Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 18:40

Serge Abad-Gallardo s’est fait connaître par un premier livre J’ai frappé à la porte du temple (éditions Téqui, 2014). Après ses annonces fracassantes, il revient avec un nouveau livre au titre singulier : Je servais Lucifer sans le savoir (éditions Tequi, 2016).

Aleteia : Dans votre premier ouvrage, vous expliquiez en quoi catholicisme et maçonnerie sont incompatibles. Quelles ont été les réactions des catholiques et des maçons ?
Serge Abad-Gallardo : Globalement, les réactions furent très favorables, mais pas toutes ! Après avoir animé plus de quarante conférences sur ce thème depuis octobre 2014, je vois que les catholiques sont convaincus de cette incompatibilité mais souhaitent des précisions sur sa nature. Certains francs-maçons y participent aussi parfois, ils s’expriment avec plus ou moins d’agressivité mais ne la comprennent pas. Soit parce qu’ils sont profondément « pris » par la doctrine relativiste. Soit parce qu’ils estiment que, je les cite, « l’Église n’a rien compris ».
C’est pourtant le cardinal Ratzinger, alors Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, qui précisa les raisons doctrinales de cette incompatibilité par le décret du 26 novembre 1983 (que vous pourrez retrouver en intégralité ici, Ndlr). Mais la franc-maçonnerie est très obstinée : selon le père Alberto Barcena-Perez, qui rapporte même dans son livre (Iglesia y Masoneria. Las dos ciudades, éd San Roman 2016) qu’un franc-maçon et homme politique français, avait envoyé une lettre le 8 mars 2016 au pape François, lui demandant rien moins que de revenir sur 300 années de doctrine vaticane interdisant à un catholique d’appartenir à la franc-maçonnerie.

[Cette démarche n’est d’ailleurs pas inédite jusqu’au sein même de l’Église. Ainsi, pour le cardinal Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical pour la culture, « il faut aller au-delà de l’hostilité, des outrages, des préjugés réciproques ». Le théologien français Jean Rigal avait ajouté récemment dans la Croix : « Le débat ne serait-il pas plus bénéfique qu’une condamnation ? (…) À l’occasion de l’Année de la miséricorde, pourquoi ne pas écarter définitivement cette accusation de « péché grave », imputée uniquement, du moins de cette façon, aux « initiés » des obédiences maçonniques ? ». Ndlr] 

La suite sur Aleteia...

« Je servais Lucifer sans le savoir », le livre-choc d’un ancien franc-maçon  

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans DesInfo RéInfo
commenter cet article

commentaires