes écoles de commerce du pays.

Bruno Le Roux... blard ?

 

Vous avez aimé l'étrange doctorat de sociologie de Cambadélis obtenu à Jussieu alors qu’il n’avait pas les diplômes antérieurs requis... Vous avez été bluffés par le double doctorat supposé de Christine Taubira (http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/des-paroles-et-des-actes/des-paroles-et-des-actes-du-jeudi-5-septembre-2013_403205.html voir 01''01') , vous allez adorer Bruno Le Roux, le nouveau ministre de l'Intérieur dont le CV officiel du ministère de l'Intérieur (présent aussi sur son blog)  précise qu'il est « ancien élève de HEC et de l'ESSEC ».

 

Après vérifications, le nouveau ministre a bien eu un DEA de l'Université de Villetaneuse, mais il ne figure dans aucun fichier des diplômés des deux plus grandes écoles de commerce du pays... Exemplaire !


La suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article
8 décembre 2016 4 08 /12 /décembre /2016 23:18

L’Immaculée Conception

par Gérard Leclerc

mardi 8 décembre 2015

 

Et si nous faisions une pause, en dépit d’une actualité survoltée ? C’est tout de même aujourd’hui la fête de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie, et pour nous catholiques, c’est une journée de choix, qui vaut une petite suspension dans le temps. C’est en 1854, par la bulle Ineffabilis Deus que le bienheureux pape Pie IX définit ce qui, pour nous, est un dogme, c’est-à-dire une vérité de foi qui éclaire notre vie. Nous professons que « la bienheureuse Vierge Marie a été, dans le premier instant de sa conception, par une grâce et une faveur singulières du Dieu tout-puissant, en vue des mérites de Jésus Christ, Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel ». Ce sont les paroles mêmes du Pape engageant ce qu’on appellera plus tard, au premier concile du Vatican, son infaillibilité. Le Christ avait prié pour que la foi de Pierre ne défaille pas (Lc 22,32). C’est cette foi que ses successeurs ont reçue et qui leur permet de confirmer leurs frères.

La définition de 1854 est tout à fait claire, et pourtant beaucoup, qui ne sont pas incultes interprètent à tort l’expression d’Immaculée Conception, comme s’il s’agissait de la conception virginale de Jésus. Il m’est arrivé de devoir rectifier cette erreur, pour l’avoir entendue dans un conseil de rédaction, pourtant composé de collègues de grande valeur. Cependant, nous avons un motif particulier, nous autres Français, d’être attachés à cette notion théologique. Ne fut-elle pas confirmée en 1858, quatre ans après la définition pontificale de la bouche même de la Vierge Marie, à Bernadette, dans son patois béarnais : Que soy era Immaculada Concepciou ? C’est d’ailleurs ce qui convainquit l’abbé Peyramale, curé de Lourdes, de la véracité des apparitions. Bernadette, tout le long du chemin entre la grotte de Massabielle et le presbytère, n’avait cessé de répéter la formule mystérieuse de Marie, pour ne pas l’oublier et la restituer exactement au prêtre, qui en fut troublé et prit désormais la défense de la jeune voyante contre tous ses détracteurs.

Mais ce qui nous importe, c’est le sens de cette conception immaculée de la jeune fille de Nazareth. Bernanos nous l’a traduite, de façon inoubliable, en nous confiant que Marie était à jamais « plus jeune que le péché » (Journal d’un curé de campagne).

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 8 décembre 2015.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
8 décembre 2016 4 08 /12 /décembre /2016 16:16
 

Commentaire du jour 
Saint Ephrem (v. 306-373), diacre en Syrie, docteur de l'Église 
Hymnes sur Marie, n° 7 (trad. Brock, Oeil de Lumière, Bellefontaine 1991, p. 292 rev)

 

Marie immaculée, comblée d'une grâce particulière venant des mérites de son fils

 

Vous tous qui discernez,  venez, et admirons 
la vierge qui est mère,  la fille de David... 
Venez et admirons  la vierge toute pure, 
merveille en elle-même,  seule dans le créé. 

Elle a donné naissance  sans avoir connu d'homme, 
l'âme pure remplie  par l'émerveillement. 
Chaque jour son esprit  s'adonnait aux louanges, 
car il se réjouissait  de la double merveille : 
virginité gardée,  enfant le plus aimé ! 

Elle, jeune colombe (Ct 6,8),  elle a transporté cet aigle, 
l'Ancien des jours (Dn 7,9),  en chantant ses louanges : 
« Mon fils, toi le plus riche,  tu choisis de grandir 
dans un nid misérable.  Harpe mélodieuse, 
tu restes silencieux  comme un petit enfant. 
Permets donc, s'il te plaît,  que je chante pour toi :... 

Ta demeure, mon fils,  est grande plus qu'aucune, 
pourtant tu as voulu  que je sois ta demeure. 
Le ciel est trop petit  pour contenir ta gloire, 
moi, pourtant, la plus humble  des êtres, je te porte. 

 

La suite sur Per Ipsum...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
8 décembre 2016 4 08 /12 /décembre /2016 08:59
 
  • 8 décembre 1947: Ile bouchard « Je donnerai du bonheur dans les familles. »

La chronique du 01 décembre rappelle les évènements tragiques qui secouent la France après la seconde guerre mondiale. Aujourd'hui intéressons-nous aux messages de la Vierge Marie.

Que fut le message de la Sainte Vierge?

On peut le résumer ainsi :

  • Trois demandes : prier pour la France, prier pour les pécheurs et construire une grotte.

La prière pour la France : Marie intervient avant tout pour sauver la France, ces jours-là « en grand danger » de guerre civile. A la prière des petits enfants, la situation se dénoue le mardi, la reprise du travail est effective le vendredi. Mais la France est toujours « en grand besoin », moral et spirituel : prier pour elle aujourd'hui reste une nécessité. Plus largement, on vient aussi de plus en plus de l'étranger prier à Saint Gilles pour son propre pays.

La suite...

 

Afficher l'image d'origine

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 21:35

 

La Fête de Saint-Nicolas, vers 1660, Jean Steen, Amsterdam, Rijksmuseum

 

La Fête de Saint-Nicolas, vers 1660, Jean Steen, (Amsterdam, Rijksmuseum). Dans ce tableau, Jan Steen raconte ce qui se passe et évoque les diverses émotions suscitées par cette fête. La petite fille serre fermement dans ses bras sa nouvelle poupée à l’image de saint Jean-Baptiste qu’elle vient de recevoir – selon la croyance populaire, saint Jean protége les enfants de la maladie -. Un seau rempli de bombons et de jouets pend à son bras. Manifestement, elle n’est pas prête à s’en séparer… Grand frère pleure. Derrière lui, la servante montre ce qu’il a reçu : une chaussure d’où sortent des petites banches mortes. Son frère cadet, qui lui, a bien reçu un cadeau, le montre du doigt en se moquant de lui. Mais peut-être la grand mère, qui fait un signe à l’arrière plan, apportera-t-elle un peu de consolation : y aurait-il quelque chose de caché derrière le rideau ?

 

La Fête de Saint-Nicolas, vers 1660, Jean Steen

 

La fête de Saint-Nicolas (6 décembre) est une importante fête familiale. La veille, le saint généreux descend par la cheminée et dépose des petits cadeaux et des friandises aux enfants sages. Ceux qui espèrent recevoir quelque chose y déposent un soulier. À l’époque de Steen, cette fête « catholique » fut abolie par l’Église réformée, qui rejetait le culte des saints. Ainsi, dans bon nombre de villes, il était interdit de cuire des biscuits à l’image du saint homme. Steen étant lui-même catholique.

Source

Repost 0
Published by Petrus Angel
commenter cet article
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 21:15

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Petrus Angel
commenter cet article