Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 11:15
 
  • le 24 juin: nativité de saint Jean-Baptiste.

La fête de Saint-Jean-Baptiste est aussi la fête nationale des Canadiens-français depuis 1834, lors de la création de la Société Saint-Jean-Baptiste. Jean le Baptiste est décrété patron des Canadiens-français en 1908 par le pape Pie X. En 1977, sa fête devient la fête nationale du Québec.

Saint Jean-Baptiste est né en Judée quelques mois avant Jésus-Christ. Il est fêté en Occident le 24 juin. Saint Jean le Baptiste, personnage de l'Ancien et du Nouveau Testament, est le prédicateur qui annonce la venue de Jésus-Christ. C'est aussi son cousin et le prophète qui le baptise sur les bords du Jourdain, après l'avoir désigné comme «l'agneau de Dieu», et lui avoir donné ses propres disciples. Voir chronique du 24 février, comme beaucoup de saints de l'époque du Christ, c'est en France que repose une partie du corps de son cousin.

 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 09:12

 

John Ronald Reuel Tolkien écrivait à ses enfants : De l’obscurité de ma pauvre vie, si remplie de frustrations, je place devant toi l’unique grande chose à aimer ici-bas : le Saint-Sacrement. J’en suis tombé amoureux dès le début et par la miséricorde de Dieu n’ai jamais renoncé à cet amour. (…) Pour moi, il n’y a que cet incessant et silencieux attrait du Tabernacle et ce sentiment d’une faim dévorante (…) Je prie sans cesse pour vous tous, afin que le Médecin (ainsi était appelé le Christ en vieil anglais) me guérisse de toutes mes défaillances et qu’aucun de vous ne cesse de s’écrier : « Benedictus qui venit in nomine Domini.- Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. »

(Lettres, n° 43 à son fils Michael, 6-8 mars 1941, et n° 250 au même, 1er novembre 1963)

Lu ICI, dans l'homélie du Père Abbé de Fontgombault.

 

Résultat de recherche d'images pour "lettres  Tolkien"

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 23:10

Image associée

par Giotto

 

« La Pentecôte » de l'Évangile selon les Actes des Apôtres (Ac 2,1-4)

« Le jour de la Pentecôte étant arrivé, ils se trouvaient tous ensemble dans un même lieu, quand, tout à coup, vint du ciel un bruit tel que celui d'un violent coup de vent, qui remplit toute la maison où ils se tenaient. Ils virent apparaître des langues qu'on eût dites de feu; elles se partageaient, et il s'en posa une sur chacun d'eux. Tous furent alors remplis de l'Esprit Saint et commencèrent à parler en d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer ». 

Source

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 06:39

 

Sainte Blandine de Lyon est une fidèle d'origine levantine ou plus probablement micrasiate de la première communauté chrétienne de Lyon. Jeune esclave, Blandine a été martyrisée à Lyon sous Marc-Aurèle en juillet 177 avec 47 autres chrétiens de Lyon et de Vienne (Martyrs de Lyon). Leur martyre a été relaté par des témoins oculaires qui ont rédigé une « Lettre des Églises de Lyon et de Vienne » adressée aux Églises de Phrygie et d'Asie et retranscrite au IVe siècle par Eusèbe de Césarée dans son Histoire ecclésiastique. Il s'agit ainsi d'événements d'une historicité sûre. Blandine a effet fait preuve d'un courage extraordinaire qui conduit certains de ses compagnons qui avaient renié leur foi sous la torture à se rétracter et à souffrir en martyrs. Livrée aux bourreaux qui avouent n'avoir jamais vu femme souffrir si courageusement, elle se borne à répéter : « Je suis chrétienne ; il ne se fait point de mal parmi nous ». Suspendue par les bras et livrée aux bêtes, les lions refusèrent de dévorer Sainte Blandine lors de son martyre. Elle fut torturée et dut assister à la mort de ses compagnons. Elle fut ensuite flagellée, placée sur un grill brûlant, puis livrée dans un filet à un taureau qui la lança en l'air avec ses cornes. Ayant survécu au taureau, Sainte Blandine fut achevée par le glaive. Elle fut la dernière immolée des 48 martyrs de Lyon de l'été 177.

Sainte Blandine est la patronne de la ville de Lyon. Elle est aussi avec Sainte Marthe patronne des servantes. Dans l'iconographie, elle est représentée par le filet, le taureau, le gril, le lion et l'ours.

Lu ICI. Plus d'informations LA.

Dernières prières des martyrs chrétiens, 
peinture de J.L. Gérôme, 1875-1885, Walters Art Gallery, Baltimore
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 08:12

Vu dans ce livre et ICI 

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 28,16-20.
En ce temps-là, les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.

Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes.
Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles :

« Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.
Allez ! De toutes les nations faites des disciples :
baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 15:54

 

Au “Rome Life Forum”, les cardinaux Burke et Caffarra parlent des liens de Fatima avec la crise de la famille, du respect de la vie, du mariage

 

De toutes les rencontres de leaders du monde pro-vie organisées dans le cadre du Rome Life Forum depuis 2014, celle qui s’est déroulée jeudi et vendredi au pied du Vatican aura été la plus riche, la plus formatrice. Face à l'idéologie du genre et à la diffusion de la culture de mort, les organisateurs, réunis dans le collectif Voice of the Family, ont voulu mettre en évidence les soubassements philosophiques, historiques, spirituels de ces constructions anti-humaines. Je reviendrai plus longuement sur tout cela, mais pour l'heure, il faut parler avant tout des conférences données pour clôturer le colloque par le cardinal Raymond Burke et le cardinal Carlo Caffarra, qui ont en commun d'avoir signé les fameux « Dubia » demandant au pape François de lever les « doutes » que fait naître l'exhortation Amoris laetitia à propos de l'enseignement de l'Eglise sur la foi et les sacrements. Chacun a évoqué Fatima à sa façon. Le cardinal Caffarra a authentifié de vive voix, et en rattachant à cette confirmation de l'ensemble de sa conférence, les paroles de sœur Lucie sur la bataille finale de Satan contre l'Eglise, portant sur la famille et le mariage.

Ce témoignage, il l’avait donné il y a plusieurs années lors d’un entretien avec une revue de propagation de la spiritualité du saint Padre Pio, mais c'est à ma connaissance la première fois qu’il en a tiré une méditation et qu’il a exprimé en direct le message de l’aînée des voyantes de Fatima.
 Le cardinal Burke, quant à lui, a demandé que le pape, en union avec tous les évêques du monde, consacre la Russie au Cœur immaculé de Marie, en la nommant expressément.
 
 
Jeanne Smits, le 20 mai 2017
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 09:21

Saint Pascal Baylon, Frère laïc o.f.m.

 

Pascal Baylon naît à Torre-Hermosa (Aragon, en Espagne), le 17 mai 1540, d'humbles cultivateurs, riches des vertus chrétiennes. Occupé dès l'âge de sept ans, à la garde des troupeaux, il passait son temps en prières et en lectures ; on dit que les Anges eux-mêmes lui donnèrent des leçons.

 

Le petit Pascal se plaisait surtout à réciter le Pater. Quoique pauvre, il trouvait le moyen de faire l'aumône en donnant une partie de sa nourriture à ceux qui en avaient besoin. Il était le modèle aimé et respecté de tous les bergers de la contrée. Dans un âge si tendre, il connaissait l'usage assidu des cilices, des jeûnes ; on le voyait marcher pieds nus à travers les ronces et les épines, en expiation de ses péchés. Le maître chez qui ses parents l'avaient placé voulait le faire héritier de tous ses biens, mais Pascal ne convoitait que l'héritage de l'amour de Dieu et la pauvreté religieuse.

 

À vingt ans, il entra chez les Franciscains, malgré les sollicitations de ses camarades, auxquels il prouva la réalité de l'appel divin en frappant trois fois la terre avec sa houlette et en faisant jaillir trois fontaines dans un lieu sec et aride.

 

Les vertus de l'enfant, déjà si extraordinaires, devinrent dans le religieux, des vertus véritablement merveilleuses. Son obéissance était aussi parfaite que possible. Traité rigoureusement par son supérieur, il disait à ceux qui le plaignaient: « Taisez-vous : le Saint-Esprit a parlé par la bouche de notre supérieur. » Quand on lui proposait de faire quelque chose, il disait souvent : « Je ferai comme l'obéissance dira. » Sa mortification était effrayante et ne le cédait en rien à celle des anciens solitaires. Sa charité pour les pauvres, quand il était portier, dépassait les limites ; du moins ses supérieurs le blâmaient-ils à ce sujet ; mais il leur répondait naïvement : « S'il se présente douze pauvres et que je donne à dix, il est bien à craindre que l'un de ceux que je renvoie ne soit précisément Jésus-Christ. »

 

Pascal est célèbre par sa dévotion à la Sainte Eucharistie ; il passait des heures entières, souvent ravi en Dieu, devant le Tabernacle, et parfois on le voyait suspendu en l'air par l'effet du divin amour. Quand il ne pouvait être de corps devant le Très Saint-Sacrement, il y était ordinairement en esprit.

 

Le matin du 15 mai 1592, Pascal n'ouvrit pas les portes de l'Église conventuelle de Villareal : il était à bout de forces ; deux jours plus tard il expirait en prononçant le nom de Jésus.

Pendant la Messe de ses funérailles, on vit ses yeux s'ouvrir deux fois, à l'élévation de l'hostie et du calice.

 

Pascal Baylon a été béatifié le 29 octobre 1618, par le pape Paul V (Camillo Borghese, 1605-1621), et canonisé le 16 octobre 1690, par le pape Alexandre VIII (Pietro Vito Ottoboni, 1689-1691). Le pape Léon XIII (Vincenzo Gioacchino Pecci, 1878-1903), en 1897, l’a désigné comme patron des œuvres eucharistiques.


Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950 (« Rév. x gpm »).

 

 

 
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 08:40

 

Notre-Dame de Fatima

 

Fatima est un village du Portugal au nord de Lisbonne. Jacinthe, François et Lucie sont trois enfants chargés de garder un troupeau de moutons par leurs parents. Ils ont respectivement 7, 9 et 10 ans. Jacinthe et François sont frères et sœurs, et Lucie est leur cousine.

 

Nous sommes au printemps de l'année 1917. La guerre fait rage dans toute l'Europe. Les trois bergers se trouvent sur une colline appelée « Cabeço » proche de la ville d'Aljustrel. Un ange qui s'identifiera comme étant l'Ange de la Paix leur apparaît. S'agenouillant, il leur demande de prier avec lui puis répète trois fois : « Mon Dieu, je crois, j'espère en vous, je vous adore et je vous aime ! Je vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, n'espèrent pas, n'adorent pas et ne vous aime pas ! »

 

Quelques semaines plus tard, au cours de l'été, l'Ange leur apparaît une nouvelle fois. Après leur avoir fait dire une prière trois fois de suite, il leur donne la communion, puis disparaît.

 

Le 13 Mai 1917, à la sortie de la messe, les trois enfants se retrouvent avec leurs brebis sur la Cova da Iria, où ils rencontrent, près d'un gros chêne, « une dame habillée de blanc » qui leur demande de revenir à cet endroit le 13 de chaque mois durant 6 mois et de réciter le rosaire chaque jour. Le mois suivant, l'apparition confie aux trois enfants qu'elle viendra bientôt chercher Jacinthe et François mais que Lucie devra vivre plus longtemps. Elle fait apparaître également un cœur entouré d'épines. Il s'agit du Cœur immaculé de Marie affligé par les nombreux péchés du monde.

Une dizaine de personnes sont présentes sur place, elles témoigneront avoir entendu les paroles de Lucie à la Vierge mais pas les réponses. Elles constateront également que les feuilles du chêne étaient repliées puis tendues dans la même direction alors que Lucie annonçait le départ de l’apparition. Elles seront aussi frappées par la transfiguration des trois pastoureaux pendant la vision.

 

La suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 22:24

 

C'est aujourd'hui.

 

Résultat de recherche d'images pour "Saint-Philippe et Saint-Jacques"

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 18:02

 

Centenaire des apparitions de Fatima : prions pour la France et pour la paix dans le monde

Capture d’écran 2017-05-02 à 20.22.09Les élections ne nous font pas oublier le centenaire de Fatima. Le Salon beige vient de publier une petite brochure de présentation des apparitions et des messages de Notre-Dame. N'hésitez pas à la télécharger et à la diffuser autour de vous.

C'est ici: https://www.lesalonbeige.fr/fatima2017/

Le Salon Beige

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 19:05

Au printemps 1916, l'Ange dit :

Mon Dieu,
je crois, j'adore, j'espère et je Vous aime.
Je Vous demande pardon
pour ceux qui ne croient pas,
qui n'adorent pas, 
qui n'espèrent pas,
et qui ne Vous aiment pas.

Ange de la Paix

 

Pour aller plus loin...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 11:41

 

Message de Pâques de Mgr Marc Aillet :

C’est une évidence pour tous que nous vivons aujourd’hui dans une société en tension, où l’affrontement l’emporte souvent sur le dialogue, l’invective sur les échanges constructifs. La chose commune s’efface devant la revendication croissante des droits individuels et l’on assiste à une dissolution du lien social sans précédent. Ce que l’individu a de plus privé et de moins partageable exige d’être éclairé par la lumière publique, au point que le socle des droits fondamentaux qui fonde la dignité de toute personne humaine sans exception s’effondre. Le Bien commun, c’est-à-dire le bien que tous peuvent rechercher en commun, car seul il garantit la dignité de tous, est remplacé par une somme d’intérêts catégoriels qui ruinent la cohésion sociale.

Sur ce terreau conflictuel, la violence se développe et s’étend à l’échelle de la planète, jusqu’à engendrer une « guerre mondiale par morceaux » (Pape François). Le terrorisme islamiste en est le principal détonateur aujourd’hui. Nous ne saurions rester indifférents devant les attentats meurtriers qui se multiplient partout dans le monde et qui ont frappé en particulier, au début de la semaine sainte, les chrétiens d’Egypte, dans l’expression même de leur foi en Jésus-Christ mort et ressuscité.

« C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière », s’écrie le poète. C’est lorsque « la terre était informe et vide et que les ténèbres étaient au-dessus de l’abîme », c’est quand le chaos régnait sur la terre initiale et sur les eaux primordiales, que Dieu, par « son Esprit qui planait sur les eaux » et par sa parole créatrice, fit jaillir la lumière et mit de l’ordre dans l’univers. Aucune situation conflictuelle, aucune impasse humaine, personnelle ou sociale, ne saurait nous voler l’espérance ! Comme nous le chantons le jour de Pâques : « La mort et la vie s’affrontèrent en un duel prodigieux. Le Maître de la vie mourut ; vivant, il règne ».

 

En entrant triomphalement dans la ville de Jérusalem, Jésus aurait pu se laisser porter par la vague populaire qu’il souleva sur son passage ; lui qui s’était montré comme un prophète si puissant devant Dieu et devant le peuple, il aurait pu prendre le pouvoir et restaurer la Royauté en Israël. Cependant Jésus n’est pas monté à Jérusalem pour une victoire politique mais pour mourir et ressusciter ! Par sa mort sur la croix, il a libéré le cœur de l’homme de l’injustice, et par sa résurrection, il lui a communiqué sa vie.

Pour ceux qui croient au Christ mort et ressuscité, aucune action pour la justice et la paix n’est vaine, à condition que la dignité de toute personne humaine soit promue et respectée, et que ne s’y mêle aucun calcul politique. La foi qui nous unit au Christ vivant réveille en nous les forces morales et spirituelles sans lesquelles un ordre social juste est impossible. Je prie pour que les chrétiens n’aient pas peur de s’engager pour le Bien commun, en s’appuyant sur le Christ crucifié et ressuscité, par la prière et le service désintéressé de leurs frères.

Saintes et joyeuses fêtes de Pâques !

 

+ Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron

 

Source 

 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 23:05

Résurrection du Christ et femmes au tombeau ; Fra ANGELICO

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 10:30

 

Petrus Angel fera silence jusqu'à Pâques ! Un dernier article à méditer...

 

Semaine Sainte : Tumulte des hommes et silence de Dieu

Guillaume de Prémare a consacré sa chronique hebdomadaire sur l'antenne de Radio Espérance à la Semaine Sainte.

15/04/14

Un mot me vient à l’esprit au moment d’aborder la semaine sainte : celui de « tumulte », qui désigne un « gonflement », une « agitation désordonnée »,  un « trouble », un « vacarme ». Ce tumulte est par exemple celui de l’actualité et des tensions qu’elle engendre, jusqu’à provoquer puis faire gonfler un état de choc collectif latent. C’est le tumulte de l’histoire, c’est notre condition humaine.
Bien évidemment, le tumulte de l’histoire atteint aussi l’Eglise. Comment en serait-il autrement ? Les agitations de ce temps atteignent par exemple l’assemblée des évêques de France à Lourdes. Il y a de la tension dans l’air ; et c’est bien normal.
La première fois que je suis allé à Lourdes, j’étais un jeune homme sur le chemin des JMJ de Compostelle. J’ai encore en mémoire l’homélie du 15 août du cardinal Lustiger, entendue par la foule dans un silence religieux. J’ai encore en mémoire la pensée qui est venue à mon jeune esprit : il se passe quelque chose ici, quelque chose de surnaturel.

Lourdes, c’est ce lieu où la Sainte Vierge s’est manifestée à la petite Bernadette, qui est pour moi l’exemple de la simplicité d’âme. Lourdes, c’est ce lieu où s’exprime la mystérieuse beauté de la foi populaire. Lourdes est ce lieu où se révèle dans les cœurs simples le secret de Dieu, où rayonne dans les cœurs pauvres la lumière de Dieu.
Le peuple qui se presse à la grotte et dans les piscines reçoit davantage de lumière que nos raisonnements humains ne pourront jamais en produire. D’une certaine manière, nos raisonnements humains sont obscurcis par les ténèbres des passions humaines.

Ce sont ces ténèbres qui conduisent le Christ au Golgotha. Quel contraste avec la lumière de Dieu ! Peut-être les ténèbres qui nous habitent ont-elles le mérite de faire surgir dans l’homme intérieur dévasté la soif de la lumière de Dieu ? Cette lumière est salvatrice car elle nous fait voir notre pauvreté. Elle peut nous faire voir, notamment, la vanité de nos pensées humaines. Quel contraste entre les pensées de Dieu et les pensées des hommes ! Dieu est le « tout autre », ses pensées sont tout autres.

Mais Dieu n’est pas très causant, comme disait ma grand-mère. « Qui a connu les pensées du Seigneur ? », questionne la Sainte Ecriture. Se pourrait-il que Dieu s’exprime dans le « silence de Dieu » ? Ce « silence de Dieu » est l’inverse du tumulte. Imaginons un instant que Dieu surgisse dans le tumulte pour dire qui a tort et qui a raison dans nos débats humains. Une telle perspective semble incongrue, à l’opposé de la nature de Dieu.
C’est aussi dans le silence que Dieu est Dieu. Ce silence n’est pas indifférence. Dieu n’est pas indifférent, il est différent. Il est radicalement différent de nous, il est tout autre.
Le Samedi Saint, j’aime me rendre devant le tabernacle ouvert et vide pour y goûter le silence de Dieu au tombeau, pour chercher Dieu dans son apparente absence. Ce tabernacle vide stimule en effet le désir de chercher Dieu. Ce Dieu qui se laisse trouver dans le silence, là où le tumulte de nos passions humaines apparaît dans toute sa vanité.

(Chronique diffusée sur l’antenne de Radio Espérance le 11 avril 2014).

 

Et si vous faisiez suivre à vos amis ? ... Bonne semaine sainte !

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 09:32

par l'Abbé Jean-Raphaël Dubrule

 

1917-2017 : Centenaire des apparitions de la Sainte Vierge à Fatima.

 

 

 Voir les vidéos précédentes

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir chaque matin la vidéo du jour

Avec l’assurance de notre prière fidèle.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 08:33

Fresque de Giotto représentant l'entrée de Jésus-Christ dans Jérusalem.

Fresque de Giotto représentant l'entrée de Jésus-Christ dans Jérusalem.

Dimanche des Rameaux et de la Passion

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 08:32
  • le 4 avril 1919 : décès de Francisco Marto à presque 11 ans.

François Marto est un des trois bergers portugais auxquels la Vierge Marie est apparue en 1917 à Fatima. En 1918, François est atteint d'une très forte grippe. L'épidémie cause la mort de nombreuses personnes en Europe. C'est pendant cette ultime épreuve que la Vierge Immaculée apparaît aux deux petits enfants pour leur renouveler sa promesse du 13 juin 1917. Il reçoit les derniers sacrements le jeudi 3 avril et, le lendemain, après avoir vu une belle lumière près de la porte de sa chambre, il expire.

D'autres "4 avril"...

Retrouvez tous les articles parlant de Fatima sur Petrus Angel 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 09:34
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 19:28
Saint Gabriel archange, par Juan Correa de Vivar

 

Fiançailles de Notre Dame avec Saint Joseph


 De Dom Delatte, osb., pour la fête de l’Annonciation

 
La scène est à Nazareth, dans la Galilée. Une humble maison. Un ménage humble et pauvre : un artisan, son épouse vierge. Regardons. Là nous pouvons tout apprendre. Nazareth est l’école par excellence. Nous voyons le milieu et l’atmosphère où s’accomplissent les œuvres de Dieu : l’humilité, la pauvreté, la solitude, la pureté, l’obéissance.
 
Ce même archange Gabriel envoyé, dans l’Ancien Testament, pour renseigner Daniel sur le mystère des semaines d’années et la date de l’avènement du Messie, député à Zacharie pour lui apprendre que l’heure est proche, est maintenant envoyé de Dieu dans une ville de la Galilée, Nazareth, à une vierge du nom de Marie, épouse de Joseph, un rejeton de la famille de David.
 
Et ayant pénétré près d’elle, il dit : « Je vous salue, pleine de grâce »
 
Ce n’est pas avec des paroles qu’il faut commencer. Aussi bien, les termes sacrés sont pleins, riches de signification profonde. C’est vraiment la joie qui est annoncée au mondeet depuis cette heure-là, il n’y a plus que du bonheur pour ceux qui acceptent l’Incarnation.
 
Cette créature surnaturelle qui s’éveille à la parole de l’ange, suffit à l’allégresse du temps et à celle de l’éternité. Le terme grec par « gratia plena », signifie une plénitude de grâce reçue par Notre Dame.
 
Et comme la grâce est la dot de l’âme et la condition de son union à Dieu, celle qui est pleine de grâce est pleinement à Dieu, pleinement avec Dieu ; elle est sainte non seulement par ses privilèges, mais par ses vertus. « Le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes ». L’ange ne dit rien de plus.
 
La salutation était plus large que toutes celles adressées dans l’Ancien Testament, l’attitude de l’ange infiniment respectueuse, la Vierge infiniment humble.
 
Joignons ensemble tous ces éléments et nous aurons la raison de la prudente réserve de Notre Dame. Lorsque l’on remarque qu’elle fut troublée à ces paroles de l’ange, cela veut dire qu’elle demeure indécise sur ce qu’elle devait répondre. Et, gardant le silence, elle recherchait, à part elle, ce que pouvait signifier une telle salutation. Encore une fois, elle est humble, elle est prudente : l’ange l’a abordée comme une reine, mais il n’a encore rien dit de son message divin. En face de ce silence, qui contenait une interrogation muette, Gabriel reprit la parole.
 
Marie, Mère de Dieu,
riches Heures de Simone de Varie
Le "ne timeas" n’a pas pour dessein de bannir une crainte proprement dite mais seulement d’exclure même le trouble et l’indécision que nous venons de décrire.
 Cette fois Notre-Dame est appelée par son nom : « Ne craigniez point, Marie, car vous avez trouvé grâce devant Dieu. »
 
La faveur de Dieu, la tendresse de Dieu qui est souveraine, qui est gracieuse, qui est active, s’est reposée sur elle. La même expression a été employée au sujet de Noé, qui bâtit l’arche du salut ; Noé trouva grâce devant le Seigneur (Gn 6 8). Mais il s’agit aujourd’hui d’une faveur plus haute, d’une arche plus sainte, d’un salut plus complet. La Sainte Vierge connaissait les Ecritures ; elle avait lu et médité, au chapitre 7 d’Isaïe, les mots mêmes que l’ange emploie maintenant. « Voici que la Vierge concevra et enfantera un Fils, et on l’appellera Emmanuel ». Voici, dit l’ange, que « vous concevrez dans votre sein et que vous enfanterez un Fils, et vous l’appellerez Jésus ». Le parallélisme était flagrant. Emmanuel, « Dieu avec nous », c’était l’équivalent de Jésus, « Dieu sauveur ».
 
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 19:06

L’image contient peut-être : 1 personne 

Qui sait encore ce que c'est,

et que c'est fêté aujourd'hui ???

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Religio
commenter cet article