Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 20:19

 

Commençons par quelques chiffres. Nous sommes 66 millions de Français et globalement nous nous nourrissons trois fois par jour. Ce qui, si je calcule bien, fait en gros 198 millions d’actes alimentaires quotidiens, soit 71 290 000 de repas par an.

J’ajoute à l’équation, le temps moyen par jour passé par les Français devant la télévision, soit 3h46, d’après Médiamétrie. J’associe immédiatement ce chiffre à la très célèbre phrase de Patrick Le Lay, ancien patron de TF1, qui explique que ce que les chaînes de télévision vendent à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau disponible.

Un dernier chiffre pour la route : plus d’un Français sur quatre est en surpoids.

Il ne reste plus qu’à écrire le scénario d’un film qui s’appellerait « Mange et abrutis-toi ! ». Je vois bien le personnage principal, un jeune homme issu de la classe moyenne, ni trop riche, ni très pauvre, habitant dans un espace périurbain qui tous les samedi après-midi prend sa voiture pour aller, à ce que Natacha Polony appelle le nouveau « forum existentiel », le centre commercial. Il y pousse son caddie entre les allées, passe de promotion en promotion et achète en une heure ce qui lui est nécessaire pour se nourrir pendant les sept jours à venir. Rapide passage au rayon fruits et légumes car la cuisine des courgettes ce n’est pas son truc, mais passage plus long au rayon « congelés » devant les lasagnes à la viande d’origine inconnue, les pizzas parsemées de fromage insipide, sans oublier les hamburgers cuits en 30s au micro-onde. Passage obligé au rayon épicerie, chips, gâteaux aux graisses hydrogénées remplissent le caddie pour être arrosés par des litres de soda.
En caisse, la facture est faible. La malbouffe n’a jamais coûté cher !

La suite ! ...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 20:34

Il n'y a pas que le foot.

 

  • le 26 juin 1492 : débuts de l'alpinisme.

Les débuts de l'alpinisme sont sujets de disputes d'historiens. Toutefois, ils peuvent être trouvés dans l'ascension du Mont Aiguille (2085 mètres), dans le massif du Vercors, en 1492. Une invitation du Roi de France Charles VIII et non un ordre, pousse Antoine de Ville, alors capitaine de Montélimar "à entreprendre l'ascension de cette montagne que l'on disait inaccessible. Il utilise les services et les savoir-faire d'un "escalleur" du Roi, spécialiste des échelles pour l'assaut des places fortes. Il fait en effet appel à un huissier pour notifier l'exploit.

D'autres considèrent que la première ascension a été faite par Rabelais sur le mont Ventoux, par l'italien Pétrarque, le 26 avril 1336. (CF. la chronique du jour).

 

D'autres "26 juin" marquants.

Afficher l'image d'origine

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 22:25

Afficher l'image d'origine

Le musée du Quai Branly va prendre le nom de Jacques Chirac

20minutes.fr

 

Afficher l'image d'origine

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 10:30

Oublions quelques instants ce climat de violence, de grèves et de crise économique qui imprègne  notre pays et rend tant de nos concitoyens moroses, et souhaitons bonne fête aux papas dans la bonne humeur avec cette chronique farfelue et ébouriffante d’Alexandre Vialatte (1901-1971), écrite dans les années soixante et publiée dans son Almanach des quatre saisons.

 

Voici le mois de juin. Les poètes chantent le temps des cerises en quatrains décasyllabiques. La fête des pères devra être célébrée avec un soin particulier. Si l'on est en voyage, on arrêtera l'auto. Les pères sont en effet d'une énorme importance. Ils ont joué presque toujours un rôle obscur mais capital dans la succession incessante des innombrables générations qui se sont suivies depuis le début de notre espèce. On peut dire que sans eux nous n'existerions pas. Les plus vieux papyrus en font déjà mention à l'âge lointain où le foyer de l'homme n'était encore qu'une anfractuosité malpropre dans une falaise en calcaire coquillier et où le porc-épic osait seul fréquenter les ruines du temple de Palmyre. Ce sont les pères qui nous relient par une chaîne ininterrompue aux ténèbres de la nuit des temps, à l'époque où les Chaldéens, poussant devant eux les moutons à queue plate, et dormant sous une tente grossière en poil de chèvre et en cuir de chameau, regardaient tourner dans les cieux le Grand Chariot ou la Chevelure de Bérénice et consignaient sur des briques mal cuites les tout premiers balbutiements de l'astronomie.

Sans les pères il n'y aurait pas de mères, et le monde, peuplé uniquement d'enfants trouvés par les petites sœurs des pauvres, serait semblable à un immense orphelinat. Les adultes les plus barbus, les hommes les plus considérables, n'ayant jamais connu de foyer, seraient abandonnés au hasard de leur tempérament bestial et, privés de sages traditions, erreraient dans la vie sans boussole et sans guide, semblables à des somnambules, ce qui se révélerait désastreux dans les postes de haute responsabilité desquels dépend le sort des hommes et des grandes collectivités. (…). Groupés dans les asiles de l'Assistance publique, dont le zèle officiel ne saurait remplacer l'affection bourrue d'un vrai père, les hommes qui n'auraient pu trouver une riche famille adoptive mèneraient dans ces maisons glaciales l'existence monotone des enfants délaissés. La sortie du jeudi, par trois, en petite blouse grise, sous l'oeil glacé d'un moniteur indifférent, remplacerait mal, pour les joyeux quinquagénaires et les octogénaires débiles, les grandes académies de billard ou le lit à édredon rouge qui aident l'homme à passer plus confortablement la seconde moitié de son existence. Mal armés pour la vie, vêtus d'étoffes mesquines qui accuseraient le genou du pantalon, ils seraient refusés au bachot et parfois même à l'examen du premier cycle, et ne trouveraient que très rarement des situations convenables. Ils ramasseraient perpétuellement les feuilles mortes des hôpitaux et ne toucheraient que la ration de tabac qu'on donne aux vieillards assistés. Pas de pères, pas de mères. Imagine-t-on un homme sans mère ? La terre serait peuplée de blousons noirs et d'enfants aux chaussettes percées. Ils voleraient. Ils tueraient des vieilles dames, ils s'aggloméreraient comme des mouches autour des appareils à sous. Ils vieilliraient sur le banc d'un asile sous la statue de saint Vincent de Paul. Ils boiraient pour noyer leur peine, ils seraient pris de delirium tremens.

Cent ans seulement sans père, disons peut-être cent cinq (pour tenir compte des centenaires du Caucase), ou même cent vingt (en raison des Bulgares), et cent trente pour laisser une marge à l'imprévu, bref cent trente ans seulement sans père et le globe ne serait plus qu'une immense nécropole. Le rat, l'herbe et la fourmi rouge envahiraient les foyers désertés. Le gaz, que personne n'aurait éteint, finirait de brûler les casseroles. Avec le père, au contraire, tout change. La bûche pétille dans l'âtre et la mère s'évertue. Elle cuit la soupe, elle épluche les légumes, elle voiture le charbon, elle repasse les vêtements, elle encaustique le buffet Henri-II, elle fait briller la batterie de cuisine, elle se répand en gestes nécessaires et la maison bourdonne de son activité. Le nouveau-né vagit dans son berceau. Le père suit d'un œil paternel, lit son journal et fume sa pipe. (…)

C'est pourquoi les enfants, (le 19 juin), tiennent tous à offrir à leur père une plante verte proportionnée à l'ancienneté qu'il a dans la famille et dans l'entreprise qui l'emploie. Je conseillerai le sansevéria, qu'on n'a pas besoin d'arroser fréquemment. Mais n'importe quoi fait l'affaire, pourvu que ce soit un don du cœur : une pointe Bic, un manoir breton, un lion de faïence, un fusil de chasse (…).

 Malheureusement, le nombre des pères est en diminution constante. Il est difficile en effet d'appeler pères, comme le font les enfants d'aujourd'hui, ces hommes sans barbe et sans bretelles qui n'ont pas de ventre et ne réclament plus de leurs fils le respect de leurs ridicules.(…) L'idée de père se perd à tel point, dans une génération où tout le monde a le même âge, qu'il serait peut-être bon de faire bâtir dans les squares, sur un socle orné de bas-relief, la statue du Père Inconnu en bronze moulé, grandeur nature, avec le melon, la bicyclette et le parapluie qui distinguèrent les derniers hommes du XX° siècle jaloux de garder un héritage à leurs enfants.

 

Merci à EVR.

clic >>>Almanach des quatre saisons - Alexandre Vialatte

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
17 juin 2016 5 17 /06 /juin /2016 14:51
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 10:45

Ste Jeanne d'Arc possède l’art politique, l’art militaire et l’art judiciaire

Maître Jacques Trémolet de Villers a été interrogé par Philippe Maxence dans L'Homme Nouveau, à propos de son ouvrage sur le procès de Jeanne d'Arc. Extrait :

"22510100300630LPeut-on tirer des minutes une politique selon Jeanne ?

Une politique et un art judiciaire ! Jeanne a la légitimité surnaturelle ; elle possède l’art politique, l’art militaire et l’art judiciaire, les trois fonctions régaliennes. Et elle installe la sainteté au cœur de ces trois instances qui sont tout sauf saintes. Elle met aussi la sainteté au cœur du monde ecclésiastique, en opposant Dieu à ces hommes de Dieu. Peut-être que le plus beau texte se trouve dans sa réponse aux juges quand ils lui demandent comment elle parle à son Conseil. Elle explique : « Je présente requête, à sainte Catherine ou sainte Marguerite et elles présentent requête à notre Seigneur qui m’envoie la réponse. » C’est la procédure céleste. « Mais quand je n’ai pas le temps, je prie intérieurement et je dis : “Très doux Dieu, en l’honneur des mérites de votre sainte Passion, si vous m’aimez, dites-moi ce que je dois répondre à ces gens d’Église”. » Quand elle leur explique cette façon de prier, ces gens d’Église n’en peuvent plus. Ils veulent la tuer. Jeanne est la laïque pure. Elle est paysanne, soldat et artisan. Ce sont les trois caractéristiques du laïcat qui est le peuple qui vit du travail de ses mains. Les autres sont des clercs, laïcs ou religieux.

Qu’est-ce qui caractérise cette politique ?

Comme dans tout son art, la simplicité absolue. Il faut établir l’ordre. « J’avais un grand désir que le roi eut son royaume. » C’est tout l’ordre national et international. À l’époque elle résout le problème. Si le roi de France a son royaume, la guerre de Cent Ans est finie. Après toutes ses victoires, les chefs militaires et les conseillers du roi lui expliquent qu’il faut désormais repousser les Anglais à la mer. Ce n’est pas l’avis de Jeanne. Pour elle, il faut aller à Reims qui représente la réponse politique, plus importante que l’exploitation militaire de la victoire. Le roi sacré, c’est sa politique. Malheureusement, par la suite, le roi ne la suit pas et il la désavoue. Il perd ainsi sept ans, avec sa négociation avec les Bourguignons, qui permet aux Anglais de se refaire. Alors que dans le dessein de Jeanne, après Reims, il y avait Paris. [...]"

Vu sur le salon beige. 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 13:49

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 08:14

L'école laïque et obligatoire fait ramadan

Remboursement-ramadan-5-500x328Lu sur Novopress :

"Nous savions depuis longtemps que l’école publique s’était soumise aux exigences des musulmans avec des cantines scolaires sans porc mais, à l’heure du ramadan, il fallait montrer encore plus de soumission en adaptant les tarifs et ne pas pénaliser les musulmans qui auraient payé la cantine : dans beaucoup d’établissements publics, les parents d’enfants qui font ramadan peuvent exiger le remboursement des frais de cantine. Avec ou sans justificatif. Novopress a passé en revue quelques établissements."

La dhimmitude à l'école c'est maintenant.

Et comme le souligne Yves Daoudal, les services de protection de l’enfance, d'habitude si tatillons, trouvent tout à fait normal que des enfants soient privés de nourriture et de boisson pendant les longues journées de juin… et qu’ils s’empiffrent toute la nuit de ce que l’on peut trouver de plus gras et de plus sucré.

 

le 10 juin 2016 | Lien permanent 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 12:06

 

  • le 30 mai 1431 : Jeanne d'Arc est brûlée vive sur la place du vieux marché à Rouen.

 

Jeanne d'Arc est condamnée à mort comme "relapse", c'est-à-dire retombée dans l'hérésie, sur la place du Vieux-Marché, à Rouen. Jeanne a réussi à délivrer Orléans assiégée par les Anglais et à faire sacrer Charles VII à Reims. Mais elle a été capturée par les Bourguignons à Compiègne et vendue aux Anglais pour 10 000 livres, puis confiée à Pierre Cauchon, évêque de Beauvais et leur allié. Le Roi ne fait pas un geste en sa faveur. Cauchon la condamne à être brulée vive lors d'un procès inique en 1431.

Elle est brûlée vive, le 30 mai 1431, place du Vieux-Marché à Rouen par le bourreau Geoffroy Thérage, après avoir été condamnée pour hérésie par un tribunal ecclésiastique.

«Ah! Rouen! Rouen! S'écrie-t-elle, j'ai bien peur que tu n'aies à souffrir de ma mort. » Soudain elle pousse un cri : « Maître Martin, prenez garde, descendez…, le feu. »

Le bourreau venait d'allumer les fagots par en bas. Ladvenu rejoint Ysambard au pied du bûcher, et ils ne cessent tous deux de parler à Jeanne à travers les flammes, de tenir le crucifix devant ses yeux. Cependant la fumée s'élève, le bois crépite

«Saint Michel! Saint Michel! Non, mes voix ne m'ont pas trompée, ma mission était de Dieu, Jésus! Jésus! » La douleur lui arracha un dernier cri d'angoisse : « De l'eau! De l'eau bénite!» Mais bientôt elle redit avec une énergie nouvelle : « Jésus! Jésus! Jésus! » Et elle meurt en criant : « Jésus! » »

Elle est réhabilitée en 1456, canonisé en 1920.

 

Vu ICI

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 07:45

Nuit debout : Peut-on combattre un système libertaire en soutenant l’activisme libertaire ?

Rédigé par Joël Hautebert le  dans Société

Nuit debout : Peut-on combattre un système libertaire en soutenant l’activisme libertaire ?

Depuis l’apparition de « Nuit debout », des comparaisons ont été faites avec les « Veilleurs », les uns soulignant les profondes divergences, les autres au contraire les points de convergence justifiant aux yeux de ces derniers une réelle empathie pour « Nuit debout ». En somme, il faudrait se féliciter de l’émergence sur la place publique d’un mouvement libertaire d’opposition au nom de la lutte contre un régime lui-même libertaire, comme si la malignité de ce dernier justifiait l’usage de tous les moyens et la « convergence des luttes ».

Ces réactions posent la question récurrente de l’adéquation entre la doctrine politique, les fins poursuivies et les méthodes d’action employées. Car ne nous y trompons pas, les méthodes que nous voyons appliquées en ce moment place de la République et ailleurs ont été précédemment conceptualisées. Elles s’inspirent d’une tradition militante identifiée. Autant dire qu’elles n’ont rien de spontané dans leur naissance et leur conduite. Il s’agit d’une véritable doctrine militante effectivement dénommée « le spontanéisme », appliquée par exemple par les altermondialistes, qui puise ses sources dans le gauchisme et l’anarchisme. Les ouvrages publiés sur ce sujet abondent. Citons à titre d’exemples celui de Sébastien Porte et de Cyril Cavalié (Un nouvel art de militer, Éditions Alternatives, 2009), celui de Xavier Renou (Petit manuel de désobéissance civile : à l’usage de ceux qui veulent vraiment changer le monde, Syllepse, 2009), celui de Laurent Jeanneau et Sébastien Lernould, (Les nouveaux militants, Les petits matins, 2008) ainsi que de nombreux sites Internet (voir par exemple ici ou ). On y trouve toute la panoplie lexicale et idéologique du parfait activiste (spontanéité, horizontalité, subversion, transgression, désobéissance civile, non-violence, mobilité, mouvement insaisissable, etc.) et la signification déconstructiviste des gestes, des postures etc. (voir surtout le livre de Xavier Renou).

De nouvelles méthodes

L’ouvrage de Sébastien Porte et Cyril Cavalié (Un nouvel art de militer) explique avec une grande clarté l’évolution des méthodes de la gauche révolutionnaire. Les grèves, les grandes manifestations, l’engagement dans les syndicats et le parti ne constituent plus l’archétype du militantisme. Ces moyens classiques d’agir sont devenus routiniers et comportent tout compte fait des défauts intrinsèques du strict point de vue idéologique. De nouvelles méthodes permettent de s’adapter aux évolutions techniques et sociales ainsi et surtout qu’aux mutations internes à la gauche marxiste.

En quoi consistent ces mutations ? Pendant des décennies le militantisme dominant visait la conquête du pouvoir politique (le grand soir !), permettant ainsi la transformation de la société par la loi en vue de la réalisation ultérieure du communisme. L’action révolutionnaire était donc finalisée. En marge de ce modèle dominant, le « gauchisme » refusait toute idée de prise du pouvoir, au nom du rejet pur et simple de ce dernier. L’anarchisme s’est toujours caractérisé par la condamnation radicale de l’autorité. Le modèle militant classique s’est progressivement étiolé depuis mai 68, avec une forte accélération consécutive à la disparition du monde soviétique. Le modèle anarchiste, quant à lui, fut réadapté aux temps postmodernes.

La suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 06:55
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 13:23

Pierre Boutang, penseur chrétien

lundi 25 avril

Autres articles

La grande biographie que Stéphane Giocanti consacre à Pierre Boutang à l’occasion du centenaire de sa naissance (1916-1998) fait découvrir, à travers l’homme pécheur auteur de confessions à la manière de saint Augustin (Le Purgatoire) et le politique disciple original de Charles Maurras, le penseur fondamentalement chrétien qui termina sa carrière à la chaire de Métaphysique de la Sorbonne (1976-1989). Gérard Leclerc et Dominique Decherf, qui l’ont bien connu, dialoguent sur son engagement chrétien.

 

 

Gérard Leclerc  : Dès les premières années après la Seconde Guerre mondiale, on reprochait à Boutang de faire trop de métaphysique à propos de l’actualité immédiate. En même temps on lui reprochait d’avoir une vision évangélique de la politique, au service du Pauvre, dans une conception franciscaine de la monarchie et de l’Église. Philosophe, il s’était efforcé de construire une philosophie générale appliquée à la politique dans un petit traité intitulé De la politique comme souci (1948). Cette approche était nouvelle au sein de l’école d’Action française. Boutang déroutait d’autant plus que l’on pressentait déjà que sa philosophie trouvait son accomplissement dans une théologie.

Dominique Decherf : Boutang s’est toujours efforcé de relier l’action à la pensée et réciproquement. Une force de la nature physiquement, il était de plain-pied dans l’action sachant que l’histoire humaine est le lieu de la rédemption tant pour les nations que pour les personnes. Il était angoissé à l’idée que plus rien ne nous arriverait plus comme Français et comme chrétiens, que la France sorte de l’Histoire. 

 

La suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 08:57

Brocéliande. Retour sur la Pentecôte du roi Arthur

17/05/2016  06H15 Brocéliande (Breizh-info.com) – Sous un beau soleil, environ 2 000 personnes ont assisté à la Pentecôte du roi arthur, ce week-end au château de Comper à Brocéliande. En effet le Centre de l’imaginaire arthurien donnait son premier grand spectacle de la saison. Pour assurer la réussite de l’évènement, plus d’une centaine de passionnés sont venus en tenue d’époque plus ou moins fidèles. Il y avait ainsi quatre campements médiévaux. Celui à la droite de la cour accueillait les artisans, avec des ateliers d’enluminure ou de  fabrication de cottes de maille. Le deuxième se situait à l’entrée du parc du château, près de l’étang. S’y trouvait la Compagnie Grise, spécialisée dans les instruments de musique, dont les membres ont animé la journée avec des chants et des danses médiévales.                                                La suite...
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 16:29

"J’te trouve… Enfin, je t’trouve bonne, quoi !" - La réforme du collège à 30 mots et 780 millions d'euros

Cette phrase débile n'est qu'une phrase parmi tant d'autres de ces chefs d'oeuvre de la littérature qu'on fait déjà avaler à nos pauvres enfants, et que NVB compte multiplier par le biais de sa "réforme". Les nouveaux manuels sont un désastre, souligné par François-Xavier Bellamy :

"Comme de nombreux enseignants, je découvre les manuels diffusés par les éditeurs pour la rentrée prochaine. C’est toujours douloureux de voir un naufrage, même quand on pouvait le prévoir… Pendant des mois, la réforme du collège a été rendue volontairement compliquée par les experts qui l’ont écrite, sans aucune concertation, dans ces sigles ésotériques que le ministère produit si bien. Ce n’est donc que maintenant que, d’un seul coup, cette réforme devient concrète à travers les manuels scolaires, et le grand public découvre la tragédie au moment où elle se réalise. Car c’est bien d’une tragédie qu’il s’agit, d’un appauvrissement sans précédent…"[...]

 

Unnamed

"L’école qui a du sens, c’est celle qui leur permet de rencontrer Ulysse et Pénélope, Chimène et Rodrigue, Cyrano et Roxane – pas celle qui donne comme sujet de littérature : « Cc c mwa, jcroi kon devré fer 1 brek. » Il y a d’immenses talents dans nos classes, partout ! Et c’est à ce niveau-là qu’il faudrait les rejoindre si nous voulons leur parler ? Mais qu’on arrête de mépriser nos élèves !Cette réforme du collège, c’est une violence néocoloniale ; c’est l’institution descendant vers les jeunes en leur disant : « Toi comprendre moi ? Ecole pas être trop difficile pour toi ? Toi être content maintenant ? » Quand nous prétendons leur apprendre à utiliser des Ipad ou à faire des bonnes vannes, quand les manuels de français citent du rap en espérant « avoir le swag », nos élèves comprennent parfaitement qu’on les prend pour des imbéciles. Et ils auront raison de nous en vouloir de les avoir réduits à cela.[...]

L'entretien complet...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 10:13

Comme l'écrit Jacques Trémolet de Villers en conclusion de son récent ouvrage sur le procès de Rouen : « elle a conduit le roi. Elle a gagné la guerre. Elle a subi son procès et sa condamnation. Elle est, pour toujours, le triomphe de l'être sur le paraître, de l'action sur les mots, de la réalité sur les apparences ». L'histoire de Jeanne c’est l'histoire de Dieu pris en flagrant délit de politique et d’action guerrière !.... L'histoire de Jeanne c'est celle de ses voix, ses précieux conseils comme elle se plaît à le dire. C'est l'histoire d'une intervention divine dans l'ordre temporel. Il s'agit d'un miracle. Jeanne d'Arc est un miracle.

 

Retrouvez l'article complet  ICI

 

 

Retrouvez Jeanne sur Petrus Angel !

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
8 mai 2016 7 08 /05 /mai /2016 14:28

Décès du professeur Nikita Alekseïevitch Struve, samedi 7 mai 2016 à l’âge de 85 ans

imgres

Nikita Struve avec Soljenitsyne.

Nikita Alekseïevitch Struve (né en 1931), petit-fils de P. B. Struve, professeur à la Faculté des Lettres de Paris-Nanterre, directeur de la maison d’édition d’YMCA-press à Paris, traducteur de la poésie russe, philosophe, président du Groupe de recherches sur l’émigration russe, infatigable « propagandiste » de la culture russe en France,
Nikita Struve, ami de Soljenitsyne est le principal traducteur en français de “l’Archipel du Goulag”, devenu un best seller mondial qu’il a publié il y a 40 ans.

La suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
8 mai 2016 7 08 /05 /mai /2016 14:19
  • le 8 mai 1429 : le siège d'Orléans est levé par les Anglais.

Ils cèdent face à l'armée française commandée par sainte Jeanne d'Arc. Celle-ci, en la fête de Saint Michel, patron de la France, le 8 mai 1429, délivre miraculeusement Orléans. Puis, ce sont les victoires de Meung, Beaugency, Patay, les prises de Troyes et de Châlons-sur-Marne et enfin le sacre du Dauphin à Reims. (...)



Jeanne d'Arc à Orléans par Jules Eugène Lenepveu, peint entre 1886–1890

  • le 8 Mai 1779 : Louis XVI abolit par ordonnance, le servage, le droit de suite et affranchit tous les « mains mortables »

Les serfs des domaines royaux, ainsi que les hommes de corps, les « mortaillables » et les « taillables » n'existent donc plus. Déjà c'est le Roi Louis XVI qui promulgue, dès 1776, un édit condamnant fermement la possession d'esclaves sur le territoire français. Trois ans après avoir aboli l'esclavage (chronique du 4 février)

  • le 8 mai 1794 : exécution des 28 fermiers généraux à Paris, dont Antoine Lavoisier.

Antoine Laurent de Lavoisier naît et meurt à Paris. Il est généralement considéré comme le créateur de la chimie moderne. Il énonce la première version de la loi de conservation de la matière. Il identifie et nomme l'oxygène en 1778. Il participe à la réforme de la nomenclature chimique, découvre le rôle de l'oxygène dans le phénomène de la combustion ; démontre le rôle de l'oxygène dans la respiration animale et végétale mais aussi dans la formation de la rouille.

Alors que beaucoup se lèvent pour dénoncer la perte pour la France que constituerait sa mort, Fouquiet Tinville rétorque :

« La république n'a pas besoin de savants ! »

  • le 8 mai 1920 : la fête de sainte Jeanne d'Arc devient la fête nationale en France.

Canonisée en 1920, la même année que sainte Marguerite Marie Alacoque, la fête de Sainte Jeanne d'Arc est retenue, sur proposition de Maurice Barrès, comme fête nationale. La loi retient le second dimanche de mai.

  • le 8 mai 1945 : capitulation sans condition de l'Allemagne.

Après une première reddition signée le 7 mai 1945 à Reims par le colonel-général Alfred Jodl, la Seconde Guerre mondiale prend fin en Europe, le maréchal Keitel signe l'acte politique de la capitulation sans condition. C'est une véritable guerre de 100 ans qui prend fin entre les peuples germaniques et la France.

  • le 8 mai 1945: répression des émeutes algériennes, un mensonge d'Etat.

Si l'on en croit les journaux, les médias, les livres de pseudo histoire, une « manifestation » se produit à Sétif aux cris de "Istiqlal" ("indépendance") et de "libérez Messali" (Messali Hadj, leader du Parti Populaire Algérien, arrêté et déporté au Gabon). Un scout brandissant le drapeau algérien aurait été abattu par la police française. Les manifestations se seraient étendues alors à des villes voisines du Constantinois, faisant en quelques jours 103 morts dans la population européenne et près de 10 000 morts par la répression. (...)

 

La totalité de l'article est à lire ICI.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 07:09

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 09:30

Vivre (vraiment) ensemble

À la rencontre d'une famille qui vit à Bondy, au cœur d'un « quartier sensible » avec l'association Le Rocher. Reportage.

 

« Moi j'ai dix copains, c'est plus qu'avant », compte Sixtine, queue de cheval et yeux clairs, dans la caravelle venue me chercher hier à la gare de Bondy, en Seine-Saint-Denis. Rien ne prédestinait Cyril et Daphné Folliot à s'installer en famille dans cette banlieue « chaude » de Paris, non loin de Pantin où était connu un frère Kouachi. Originaires du Mans, ils se sont sentis appelés à vivre cette mission de trois ans en famille. Comptable au Ministère des Finances, Cyril a demandé une mise en disponibilité, tandis que Daphné, pharmacienne, a démissionné.


Depuis 15 ans, l'association Le Rocher mène des actions éducatives au cœur de la cité. Dix bénévoles vivent sur l'antenne de Bondy et proposent cours d'alaphabétisation, aide aux devoirs, activités avec les jeunes, etc. Dans ces barres HLM de Bondy nord, 30 à 40 nationalités se côtoient. À majorité musulmane. « Ici, le nombre de jeunes est le triple de la moyenne nationale ; les taux de déscolarisation et de chômage sont doubles, résume Cyril. Tous les maux de la société se répercutent, amplifiés par les problématiques internationales liées aux différentes nationalités en présence. »

 

« Être encore plus présents, plus aimants » 

Leur réponse au drame de Charlie Hebdo ? « Être encore plus présents, plus aimants. » « Vivre ici permet de nous rencontrer, au-delà de nos étiquettes. On ne dialogue plus avec l'Islam, mais avec des personnes : Inès, Tahira, Ibrahim... » 

 

La suite...

par Stéphanie Combe - 13/01/2015                                                     Stéphanie Combe

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 21:55

Le 1er mai 1561, le roi Charles IX de France initie cette tradition : ayant reçu à cette date un brin de muguet en guise de porte-bonheur, il décida d'en offrir chaque année aux dames de la cour ; c'est au début du xxe siècle que cette tradition se confond avec celle de la Fête du Travail, supplantant alors l'églantine rouge, symbole de la Gauche.

Vu sur Wikipedia.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article