Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

11 mai 2014 7 11 /05 /mai /2014 13:50

 

Ce soir à 20:40 : Edition Speciale - Cristeros

Plongée dans les années 1920 au Mexique, qui vit à l'époque sur des fondements hérités d'une révolution menée en 1917, aux valeurs clairement anticléricales. Des lois liberticides sont décidées contre les religieux et contre la liberté de culte, et seront appliquées en 1926 par le président Callès. Ces lois entraînent une protestation vive de l'Église, qui décide de suspendre tout culte public. Le gouvernement expulse les religieux non mexicains, puis charge l'armée d'arrêter, de torturer et de fusiller prêtres et laïcs qui résistent à l'application des lois. Face à ces exactions, des chrétiens prennent les armes, et mettent à mal les forces du pouvoir, au cri de "Viva el Cristo Rey !", ce qui signifie "Vive le Christ Roi !". C'est une guerre civile qui fera plus de 90 000 morts. Cet épisode tragique est retracé dans le film Cristeros de Dean Wright, avec Andy Garcia, Eva Longoria et Peter O'Toole. Sorti il y a deux ans au Mexique et aux États-Unis, il sort enfin en France. Pour l'occasion, cette émission spéciale propose de découvrir cette histoire méconnue à l'aide d'extraits du film, et de débattre sur la notion de guerre juste, en compagnie de Jean-Yves Riou, directeur de la revue "Histoire du Christianisme", de Frère Alain Richard, franciscain et fondateur des Cercles de Silence, de l'Abbé Christian Venard, aumônier militaire, et d'Hubert de Torcy, distributeur du film en France.

A voir sur http://www.ktotv.com/

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
11 mai 2014 7 11 /05 /mai /2014 12:09

Avant-première


Cristeros

Cristeros  (autres titres: Cristiada et For Greater Glory) est un film historique mexicain sorti en 2012, réalisé par Dean Wright avec Eva Longoria, Andy Garcia, Peter O’Toole et Oscar Isaac.

En 1926, un soulèvement populaire secoue le Mexique suite aux lois du président Callès, qui interdisent toutes pratiques religieuses dans l’ensemble du pays. Des hommes et des femmes de tous horizons, les Cristeros, vont alors risquer leur vie pour défendre leur liberté et leur foi en Dieu et vont lutter contre les persécutions menées par le gouvernement socialiste et franc-maçon. Une des pages les plus sombres de l’Histoire du Mexique.

Après une absence "incompréhensible" dans les salles de cinémas français, Cristeros va enfin être projeté.

Date de sortie: 14 mai 2014
Soyez nombreux dans les salles !

Sur Internet:
Page facebook
Evènement facebook
Compte Twitter
Page Allociné                   

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 13:02

 

Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ? 

Entre identité heureuse et mélancolie française ...

FIGAROVOX/HUMEUR -  La comédie a déjà dépassé les 5 millions d'entrées et pourrait venir titiller le record de La Grande Vadrouille. Un immense succès populaire, qui selon Alexandre Devecchio s'explique par le fait que le film répond aux angoisses identitaires des Français.

Alexandre Devecchio est journaliste au Figaro et animateur du FigaroVox. Passionné par le cinéma, la politique et les questions liées aux banlieues et à l'intégration, il a été chroniqueur au Bondy blog.


Ça se dispute au service débat/opinion du Figaro: «-Eric, tu devrais aller voir, Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu? C'est fait pour toi!» «- Il ne faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages…» répond Zemmour avant de se lancer dans une tirade dont lui seul a le secret, fustigeant la promotion systématique du multiculturalisme.

Le scénario de Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu? repose sur la confrontation entre les Verneuil, couple de bon bourgeois cathos, et ses quatre gendres: le premier musulman, le second juif, le troisième asiatique et enfin le dernier bon catholique, mais noir! Comme Intouchables, autre immense succès populaire, le long métrage de Philippe de Chauveron pourrait être interprété comme la métaphore d'une France vieillissante et rance qui aurait besoin des enfants de l'immigration pour se régénérer.

Et si, au contraire, le film disait sur le ton de la comédie, ce qu'Eric Zemmour et Alain Finkielkraut ne peuvent plus exprimer sans déclencher les foudres des justiciers auto-proclamés de l'antiracisme ?

Il est vrai qu'avec son pitch «terra-noviste» et sa bande-annonce digne d'un spot de pub pour Benetton, Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu? laissait craindre le pire en matière de «prosélytisme diversitaire». Et si, au contraire, le film disait sur le ton de la comédie, ce qu'Eric Zemmour et Alain Finkielkraut ne peuvent plus exprimer sans déclencher les foudres des justiciers auto-proclamés de l'antiracisme? Et si l'impressionnant succès du film était justement dû à son absence de tabou? Le réalisateur nie avoir voulu réaliser un film politique. Mais derrière son apparent formatage,Qu'est-ce qu'on fait au bon Dieu? est peut-être la comédie la plus anticonformiste jamais produite par TF1. Voici pourquoi .................................................................................................

Lisez la suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 08:27

 

7771374475_depuis-nymphomaniac-les-camarades-du-fils-de-cha.jpg

Surnommée Oreo dans le lycée de son fils

Une scène particulièrement osée lui a valu d'être surnommée "Oreo", par les camarades de son fils Ben. Pourquoi cette référence au célèbre gâteau, composé de deux biscuits au chocolat séparés d'une couche de crème blanche ? Dans Nymphomaniac, l'actrice se retrouve à un moment entourée de deux hommes noirs. 

"Il y a une photo de Lars Von Trier où Charlotte était entre deux Noirs et donc maintenant Charlotte, on l'appelle Oreo [...]. Quand on a quinze ans et qu'on entend: 'Ta mère c'est un Oreo et un machin', je me dis qu'il y a une comédie très très bizarre à faire", plaisante Yvan Attal. 

Lu sur Nouvelles de France . Un Oreo, c'est çà :


 

Un petit extrait d'un article du Figaro :

Lars Von Trier, réalisateur controversé

Lars Von Trier avait obtenu le prix du meilleur film du cinéma européen 2011 pour Melancholia qui avait valu la même année le prix d'interprétation à Kirsten Dunst lors du festival de Cannes. Le cinéaste avait été exclu de la manifestation en raison de ses propos scandaleux sur Hitler, pour lequel il avait affirmé éprouver «un peu» de compassion, et sur Israël qui «fait chier». (source)

 

La rédaction de Télérama est quant à elle divisée sur le film. On vit une époque épatante !

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 14:45

Ce soir sur ARTE

 

Barbara, mercredi 09 avril à 20h50 (100 min)

En 1980, en RDA, le médecin Barbara Wolf débarque dans l’hôpital d’une ville de province, au bord de la Baltique.

Une affectation punitive pour cette Berlinoise, qui vient de purger une peine de prison pour avoir demandé un visa

d’émigration. Autour de son égérie Nina Hoss, bouleversante, Christian Petzold ressuscite avec subtilité le quotidien

étouffant de la dictature en RDA.

En savoir plus 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 19:10

Ida

VIDÉO / IDA, UN CHEF D’OEUVRE À VOIR D’URGENCE !

 

Par Caroline Parmentier

Il y a longtemps que nous ne vous avons pas signalé de chef-d’œuvre de cinéma. Ida, à la fois œuvre d’art et de spiritualité, le vaut bien.

Le film s’ouvre sur l’un des plus beaux premiers plans de cinéma dont on se souvienne. Saisissant. Après avoir repeint une statue du Sacré-Cœur, Ida et les autres jeunes novices la portent et la déposent sur son piédestal. Dans la neige, selon une composition et une photo resserrées, elles sont quatre autour de la statue de ce Christ à qui elles s’apprêtent à vouer leur vie entière. Nous ne sommes qu’au tout début d’un récit initiatique sobre et d’une grande force, en forme d’enquête personnelle et quasi policière sur la propre histoire dramatique d’Ida qui se découvre d’origine juive, à la veille de prononcer ses vœux. Le réalisateur Pawel Pawlikowski revient à l’essence même de la culture empreinte de souffrance, de son pays, la Pologne, martyrisé par la barbarie nazie et communiste.

Avant qu’il ne disparaisse des écrans où il est déjà très chichement distribué, foncez voir ce petit diamant, entre la lumière et les ténèbres, si différent de la production actuelle. Sans chercher à faire d’effets, le film marque durablement.

Vu sur Délit d'images

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 18:02

 

Le réalisateur danois Gabriel Axel, surtout connu pour "Le festin de Babette" -film préféré du Cardinal Jorge Bergoglio-  vient de mourir. "Le Monde" en parle.

 

Mort de Gabriel Axel, réalisateur du « Festin de Babette »

Le Monde.fr, le 11.02.2014 , Par Franck Nouchi

 Le réalisateur danois Gabriel Axel est mort, dimanche 9 février, à l'âge de 95 ans.

Gabriel Axel, qui vient de mourir à Bagsværd, près de Copenhague, à l'âge de 95 ans, devait pour l'essentiel sa célébrité planétaire à un film : Le Festin de Babette. Il serait pour autant dommage de résumer sa longue carrière de réalisateur, acteur, scénariste et producteur, à ce seul opus qui reçut l'Oscar du meilleur film étranger en 1988.

la suite...

Lisez aussi sur Petrus Angel : Le festin de babette …

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 09:40

De plus en plus fort...

"Tel père, tel fils" ; un beau film japonais, pas sans rapport avec des débats d'actualité.

 

Tel père, tel fils
Tel père, tel fils
Date de sortie 25 décembre 2013 (2h1min
Réalisé par
Avec  plus
Genre Drame
Nationalité Japonais


Voir la bande-annonce
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 23:24

 

Ce soir sur la chaîne D8. Aucun rapport avec l'actualité.

  •  
  • 22h35
  • dimanche
    02
    février
Les barbouzes777
  • Film d'espionnage de Georges Lautner (1964)
  • Avec : Lino Ventura, Bernard Blier, Francis Blanche, Jess Hahn, Mireille Darc, Noël Roquevert, 
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 13:28

 

 "Noblesse oblige" : Qui possède un titre de noblesse ou une gratification doit en être digne et lui faire honneur à tout moment.

 "Noblesse oblige". C'est un film que Petrus Angel vous recommande vivement.

D'un humour noir très très britannique, avec Alec Guinness.

 

"Noblesse oblige". C'est un titre que les baptisés devraient reprendre à leur compte, car ils ont beaucoup reçu. Ce que l'on a, on le doit.

 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 16:26

sur Arte, maintenant et en rediffusion

Ces femmes qui ont fait l'Histoire
 

Ces femmes qui ont fait l'Histoire

samedi 23 novembre à 20h45 (50 min)

Ces femmes qui ont fait l'Histoire | ARTE

23 nov. 2013 ... Avant ses faits d'armes, Jeanne d'Arc était une jeune fille que son père voulait marier au plus vite. Mais entre-temps, la bergère a entendu ...

 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 18:29

Ce soir sur la chaîne D8 

Jusqu'au peut aller l'amour d'un fils ? Dans Good Bye, Lenin !, le débutant Daniel Brühl, qui vit à Berlin-Est, déborde d'affection pour sa mère, victime d'un infarctus. Pour lui éviter une nouvelle attaque, il prétend que la RDA existe encore alors que le Mur vient de tomber. Ses tentatives pour la recréer force l'admiration et suscite pas mal de gags bien sentis. Une comédie sociale, tendre et qui cultive (malgré elle ?) l'Ostalgie (une vision fantasmée de l'Allemagne de l'Est). À voir à 20h50 sur D8.

Voyez la bande annnonce en cliquant sur l'affiche.


Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 10:58

 


C'est le dernier Dessin Animé de Disney, sorti pour "les fêtes".

Mais c'est au départ un conte d'Andersen, qu'on peut lire sur Fée Clochette,  ICI ,  et écouter et télécharger gratuitement LA

C'est aussi un film d'animation de 1957 de Lev Atamanov, en version russe sous-titrée en anglais, visible ICI.

Un film de Gennadi Kazansky (Russie, 1966), disponible en DVD.

D'autres adaptations du conte se trouvent sur Wikipédia.


File:Snow Queen (silver) rv.gif

 

 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 20:42

 

Vous ne pouvez pas voir "les vacances de Monsieur Hulot" de Jacques Tati, sur la chaîne  Ciné + Classic ce soir ? Pas grave. Vous pouvez le voir sur un site russe. En français. Non, ce n'est pas tout à fait un film muet...

           Жак ТАТИ         


Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 10:20

 

VIDÉO | Sur les toits de Paris

 

 

VIDÉO | Sur les toits de ParisContrairement aux boulevards et aux monuments, les toits de Paris, loin des images de carte postale, font partie d’un monde méconnu, inaccessible pour la plupart des habitants et des touristes de la ville lumière. Mais, comme le montre ce reportage diffusé le 17 novembre 2013, quelques privilégiés ont fait de ce jardin secret leur univers quotidien. C’est le cas de Thomas, funambule qui cherche à capter avec son appareil photo l’âme de la capitale. Michaël Blassel est quant à lui l’un des rares à pouvoir accéder au dôme des Invalides. Benjamin Mouton, architecte en chef de Notre-Dame, ouvre les portes de ces lieux interdits au public et raconte l’histoire de la capitale, à travers ses toits, en évoquant leurs couleurs et les matériaux qui les composent.…             Lire la suite !
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 18:38

C'est demain sur ARTE


Inédit
  • 20h50
  • jeudi
    05
    décembre
Dostoïevski 77
  • Série historique de Vladimir Khotinenko (2011)
  • Episode 1/7 - Saison 1
  • Avec : Evgueny Mironov, Tchoulpan Khamatova, Alexandre Domogarov, Pavel Barchak, Dimitry Pevtsov, Irina Rozanov, Daria Moroz, Olga Smirnova
  • Pays de production : Russie
  • Durée : 1h05mn

Saint-Pétersbourg, 1849. Arrêté pour avoir fréquenté le cercle Petrachevski, aux positions révolutionnaires et antitsaristes, Fiodor Dostoïevski est arrêté et subit un simulacre d'exécution avant d'être condamné à quatre ans de bagne en Sibérie. Cette peine le transforme profondément : sa vie au milieu des forçats instille chez lui une véritable empathie pour le peuple russe et marque son oeuvre d'une empreinte durable. Libéré en 1854, il se lie avec le procureur Vrangel, fervent admirateur de ses écrits, avant de tomber amoureux de Maria Dmitrievna Issaïeva. Bien qu'elle soit mariée, Dostoïevski n'entend pas renoncer à cette passion...
Voir aussi ICI, sur le site d'ARTE.
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 00:39

 

Une histoire de tournage...

Début 1962, Michel Audiard propose à Alain Poiré de la Gaumont d'adapter un roman de son ami Albert Simonin, Grisbi or not grisbi. Il s'agit du troisième livre mettant en scène le personnage de Max-le-menteur après Touchez pas au grisbi et Le cave se rebiffe, tous deux adaptés avec succès au cinéma avec Jean Gabin. C'est donc tout naturellement à ce dernier qu'est proposé le film. Mais le "Vieux" est brouillé avec Audiard depuis Mélodie en sous-sol (dont il n'a pas apprécié le scénario, déséquilibré au profit de Delon). Officiellement, il refuse de faire le film car le jeune réalisateur Georges Lautner veut imposer son équipe, ce qui le priverait de ses techniciens habituels. L'acteur part tourner Maigret voit rouge de Gilles Grangier.

lu ICI

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 09:10

Thibon TV 041213  La Chaîne de télé Histoire diffuse "Gustave Thibon, il était une foi" ce mercredi 4 décembre à 20h40 (et le 6 décembre à 15h25).

En faisant dialoguer le philosophe, le conteur, le théologien que fût Gustave Thibon avec lui-même, ce film restitue l'inquiétude spirituelle des chrétiens confrontés depuis le milieu du XX° siècle à une mutation technique, culturelle et anthropologique sans précédent. Plus qu'une méditation à voix haute, il fait entrer en résonance les images et la parole, la musique et le verbe pour tenter d'ouvrir d'autres "chemins vers l'invisible". C'est à travers ce procédé narratif que se reforme l'imagier d'un monde et d'une humanité aujourd'hui presque totalement disparus, celle où les hommes n'étaient pas exclusivement mus par le désir du consommateur et la raison du technicien. Ce documentaire pose aussi la question du coût de la sortie du religieux pour une société qui ne connaît plus que des "icônes" ou des "idoles".

A vos enregistreurs  !

Une émission récente de Radio Courtoisie parle de Gustave Thibon et du film ICI.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 10:24

 

Georges Lautner, le réalisateur des Tontons flingueurs, est mort

RIP

Il nous laisse, au milieu d'un palmarès extraordinaire, la très célèbre scène de la cuisine qui, si l'on y prête attention, parle du changement. Toute ressemblance avec... : 

"- Quand ça change, ça change...faut jamais s'laisser démonter.

- Vous croyez qu'ils oseraient venir ici ?

- Les cons, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnait".

 merci Lahire

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 12:50

Aujourd'hui sur ARTE à 13h35 

 

Barabbas
 

Barabbas

mercredi 20 novembre à 13h35 (128 min) (Rediff.)

EXTRAIT 2 min

BARABBAS

mercredi 20 novembre à 13h35 (128 min)

 Le jour de la crucifixion, les Romains libèrent un condamné. Le peuple de Judée réclame le voleur Barabbas et laisse mourir le Christ. Barabbas retrouve Rachel, son ancienne maîtresse, convertie au christianisme. Anthony Quinn y incarne de façon réellement émouvante l'un de ces rôles dans lesquels il excelle.
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Ecran
commenter cet article