Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 20:36
Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 18:58

ANNIVERSAIRE

Pie XII : la “légende noire” se porte bien

C inquante ans après la mort de Pie XII, le 9 octobre 1958, la “légende noire” que les ennemis de l’Eglise ont fait circuler au sujet de ce pape – celle d’une indifférence glaciale à la Shoa –, cette légende est toujours en vie. Qu’on soit catholique ou non, elle constitue une grave insulte à la mémoire de l’homme et à la simple vérité, dénoncée comme telle par tous les historiens...  
un article du site http://sedcontra.fr

Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 14:51

Berlin-Est, 1984. Le gouvernement d’Erich Honecker pense assurer sa pérennité grâce à un système de surveillance des individus aux mains de la Stasi, la police d’état. Le capitaine Gerd Wiesler espère faire avancer sa carrière lorsqu’on le charge de surveiller le dramaturge Georg Dreyman et son amie, l’actrice Christa-Maria Sieland. Ce qu’il n’avait pas prévu, c’est que l’immersion dans le monde de la littérature et de la libre-pensée ferait résonner le
vide et l’unilatéralité de sa propre vie. Cette surveillance intensive lui ouvre les portes d’un univers dont il ne soupçonnait pas l’existence, le forçant à remettre en question ses valeurs. Mais le système, une fois lancé, est difficile à arrêter…

Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
26 juillet 2008 6 26 /07 /juillet /2008 22:51
Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
26 juillet 2008 6 26 /07 /juillet /2008 10:44

 

vadrouille-teafor2.jpg
Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 15:12
      


LA FOI PRISE AU MOT

Le chrétien Bernanos

Durée 52 mn

Un style éblouissant, un tempérament de feu, des héros immortels, Bernanos domine de sa stature la première moitié du 20ème siècle. Pour fêter le 120ème anniversaire de sa naissance et le 60ème anniversaire de sa mort, Régis Burnet reçoit Mgr Guy Gaucher, grand connaisseur de l’auteur, et Yves Bernanos, son petit-fils, réalisateur.:  

Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 20:58


 

 

 

le glaive vengeur et le bras séculier

Extrait du film d'Audiard (1968):

"Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages...

44 s

Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 08:32
Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 15:12
Cette semaine, décès de Jean Desailly, acteur de cinéma et de théâtre,
et de Jean Delannoy, cinéaste.
En guise d'hommage ...

M
aigret tend un piège
Film de Jean Delannoy (1958), d'après le roman de Georges Simenon. Dialogues de Michel Audiard.
 
http://www.dailymotion.com/video/x1mero_maigret-tend-un-piege-parlez-maurin_shortfilms

Jean Gabin offre sans doute la meilleure interprétation, parmi les quelques dizaines d'acteurs de toutes nationalités ayant incarné Maigret. Jean Desailly, premier prix du Conservatoire et pensionnaire de la Comédie française à 22 ans, est extraordinaire dans le rôle du tueur psychopathe du Marais.

Avec Lucienne Bogaert et Annie Girardot.
Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 11:19

Le phénomène Ch'tis : fiers d'être Français

Le succès du film Bienvenue chez les Ch'tis fait écrire à Jacques Duquesne "Nous sommes tous des Ch'tis". Si le film connaît un tel engouement, c'est peut-être parce qu'il met "en valeur les qualités d'une région" française. Contrairement au dernier Astérix, qui subit un échec, sans doute parce qu'il ne met en valeur que la jet-set française... Et cette catégorie sociale n'attire pas, ne rejoint pas, ne comprend pas le Français.

Ne faut-il pas voir dans le succès des Ch'tis l'attachement des Français à leur identité ? Au cours de l’émission Cdans l’air du 5 mars, le sociologue de gauche Michel Wievorka (nommé par Sarkozy à la tête d'une «mission d’études sur la diversité dans l’enseignement », auteur d'ouvrages sur le racisme, dont “La France raciste” et président du conseil scientifique du CRAN), a critiqué le film, le jugeant trop franchouillard. Voici ce qu'en dit Duquesne :

"il fait rire. [...] Et c'est un rire dont personne n'a secrètement honte, parce que ses auteurs et ses interprètes ne tombent pas dans la vulgarité, les plaisanteries graveleuses, les sous-entendus obscènes. Il fait rire et il met en valeur le courage. [...] Et si les Français, tous les Français, de Marseille à Strasbourg ou à Brest, font un tel succès à ce film, c'est qu'ils se reconnaissent dans ces hommes et ces femmes, c'est qu'ils se sentent meilleurs qu'on ne le dit, meilleurs qu'ils ne le croient eux-mêmes bien souvent et capables de faire mieux. Fiers d'être Français en somme. Avec le sourire."

Michel Janva  sur http://www.lesalonbeige.blogs.com/

Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 10:33

Regardez voir ! Pour apprendre à lire un film
de Charles Rambaud
2000 , Editeur : Dominique Martin Morin

Présentation de l'éditeur
Destiné au consommateur de cinéma et de télévision, ce manuel élémentaire d'initiation a un triple dessein : il veut aider d'abord le spectateur à affiner son plaisir en lui apprenant à mieux regarder, lui montrer ensuite comment comprendre ce qui arrive par les images, et le conduire enfin à retrouver la terre ferme du réel, condition nécessaire de toute culture réelle, cinématographique ou autre. C'est en partant de la notion de " courant d'images " que Charles Rambaud apprend au profane à " lire un film " . Après avoir regardé les choses du côté de l'écran par l'étude des moyens d'expression dans l'espace et dans le temps, il les examine du côté du spectateur en réfléchissant, par exemple, sur le regardant et le regardé, la réalité-spectacle ou encore le cinéma, les films et la morale. Il prépare ainsi son lecteur à devenir, au lieu d'une pure éponge à images, un véritable amateur.
 
en vente ici : http://www.ichtus.fr/article.php3?id_article=8
Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 23:29
Méliès, le roi de l'illusion    7 mn 
http://video.google.fr/videosearch?q=melies&hl=fr&sitesearch=&start=10

De petits films de Georges Meliès maintenant disponibles en DVD,

voyage dans la lune ; la sirène ; une nuit terrible ; le mélomane ; cendrillon ;
une chute de cinq étages ... 


et visibles aussi sur Internet …

 

 

 

Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 21:19

 

ou allez sur Google vidéo : le Dialogue des carmélites
Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 22:13

L'Île - Bande-annonce 1 (Russe sous-titré)L'Île - Bande-annonce 1 (Russe sous-titré)
L'Île - Bande-annonce 1 (Russe sous-titré)
L'Île - Extrait 1 (Russe sous-titré)L'Île - Extrait 1 (Russe sous-titré)
L'Île - Extrait 1 (Russe sous-titré)

"Quelle merveille !" - Job (Dimitri Dioujev) surprend Philarète (Viktor Soukhoroukov) en pleine peinture à l'oeuf...

 
L'Île - Extrait 2 (Russe sous-titré)L'Île - Extrait 2 (Russe sous-titré)
L'Île - Extrait 2 (Russe sous-titré)

"Une requête au Seigneur" - Job (Dimitri Dioujev) n'aime pas Anatoli (Piotr Mamonov)...

 
L'Île - Extrait 3 (Russe sous-titré)L'Île - Extrait 3 (Russe sous-titré)
L'Île - Extrait 3 (Russe sous-titré)

"Incendie" - Anatoli (Piotr Mamonov) se fait remarquer pendant la prière...

 

 
 

Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
23 décembre 2007 7 23 /12 /décembre /2007 20:01

 

Voici ce qu'a écrit Audrey Hepburn,
quand on lui a demandé de révéler

ses «trucs» pour être belle...

 

 

 
" 1. Pour avoir des lèvres attirantes,
prononcez des paroles de bonté.

2. Pour avoir de beaux yeux, regardez
ce que les gens ont de beau en eux.

3. Pour rester mince, partagez vos
repas avec ceux qui ont faim.

4. Pour avoir de beaux cheveux, faites
 qu'un enfant y passe sa main chaque jour.

5. Pour avoir un beau maintien, marchez
en sachant que vous n'êtes jamais seule.

6. Vous le faites pour les choses, mais
les gens en ont eux aussi besoin :
réparez-les, bichonnez-les, redonnez-
leur vie, sauvez-les; ne les jetez jamais.

7. Pensez-y : si un jour vous avez
besoin d'une main secourable,
vous en trouverez une à chaque bout  de vos bras.

En vieillissant vous
vous rendrez compte que vous avez 2 mains,

l'une pour vous aider vous-même,

l'autre pour aider ceux
qui en ont besoin.

8. La beauté d'une femme n'est pas dans les vêtements qu'elle porte,

son visage ou sa façon d'arranger ses cheveux.

La beauté d'une femme se voit dans ses yeux,

car c'est la porte ouverte sur son coeur,
la source de son amour.

9. La beauté d'une femme n'est pas dans son maquillage,

mais dans la vraie beauté de son âme.

C'est la tendresse qu'elle donne, l'amour, la passion
qu'elle exprime.

10. La beauté d'une femme se développe avec les années."


Passez ce message aux femmes que vous connaissez,

et vous les aiderez à s'aimer et à s'apprécier elles-mêmes davantage.

Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
8 octobre 2007 1 08 /10 /octobre /2007 21:55
Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 20:57

 

Dans Présent de samedi, Jeanne Smits analyse le film primé à Cannes, qui sort le 29 août. Elle constate un double scandale :

  • Le ministre de l'Education, Xavier Darcos, s'est soumis à la pression des syndicats et s'en était remis à la classification retenue par la commission de censure des oeuvres cinématographiques, qui a classé le film « tous publics ». "Est-il possible de montrer à des enfants [...], une mère qui fait tuer son propre enfant à naître ? Les images, mais aussi le propos de ce film sont trop froids, trop crus, trop durs ? et trop gynécologiques."
  • L'interprétation du message du film qui sera servie aux collégiens et lycéens qui verront ce film dans le cadre de l'Education nationale, sera très certainement pro-mort.

Néanmoins, Jeanne Smits estime

432 "que le jeune réalisateur roumain, Cristian Mungiu, n'a pas volé sa Palme d'Or. [...] La scène centrale du film [...] est constituée par les longues secondes où la caméra s'attarde sur la découverte macabre du foetus avorté gisant sur le sol de la salle de bains [...] : elle voit [...] la tête et les épaules d'un poupon parfaitement formé [...]. Un être humain, à l'évidence. [...] Le choix du réalisateur est juste, pourtant : il montre et souligne le choc affectif vécu par les deux jeunes femmes conscientes d'avoir tué. [...]

« Tu l'enterreras ? » En trois mots, tout est dit. Ottilia ne peut pas répondre, puisque l'avorteur lui a bien recommandé, pour que les chiens ne la retrouvent pas, d'aller jeter «la chose» dans le vide-ordures d'un immeuble à l'autre bout de la ville, de préférence du dixième étage. Ainsi le film suggère, effleure ou étale avec insistance les nombreux aspects destructeurs de cet avortement, de tout avortement.

  • L'absence de choix. [...]
  • L'absence de père, ou d'homme digne de ce nom. [...]
  • Le mépris exprimé par l'avorteur. [...]
  • Le dégoût de soi et des autres. [...]
  • Le remords trop lourd à porter. Il éclate avec une grande violence visuelle et psychologique dans la dernière scène du film où Ottilia, s'étant débarrassée de l'enfant avorté, retrouve Gabita dans le restaurant de l'hôtel. Scène macabre et grotesque où la jeune femme se voit apporter un plat de fête pris sur le menu du mariage « nouveau riche » qui se déroule à côté : des viscères cuites, de la cervelle panée qui pour le coup, par une sorte d'effet de miroir très calculé, évoquent irrésistiblement le sort du tout-petit qui vient de mourir. Gabita chavire, puis demande : « Tu l'as bien enterré ? » Ottilia répond, avec une sorte de fureur retenue : « Désormais, nous ne parlerons plus jamais de tout cela. Il n'en sera plus question. Plus jamais. » Et un écran noir occulte brusquement la scène. Parce qu'il n'y a pas de pardon possible dans ce pays d'où Dieu a été aussi chassé ?

Cristian Mungiu n'a peut-être pas voulu faire un film contre l'avortement. Mais ce qu'il dénonce au bout du compte, ce n'est pas d'abord l'absence de liberté des femmes, mais les ravages d'un régime qui étouffe la conscience morale, et peut-être pour longtemps."

Quelle différence entre le régime de Ceaucescu et le notre ?

Michel Janva                                                       http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/                       

24 août 2007

Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 20:52

 

" Je suis un homme de télévision, je la fais, et je sais que le meilleur moyen d'éteindre la lecture, de tuer toute curiosité, d'abandonner ses projets de voyage ou de refuser de sortir le soir, c'est d'allumer cette saloperie."

Jacques Martin, 1992

Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
22 août 2007 3 22 /08 /août /2007 22:19

30.07.2007

Michel Serrault : un acteur catholique

8be1d180ea1ea55c961fe1f5de4a2c44.jpgIl est mort hier à l'âge de 79 ans :


 

Certains acteurs  sont bons dans le sombre, moins dans le comique, mais on leur fait jouer dix films comiques pour un film sombre. C’était le cas de Bourvil. Et de Michel Serrault. Il révéla cet aspect dans Garde à vue (1981) ; jusque là il l’avait tenu caché.  Par  pudeur ?  Sans  doute. Il appelait son travail : « Mes conneries »… Interrogé sur la vieillesse de Jean-Paul II,  il avait répondu : « La plupart des mecs, aujourd’hui, vont se reposer à 55 ans… Lui, il tient debout… Moi c’est pareil. Tant  que  je  pourrai  faire  mes  conneries,  je  les  ferai.  » Il faut dire que Serrault était papiste. En novembre 1996, pour le cinquantenaire du sacerdoce de Karol Wojtyla, l’acteur français était dans la foule de la place Saint-Pierre et il expliquait aux journalistes : « Je suis catholique pratiquant, je suis venu fêter l’anniversaire de l’ordination du pape… » 

 

 « Serrault, un vieux monsieur franchouillard et très catholique », grinçaient des chroniqueurs. Ils n’imaginaient pas que le catholicisme puisse être autre chose que ridicule (« con-con et catho », comme dit Libération).  C’était confondre l’acteur et ses personnages : Serrault jouait souvent les pépés hargneux mais il n’avait pas l’esprit à ça, et il ne confondait pas religion et routine. « Je suis préoccupé par le don de soi aux autres, tout le reste est bagatelle...» Ce n’était pas un casanier. Il avait la fibre catho-planétaire. D’ailleurs les plus traditionalistes ne l’aimaient pas : ils l’accusaient de répondre « huma-nisme » quand on l’interrogeait sur la foi. Là aussi, c’était par pudeur. Mais pas seulement. Depuis trente ans, les anti-Vatican II répètent que la foi et l’humanisme sont antinomiques ; ils commettent là une formidable erreur : en 2007 on constate que le matérialisme mercantile occidental est tout entier un anti-humanisme, et que les humanistes et les hommes de foi sont objectivement dans le même camp. C’est l’avenir. La réponse de Serrault était donc pertinente. Ce vieux monsieur était en avance sur le siècle.

 Patrice de Plunkett

   http://plunkett.hautetfort.com/archive/2007/07/30/michel-serrault-un-acteur-catholique.html

 

 

Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 19:43

Jean-Claude Brialy, acteur de cinéma et de thèâtre, réalisateur et écrivain, est décèdé cette nuit à l'âge de 74 ans des suites d'un cancer.

Professionnellement, il est surtout connu pour avoir été l'une des grandes figures de la nouvelles Vagues en interprétant notamment "Le beau Serge" de Claude Chabrol et "Les 400 coups" de François Truffaut. Cantonné récemment à des seconds rôles dans des comédies de moindre qualité, il venait de terminer le tournage de "Monsieur Max", un téléfilm sur la vie du poète Max Jacob, homosexuel et juif converti au catholicisme.

Sur le plan privé, il était ouvertement homosexuel, mais sans ostentation et restait discret sur sa vie privée. S'il défendait le PACS, il était en revanche hostile au mariage et à l'adoption pour les couples homosexuels. Il se montrait en cela, à contre-courant de la plupart des figures homosexuels du Show-bizz.

http://www.e-deo.net/blog/index.php 

Repost 0
Published by ISP - dans Ecran
commenter cet article