Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 23:51

Le Sénat examine demain la proposition de loi sur la libéralisation du cannabis

Esther Benbassa (écologiste) ayant déposé une proposition de loi pour une libéralisation "encadrée" du cannabis, ce projet sera examiné demain au Sénat :

"Partant du constat que "la consommation de cannabis en France est une réalité" basée sur des chiffres "édifiants" et considérant que cette consommation "notamment chez les adolescents et les jeunes adultes, est un véritable problème de santé publique", les auteurs de ce texte proposent "d'autoriser, de façon très encadrée, la vente au détail aux personnes majeures et l'usage de plantes de cannabis et de produits dérivés issus de cultures et de pratiques culturales contrôlées, et dont les caractéristiques et la teneur en principe psychoactif (tétrahydrocannabinol ou THC) seront réglementées".[...]

Le texte ci-dessous est l'argumentaire d'Enfance Sans Drogue, qui expose les raisons qui s'opposent à ce projet de loi :

"Raymond Yans, président de l’Organe International de Contrôle des Stupéfiants (ONU), « Il est urgent d’empêcher la première prise de cannabis » Il demande aux responsables, aux enseignants, aux parents de ne pas baisser les bras face à la banalisation croissante du cannabis. Au moment où cet homme alerte le monde entier sur la situation catastrophique en matière de consommation de drogue, certaines personnes en France souhaitent en faciliter l’usage...

  • La dépénalisation du cannabis ne fait pas baisser le trafic Tous les pays qui ont dépénalisé le cannabis (Suède, Espagne, Hollande, Australie...) ont fait le même constat : augmentation du nombre de consommateurs, de la délinquance, de la criminalité...
  • Nombre de ces pays ont repénalisé (Suède, Espagne...)
  • La Hollande et la Belgique sont confrontés à de tels problèmes qu’ils cherchent des solutions pour éradiquer ce fléau.
  • Vouloir dépénaliser le cannabis, c’est ignorer que plus la drogue est disponible, plus elle est consommée... et plus le trafic augmente !
  • Ce n’est pas écologique de vouloir autoriser l’usage contrôlé du cannabis Les écologistes défendent en principe des mesures en faveur de l’environnement. Or la forte augmentation de la demande mondiale de drogues a des effets catastrophiques sur l’environnement :
  • Déforestation du Rif marocain (cannabis),
  • Pollution spectaculaire en Colombie et dans les pays d’Amérique du Sud producteurs de cocaïne : la fabrication de la cocaïne nécessite de faire macérer les feuilles de coca vertes dans des bains de kérosène, lui même rejeté tel quel dans la nature après usage, de même que beaucoup de produits chimiques utilisés pour la production de cocaïne.

​​La suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 22:17

Il a souvent été question de Voltaire après les attentats de janvier.

Avec beaucoup d'autres, Le Nouvel Economiste a donc "ressorti" Voltaire.

 

Une tranche de tolérance voltairienne

La tolérance, il y a des maisons pour ça, disait Paul Claudel. Mais en ces temps assombris, le politiquement correct répond non, la tolérance, il y a Voltaire pour ça. Alors, choisissez votre camp devant quelques extraits du “Traité sur la tolérance” qui redevient un best-seller de circonstance. La tolérance, il y a les librairies pour ça…

Voltaire

Suivent quelques extraits sur "la tolérance" à lire ICI.

Petrus Angel vous propose à son tour quelques extraits de l'oeuvre de Voltaire :

Sur "l'Infâme"

"O philosophes, ô philosophes, (...) écrasez l'Infâme tout doucement."  (lettre à Helvétius, avril 1761)

"Ecrasez l'Infâme, je vous en conjure."  (lettre à d'Alembert, 27 février 1762)

"J'ai plus que jamais l'Infâme en horreur."  (lettre à Damilaville, 18 septembre 1762) (cité in "Les prodiges du sacrilège" de Jean Dumont)

Il semble que l'Infâme soit l'Eglise catholique...


Sur le peuple


"Je crois que nous ne nous entendons pas sur l'article "Peuple" que vous croyez digne d'être instruit. J'entends par peuple la populace qui n'a que ses bras pour vivre. Je doute que cet ordre de citoyens ait jamais le temps ni la capacité de s'instruire. Il me parait essentiel qu'il y ait des gueux ignorants."
(lettre à Damilaville du 1er avril 1766. Cité in "Pour qu'Il règne", Jean Ousset)

Sur les juifs


"Vous ne trouverez en eux qu'un peuple ignorant et barbare, qui joint depuis longtemps la plus sordide avarice à la plus détestable superstition, et à la plus invincible haine pour les peuples qui les tolèrent et qui les enrichissent."
("Dictionnaire Philosophique", tome V, au mot "JUIF". Cité in "L'entrée des israélites dans la société française", abbé Lémann, ré-edition Avalon)


"Cette petite nation juive ose étaler une haine irréconciliable contre toutes les nations : toujours superstitieuse, toujours avide du bien d'autrui, toujours barbare, rampante dans le malheur et insolente dans la prospérité."
("Essai sur les moeurs et l'esprit des nations")

Sur le mensonge


"Le mensonge n'est un vice que quand il fait mal. C'est une très grande vertu quand il fait du bien. Soyez donc plus vertueux que jamais. Il faut mentir comme un diable, non pas timidement, non pas pour un temps, mais hardiment et toujours. Mentez, mes amis, mentez, je vous le rendrai un jour."
(Voltaire, lettre à Thiriot du 21 octobre 1736)
La citation célèbre : "Mentez, mentez, il en restera toujours quelque-chose." est une déformation de la précédente).

 

Gardons-en pour une prochaine fois.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 17:23

 

Lu sur le site de Guadeloupe "Le Scrutateur"... 

Après Charlie, les catholiques peuvent-ils faire quelque chose pour la France ? Par Ichtus.

Depuis de très nombreuses années, j'ai des contacts avec les dirigeants du groupe Ichtus, avec mes amis du groupe Ichtus, et, entre autres leur remarquable revue intitulée Permanences.

« Sont, eux aussi, la jeunesse de France », même ceux qui ont maintenant l'âge du Scrutateur.

Ce message qu'ils publient, je vous le communique.

Il prouve que sous la glace du « politiquement correct », sous cette croute fétide, continue à circuler des ruisseaux d'eau vive.

Et il y aura des résurgences.

« Hommes de peu de foi, » pourquoi tremblez vous ?

La suite...

Après Charlie, les catholiques peuvent-ils faire quelque chose pour la France ? Par Ichtus.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 23:40

 

Le 21 janvier 1793 au petit matin mourait le roi Louis XVI, guillotiné à Paris. Depuis, nous n’avons pas cessé de parler de cette mort. Pour Balzac, « le jour où on a coupé la tête du roi, on a coupé la tête de tous les pères de familles. » Pour Raymond Poincaré, la mort de Louis XVI fut « un suicide collectif ». 

Lire la suite 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 10:00

 

« Quand on relit Saint-Just et le célèbre pamphlet du Marquis de Sade, on comprend à quel point le meurtre du Roi fut un acte consciemment sacrilège, la profanation volontaire du sacre de Reims, « la messe noire de l'histoire de France », dont nous n'avons pas fini de vivre les ultimes conséquences. C'est un acte symbolique et théâtral, selon le génie de ce peuple, qui domine l'histoire de France, et s'oppose au baptême de Clovis à Reims ou l'aventure triomphale et sacrificielle de Jeanne d'Arc. Ce n'est pas une société profane qui s'est scellée dans le sang de Louis XVI, c'est une contre-chrétienté : en immolant l'Oint du Seigneur, ce peuple en tant que peuple abdiquait la haute espérance du royaume de Dieu. »

R.-L. Bruckberger, dans Dieu et la politique

Source

A lire aussi, ce que disent Jaurès, Camus et Jean Raspail ...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 23:39

 

A l'école Alexandre Dumas de Montfermeil, la minute de silence a été respectée

Les méthodes "à l'ancienne" portent leurs fruits à Alexandre Dumas, où 98% des élèves sont musulmans. Anne Coffinier était l'invitée de Jean-Jacques Bourdin.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 09:59

 

 

La vraie phrase

                                       Messire Jacques-Bénigne Bossuet, évêque de Meaux,
                                       conseiller du Roy en ses conseils,
                                       cy-devant précepteur de Monseigneur le Dauphin
                                       aumônier de Madame la Dauphine

On cite beaucoup ces temps-ci, dans nos milieux, une phrase de Bossuet particulièrement bien adaptée aux circonstances. Mais on la cite mal. En réalité, la véritable phrase est la suivante : 
"Mais Dieu se rit des prières qu'on lui fait pour détourner les malheurs publics quand on ne s'oppose pas à ce qui se fait pour les attirer. Que dis-je? Quand on l'approuve et qu'on y souscrit."
On la trouve au livre IV de l'Histoire des variations des églises protestantes (oeuvres complètes, éd. Vivès, p. 145).
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 22:30

 

(...) il n’y a pas mille façons de sortir de la crise spirituelle, intellectuelle et morale où nous sommes plongés, cause de toutes les autres crises. Si nous ne recherchons pas d’abord le royaume de Dieu, nous pouvons en être sûrs : le reste ne nous sera pas donné par surcroît. Ou alors, tout au plus, une paix et une prospérité matérielles trompeuses qui, par les temps que nous vivons, ne seraient que tranquillité du désordre.
Car les désordres sont nombreux.
Ceux qui s’en lamentent, ceux qui les combattent, ceux qui prient et qui agissent pour qu’ils cessent sont volontiers rejetés comme ne s’intéressant qu’aux problèmes « sociétaux », éloignés des « préoccupations du peuple ». Mais ce sont ces désordres qui sont à la racine des préoccupations du peuple.
Extrait des voeux de Jeanne Smits sur son blog
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 18:00

 

« En état de choc, on fait n’importe quoi » : Guillaume de Prémare livre son décryptage du choc « Charlie Hebdo » et du mouvement « Je suis Charlie ».

 

Que pensez-vous de ce que nous vivons autour du choc « Charlie Hebdo » ?

Il faut partir du fait générateur qui est le terrorisme. La France a déjà connu, dans un passé récent, des vagues de terrorisme. Mais elles n’étaient pas de la même nature. Je vois deux différences profondes.

La première différence est que les vagues de terrorisme des années 1980 et 1990 étaient principalement destinées à faire pression sur la politique internationale de la France, qu’il s’agisse du conflit israélo-palestinien ou de l’Algérie. Aujourd’hui, les terroristes cherchent aussi à faire pression sur la France par rapport à ses engagements militaires à travers le monde, mais ils poursuivent plus largement un objectif de conquête politico-religieuse à l’échelle mondiale, ce qui est nouveau, appuyé sur une idéologie politico-religieuse qui est ancienne.

La deuxième différence, c’est que les terroristes venaient jusqu’ici le plus souvent de l’extérieur. Aujourd’hui, l’islam radical s’appuie principalement sur des musulmans qui vivent en France, et sont même de nationalité française. 

Ne manquez pas la suite... (un entretien avec Guillaume de Prémare, en texte et en VIDEO)

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 11:33

 

« Les horreurs que nous venons de voir, et celles pires que nous verrons bientôt, ne sont nullement le signe que le nombre des révoltés, des insoumis, des indomptables, augmente dans le monde, mais bien plutôt que croît sans cesse, avec une rapidité stupéfiante, le nombre des obéissants, des dociles, des hommes, qui, selon l’expression fameuse de l’avant-dernière guerre, "ne cherchaient pas à comprendre." (...) "Le Gouvernement m’a donné une situation, et je ne peux naturellement pas risquer de perdre cette situation, sans parler de ma petite retraite future. Allons ! ouste ! Il ne faut pas chercher à comprendre. »

Georges Bernanos, La France contre les robots, 1944

cité dans " Les Prophéties de Bernanos ", de Clément Borgal :

 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 09:44

 

Le Grand Orient de France (GODF) pleure la mort d’un de ses membres. Bernard MARIS, 68 ans, économiste, écrivain et journaliste à Charlie Hebdo, a été assassiné le 7 janvier 2015. Il était depuis 2008 membre de la Loge Roger Leray, avec Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche), Bernard Pignerol (conseiller d’Etat, PS) et Jean-Paul Escande (professeur de médecine, polémiste, vulgarisateur).

Bernard Maris, économiste, écrivain, journaliste à Charlie Hebdo, assassiné le 7 janvier 2015

« Maçon assidu, attachant et apprécié, il avait planché fin novembre 2014 sur l’état de la France pendant une heure et demi« , me confie un frère de sa loge. De son vivant, il n’avait pas souhaité rendre publique son appartenance à la franc-maçonnerie.

La suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 20:20

 

« On a vu le mal dans la pensée; on a vu le mal dans les lois; vous le verrez en acte ! Souvent, vous répétiez d'une façon littéraire, d'après l'antiquité, qu'il n'y eut jamais de société sans religion. Vous vous en convaincrez par les faits ...

 Nous avons perdu la crainte de Dieu ; il faudra que nous ayons celle du pillage ...

Il était bien visible que la raison n'était plus assez développée, en France, pour connaître la vérité sublime et absolue du christianisme.

 Quand il sortira des faits, on sera bien forcé d'en saisir la vérité pratique.

 D'ici là, politiques, vous parcourrez sur le faux tous les périls... ;   la religion vous sera démontrée par l'absurde. Ce ne sera plus la doctrine  méconnue que l'on entendra, ce ne sera plus la conscience inécoutée  qui criera. Les faits parleront leur grande voix. La vérité quittera  les hauteurs de la parole; elle entrera dans le pain que nous mangeons ...

 La lumière sera du feu ! Les hommes se verront entre la vérité et la mort... Auront-ils l'esprit de choisir ? »      

Blanc de Saint-Bonnet, La Restauration française, 1872.   Antoine Blanc de Saint-Bonnet.jpg

                Cité par Jean Ousset. Le livre complet peut être lu ICI.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 17:02
Je ne crois pas qu’il faille se sentir obligé de répéter cette phrase toute faite comme une incantation pour avoir le droit d’exprimer sa compassion, de plaindre les victimes et les familles, de dire son inquiétude.

 , Ecrivain, journaliste

« Non, je ne suis pas Charlie. » Et je ne crois pas qu’il faille se sentir obligé de répéter cette phrase toute faite comme une incantation pour avoir le droit d’exprimer sa compassion, de plaindre les victimes et les familles, de dire son inquiétude.

Je ne suis pas Charlie parce que ce serait faire injure aux policiers qui sont morts, eux aussi. Ou alors, il faudrait dire également « je suis flic ».

Je ne suis pas Charlie, parce que j’en ai toujours détesté le contenu, et que je n’envisage pas de le prendre aujourd’hui à mon compte. Pour être solidaire de leur calvaire, pour être indignée par ces sordides exécutions, la France entière n’est pas forcée de s’identifier à Charlie Hebdo.

La suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 10:18

 

Arrêtons-nous un instant sur ce tout petit mot qui concentre à lui-seul, je crois, l’essentiel du piège ; ce tout petit mot que nous chérissons par bien des aspects, et qui pourtant est en réalité un  drame intellectuel : ce petit mot de valeur. Il est bon d’avoir des valeurs, croyons-nous, et de  défendre ses valeurs, il est bon de promouvoir ses valeurs. En réalité, vous voyez, je crois profondément que le mot de valeur est le terme le plus relativiste qui soit. Il est normal que chacun ait des valeurs. Les valeurs sont relatives, contrairement à la vérité. Que la vérité soit relative, c’est là quelque chose qui ne peut pas être fondé en raison, qui ne peut même pas être pensé un seul instant. Affirmer qu’il n’y a pas de vérité, que chacun est sa vérité, ce n’est pas le début d’une nouvelle forme de pensée, c’est la fin de toute pensée. Car s’il n’y a pas de vérité, alors à quoi bon tenter de penser le monde ! À quoi bon tenter d’ajuster notre esprit à la réalité qui est présente devant nous, à quoi bon d’ailleurs en parler ensemble, j’y reviendrai.

Affirmer donc qu’il n’y a pas de vérité, que chacun a sa vérité, c’est là une chose absurde. Mais affirmer que chacun a ses valeurs propres, c’est là tout à fait normal et naturel. Si je devais vous montrer une photo de la maison où j’ai grandi, où j’ai tout mes souvenirs d’enfance, cette photo aurait probablement beaucoup de valeur pour moi, et elle n’en aurait certainement aucune pour vous. Toute la difficulté d’ailleurs de l’assurance vient de la question de savoir comment assurer, précisément, ce qui a une valeur non marchande, ce qui a une valeur tout à fait relative, une valeur très personnelle, une valeur affective. Et nous savons bien que lorsque notre maison brûle nous perdons dans un incendie bien des choses qui avaient beaucoup de valeur, mais qu’on ne nous remboursera jamais.

François-Xavier Bellamy, jeune agrégé de philosophie, maire adjoint, au colloque Catholiques en action 2014.


La vidéo de son intervention est à voir ICI.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 08:52

      L’émotion, cette illusion rassurante…

Les politiciens ont récupéré sans vergogne l’indignation générale pour appeler à s’unir autour du chef de l’État.
L’émotion planétaire qui envahit nos écrans est une illusion rassurante. Des foules se réunissent, des défilés s’organisent, des hommages sont rendus : d’Obama allant signer le registre à l’ambassade de France jusqu’à l’anonyme qui dépose des fleurs sur les lieux de la tuerie, la communion parcourt le monde. Compassion, tristesse, révolte et résistance animent les rassemblements. L’affectivité qui domine notre vie collective scandée par les médias laisse-t-elle encore une place à la réflexion et au raisonnement ? 
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 19:55

 

Je ne suis pas Charlie !

Rédigé par Pasquin le 08 janvier 2015 dans Humeur

Je ne suis pas Charlie !

Je ne suis pas Charlie : la liberté d’expression et la liberté de la presse ne sont pas le droit d’insulter, de mépriser, de blasphémer, de piétiner, de moquer la foi ou les valeurs des concitoyens, de prendre systématiquement de front les communautés musulmane ou chrétienne. « Un dessin est un fusil à un coup », disait Cabu.

Non je ne suis pas Charlie et nous étions choqués de voir Mahomet sous la forme d’une crotte enturbannée ou Benoît XVI sodomiser des enfants. Il ne s’agit pas de tolérance ou de libre-pensée : l’insulte est une violence. Je ne suis pas Charlie et je ne crois pas à l’union nationale décrétée par le Président de gauche. Ils se sont trompés depuis trente ans, ils sont en partie responsables de la situation actuelle. Je ne crois pas à leur capacité de lutte contre le terrorisme alors qu’ils détricotent chaque année la souveraineté du pays et sa capacité de défense et de justice.

Au mépris de la nation

Je ne suis pas Charlie et le Président se trompe encore en proposant les caricaturistes en héros nationaux, eux qui ont contribué à détruire le lien entre les communautés, méprisé le sens de la nation et caricaturé flics, gendarmes, militaires, eux qui ont fait du Français moyen un beauf. Des flics sont morts dans cette exécution sommaire alors qu’ils étaient caricaturés par ceux-là même qu’ils protégeaient. Je ne suis pas Charlie mais je suis Français et je vois mon pays sombrer dans l’horreur. J’entends des « Allah akbar » guerriers venant des banlieues et des politiques refuser de voir cette réalité. Pourtant Charlie est mort d’avoir minimisé les risques de l’islam radical. Vivant dans un pays chrétien ils ont cru pouvoir insulter sans risque. Je ne suis pas Charlie mais je suis chrétien. Je ne pense pas un instant qu’ils devaient mourir, ni qu’ils l’ont bien mérité. Paix à leur âme, et que Dieu les accueille, s’ils le veulent, dans sa miséricorde. Mais… je ne suis pas Charlie.

Source

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 15:05

 

Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes.  Bossuet, Extrait d’un Sermon.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 14:38

 

L'attentat à Charlie hebdo... à chaud

...le dernier dessin de Charb...
Nous, chrétiens, n'aimons pas Charlie hebdo, qui a suffisamment joué - sans risque - avec la foi des cathos. Mais il faut bien reconnaître qu'ils sont, aujourd'hui, du côté de la liberté et que ce bien est le plus précieux de tous - celui qui nous rend responsable, celui qui nous rend capables de mérites, celui qui nous sauve.
Les onze personnes (flics, journalistes antiflics, dessinateurs- Cabu, Charb, Tignous et Wolinski - mais aussi petites mains ou passants mélangés - terrible ironie du destin) qui ont payé de leur vie la publication de charia hebdo et des caricatures de Mahomet, sont des martyrs de la civilisation européenne. Les cinq blessés graves ne peuvent pas être oubliés. Les tueurs (deux ou cinq personnes selon les témoins) courent toujours : le bilan risque de s'alourdir."Il faut venger le Prophète" ont entendu des passants.
On nous parle d'armes automatiques ; on nous parle même de lance-roquette... Cela évoque le contexte du djihad, que ce soit celui d'entraînement djihadistes en France ou de retour du djihad syrien ou irakien. On n'a plus affaire à des amateurs, mais à des gars surentraînés, qui ont devant eux des policiers, autant dire, ceux-là, des amateurs, pour la plupart. Le spectre de la guerre urbaine est en train sous nos yeux de devenir une réalité. 
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 12:27

 

Le cargo de la méduse européenne…

Le cargo de la méduse européenne...L’image des cargos-fantômes à la dérive vers les côtes italiennes évoque puissamment le roman hallucinant de Jean Raspail qui décrivait, il y a 40 ans l’invasion de l’Europe, submergée par une masse de miséreux venus du Tiers-monde, devant laquelle toutes les résistances s’effondraient tant les institutions et la morale collective étaient rongées de l’intérieur. Cette anticipation historique semble aujourd’hui en train de se réaliser.

Certes, le débarquement massif sur la côte d’Azur n’a pas eu lieu, mais les chiffres parlent : 150 000 migrants clandestins ont atteint l’Italie, en 2014. Ils n’étaient « que » 72 000 en 2012. Sur les dix premiers mois de 2014, 230 000 entrées illégales en Europe ont été comptabilisées, ce qui est évidemment un minimum déjà en hausse de 144% par rapport à l’année précédente. En 2013, l’arrivée de clandestins avait crû de 48%, les demandes d’asile de 30%… et les décisions de renvoi avaient, elles, baissé de 16%. 30% n’avaient pas été exécutées. Ce sont les frontières maritimes du sud qui sont les plus touchées. Si l’immigration en provenance de l’Afrique de l’Ouest qui passe par la Mauritanie et le Maroc se poursuit, ce sont trois secteurs qui ont connu en 2014 une véritable explosion : +261% sur la Mer Noire entre Turquie et Bulgarie, + 113% en Méditerranée Orientale, entre Turquie, Chypre et Grèce, et enfin en Méditerranée Centrale, entre Libye essentiellement et Italie avec +272%.

Ce phénomène est d’abord perçu comme un drame humain. Des familles perdues en mer sur des embarcations de fortune ou abandonnées sur de vieux cargos que leurs équipages ont désertés, l’annonce de multiples noyades (2000 depuis Avril !) et la récupération souvent difficile des naufragés par la marine italienne suscitent légitimement la compassion. Mais celle-ci ne doit pas rendre aveugle, ni justifier un sentiment de culpabilité qui est l’autre face de la complicité.

Il s’agit d’abord d’un trafic, un trafic d’êtres humains organisé par des réseaux mafieux qui mêlent aujourd’hui au transport des clandestins, celui des armes et de la drogue, et sans doute l’alimentation des filières de proxénétisme. La premier adversaire à combattre est donc le passeur, et ses comparses dans les pays de départ.  La suite...

Par Christian Vanneste

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 15:18

Joyeuses fêtes : dans 30 ans, un Noël cauchemardesque...

 À force de gommer les différences, de multiplier les règlements et d'aplanir les cultures, voilà à quoi pourrait ressembler Noël dans trente ans...

À quoi pourrait bien ressembler Noël dans trente ans en France ?À quoi pourrait bien ressembler Noël dans trente ans en France ? © TOBIAS SCHWARZ/AFP

Par  -  Le point 24/12/2014

 

La famille attablée autour d'un foie gras prometteur, le sapin qui clignote, un feu ronflant dans la cheminée, les santons de Provence au garde-à-vous dans du papier rocher en attendant la naissance du petit Jésus... L'image d'Épinal d'un Noël bientôt révolu ? En exagérant un peu, et avec une pointe d'ironie, on pourrait supposer qu'on n'en est plus très loin, surtout si l'État, qui se mêle de tout sauf de l'essentiel, continue à nous casser les pieds.

À quoi pourrait bien ressembler Noël dans trente ans en France ? Disparue la crèche, cette manifestation gothique, dangereuse et tendancieuse, au nom de la laïcité et du "vivre ensemble". Même les églises n'oseront plus la dresser sur les parvis pour éviter toute polémique. Seuls les plus fervents catholiques, comme jadis sous la Révolution, oseront perpétuer encore la tradition au fond de leur salon. Le sapin ? Il est en plastique, interdiction de couper de vrais arbres, et tout juste toléré : pas d'étoile au sommet, qui pourrait rappeler celle de Bethléem, plus d'anges, ces créatures fantasques issues de textes sacrés, encore moins de guirlandes clignotantes, car les écologistes ont si bien oeuvré qu'il est désormais interdit, pour cause d'économies de bout de chandelle - c'est le cas de le dire -, d'utiliser ces serpentins électriques. Sans compter le sacro-saint principe de précaution qui a été brandi pour éviter tout risque d'incendie.

La suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article