Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 07:22

 

     


Les techniques du yoga peuvent s’apparenter à la prière qu’elles tendent à remplacer, dès le niveau même du corps, engrené dans un véritable rituel. Car la séance de yoga est plus qu’une gymnastique : c’est un véritable rituel, et plus efficace qu’on ne  croit. C’est la liturgie du corps dans le temple du cosmos.
Le chrétien adore Dieu en esprit et en vérité. Le yogi veut utiliser le corps, comme un moyen qui, par lui-même, serait spiritualisant. C’est en quoi il est magique et idolâtrique. Car il vise sa propre « divination ». S’appuyant pour cela sur les ressources du corps, il n’obtient évidemment pas d’effets intrinsèquement « spirituels» mais « subtils » : cette fausse monnaie « matérielle » de l’esprit. Ces effets « subtils » sont en effet d’essence corporelle, états et sensations ordinaires du système nerveux. Avec phénomènes « paranormaux » en cortège. Le plan spirituel est bien atteint par contre-coup, puisque l’âme qui anime ce corps est spirituelle. Mais «on récolte ce qu’on a semé» : du corporel. ressentir des « états seconds » est donc le grand piège : on prend pour pure spiritualité ce qui n’est que l’enivrement des zone «inférieures» de l’âme, zones liées à la matière. Malheureusement cet enivrement produit les effets qui lui sont propres : altération de la conscience des zones supérieures. Ici, ce n’est pas l’ivresse physique des ivrognes, altérant le pôle psychique ordinaire. C’est l’ivresse «psychique», altérant le pôle «spirituel» de l’âme.

Lu ICI  

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 07:23

L´ÉNIGME VALTORTA, UNE VIE DE JÉSUS ROMANCÉE ?

par Jean-Françoise LAVERE

 

Bilan de dix ans de recherches, cette étude révèle l’immense érudition contenue dans "l’évangile tel qu’il m’a été révélé " de Maria Valtorta.

D’où Maria Valtorta possédait-elle ses mystérieuses connaissances en astronomie, en géographie, en histoire, en Ecriture Sainte et en tant d’autres disciplines ? Beaucoup de lecteurs se sont posé cette question. Au terme d’une étude rigoureuse, le polytechnicien Jean Aulagnier affirma qu’aucune intelligence humaine ne pouvait maîtriser un tel savoir dans des matières si variées.
L’œuvre de Maria Valtorta est une énigme.
De 1943 à 1947, immobilisée dans son lit par la maladie, elle écrivit en 4 ans à peine et d’un seul jet son œuvre maitresse, diffusée en France sous le titre L’Evangile tel qu’il m’a été révélé. Cette ”Vie de Jésus”, maintenant connue dans le monde entier, suscite depuis cinquante ans des réactions passionnées.
Ingénieur à la retraite, Jean-François Lavère se consacre depuis plus de dix ans à répertorier et analyser méthodiquement la véracité des milliers de données fournies par le récit de Maria Valtorta. Il propose ici de nombreux exemples de l’érudition stupéfiante et souvent méconnue dont la mystique italienne a fait preuve (lieux, historicité des personnages, archéologie, arts et techniques, us et coutumes, faune et flore et, bien sûr, cohérence de la chronologie). Il montre que Maria Valtorta donne souvent des précisions connues seulement de quelques spécialistes, voire même dans certains cas totalement inconnues au moment de leur rédaction, et confirmées depuis.
Il fournit ainsi des éléments concrets pour permettre à chacun d’étayer son opinion sur l’authenticité des visions de Maria Valtorta. 

vu ICI
Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 07:14

 

(JPEG)

Amour ou sexualisme ? - Jean Ousset  

Ne recherchez pas dans ce petit livre une éducation sentimentale mais bien une éducation à l’amour. A partir de ce regard, vous découvrirez ou redécouvrirez les chemins pour vivre et pour aimer. Ecrit bien avant la dernière encyclique papale sur « Dieu est amour », il en favorisera une compréhension pleinement chrétienne.

 

 

en vente ici : www.ichtus.fr

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 09:05

Des lectures pour cet été ... Lu sur le site d'Elisabeth Bourgois.

 

"  L’actualité relance aussi le débat sur l’EUTHANASIE depuis cet été 2011. En 2006, j’en avais écrit  un roman : « Les assassins sont si gentils » (Ed Salvator), car c’est un sujet que je connais bien en tant qu’ancienne infirmière. Le titre est provocateur sans doute, mais donner volontairement la mort est bien un « assassinat » en droit. Peut-on  faire cet acte par compassion ? Que se passe-t-il dans les hôpitaux ? Quel est le rôle des lobbies ? Dans ce roman, je n’ai rien inventé, les faits sont réels… et j’ai cherché à redonner le sens des mots utilisés dans ce débat. Ce livre est aussi un roman avec une histoire forte et du suspense. Il plonge le lecteur dans une réalité de vie qui peut être la sienne.

Mes deux derniers romans historiques « Le courage vient du ciel » et « la mémoire d’un coquelicot »  (Ed Salvator) vous offrent eux, une plongée dans le monde de la mer,  de l’aviation et de la médecine au début du XXè siècle dans la région de Boulogne-sur-mer.

« La Manche libre » sept 2011 à propos de « La mémoire d’un coquelicot »:Avril 1918 : dans une plaine du Nord gorgée du sang des soldats, un survivant. Un seul. Un homme blessé, hagard, ne sachant plus qui il est ni d’où il vient. A l’hôpital où l’on a soigné ses plaies, une jeune veuve, châtelaine, demande à le recueillir, dans l’espoir d’une guérison…  Rien à faire. La mémoire de l’inconnu semble à jamais enfouie. Qui sait si la bonne samaritaine ne va pas s’éprendre de cet étrange amnésique ? Mais Elisabeth Bourgois sait dépasser le romanesque sentimental et, de cette situation initiale tragiquement réaliste, nous propulse dans un passionnant roman de l’identité perdue où l’intrigue jamais ne perd en force et en puissance émotionnelle.
Le lecteur, entre passé et présent, est mené de révélations en retournements, et ce roman est de ceux dont on sent qu’une fois le livre fermé ils ne nous lâcheront plus.  "

-1

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 08:47

          Guide spirituel des chemins de Saint-Jacques

sous la direction de Gaële de LA BROSSE

 

 

Ce véritable compagnon de route - à consulter avant le départ, puis au fil des pas, et enfin au retour pour continuer à cheminer au quotidien - donnera au pèlerin de Compostelle les clés de lecture et de compréhension du Chemin de Saint-Jacques, et nourrira sa méditation.

Vingt chapitres évoquent les différentes étapes spirituelles et psychologiques, ou « paysages intérieurs », du pèlerinage. Chacun d'eux, qui développe un thème particulier, comprend un texte introductif, un récit de pèlerin, un entretien avec une personnalité, un extrait de la Bible commenté, un épisode d'une vie de saint, des citations d'écrivains et de maîtres spirituels, et une histoire du Chemin « à lire sous les étoiles ».

Des annexes pratiques clôturent l'ouvrage avec une liste d'accueils chrétiens, des prières spécifiques, la présentation d'initiatives liées à la spiritualité du pèlerinage, un lexique et une bibliographie choisie.

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 09:08

 

HERGE-Bergeron--Image-2.png

cliquez

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 21:25

 

La Bible pas à pas... T1

Jocelyne TARNEAUD

La Bible pas à pas... T1

D'Adam à Jacob

Pendant plus dix ans, Jocelyen Tarnaud a raconté la Bible sur les ondes de Radio Notre-Dame. Pour elle, la Bible est fondamentalement une histoire de famille, avec tous ces moments de l’histoire d’Israël où la création elle-même est venue au secours de la foi : la colombe servant Noé lors du déluge, la mer s’ouvrant devant Moïse, le soleil s’arrêtant à la prière de Gédéon, la baleine engloutissant Jonas pour l’enfanter à sa mission prophétique… voilà pour les plus célèbres. 
C’est pourquoi, « raconter » est la nourriture indispensable à la croissance de la foi. Puisse cette modeste contribution nous aider à grandir dans l’estime de nos racines, en puisant à leur sève, pour en trouver le fruit : « le Christ Jésus livré pour nos fautes et ressuscité pour notre justification ! »

 
Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 13:14

 

Puisque la météo actuelle nous empêche de bronzer idiot, vive Racine, Rousseau, Marivaux, Hugo, Baudelaire, Proust, Péguy ou Bernanos ! Et tous ces auteurs dont l'école a bien failli nous dégoûter à tout jamais en nous demandant des trucs, style « imaginer l'ellipse narrative du texte en tenant compte de la situation d'énonciation donnée ». Primo Levi, l'écrivain italien, qui ne s'est jamais vraiment remis de sa déportation à Auschwitz, écrivait : « Les livres étudiés par obligation scolaire s'en trouvent à jamais affadis, sinon empoisonnés, condamnés à ne plus être lus. Malheureusement, il s'agit presque toujours des oeuvres les plus éminentes que l'esprit humain ait créées. » Faisons-le mentir ! tJ.-H. P.• 

 

lu sur le site de la Voix du Nôôôrrrrd ... 

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 08:55

 

6 autres livres après ceux-ci ...


1100383-gf.jpg  9782253062332.jpg  70883_2655301.jpg  6674.jpg  9782020236102_1_75.jpg  9782080712080.jpg

 

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 09:29

Une jeune bachelière découvre la vie étudiante à Paris. Nouveaux horizons, nouvelles questions. Sa foi et ses convictions, éprouvées, en seront finalement fortifiées. Amitié/Relation avec les autres. Réflexion. 

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 22:15

      ...  9 idées de livres au format de poche  ...

  Sens dessus dessous

 

 

 ... pour randonner et péleriner ...

 

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 09:31

 

LesVacancesDuPetitNicolas.jpg

N.B.  Il ne s'agit pas de l'ancien Président de la République.

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 15:53

 

         Jean-François Chemain sait qu’il n’est pas «politiquement correct». Après vingt ans d’audit international dans la finance, ce père de famille habitué à un certain niveau de vie s’est converti au Christ et a décidé de revenir à sa passion d’enfance : l’histoire. Après avoir obtenu le Capes puis l’agrégation d’histoire, il entre à l’éducation nationale pour enseigner dans un collège de la banlieue lyonnaise, en zone prioritaire d’éducation (ZEP).

   Dans son livre, il commence par raconter, avec humour, son année à l’Institut universitaire de formation des maîtres (IUFM), au cours de laquelle la plupart des sujets étudiés (le totalitarisme, la colonisation, la traite des Noirs, la Shoah…), se font à travers une même grille de lecture, à savoir «la culpabilité de la France, de l’Occident, des chrétiens et de la droite». Il témoigne ensuite sans fard de son quotidien d’enseignant depuis 2006, à travers une semaine type, entre classes de « 3e A » ou de « 6e D » et discussions avec ses élèves, musulmans à 70%, qui abordent à «tout bout de champ» de questions religieuses. C’est Ismaïl qui brandit le Coran en pleine classe sous prétexte qu’il s’agit d’«un talisman porte-bonheur». Cest Nassim qui affirme qu’«un saint c’est quelqu’un qui a tué beaucoup de gens». C’est Rayann qui triomphe à l’évocation de ses ancêtres barbaresques et pilleurs de navires dans la Méditerranées, du XVe au XVIIIe siècle… Au-delà de ces provocations parfois abruptes, Jean-François Chemain parle surtout du «bonheur intense» qu’il peut éprouver au contact de ces jeunes des cités, dès lors qu’il refuse tout à la fois la victimisation censée justifier leurs violences et la détestation incompatible avec le message évangélique. «Je veux faire aimer la France à mes élèves ; cela n’est possible qu’autant que je les aime moi-même», résume-t-il, en estimant que «la jeunesse de banlieue a, plus que toute autre, soif d’amour et de vérité». Persuadé qu’une bonne partie de la colère de ces jeunes «prend sa source dans le refus de notre société d’épancher sa soif d’absolu», Jean-François Chemain en appelle à l’espérance et à la confiance.

Claire Lesegretain, La Croix, 2 février 2012

Kiffe la France

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 01:32

 

     

 

Bien davantage qu’une banale transition politique, la post-démocratie est une rupture anthropologique. Elle apparaît dans notre quotidien, tant au niveau de la bioéthique, et de ses implications sociales, qu’à celui de la place de l’être humain dans l’économie de la nature et de la vie.

Un entretien avec Matthieu Baumier [1]

   Permanences - Le mot démocratie est aujourd’hui devenu une sorte de critère de jugement moral porté sur les différents régimes politiques, lesquels seraient plus ou moins honorables selon qu’ils sont plus au moins démocratiques.

Matthieu Baumier - C’est à la fois vrai et très révélateur de notre attitude vis-à-vis de la démocratie. Car la démocratie au sens conceptuel de ce terme, celui d’un « pouvoir du peuple, pour et par le peuple », n’a jamais existé, n’a jamais eu d’incarnation concrète dans l’histoire, pas plus durant les années de la Révolution française que durant l’Antiquité grecque. En fait, nous fantasmions au sujet de la période athénienne en feignant de voir dans le siècle de Périclès une sorte d’idéal originaire. Nous oublions que le système athénien était fondé sur une organisation sociale que nous contesterions aujourd’hui : l’esclavage, l’exclusion d’une majorité de la population de la participation à la vie politique officielle, ce qui ne signifie pas une non participation absolue à la vie de la Cité. Nous nous sommes construit une image de la démocratie idéale dont nous considérons à tort Athènes comme l’inventeur ; ce qui ne nous empêche pas d’enseigner ce mythe aux enfants de l’école de la République.

la suite ....

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 01:01

 Trouvé en cherchant autre chose, une citation de Bernanos ...


La Démocratie religieuse

Le Dilemme de Marc Sangnier (1906)

La Politique religieuse (1912)

L’Action française et la Religion catholique (1914)

Charles Maurras

1921

Édition électronique réalisée par

Maurras.net

et

l’Association des Amis

de la Maison du Chemin de Paradis.

 

C'est gratuit et c'est ICI

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 08:19

 

" Etre capable de trouver sa joie dans la joie de l'autre.

Voilà le secret du bonheur "

Bernanos.


Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 11:11

« Emplissez la terre et soumettez là », « Croissez et multipliez-vous ». Les désastres écologiques ne trouveraient-ils pas leurs racines dans la Bible ? C’est ce que laisse entendre le discours dominant repris en boucle par les esprits creux qui pullulent en notre beau pays. Falk van Gaver remet les pendules à l’heure avec toute la foi missionnaire qu’on lui connaît. Loin du rabâchage apocalyptique environnemental, il nous propose un argumentaire en faveur d’une écologie saine et tournée vers son Créateur, une écologie intégrale, humaine et naturelle.

 

(PNG)

L’écologie chrétienne doit faire face aux gauchistes de l’écologie politique et les extrémistes de la deep ecology. Non, la tradition judéo-chrétienne n’est pas responsable du désastre écologique ; il faudrait plutôt compter depuis le développement de la science et des techniques. L’auteur fonde ainsi sa réflexion sur l’enseignement social de l’Église et parvient à rétablir la vérité, en s’appuyant sur les textes, de la Genèse aux psaumes, des Evangiles à saint Paul, jusqu’aux discours de nos deux derniers papes, Jean-Paul II et Benoît XVI.    LA SUITE

 

 

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 10:12

laruelle-nationalisme-russe--arton267.jpg

Nous nous sommes tant habitués à voir en la Russie l’ancienne URSS multiethnique que l’idée de nation ne nous effleure pas quand nous pensons à ce grand pays. À juste titre, car la Russie a toujours été un empire. D’où lui vient alors cette tentation nationaliste si perceptible aujourd’hui ? « Le nationalisme c’est la guerre », dit François Mitterrand dans un discours mémorable au Parlement européen. Dans le cas de la Russie, ce serait une guerre nucléaire. Et pourtant, ce livre n’a pas été écrit pour faire peur, mais pour nous aider à comprendre. Il y a tant de stéréotypes qui sont aujourd’hui véhiculés aujourd’hui sur la Russie que l’ouvrage de Marlène Laruelle ne peut manquer d’intéresser tous ceux qui veulent saisir les enjeux de notre temps.

http://www.oeuvre-editions.fr/

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 22:38

 

La France contre les robots est un essai de Georges Bernanos publié en 1947. Il s'agit d'un recueil de différents textes formant une violente critique de la société industrielle. Bernanos y estime que le progrès technique limite la liberté humaine. Pour lui, la civilisation française est incompatible avec une certaine idolâtrie anglo-saxonne pour le monde de la technique. Il y conteste l'idée selon laquelle la libre entreprise conduirait automatiquement au bonheur de l'humanité, car, selon lui « il y aura toujours plus à gagner à satisfaire les vices de l'homme que ses besoins ». D'autre part, il explique qu'« un jour, on plongera dans la ruine du jour au lendemain des familles entières parce qu'à des milliers de kilomètres pourra être produite la même chose pour deux centimes de moins à la tonne », préfiguration étonnante de ce que seront les délocalisations quarante ans plus tard. Il y prédit aussi une révolte des élans généreux de la jeunesse contre une société trop matérialiste où ceux-ci ne peuvent s'exprimer.

      On ne comprend absolument rien à la civilisation moderne si l'on n'admet pas d'abord qu'elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure. "

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 12:37

     Ayant enseigné pendant dix ans la « culture générale » (entendez l’histoire, la littérature, la philosophie…) à des jeunes bacheliers issus de terminales ES et STG, j’ai pu constater que pas un ne savait qui était Charles VII (l’un d’eux hasarda un jour d’une voix mal assurée : « Roi d’Angleterre ? »), pas un ne pouvait situer l’histoire de Jeanne d’Arc, ni la résumer même brièvement. Jeanne d’Arc, comme les diverses figures qui racontaient le passé commun des Français, qu’ils fussent Picards, Lorrains, Auvergnats ou fils d’immigrés Italiens, a disparu dans les limbes, victime de la détestation de l’Etat-Nation et de l’abandon des grands récits.

Se souvenir, pour son 600ème anniversaire, que Jeanne d’Arc est notre patrimoine commun, parce qu’un pays qui n’a pas de passé construit difficilement son avenir, et que les mythes sont ce qui nous rassemble et nous habite, voilà qui est louable. Mais le serait encore plus la décision de réinvestir ces mythes, à l’école comme dans l’ensemble de l’espace public, plutôt que de les abandonner et de s’étonner ensuite que d’autres s’en saisissent.

Tout l'article

 

Repost 0
Published by ISP - dans Lire
commenter cet article