Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 00:06

 

Lundi 15 septembre, Davis Pujadas présentait au journal de 20 heures, sur France 2, un reportage intitulé : « Quelle méthode pour apprendre à lire à l’école ? » (voir ci-dessous).

Pendant deux ans, tous les deux mois, des enfants en situation d’apprentissage de la lecture se sont rendus au Commissariat à l’énergie atomique de Saclay pour expérimenter – grâce à l’imagerie par résonance magnétique (IRM) – les deux méthodes : la syllabique et la globale. Les résultats sont sans appel et confirment ce que les neurosciences, depuis une quinzaine d’années, permettent d’évaluer : à savoir l’indubitable efficacité de la méthode syllabique. Celle-là même qui fut utilisée pendant un siècle par des bataillons d’enfants, lesquels, entre 11 et 13, avec un certificat d’études, savaient lire, écrire et compter.

La méthode syllabique est celle qui fait travailler l’hémisphère gauche du cerveau, « le circuit universel de la lecture ». L’enfant visualise le mot, les lettres, puis repère les syllabes qui vont former les sons indispensables à la compréhension du mot. Il part donc du simple vers le compliqué, de l’analyse vers la synthèse.

« Tout autre circuit d’apprentissage éloigne l’enfant de la lecture », affirme le scientifique Stanislas Dehaene.

Ne manquez pas la suite...

syllabique

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 06:52

 

De la beauté du travail de vigneron en Octobre : le temps des vendanges.

De la beauté du travail de vigneron en Octobre : le temps des vendanges.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 16:32

A quelques semaines du colloque Catholiques en action ...

 Le monde a besoin aujourd’hui de chrétiens qui s’engagent en politique, extrait de l’homélie de Mgr. Aillet pour la messe de clôture du pèlerinage de Chartres.

aillet

 

« [...] La politique, au sens noble du mot, si elle est recherche incessante d’un ordre social juste, si elle est orientée vers le bien commun, est une forme éminente de la charité. Comme l’ont dit tous les papes récents jusqu’à notre pape régnant, le pape François, et je sais bien la défiance et le désamour pour la chose publique, pour la politique, qui gagne aujourd’hui un nombre croissant de nos concitoyens à cause de la tentation de l’intérêt et du pouvoir qui traverse sans cesse avec ces affaires notre vie politique en France.

Et pourtant l’engagement politique fait partie intégrante de la mission des catholiques. La tâche qui vous est dévolue à vous particulièrement fidèles du Christ, laïcs, de l’animation chrétienne des réalités temporelles, de votre propre initiative et de façon autonome, comme le rappelle le concile Vatican II à la lumière de la foi et de l’enseignement de l’Eglise. Mais encore faut-il que cet engagement politique soit resitué par rapport à la primauté de Dieu dans la vie de l’homme.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 10:49

 

cliquez sur la barbe

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 09:20

 

Quand l'Education nationale se méfie des parents

Article rédigé par Rémy Mahoudeaux, le 17 septembre 2014
Quand l'Education nationale se méfie des parents

TRIBUNE | L'Académie de Nantes a retiré de son site Internet une fiche pédagogique relative au livre “Que font les petits garçons ?” (Seuil Jeunesse). Le livre y est présenté comme un "livre qui dérange", aux "sujets tabous" comme la sexualité et la mort. Les pédagogues y recommandaient de ne pas rapporter l'ouvrage à la maison pour ne pas "compromettre l’exploitation" du livre par les "réactions très négatives" de certains parents.

Ne manquez pas de lire la suite sur Liberté politique...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 18:42

 

Eric Zemmour : L’Ecosse ou le triomphe des régions

On n’est pas forcément d’accord. « Ils n’ont pas encore gagné mais la dynamique est en leur faveur. L’Ecosse pourrait se retrouver indépendante le soir du référendum du 18 septembre. Ce serait la mort de la Grande-Bretagne, la fin de trois siècles d’histoire depuis l’union de l’Angleterre et de l’Ecosse en 1707. Même si le ‘non’ finit par l’emporter sur le fil du rasoir, le Royaume-Uni n’aura plus le même visage. L’establishment anglais tente en effet de retenir les inventeurs du kilt en leur promettant une plus grande autonomie. Pourtant, l’Ecosse dispose déjà de son parlement, de son gouvernement et même de sa propre fiscalité. On se demande bien ce qu’elle pourrait avoir de plus alors même que les leaders indépendantistes ont annoncé qu’ils conserveraient la livre sterling comme monnaie. Cette émancipation de la nation écossaise ne sera pas sans lendemain. En Espagne, la Catalogne, le Pays Basque suivront les premiers : le référendum catalan est déjà sur les rails. Madrid tonne, menace encore mais comment s’y opposer après le précédent écossais ? Et puis, viendra le tour de la Flandre, inéluctablement, elle en rêve depuis des années. Les velléités d’indépendance de l’Italie du Nord retrouveront une vigueur quelque peu alanguie ces derniers temps. On peut même imaginer que la sage et riche Bavière s’interrogera sur son destin si elle se lasse de payer pour les pauvres de Prusse et de toute l’Europe. L’Ecosse veut garder son pétrole pour elle. Egoïsme sacré, oui, comme la Flandre ou la Catalogne mais égoïsme de gauche car le pays, à majorité travailliste, reproche à Londres ses excès libéraux depuis Thatcher.

C’est une révolution profonde et inouïe. Le lent travail d’édification de plusieurs siècles des Etats-nation d’Europe occidentale est sur le point d’être mis à bas en quelques années. Dans la mondialisation, les Etats-providence sont vécus comme des boulets inutiles : ils ont perdu leur souveraineté mais coûtent cher. Les marchés économiques nationaux sont devenus trop étroits pour les entreprises qui ont le monde entier comme horizon. Les petits Etats, dynamiques et cohérents, font un carton, qu’ils s’appellent la Suisse, Singapour, Israël ou la Corée du Sud. Notre époque consacre la gloire des petites nations alors qu’on nous annonçait depuis longtemps la mort des nations. A Bruxelles, les institutions européennes menacent l’Ecosse de ne pas l’accueillir au sein de l’Union : c’est l’affolement du pompier pyromane. Car n’est-ce pas la Commission de Bruxelles qui, depuis des décennies, a exalté l’Europe des régions, encourageant celles-ci à recevoir directement les subventions de Bruxelles et à passer par-dessus la tête de leur capitale ? N’est-ce pas les mêmes eurocrates qui ont poussé tous les gouvernement à leur accorder toujours plus d’autonomie. C’est une grande leçon pour nos politiques français qui, depuis quarante ans, ne jurent que par la décentralisation. Récemment encore, François Hollande a réduit arbitrairement sur un coin de table le nombre de régions françaises, toujours au nom des grandes régions de niveau européen. On voit désormais où cela mène : à l’indépendance des plus riches et à la désintégration des Etats-nation. Mais c’est peut-être l’objectif ! »

 

 

Source : RTL, mardi 9 septembre 2014.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 09:30

 

Lu ici :

"C'est une tradition au Cap d'Agde : le père Guy Gilbert, le curé des loubards, bénit chaque année la foule des Brescoudos et de leurs motos. Connu pour son franc parler, il s'en ait pris à l'ex-couple présidentiel dans un discours plutôt "mordant".

"Merci pour ce moment", a-t-il débuté. "Si vous divorcez ou vous vous séparez de votre mec, ne faites pas un roman de cela !" Avant de conclure : "Moi, je suis un sans-dents, la preuve, regardez !" Et il a enlevé son dentier.

Il a ensuite recommandé  : "Pensez d'abord à votre famille, n'abandonnez pas vos enfants, occupez-vous d'eux  et surtout pensez que le temps perdu ne se rattrape jamais".  Le père Guy Gilbert a ajouté " Je suis un sans-dents mais je ne suis pas vieux : le 12 septembre, je fêterai mes 79 ans."


CAP d'AGDE - PRECHE GUY GILBERT AGDE MERCI POUR... par Herault-Tribune

L'intégrale est ICI.

Vu sur le salon beige.

 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 22:40

 

Poème de Charles Peguy chanté par les St Cyriens

                                                 vu sur le salon beige

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 07:35

Anne Coffinier nous fait part de ses analyses sur la nature des défis éducatifs à relever aujourd’hui, sur les propositions gouvernementales actuellement débattues, et des propositions de la Fondation pour l’école pour réformer notre système éducatif français. Elle expose pourquoi la Fondation pour l’école place au cœur de sa stratégie la défense de la liberté scolaire et le développement des écoles entièrement libres.

 

une intervention de 2013 d'Anne Coffinier : toujours actuel.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 23:59

 

« Que signifie pour vous le mot Patrie ? »

Le bulletin du Collège Stanislas publiait en 1976 la copie d’un de ses élèves de 3ème, classé lauréat national dans un concours écrit sur le thème de la « Patrie » : le sujet exact était : « Que signifie pour vous le mot Patrie ? » Voici sa copie.

Etranger, mon ami, tu me demandes ce que signifie le mot « Patrie ». Si tu as une mère et si tu l’honores, c’est avec ton cour de fils que tu comprendras mes propres sentiments. Ma patrie, c’est la terre de France où mes ancêtres ont vécu. Ma patrie, c’est cet héritage intellectuel qu’ils m’ont laissé pour le transmettre à mon tour.

Viens voir, étranger, la beauté des paysages de France, la splendeur des monuments édifiés par mes aïeux. Va te reposer dans le vert marais poitevin, admire les roches rouges d’Agay qui se baignent dans le bleu de la mer de Provence. Chemine simplement de Paris vers Lyon. Sur la route, près d’Avallon, l’élégance raffinée de la basilique de Vézelay fera surgir pour toi l’épopée de nos croisades. Tu arriveras plus loin au château de la Rochepot qui donne à la région un air médiéval. N’oublie pas de visiter en Bourgogne le ravissant hospice de Beaune. Ne néglige pas le barrage de Génissiat. Continue, regarde, réjouis-toi de tant de beauté.

La suite de la copie...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 18:59

 

 


 
 


Rentrée des classes : l'Éducation Nationale est-elle au bord du naufrage ?

FIGAROVOX/TRIBUNE - Pour la directrice générale de la Fondation pour l'École Anne Coffinier, l'école publique, abandonnée par l'Etat, agonise lentement mais sûrement. Une situation que la nomination de Najat Vallaud-Belkacem risque d'aggraver.

Voici que Najat Vallaud-Belkacem est placée à la tête de l'Éducation nationale, elle qui est l'emblème même de l'idéologisation à outrance de l'école. La réalité dépasse la fiction. Alors que tous appelaient à un apaisement après les tensions suscitées par l'ABCD de l'égalité et sa paradoxale suppression-généralisation, une telle nomination interpelle fortement.

Le président cherche-t-il à faire mieux passer le tournant libéral qu'il a été contraint d'opérer en économie en donnant à sa base militante une compensation sociétale (notre pauvre école étant désormais ravalée au rôle de laboratoire sociétal, cessant d'être une institution consacrée à l'instruction des citoyens) ?

Il est fascinant de constater que c'est l'État lui-même, au plus haut niveau, qui aura tué l'école républicaine, en la détournant si ostensiblement de sa mission légitime qui est d'instruire.

La suite sur fondation pour l'école

 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 15:59

bon pasteurOn veut cacher la mort ! En pleine campagne en faveur de l’euthanasie et du suicide assisté (promesse 21 du Président Hollande), la culture de mort révèle son vrai visage :

l’utilisation de la peur de la souffrance et la culpabilisation de tous pour ne pas « dépendre » des autres en fin de vie. Le temps des voleurs de vie n’est-il pas venu ?  Ultime manifestation du ressentiment contre le maître de la vie au nom d’un prétendu libre choix. La mort elle-même peut-elle être humanisée ? C’est la dernière minute de vie qui peut donner le temps d’aimer et de faire aimer l’Amour.

Voici un extrait tiré de l’ouvrage « Pour qu’Il règne » de Jean Ousset  pages 470 à 479 « Ecce Homo  - JESUS-CHRIST, MAITRE DE LA VIE ET DE LA MORT: 

Jean 10, 10-11 : « Le voleur ne vient que pour voler, égorger, faire périr. Moi, je suis venu pour que les brebis aient la vie, la vie en abondance. Moi, je suis le bon pasteur, le vrai berger, qui donne sa vie pour ses brebis. ».

La suite... 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 14:35

 

Après le nazisme et le stalinisme, la terrible menace d'un nouveau totalitarisme

Sur FigaroVox, le sénateur de Vendée Bruno Retailleau, de retour d'Irak, livre son sentiment (extraits) :

Etat Islamique en Irak, le troisième totalitarisme ?

Les combattants kurdes continuent leur contre-offensive, et reprennent des villes contrôlées par l'Etat Islamique dans le nord de l'Irak. Pour le sénateur Bruno Retailleau, leur combat est cependant perdu d'avance sans une aide internationale immédiate.

FigaroVox: Vous revenez tout juste d'un voyage en Irak. Dans quelles circonstances avez-vous voyagé dans ce pays? Pouvez-vous nous raconter ce que vous y avez-vu?

Bruno RETAILLEAU: J'étais en Irak, et plus précisément à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, à 30 minutes de la ligne de front telle qu'elle est fixée aujourd'hui. J'étais invité à la fois par les patriarches de la ville, et par une ONG, Fraternité en Irak. Pour des raisons de sécurité évidentes, je suis resté à Erbil, où j'ai rencontré les autorités diplomatiques, des dirigeants de la DGSE, et les patriarches, Erbil étant une grande ville catholique et chaldéenne. J'ai également pu visiter des camps de réfugiés, où 3000 personnes vivent, loin de leur foyer.

J'étais le premier parlementaire à y être allé, car je voulais me rendre compte de la réalité de la situation, extrêmement tendue, comme chacun le sait. Une forte communauté chrétienne, historique, y est menacée. Ce que j'ai vu, sur le plan humanitaire, dépasse l'entendement: on est là face à une urgence absolue. L'eau croupit, les gens dorment dans des tentes de fortune, ou entassés dans les églises, les médicaments se font rares, et une tente, divisée en cinq box, tient lieu d'hôpital pour les malades et blessés!

Les guerriers de l'Etat Islamique construisent une stratégie de terreur barbare et efficace : décapitations, éventrations de femmes enceintes, ces méthodes abominables sont utilisées pour terrifier les soldats et civils ennemis, qui fuient en les voyant arriver.

La première urgence est donc d'ordre humanitaire: les camps de réfugiés se sont faits à la va-vite, ne sont pas organisés, et manquent de tout. On parle là de 600 000 déplacés, pour la plupart chrétiens, mais pas seulement: s'y trouvent également des minorités yazidis, par exemple. Là, je n'ai pas vu la communauté international agir dans les proportions adéquates, et les réfugiés sont donc abandonnés, traumatisés par ce qu'ils ont vu et vécu. Ils vivent à présent dans des conditions inhumaines.


Le second point est le Califat. L'Etat Islamique contrôle à présent 1/3 de la Syrie, 1/3 de l'Irak, et efface la frontière entre ces deux Etats. Ce Califat est une instance temporelle, qui a prétention non seulement à diriger les musulmans de la région, mais également à unifier sous sa férule la planète entière! Cet Etat se constitue, selon les témoignages, très rapidement, avec une administration, des écoles coraniques, et des circuits financiers propres. Il est financé par certains pays riches de la péninsule arabique, par l'impôt levé sur les chrétiens, mais également par les razzias qu'il lance: à Mossoul, les combattants de l'EI ont ainsi récupéré 450 000 000 d'euros dans les banques! Aujourd'hui, le Califat dispose de 50 000 hommes en Syrie, ainsi que 10 000 en Irak, des combattants redoutables, qui ne reculent devant rien, et qui profitent de l'équipement américain, abandonné sur place par l'armée irakienne lorsqu'elle fuit devant les troupes de l'Etat Islamique. Ces guerriers construisent également une stratégie de terreur barbare et efficace: décapitations, éventrations de femmes enceintes, ces méthodes abominables sont utilisées pour terrifier les soldats et civils ennemis, qui fuient en les voyant arriver.

Les Peshmergas ne feront pas le poids face à une telle force. Ces combattants sont plutôt habitués aux escarmouches, rapides, tactiques et précises ; ils ont ainsi réussi à stopper la progression de l'Etat Islamique. Toutefois, ils ne sont pas armés pour résister voire repousser la vague islamique. Les frappes américaines, de même, ont été utiles, mais elles ont de moins en moins d'impact. On peut arrêter un raid ponctuel, grâce à elles, mais pas l'avancée de l'Etat Islamique.

Nous avons en face de nous une épuration ethnique et religieuse qui ne reculera devant rien. Chaque jour, la barbarie avance et la civilisation recule. Nous devons donc agir.

La haute-commissaire aux droits humains de l'ONU, Navi Pillay, a accusé les djihadistes de «nettoyage ethnique et religieux». Avez-vous vu sur place des éléments confirmant cette accusation?

Absolument. C'est une évidence. Les premières victimes sont les chrétiens, à Qaraqosh, Mossoul et dans la plaine de Ninive, où leur implantation est très ancienne, antérieure, même, à celle des musulmans. D'autres minorités, dont les Turcomans, Shabaks et Shiites, sont également frappées. En somme, l'Etat Islamique ne tolère rien d'autre qu'un fondamentalisme.

Quelles conclusions tirez-vous de votre déplacement?

Nous ne pouvons pas accepter la construction de ce Califat en Irak, dans l'arc de crise le plus déstabilisé au monde. Al-Qaïda ne disposait jusqu'ici pas des moyens suffisants pour frapper l'Europe, mais imaginez ce que pourrait faire un Etat organisé comme celui-ci! Nous avons en face de nous une épuration ethnique et religieuse qui ne reculera devant rien. Chaque jour, la barbarie avance et la civilisation recule. Nous devons donc agir, et j'inclus dans ce nous l'ONU en son ensemble, pas seulement l'Europe et les Etats-Unis, mais également l'Asie et la Ligue Arabe, par exemple. Pour le moment, l'armée irakienne et les kurdes ont stoppé l'avance, mais sans notre aide, ces combattants ne résisteront pas longtemps à l'avancée des drapeaux noirs islamiques. Nous avons ici affaire au troisième totalitarisme, après l'Allemagne d'Hitler et la Russie stalinienne.

Quand on parle d'épuration ethnique et religieuse, de totalitarisme, il ne s'agit plus d'un problème occidental, mais de l'humanité toute entière.

De plus, je l'ai dit, l'aide humanitaire n'est absolument pas organisée. Il faut que le Haut-Commissariat aux Réfugiés de l'ONU et que la communauté internationale prennent conscience de la réalité de la situation, et s'occupent de ces persécutés. Laurent Fabius et la France peuvent proposer le droit d'asile aux réfugiés politiques, mais je ne pense pas que ce soit la bonne réponse à cette situation.

Les membres permanents du Conseil de Sécurité de l'ONU doivent donc absolument s'entendre pour apporter une réponse à cette grave crise. Le monde entier, et pas seulement l'Occident, ne pourra jamais accepter la présence d'un Etat Islamique fanatique, organisé, au cœur de cet arc de crise du Moyen-Orient. La situation n'a jamais été aussi dangereuse, et seule une action globale, qui s'appuiera sur les forces locales, avec la Ligue Arabe, un mandat de l'ONU, l'aide des Chinois, pourra permettre de lutter contre ces terroristes. Quand on parle d'épuration ethnique et religieuse, de totalitarisme, il ne s'agit plus d'un problème occidental, mais de l'humanité toute entière. (...)

Lu ICI

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 07:32

Un manuel pour la rentrée...


L’action, de Jean Ousset

L’action – Jean Ousset

Au moment où des français se lèvent pour défendre la dignité de toutes les personnes et de toute la personne, en particulier des plus fragiles, que faire pour une action durable ?
Ce livre est un maître livre pour bien penser l’action en fonction du but poursuivi. Tout homme ou femme d’action le lira avec profit pour inspirer son engagement.
Jean Ousset est le premier en effet à avoir méthodiquement formaliser une doctrine de l’action culturelle, politique et sociale à la lumière de l’enseignement de l’Eglise pour concrètement répondre au mal par le bien. Action de personne à personne et actions multiformes en réseau, ses intuitions sont mises en oeuvre magnifiquement dans l’utilisation d’internet.
A l’encontre des pratiques révolutionnaires et de la dialectique partisane, si l’amitié est le but de la politique, Jean Ousset nous montre comment pour agir en responsable, l’amitié en est aussi le chemin.   - Prix: 18.00 €

Des extraits A LIRE pour mieux AGIR (ou s'y mettre) se trouvent ICI.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 08:48

 

Ce 28 août à 18h, l'avocat Jacques Trémolet de Villers évoque Jean Ousset (1914-1994)  (2e partie) sur Radio Courtoisie.

Libre Journal de Jacques Tremolet de Villers du 31 juillet 2014 : "Les mémoires de Jean Ousset"

On peut réécouter l'émission plus tard, et "à vie" en s'abonnant.
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 22:35

 

Femmes tondues, Paris, août 1944. Photo © Serge de Sazo

Dans le texte qui suit, publié une première fois dans le Figaro Magazine en 1984, alors qu’on venait de commémorer en grande pompe le débarquement en Normandie, Michel Audiard raconte la libération de Paris telle qu’il l’a vécue, le 25 août 1944.

Vivement qu’on ne se souvienne plus de rien. J’ai la mémoire en horreur. On va quand même faire un petit effort, à cause de l’anniversaire, des présidents sur les plages, de la vente des objets souvenirs qui a si bien marché, de tout ça.

Nous autres, enfants du quatorzième arrondissement, on peut dire qu’on a été libéré avant tous les autres de la capitale, cela en raison d’une position géographique privilégiée. On n’a même pas de mérite. Les Ricains sont arrivés par la porte d’Orléans, on est allé au-devant d’eux sur la route de la Croix-de-Berny, à côté de chez nous. On était bien content qu’ils arrivent, oui, oui, mais pas tant, remarquez bien, pour que décanillent les ultimes fridolins, que pour mettre fin à l’enthousiasme des « résistants » qui commençaient à avoir le coup de tondeuse un peu facile, lequel pouvait – à mon avis – préfigurer le coup de flingue. Cette équipe de coiffeurs exaltés me faisait, en vérité, assez peur.

 

La suite 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 16:48

 

"Il n'y a pas d'idée plus hostile à la modernité que le pain quotidien"

Marin de Viry, auteur de l'essai Tous touristescritique le tourisme de masse. Extraits :

"Je vais être néo-marxiste, mais je crois que c'est le salariat, plus que la démocratisation, qui change tout. Les congés payés font partie du deal entre celui qui a besoin de la force de travail et celui qui la fournit. A quoi s'ajoute la festivisation, qui est d'abord la haine de la vie quotidienne. Et il est convenu que la destination doit être la plus exotique possible, car la banalité de la vie quotidienne, du travail, est à fuir absolument. Au fur et à mesure de l'expansion du monde occidental, la fête se substitue à la banalité, et la banalité devient un repoussoir. Il n'y a pas d'idée plus hostile à la modernité que le pain quotidien.

Autour de ce deal s'organise une industrie qui prend les gens comme ils sont, individualisés, atomisés, incultes, pas curieux, désirant vivre dans le régime de la distraction, au sens pascalien du terme, c'est-à-dire le désir d'être hors de soi. Le tourisme contemporain est l'accomplissement du divertissement pascalien, c'est-à-dire le désir d'être hors de soi plutôt que celui de s'accomplir. Promener sa Game boy à 10 000 kilomètre de la maison, si ce n'est pas s'oublier, qu'est-ce c'est? [...]

Nous sommes dans la culture de l'éclate, de la distraction permanente, sans aucune possibilité de retour sur soi. Le monde moderne est une «conspiration contre toute espèce de vie intérieure», écrivait Bernanos. Je crois que le tourisme est une des modalités de destruction de la vie intérieure."

Lu ICI

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 08:07

 

A quoi l'ARS (Allocation de rentrée scolaire) est-elle donc destinée ? A acheter le matériel scolaire pour que nos enfants puissent travailler dans les meilleures conditions possibles, pensez-vous. Vous avez tout faux. Une étude montre que le jour où les familles perçoivent l'ARS, les ventes de matériel high tech, tablettes, et autres jeux vidéo, explosent. L'Etat-nounou, qui pourvoit au moindre de nos besoins, ne contrôle pas l'usage que font les Français de l'allocation-rentrée.

"L’ARS, Allocation de Rentrée Scolaire, a été versée mardi sur les comptes d’un peu plus de trois millions de familles françaises. Cette année encore, le montant de l’allocation est en hausse, de 0,7% par rapport à l’année 2013, soit un peu plus que le taux d’inflation, qui s’élève à 0,5 en juillet 2014. 

Cette aide versée sous conditions de ressources est de 363 euros pour un enfant entre 6 et 10 ans, de 382 euros entre 11 et 14 ans, et de 396 euros entre 15 et 18 ans. Cette aide laisse cependant de plus en plus perplexe quant à son utilité, le versement de ces sommes par l’Etat entraînant toujours une envolée des ventes de produits high tech, bien loin d'un quelconque outil pédagogique. En témoigne un chef de rayon de grande surface à Tours, qui dans une interview accordée à la radio France Bleu, confirme que les ventes de jeux vidéos augmentent de 50% le jour de la distribution de l’allocation. Certaines familles n'hésitent pas à s’offrir des jeux vidéos, des DVD ou des écrans plats, explique ce chef de rayon. 

Lisez la suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 08:05

 

Tapez "Foley + chrétien" sur Google Actualités; allumez la télé ou la radio. Vous n'aurez pas cette information ...


Le témoignage de foi de James Foley, décapité par les jihadistes en Syrie

Le journaliste américain, que les jihadistes en Syrie affirment avoir décapité, avait subi un premier enlèvement en Libye en 2011. Il avait ensuite rédigé une lettre, dans laquelle il témoignait de sa foi :

« J’ai commencé à prier le rosaire. C’est ce que ma mère et ma grand-mère auraient prié. J’ai dit 10 ’Je vous salue Marie’ entre chaque ’Notre Père’. Cela a pris du temps, presque une heure, pour compter 100 ’Je vous salue Marie’ sur mes doigts. Cela m’a aidé à maintenir mon esprit en éveil. »

Dans une lettre poignante, écrite en 2011, James Foley, le journaliste américain assassiné mardi 19 août par les djihadistes de l’État islamique (EI), racontait la place qu’occupait la foi dans sa vie. Cette missive, publiée par l’université jésuite américaine Marquette en 2011 – où il avait effectué une partie de ses études —, faisait référence à la première prise d’otage dont le journaliste avait fait l’objet, durant six semaines en 2011, alors qu’il couvrait la révolution libyenne.

Il y relate le premier coup de téléphone qu’il avait eu le droit de passer à l’un de ses proches, lors de cette première captivité. À l’époque, il avait appelé sa mère, Diane Foley. « Je priais pour qu’elle sache que j’allais bien. Je priais pour que je parvienne à communiquer avec elle à travers une quelconque force de l’univers », écrivait-il. « J’ai prié pour que tu saches que j’allais bien, avait dit le journaliste à sa mère, au téléphone. N’as-tu pas ressenti mes prières ? »

« Oh, Jimmy, tant de gens prient pour toi », lui avait-elle répondu. La mère du jeune homme lui avait notamment appris l’existence de nombreuses chaînes de prières à son intention, à travers les États-Unis. « Ne les ressens-tu pas ? », avait interrogé sa mère. « Si maman, je les sens ». Dans sa lettre, le journaliste apparaît marqué par « la foi absolue (de sa mère) dans la force de la prière ».

« Plus que tout, la prière a été ce qui aura permis ma liberté, d’abord ma liberté intérieure, et plus tard, le miracle de ma libération au cœur d’une guerre dans lequel un régime n’avait aucune vraie raison de nous libérer. »"

 Lu sur le salon beige

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 07:37

 

Jean 10,11 : « Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. » 

Maître de la vie et de la mort ! Peut-on concevoir une plus grande gloire humaine ? Pourtant, le titre de Maitre de la douleur et de la joie nous paraît plus grand encore. Nous voici aux confins de l’ineffable, à l’ultime degré, sans doute, du mystère humain. Quel est le sens de la douleur ? Et où trouver la source de la joie ? Que peut-il y avoir de commun entre l’une et l’autre ? Et comment la joie ne serait-elle pas un leurre, ici-bas, si, comme tout le crie, l’homme y est, dès sa naissance, voué à la douleur ?

Enigmes qui ont vu blanchir devant elles des générations de moralistes et de penseurs sans que ni les uns ni les autres ne soient parvenus à découvrir une formule d’harmonieuse alliance de la joie et de la douleur, de la joie dans la douleur. Certes ! Quelques sages surent parvenir à une noble et sereine attitude en face de cette dernière. Mais que leur nombre fut petit ! Et peut-on, d’ailleurs, appeler joie une simple maîtrise de soi devant l’épreuve ? Quant à ces systèmes qui tendent surtout à l’insensibilité de quelque « nirvâna » plus ou moins bouddhiste, n’est-il pas évident qu’ils tendent à escamoter le problème, par la suppression même de la douleur et de la joie, beaucoup plus qu’à le résoudre vraiment ?

Jean Ousset, in Pour qu'Il régne. Le texte complet est ICI.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article