Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 10:12
 

Georges Bernanos naît le 20 février 1888, à Paris, et passe sa jeunesse en Artois, dont il décrira les paysages pour planter le décor de ses différents romans. Blessé lors de la première guerre mondiale, son talent n'est reconnu qu'en 1926 avec l'ouvrage Sous le soleil de Satan. Le Grand prix du roman de l'Académie française récompense Le Journal d'un curé de campagne, en 1936. Lorsque la guerre éclate en Europe, il multiplie les articles dans la presse brésilienne et devient l'un des plus grands animateurs spirituels de la Résistance française. Explorant sans cesse le combat spirituel du Bien et du Mal, il décède à l'âge de 60 ans, le 5 juillet 1948.

Et voici quelques citations cueillies au grès des lectures :

« Quand la jeunesse se refroidit, le reste du monde claque des dents. »

tirés de Les Grands Cimetières sous la lune

Lors d'un questionnaire en 1921, il répond à la question : « De quel site avez-vous gardé le souvenir Le plus agréable ? Bernanos répond :

« Tout dépend du compagnon féminin. »

D'autres 20 février marquants avec Sainte Bernadette, Jacinta, Léon XIII, etc.

 

Prochainement, Dialogues des carmélites est donné par le théâtre de l'Arc-en-ciel. A voir !

 

Résultat de recherche d'images pour "Bernanos Petrus angel"

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 08:53

 

Victor Loupan : « Des aspects essentiels de la révolution russe sont totalement inconnus » [Interview]

04/02/2017 – 06h15 Paris  (Breizh-Info.com) – Les éditions du Rocher ont publié une Histoire secrète de la révolution russe de Victor Loupan, qui vaut le détour. Le livre se lit très vite, et on y apprend beaucoup d’anecdotes et d’informations jusqu’ici pas ou peu connues à propos de cette période majeure du 20ème siècle.

L’épopée du communisme a marqué la vie politique et intellectuelle du XXe siècle. Tout a pourtant commencé par la prise du pouvoir en Russie par un petit groupe d’hommes, les bolcheviks. Appuyé sur des documents d’archives inédits, ce livre nous introduit dans l’intimité inavouable des acteurs principaux de la Révolution russe. Rejetant l’épique et le monumental au profit de l’intime et de l’humain, ce récit rigoureux prend parfois des allures d’enquête policière, voire de roman d’espionnage alors que tout est pourtant vrai, argumenté, référencé. 
C’est la grande originalité du livre de Victor Loupan qui nous fait passer des caves de la Tcheka aux salons feutrés de Wall Street, des geôles sibériennes aux cafés à la mode des capitales européennes. En se penchant sur la part invisible de la Révolution russe, il ouvre des portes restées fermées jusqu’ici. Voyant le nom de Léon Trotski dans les journaux, le maître d’hôtel du célèbre Café central de Vienne s’exclame : « C’est ce gars-là qui a pris le pouvoir en Russie ? Mais il me doit encore de l’argent pour des consommations ! » Au fil des mois passés dans l’intimité souvent choquante de Lénine, de Trotski et d’autres acteurs de la Révolution, nous comprenons vraiment ce qui s’est passé.

Journaliste, écrivain, ancien grand reporter au Figaro magazine, membre du Conseil pour la culture du patriarche de Moscou, Victor Loupan est président du comité éditorial et rédacteur en chef de La pensée russe, journal de référence de l’émigration russe en Europe, fondé à Paris en 1947 et de son supplément Le messager orthodoxe. Producteur et animateur des émissions Lumière de l’Orthodoxie, Ecrans et Toiles et Surexposition, il participe régulièrement au Débat de la semaine sur Radio Notre Dame. Il est également réalisateur de films documentaires pour la télévision et auteur de nombreux ouvrages.

Résultat de recherche d'images pour "loupan russe"

Nous avons interrogé Victor Loupan sur son ouvrage.

Breizh-info.com : Vous publiez « une histoire secrète de la révolution russe ». Tout n’a donc pas été dit au sujet de cette période ?

Victor Loupan : L’historiographie française a connu deux époques fondamentales. Celle dominée par les historiens et les universitaires communistes, qui traitaient la révolution russe comme un événement exclusivement positif, a duré jusque dans les années 1970. A la suite de la publication de l’Archipel du Goulag, lui a succédé une école, disons, anticommuniste, qui à la suite de Soljenitsyne s’est mise à appeler la mythique « Révolution d’Octobre », « coup d’Etat bolchevik » et à traiter le communisme comme un vaste crime.

Cent ans après les faits, il m’a semblé intéressant d’avoir une approche plus dépassionnée, moins engagée, plus humaine pour tout dire de cet événement fondateur de la modernité. Et, surtout, de sortir du côté monumental, pour m’intéresser davantage aux principaux acteurs du drame : à leurs vies, à leurs destins entremêlés, à leurs forces et à leurs faiblesses.

Oui, il y a bien des aspects, et des aspects essentiels, de la révolution russe qui sont totalement inconnus. Compte tenu de mes origines et de ma connaissance du russe, j’ai eu un accès privilégié aux sources et aux tout derniers travaux des jeunes historiens moscovites et pétersbourgeois qui ont totalement dépoussiéré cette histoire. Mon livre qui sort résolument des sentiers battus, en est une première illustration en français.

Breizh-info.com : Trotski et Lénine ont obtenu leurs appellation par une usurpation d’identité. Durant tout votre livre, les deux hommes, surtout Trotski, apparaissent aussi comme des bandits. N’est ce pas exagéré ?

Victor Loupan :  Ils n’ont pas usurpé d’identités, au sens où ils n’essayaient pas de passer pour quelqu’un d’autre. Tous les révolutionnaires russes avaient des pseudonymes. Très souvent, on ne connaît même pas leur vrai nom. Des bandits ? Absolument pas ! Je parle d’ailleurs peu de Lénine, car il n’y a pas grand-chose à en dire. C’était un intellectuel laborieux et un idéologue.

Lisez la suite....

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 12:16

Résultat de recherche d'images pour "Bernanos la montagne morte de la vie"

Un jeune narrateur s’éveille malencontreusement sur un galion en partance pour le bout du monde. Il devient moussaillon malgré lui et doit affronter la violence de ses équipiers, avec l’aide précieuse de Toine le chef cuisinier du bateau, qui, plus expérimenté, le prend sous sa protection. A cause d’une succession d’avaries, le voyage devient cauchemardesque. Échoués sur une île mystérieuse, le narrateur et Toine sentent que partout autour d’eux, quelque chose progresse, pousse, et un battement puissant se fait bientôt entendre. La suite...

Couverture

Juan Asensio est essayiste et critique littéraire. Il collabore à de nombreuses revues dont ÉtudesL’Atelier du Roman et La Revue des deux Mondes. Depuis 2004, il tient le site Stalker qui se conçoit comme une « dissection du cadavre de la littérature ». Il a préfacé la réédition de La Montagne morte de la vie de Michel Bernanos (éditions L’arbre vengeur), le fils de Georges Bernanos.

Couverture

Michel Bernanos

PHILITT : Peut-on dire que Michel Bernanos a hérité de son père une fascination pour le désespoir ?

Juan Asensio : J’ai beau savoir que lorsque les pères mangent des raisins verts, les dents de leurs enfants en sont agacées, il faudrait toutefois imaginer par quelle voie ce désespoir, comme les yeux de couleur bleue, pourrait passer du sang du père à celui de son fils ! Peut-être pourriez-vous poser cette question pour le moins saugrenue à Cécile Delorme-Reboul, qui semble sur ce sujet disposer d’une réponse commode, si j’en juge par certains de ses plus récents propos1 ! Plus sérieusement, à lire Michel Bernanos, il paraît évident d’affirmer que le désespoir suinte de ses textes les plus emblématiques, je songe bien sûr à son chef-d’œuvre, La Montagne morte de la vie qui nous occupe ici. C’est une tout autre question que d’inférer de ce désespoir littéraire un désespoir personnel, même si le suicide de l’auteur peut bien évidemment constituer un indice pour le moins patent : oserions-nous dire que Michel Bernanos n’a point été heureux, ou bien qu’il l’a été lorsqu’il n’écrivait pas ses noires paraboles ? Ce serait bien trop commode. Quoi qu’il en soit, je n’aime pas procéder à de petites et réductrices analyses physio-psychologiques sur quelque homme que ce soit, fût-il un pion d’école, encore moins lorsqu’il se trouve que l’homme en question est un écrivain.

Si chez Georges Bernanos le désespoir était une façon d’atteindre l’espérance, chez Michel, l’espérance ne perce pas. Où se trouve la vie dans La Montagne morte de la vie ?

La vie se trouve sans doute dans l’incroyable persévérance qui anime les deux personnages, Toine accompagné du jeune mousse et qui, aux toutes dernières lignes de ce texte ténébreux et superbe, permet à quelques larmes de ne point rester pétrifiées pour des millénaires d’une vie minérale, morte, puisqu’elles semblent revivre dans la mémoire du narrateur. Jamais ces deux-là ne renoncent, et c’est en cela qu’ils sont d’authentiques personnages bernanosiens, alors que, dans le paysage démoniaque qu’ils traversent, chaque nouvelle découverte est l’occasion d’une évidence parfaitement décourageante. La suite...

 

Salsa Bertin a consacré une biographie à Michel Bernanos.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 13:12

 

L'histoire commence sur une plage, quand Anne-Dauphine remarque que sa petite fille marche d'un pas un peu hésitant, son pied pointant vers l'extérieur.

Après une série d'examens, les médecins découvrent que Thaïs est atteinte d'une maladie génétique orpheline. Elle vient de fêter ses deux ans et il ne lui reste plus que quelques mois à vivre. Alors l'auteur fait une promesse à sa fille : "Tu vas avoir une belle vie. Pas une vie comme les autres petit... >Voir plus

 

Anne-Dauphine Julliand est la réalisatrice du film documentaire Et les mistrals gagnants qu'il faut courir voir !

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 09:21

 

Homme simple, modeste, pratiquant l'humilité et la prière, Fernand Crombette (1880-1970) a été amené providentiellement à consacrer trente-cinq ans de sa vie à la recherche : essai de géographie divine, oeuvre égyptologique, histoire de la Crète, des Hittites et de la Mésopotamie, travail sur l'Atlantide aussi bien que sur diverses énigmes de l'histoire, de la géographie, de la préhistoire et de l'astronomie, l'oeuvre de Crombette est immense et la valeur de ses analyses éminente... Un homme méconnu à découvrir !

L'auteur de cette synthèse est décédé le 8 janvier 2017. RIP.

Le livre est également disponible en anglais, italien, néerlandais. S'adresser ICI

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 23:55

Ils sont pleins de vin doux

La vigne et le vin dans la Bible et la tradition chrétienne
François Orfeuil
Après un regard technique et une analyse détaillée qui révèle l'abondance du vocabulaire utilisé dans la Bible sur la vigne et le vin, l'auteur nous conduit sur des pistes de réflexions très diverses.
II regarde d'abord la place de la vigne, de son fruit et de l'usage du vin dans la vie, profane et religieuse, du peuple d'Israël. De là il nous entraine sur la piste de réflexion biblique, dans l'Ancien et le Nouveau Testament, étudiant tour à tour tous les sens que peuvent prendre, dans les divers textes, la vigne et le vin, de la comparaison à la métaphore et de l'allégorie au sacrement.
La découverte se poursuit avec l'élaboration théologique que font sur ces deux thèmes les évangelistes Jean et Paul.
Il montre ensuite la richesse de la tradition chrétienne, en commençant par les
Pères de l'Eglise, orientaux et occidentaux. Mais l'auteur ne s'arrête pas là et nous
fait decouvrir enfin, par quelques exemples, comment vigne et vin ont été au coeur de la vie — et parfois des controverses — de l'Eglise au cours des siècles, jusqu'à certains aspects de la vie d'aujourd'hui.
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 10:54

 

C'est de saison.

Pour débuter cette série Lire cet hiver, découvrez Bruegel. La ferveur des hivers, de Claude-Henri Rocquet, poète et écrivain (1933-2016).

Le livre est évoqué à travers des illustrations sur le blog A sauts et à gambades.

Les inscrits à la newsletter seront informés de la parution des prochains articles.

 

Afficher l'image d'origine

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 20:08

Afficher l'image d'origine

René Bazin est l'auteur de la Petite Vie de Charles de Foucauld présentée dimanche dernier.

" Brigitte de Baudus, a publié une étude sur un thème très cher à notre auteur : le Pardon. Ce thème trouve une résonance particulière en cette année de la Miséricorde qui se clôt prochainement. Vous trouverez sur notre site toutes les informations sur cette étude et ses références si vous souhaitez la commander. ". C'est ICI.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 21:14

 

 

La figure de lumière de Charles de Foucauld (1858-1916), béatifié en 2005 par Benoît XVI, est un modèle très actuel d'inculturation et de mission en pays musulman. Après la biographie magistrale que lui consacra en 1921 René Bazin, parut une synthèse plus accessible enfin rééditée !
On y revit le destin exceptionnel de cet officier tour à tour explorateur, géographe, prêtre, trappiste, ermite et linguiste. Converti au catholicisme en 1886, auprès du père Huvelin à Saint-Augustin, sillonnant Maroc, Palestine, Syrie pour se fixer définitivement dans le Sahara algérien auprès des berbères et des touaregs, il y prêche l'Evangile par l'exemple, en ermite entièrement voué à son modèle unique, le Christ, et. dévoué aux populations touaregs durant plus de douze années, et publiant le premier dictionnaire touareg-français !
Son assassinat, le 1er septembre 1916, par des pillards venus de Tripoli en fait l'un des héros les plus purs de la cause chrétienne en Maghreb, il y a cent ans. déjà.
Avec une préface du cardinal Paul Poupard. 
Juriste et homme de lettres, René Bazin est né à Angers en 7853. Journaliste au Figaro, au Journal des débats et à L'Écho de Paris, il est l'auteur de nombreux romans parmi lesquels la Terre qui meurt (1899), les Oberlé (1907), et le blé qui lève(1907). 
Ses biographies demeurent des références historiques. Élu à l'Académie française en 1903, il meurt en pleine gloire littéraire le 19 juillet 1932, père d'une famille de huit enfants. Via Romana a publié Contes merveilleux, Souvenirs d'enfant, Contes et paysages de province, Magnificat et, en 2015, Fils de l'Église, visages de saints, très largement inédit.

Réédition chez Via Romana. Disponible ICI.

 

Retrouver tous les livres sur Petrus Angel !

Des idées de cadeaux de fêtes de fin d'année  Noël !

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 09:44

 

 

"L'Ecole fantôme" : 10 symptômes de l'école qui va mal

Dans son essai "L'Ecole fantôme", paru le jour de la rentrée scolaire, le philosophe Robert Redeker évoque une crise inédite de l'école et met le doigt sur ses symptômes. Extraits.

 

Son ouvrage sort le jour de la rentrée scolaire et ce n'est pas un hasard. Que sait-on de la vie des écoles ou de l'état de l'Ecole avec un grand "E" quand on n'y a pas mis les pieds depuis le bac ? Dans "L'Ecole fantôme" (ed. Desclée de Brouwer), un essai révolté et qui fait réfléchir, le philosophe Robert Redeker s'alarme de l'évolution d'une école à bout de souffle. Celui qui scrute la vieille dame depuis des décennies ne la reconnaît plus et fustige les dérives de l'école du XXIe siècle, de celles qui prennent leur source dans une crise de la société et dans la volonté des "promoteurs du pédagogisme", de l'élève au centre de tout : un français "déchiqueté" jusqu'au plus haut sommet de l'Etat, une parodie du vivre-ensemble ou encore, plus concrètement, des professeurs-animateurs dans une école bric-à-brac saturée d'activités. Au-delà de l'actu brûlante de la réforme des collèges 2016, voici 10 extraits chocs de son livre où il décrit les symptômes de la crise de l'école :

Cliquez sur l'image...

Puis, la suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 00:05

 

Explorant un monde d'intrigues et de menées secrètes, Daniel Estulin dénonce aujourd'hui ce que nul n'avait pu rapporter jusque-là : depuis ses débuts en 1954 à l'hôtel Bilderberg, dans la petite ville hollandaise d'Oosterbeek, le Bilderberg Group a chaque année tenu une réunion, où l'élite politique européenne et américaine se retrouve avec les plus riches PDG de la planète, pour discuter de l'avenir économique et politique de l'humanité.

Bien que présentes, les principales figures de la presse internationale n'ont jamais été autorisées à rapporter les discussions et conclusions de cet organisme qui, comme le montre l'auteur, ont des répercussions considérables - et le mot est faible - sur les citoyens du monde.

Usant de méthodes dignes d'espions de la Guerre froide, et parfois même au péril de sa propre vie, Daniel Estulin est parvenu à apprendre ce qui se disait derrière les portes closes d'opulents hôtels. Il le rapporte pour la première fois dans cet ouvrage, qui est déjà un immense succès de librairie dans le monde entier.

63 pages de documents et photos en noir et blanc hors-texte.
Classé dans les meilleurs ventes internationales et traduit en 42 langues
 
D'origine russe, ayant vécu au Canada, et aujourd'hui installe en Espagne, Daniel Estulin est un journaliste d'investigation plusieurs fois récompensé, qui enquête sur le Bilderberg Group depuis plus de 15 années. Il est l'auteur de la version espagnole de ce livre, La Verdadera Historia del Club Bilderberg (2005), un Best-Seller en Espagne, où il en est à sa 18e réimpression ! L'ouvrage est d'autre part un succès international traduit en 42 langues, 2 millions d'exemplaires en ont aujourd'hui été vendus dans plus de 60 pays...
 
En vente chez Livres en Famille, Chiré, etc.
 

P.S. 

Quel est le lien caché entre Juppé, Fillon et Macron ?

Présentés par les médias comme trois concurrents à l’élection présidentielle de 2017, Alain Juppé, François Fillon et Emmanuel Macron ont cependant un autre point commun qui n’est jamais mentionné et sur lequel ils ne sont jamais interrogés. Ils ont pourtant tous les trois assisté, après y avoir été invité, à une réunion annuelle du « Club des Bilderberg »

Beaucoup de gens ignorent totalement l’existence de  ces cercles un peu particulier où on se retrouve entre « gens de pouvoir » dans le but très anodin d’échanger des informations sur les grandes perspectives du monde. La réalité est un peu différente. Le Club des Bilderberg a été fondé en 1954 sous l’impulsion de David Rockefeller et du Prince Bernhard. C’était l’époque de la « guerre froide » et ce club devait s’opposer au communisme qui menaçait la planète.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 23:34

 

Un livre qui fait partie des meilleurs ventes du moment, et dont ne parlent curieusement pas les grands medias (ceux qui avaient annoncé la victoire d'Hillary Clinton).

Afficher l'image d'origine

 
La guerre civile était inévitable. Vivez l'Apocalypse des trois derniers jours de la France. Dans une France proche et obscure, une descente de police dans une cité sensible tourne au drame : un policier pris dans un guet-apens perd son sang-froid et tire aveuglément. La cité s'embrase et tout le pays vacille. De villes en villes, le feu se propage et la République explose. Forces de l'ordre, voyous, terroristes, responsables, journalistes, citoyens, tous sont submergés par le raz-de-marée du chaos. Rapidement, réseaux électriques et hydrauliques tombés, faute d'approvisionnements, d'ordre, de moyens de communication, de transports et de secours, la déferlante gagne la campagne, la société vole en éclats et les villes sont la proie de violences, de pillages et de gigantesques incendies.
Des terroristes, dépassés par les troubles, déclenchent des actions de grande ampleur depuis les terres, la mer et le ciel. Privés de tout, livrés à eux-mêmes, les citoyens s'apprêtent à faire face au carnage. Après deux ans d'immersion au contact des plus grands spécialistes de la terreur et des catastrophes, d'agents du renseignement français et de reporters de guerre, l'auteur du chef d'oeuvre Utøya (l'affaire Breivik) et de l'enquête phénomène La France Orange Mécanique livre un roman météore ultra-réaliste et nous plonge dans le récit paroxystique de la guerre civile. 
Né en 1984, diplômé de l'Ecole supérieure de journalisme de Lille, d'histoire et d'anthropologie, Laurent Obertone est l'auteur de La France Orange Mécanique, d'Utøya (2013, Ring) et de La France Big Brother (2015, Ring).
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 00:05

Afficher l'image d'origine

 

Le bestiaire de la Bible, de Jean-Pierre DURAND & Jean-François FROGER

Pourquoi ce Bestiaire de la Bible ?
A cause d'un regard tout à fait nouveau sur le symbole. De la même façon que la Bible raconte comment Noé sauva toutes les espèces animales du Déluge d'eau, une théorie du symbole doit montrer comment toutes les interprétations culturelles, les métaphores et les usages figuratifs des objets du monde sont fondés en réalité sur la fonction symbolique qui les sauve tous du désordre psychique.
Pourquoi c'est précisément un "serpent" qui doit parler à Eve pour la tenter ?
Pourquoi c'est une "colombe" qui doit apparaître et se poser sur Jésus au moment de son baptême ?
Il faut, pour répondre à ces questions, comprendre ce que le serpent ou la colombe concrets montrent à l'intelligence à travers le voile de l'analogie ; nous découvrons alors que tout le monde sensible est signifiant du monde intelligible.
En particulier, les animaux montrent à l'Homme le miroir de sa vie psychique.
C'est pourquoi Dieu les fait défiler devant Adam : Il veut que cet Homme - que nous sommes - prenne conscience de lui-même sous tous les aspects et surtout découvre le secret de l'humanité.
Si les multiples facettes de la vie psychique et spirituelle peuvent se refléter dans le monde des Animaux, le côté unique qui fait que l'Homme est Homme est un secret non dévoilé dans la Nature.
L'Homme doit le découvrir après avoir tout examiné et après s'être réveillé de la connaissance de lui-même ; ce secret, c'est la merveille centrale de la création : la Femme.
Pourquoi un Bestiaire de la Bible ?
Pour accompagner la recherche du vrai, du beau et du bien jusque en son ultime dévoilement dans l'Apocalypse : la Femme que le soleil enveloppe, la lune sous les pieds, la tête couronnée de douze étoiles.
L'ouvrage comprend un index thématique.

Jean-François Froger est anthropologue et exégète.
Jean-Pierre Durand est Docteur en biologie.

 

Jean-François FROGER sera l'un des conférenciers du colloque du CEP des 12&13 novembre à Orsay

 

 
 
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 22:47

Le 23 octobre 1956, le sang coule à Budapest. Un peuple de 10 millions d'habitants en défie un autre de 220 millions qui possède la plus forte armée du monde : l'URSS, le pays aux cent divisions. Armés de "cocktails Molotov", étudiants, ouvriers, femmes et tout jeunes enfants, affrontent les chars de l'Armée rouge. Au prix d'un héroïsme inouï, qui bouleverse les correspondants de presse du monde entier, ils en détruisent plusieurs centaines. 
La révolution hongroise qui s'est poursuivie en résistance passive aux conséquences inhumaines pour la population, a fait des milliers de morts et de blessés et poussé 200 000 Hongrois à l'exode. Elle a aussi provoqué en Occident une crise de conscience qui a ouvert les yeux à plus d'un admirateur de la "grande lueur à l'Est". Cette autre révolution d'Octobre, fondée sur le retour de la nation, ruinait l'aura de la "mère des révolutions" porteuse du rêve policier et sanglant de l'internationalisme prolétarien. 
A cette insurrection, il n'aura manqué ni la trahison la plus vile (qui a laissé une tâche sur l'honneur de la légendaire armée rouge), ni l'obscure manœuvre des États-Unis d'Amérique qui, derrière le paravent de l'indignation, ont délibérément instrumentalisé cette tragédie, via l'ONU, pour en faire le test de leur volonté de coexistence pacifique.
Fondé sur les archives soviétiques et américaines et les recherches les plus récentes, cet ouvrage dévoile les multiples aspects de cette "Révolution antitotalitaire", qui sonnait en réalité le glas de l'empire soviétique et du communisme. Il y a des défaites plus prometteuses que des victoires.  


Henri-Christian Giraud est journaliste. Ancien directeur adjoint de la rédaction du Figaro Magazine, il est l'auteur de De Gaulle et les communistes (Albin Michel, 1988 et 1989), t. 1 : L'Alliance (juin 1941-mai 1943), t. 2 : Le Piège (mai 1943-janvier 1946), et de Terres de Mafia, (J.-C. Lattès, 1993). Il a dirigé l'ouvrage collectif Réplique à l'amiral de Gaulle (Le Rocher, 2004).

 

D'autres publications sur Budapest 1956 se trouvent ICI.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 13:36

La politique n'est pas un taux de croissance.

Docteur en gestion, agrégé des Universités et professeur à l’Institut d’Economie et de Management de l’Université de Nantes, Mathieu Detchessahar est membre du conseil scientifique de l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ANACT), du cabinet d’étude et de conseil Entreprise et Personnel (EP) et de l’Observatoire de la Qualité de vie au travail du groupe EDF. Il est également membre fondateur du Groupe de Recherche Anthropologie Chrétienne et Entreprise (GRACE). Auteur de nombreux articles scientifiques, il a publié fin 2015 Le marché n’a pas de morale – ou l’impossible société marchande aux Editions du Cerf.

Pour acheter son livre :

Le marché n'a pas de morale

 

A commander ICI.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 23:05

Silence assourdissant

Download PDF

Pour bien souligner son mépris à l’égard du cardinal Robert Sarah, qui revient en France signer son nouveau livre sur « La Force du Silence » (il sera à Versailles le 5 novembre), la conférence des évêques de France fait l’éloge sur son site internet d’un ouvrage consacré au… silence !

Mgr Hubert Herbreteau, évêque d’Agen et Président de l’Observatoire Foi et Culture commente le livre Histoire du silence. De la Renaissance à nos jours d’Alain Corbin. Cet ouvrage a été publié en avril 2016 et c’est donc plus de 6 mois après, au moment où le cardinal publie son livre sur le silence, qu’il faut parler de cette histoire… :

« Alain Corbin est un historien français spécialiste du XIXe siècle en France. Les livres qu’il a publiés constituent une sorte d’anthropologie historique. Il a travaillé sur l’histoire sociale et l’histoire des représentations. Il est qualifié d’« historien du sensible », et son approche sur l’historicité des sens et des sensibilités est vraiment novatrice.

Dans son dernier livre Histoire du silence. De la Renaissance à nos jours (Éditions Albin Michel, Paris, 2016), Alain Corbin indique en prélude quel est son propos : « L’évocation, dans ce livre, du silence passé, des modalités de sa quête, de ses textures, de ses disciplines, de ses tactiques, de sa richesse et de la force de sa parole peut contribuer à réapprendre à faire silence, c’est-à-dire à être soi. »

Dans un premier chapitre, l’historien fait l’inventaire des lieux privilégiés où peut s’opérer l’écoute du silence. La maison tout d’abord. Il est des maisons qui respirent le silence. Au XIXe siècle apparaît l’exigence d’avoir une chambre particulière, un espace à soi. Alain Corbin cite, par exemple, l’écrivain et poète Rilke qui trouve le bonheur « dans la chambre silencieuse d’une maison familiale, entouré d’objets calmes et sédentaires, à écouter les mésanges s’essayer dans le jardin d’un vert lumineux, et au loin l’horloge du village » (Les Cahiers de Malte Laurids Brigge, Paris, Seuil, coll. Points, 1966, p. 43). L’analyse du silence d’une chambre demande que l’on s’intéresse au décor, aux objets, aux personnes ou des animaux qui sont, en ce lieu, en affinité avec le silence.

Il y a aussi le silence des églises et des cathédrales. Alain Corbin cite Max Picard, philosophe suisse de la fin du XIXe siècle, qui déclare dans un livre intitulé Le Monde du silence : « La cathédrale est comme du silence incrusté dans la pierre », elle se dresse « comme un énorme réservoir de silence ». Bien entendu, dans les églises un lien très fort unit le silence à la liturgie.

Un second chapitre aborde les silences de la nature. ... la suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 07:20

La force du silence  

Contre la dictature du bruit
Cardinal Robert Sarah - Nicolas Diat  
Dans une époque de plus en plus bruyante, alors que la technique et les biens matériels ne cessent d'étendre leur emprise, c'est certainement une gageure que de vouloir écrire un livre consacré au silence. 
Pourtant, le monde émet tant de bruits que la recherche de quelques gouttes de silence n'en devient que plus nécessaire. Pour le cardinal Robert Sarah, à force de repousser le divin, l'homme moderne se retrouve dans un grand silence, une épreuve angoissante et oppressante. 

Le cardinal veut rappeler que la vie est une relation silencieuse entre le plus intime de l'homme et Dieu. Le silence est indispensable pour l'écoute de la musique de Dieu : la prière naît du silence et y revient sans cesse plus profondément. Dans cet entretien avec Nicolas Diat, le cardinal s'interroge : les hommes qui ne connaissent pas le silence peuvent-ils jamais atteindre la vérité, la beauté et l'amour ? La réponse est sans appel : tout ce qui est grand et créateur est formé de silence. Dieu est silence. 

Après le succès international de Dieu ou rien, traduit dans quatorze langues, le cardinal Robert Sarah entreprend de redonner au silence ses lettres de noblesse.
Le texte est suivi d'un entretien excemptionnel avec Dom Dysmas de Lassus, prieur à la Grande Chartreuse et ministre général de l'Ordre des Chartreux.
A commander ICI.
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 23:10

 

Le message de La Salette est un avertissement destiné à réveiller la foi et la piété et, par ces moyens, atténuer les malheurs annoncés et à en préparer la répartition. Ce qui ressort clairement du secret confié à Mélanie, c'est donc l'annonce de la crise de l'Église et l'appel à la conversion. 

Bien sûr, le livre édité par Chiré donne intégralement le récit rédigé par Mélanie et contenant le détail des circonstances de l'apparition ainsi que le texte complet du message et (en annexe) de la règle. 

Mais il constitue surtout une passionnante biographie de la voyante. Il semble que Mélanie ait atteint la vie unitive dès son enfance. On note la sainteté de son existence et sa constance inébranlable dans tout ce qui concerne La Salette. connaissons que trop bien notre propre misère ! 

Daniel Raffard de Brienne

 

Pour le commander, cliquez sur la couverture

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 07:55

Et si votre curé fuguait ?

I-Moyenne-156818-monsieur-le-cure-fait-sa-crise.netDans un roman à la fois drôle et caricatural, Monsieur le curé fait sa crise, Jean Mercier raconte la crise d'un curé d'aujourd'hui, submergé par ses moult paroisses, la réunionnite chronophage, ses dames catéchistes, fleuristes et liturgistes, pas toujours revenues des expériences des années 70, son évêque incompréhensif, etc. Au point que l'abbé se demande ce qu'il fait là : 

"Il a un sentiment d'échec colossal, de gâchis monstrueux. Le contenu de son ministère est d'une médiocrité affligeante : il passe ses journées à régler des problèmes administratifs, à gérer des conflits ridicules. Il tente de se remémorer ne serait-ce qu'un moment où il a réalisé le rêve pour lequel il a choisi de devenir prêtre : sauver des âmes, ou du moins leur permettre de s'approcher toujours plus de Dieu. Mais c'est comme chercher un éléphant dans un ciboire. Il n'a aucun souvenir récent d'une occasion où il ait réellement servi à faire avancer le Royaume. Il n'en peut plus de cet asservissement à une structure à bout de souffle, qui tente de faire tenir debout un édifice lézardé. Oui, il faudrait tout repenser à partir d'une vision missionnaire, résolument évangélisatrice."

Et un beau matin, il a disparu...

Vu ICI

 

Afficher l'image d'origine

 

Si vous n'êtes pas déjà abonné, pour recevoir les prochaines recensions

de livres d'automne, inscivez une adresse "mail" dans "Newsletter"

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 18:55

Afficher l'image d'origine

 

Après "Lire cet été", c'est parti pour "Lire cet automne". A partir de ce dimanche 2 octobre, un livre sera présenté chaque dimanche...

Qu'on se le dise... Merci !

 

Afficher l'image d'origine

 

Retrouvez les 11 lectures de cet été ICI

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Lire
commenter cet article