Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 09:11
 
  • le 23 septembre 1913 : première traversée aérienne de la Méditerranée.

L'aviateur français Roland Garros réussit la première traversée de la Méditerranée en reliant Saint-Raphaël dans le Var à Bizerte, au Nord de la Tunisie. Il parcourt les 730 kilomètres en 7 heures et 53 minutes, à bord d'un monoplan Morane-Saulnier.

 

D'autres "23 septembre", dont la mort de Padre PIO en 1968.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 08:38

 

Louis VII avait accédé au pouvoir à l'âge de 16 ans, et était un homme extrêmement religieux : sa femme, Aliénor d'Aquitaine, le surnommait « le moine ». Il démontra sa foi en participant activement à la deuxième croisade et en s'affirmant tout au long de sa vie comme le protecteur de l'Église. Mais il n'oublia pas pour autant les intérêts de la dynastie capétienne.

En prenant systématiquement le parti de l'Église contre les seigneurs abusifs, il réussit à affermir son autorité dans tout le royaume et même à agrandir le domaine en direction de la Bourgogne et de l'Auvergne. Comme ses prédécesseurs, Louis VII a contribué à l'affaiblissement du pouvoir féodal. 

La France s'enrichit sous son règne, l'agriculture se transforme et gagne en productivité, la population augmente, le commerce et l'industrie se développent, une véritable renaissance intellectuelle apparaît, et le territoire se couve de châteaux forts construits en pierre.   

Pourtant, problèmes et difficultés diverses ne manquaient pas au début du règne, comme le montrent les deux extraits suivants :  

18 septembre,henri iv,pendule de foucault,panthéon,sully,louis vii,alienor d'aquitaine,reims,deneux

Dans notre album L'aventure France racontée par les cartesvoir la photo « La France avant et après Philippe Auguste »

Lire la suite

 
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 18:45


« Vous nous voyez debout parmi les nations.

Nous battrons-nous toujours pour la terre charnelle.

Ne déposerons-nous sur la table éternelle

Que des cœurs pleins de guerre et de séditions.

 

Vous nous voyez marcher parmi les nations.

Nous battrons-nous toujours pour quatre coins de terre.

Ne mettrons-nous jamais sur la table de guerre

Que des cœurs pleins de morgue et de rébellions.

 

Heureux ceux qui sont morts pour la terre charnelle,

Mais pourvu que ce fût dans une juste guerre.

Heureux ceux qui sont morts pour quatre coins de terre.

Heureux ceux qui sont morts d'une mort solennelle.

 

Heureux ceux qui sont morts dans les grandes batailles,

Couchés dessus le sol à la face de Dieu.

Heureux ceux qui sont morts sur un dernier haut lieu,

Parmi tout l'appareil des grandes funérailles.

 

Heureux ceux qui sont morts pour des cités charnelles.

Car elles sont le corps de la cité de Dieu.

Heureux ceux qui sont morts pour leur âtre et leur feu,

Et les pauvres honneurs des maisons paternelles.

 

Heureux ceux qui sont morts, car ils sont retournés

Dans la première argile et la première terre.

Heureux ceux qui sont morts dans une juste guerre.

Heureux les épis murs et les blés moissonnés.

 

Heureux ceux qui sont morts, car ils sont retournés

Dans la première terre et l'argile plastique.

Heureux ceux qui sont morts dans une guerre antique.

Heureux les vases purs, et les rois couronnés.

 

Heureux ceux qui sont morts, car ils sont retournés

Dans ce premier terreau nourri de leur dépouille,

Dans ce premier caveau, dans la tourbe et la houille.

Heureux les grands vaincus, les rois désabusés.

 

Heureux les grands vainqueurs. Paix aux hommes de guerre.

Qu'ils soient ensevelis dans un dernier silence.

Que Dieu mette avec eux dans la juste balance

Un peu de ce terreau d'ordure et de poussière.

 

Que Dieu mette avec eux dans le juste plateau

Ce qu'ils ont tant aimé, quelques grammes de terre.

Un peu de cette vigne, un peu de ce coteau,

Un peu de ce ravin sauvage et solitaire.

 

Mère voici vos fils qui se sont tant battus.

Qu'ils ne soient pas pesés comme on pèse un esprit.

Qu'ils soient plutôt jugés comme on juge un proscrit

Qui rentre en se cachant par des chemins perdus.

 

Mère voici vos fils et leur immense armée.

Qu'ils ne soient pas jugés sur leur seule misère.

Que Dieu mette avec eux un peu de cette terre

Qui les a tant perdus et qu'ils ont tant aimée. »

 

Charles Péguy, Eve (1913)

Charles Peggy est mort pour la France le 5 septembre 1914.

 

 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 18:09

Un anniversaire : Charles Péguy

Rédigé par Anne Bernet le  dans Culture

Un anniversaire : Charles Péguy

Ce 5 septembre marque le cent-troisième anniversaire de la mort au champ d’honneur de Charles Péguy, tué dans la contre-attaque devant Villeroy qui préluda à la victoire de la Marne. Il est bon de revenir sur cette figure héroïque et inclassable.


Péguy n’entre pas dans les catégories préétablies. Né le 7 janvier 1873 à Orléans, dans une famille très modeste, élevé par sa mère rempailleuse restée prématurément veuve, il poursuit ses études secondaires et supérieures en tant que boursier. Il s’en  croira toujours redevable à la IIIe République et cela explique son loyalisme envers un régime dont, en vieillissant et confronté à la réalité, il méprisera toujours davantage le personnel qu’il épingle sans pitié :

« L’idéal, c’est de mourir pour ses idées ; la politique, c’est d’en vivre. »

Ferveur républicaine

Cette ferveur républicaine sincère devrait faire de lui un homme de gauche, Péguy se décrit d’ailleurs comme socialiste. Cependant, très vite, ces étiquettes ne correspondent plus à ses sentiments intimes, ni au combat hors norme qu’il mène. C’est que Péguy est un homme de la terre, un enraciné, et que tous les rêves internationalistes lui demeurent étrangers. Ce paysan de la Beauce et du Bourbonnais ne sera jamais un « citoyen du monde » et c’est ce qui le sauvera. Il aime la France par toutes les fibres de son être, incapable de s’acoquiner avec ceux qui la braderaient au premier venu. C’est pourquoi il applaudira, en juillet 14, l’assassinat de Jaurès qu’il croyait capable de toutes les lâchetés en cas de défaite française face à l’Allemagne. Et pourquoi, alors qu’âgé de 41 ans, il devrait être versé dans la territoriale, il insiste pour rester dans les cadres d’active, choix qui lui vaudra de tomber au champ d’honneur parmi les premières victimes du conflit.

Jeanne d'Arc

Parce qu’il aime la France, il aimera Jeanne d’Arc, sainte Geneviève, et la Vierge Marie qui ramèneront cet agnostique à la foi de son enfance, une foi combative, propre à heurter quelques bonnes consciences trop étroites pour saisir sa vision peu sulpicienne mais puissante du catholicisme. Saint Pie X s’opposera à sa mise à l’Index, mesurant ce que cette parole libre, forte, imprégnée de piété vraie apportera au siècle qui vient et le réconfort que tant d’âmes y puiseront.
Autant dire que ce Péguy catholique, patriote, farouchement « anti-boche », n’a rien pour plaire à notre époque. Il s’en doutait, lui qui dénonçait les dérives de la modernité, « la stérilité moderne », « le monde de ceux qui ne croient à rien, pas même à l’athéisme, qui ne se dévouent, qui ne se sacrifient à rien », avec des accents qui, sortis de leur contexte daté, ont quelque chose de prophétique. Qu’on relise, parmi d’autres, ce texte posthume, Nous sommes des vaincus, qui s’applique, si terriblement, à ce que cette chrétienté qu’il aimait vit aujourd’hui :

« Nous sommes des vaincus. […] Aujourd’hui, dans la décroissance, dans la déchéance des mœurs politiques et privées, nous sommes littéralement des assiégés. Nous sommes dans une place en état de siège. […] et toute la plaine est abandonnée, toute la plaine est aux mains de l’ennemi. […] Nul aujourd’hui, nul homme vivant ne nie, nul ne conteste, nul ne songe même se dissimuler qu’il y a un désordre; un désordre croissant et extrêmement inquiétant ; non point en effet un désordre apparent, un trouble de fécondité qui recouvre un ordre à venir, mais un réel désordre d’impuissance et de stérilité, nul ne nie plus ce désordre, le désarroi des esprits et des cœurs, la détresse qui vient, le désastre menaçant. Une débâcle. C’est peut-être cette situation de désarroi et de détresse qui nous crée, plus impérieusement que jamais le devoir de ne pas capituler. Il ne faut jamais capituler. »

« En temps de guerre, celui qui ne se rend pas est mon homme, quel qu’il soit, d’où qu’il vienne et quel que soit son parti. Il ne se rend point, c’est tout ce qu’on lui demande. » disait-il aussi.

Nous sommes en guerre

Nous sommes en guerre, et comme jamais peut-être nous l’avons été. Il semble même, à certaines heures, que la guerre est perdue, la citadelle tombée et que nous luttons absurdement sur des bastions dérisoires tandis que toutes les portes de la place sont ouvertes et l’ennemi déjà en train de fêter sa victoire. Cette « situation de désarroi et de détresse » que Péguy pressentait, c’est la nôtre.
Alors, suivons son conseil : ne capitulons pas.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
25 août 2017 5 25 /08 /août /2017 08:41
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 08:30

Si Jeanne le dit…

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 08:59
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 08:09
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 21:47

De Marc Fromager, Directeur de l'AED :

"On savait que cela arriverait un jour mais on revient de si loin qu'on a encore un peu de mal à y croire. Tout n'est certes pas réglé mais la vie va pouvoir reprendre après l'enfer de l'occupation par l'État islamique.

Après 3 ans de combats, la deuxième ville d'Irak est en ruines, comme les villages de la plaine de Ninive. Aujourd'hui, nous reconstruisons déjà des maisons à Qaraqosh et aux alentours pour les chrétiens qui veulent revenir. Nous voulons permettre à ceux qui le souhaitent de rentrer dignement et en sécurité chez eux dans leurs villages de la plaine de Ninive.

P_thabetBien qu'ils en aient la possibilité, beaucoup de chrétiens ne veulent pas émigrer vers d'autres pays et insistent pour rester en Irak. Comme Tawfeek Saqat, de Qaraqosh, dont quatre enfants ont été enlevés par Daech (vidéo ici) : "Je suis né dans ce pays. C'est ici que j'ai passé toute ma vie. Je ne veux pas partir. Ma foi en Jésus-Christ me donne la force de continuer à vivre ici. Tout ce que j'aime est à Qaraqosh : mon pays, mon commerce, toute ma vie. Je ne veux pas émigrer."

La suite...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 07:33
Un autre 18 juin...
 
  • le 18 juin 2004 : disparition de Jeanne-Marie Kegelin, une sainte Maria Goretti française…

Voici dix années que cette petite fille a été enlevée, le 18 juin 2004, le jour de la fête du Sacré Cœur, et est devenue une martyre de la vertu de pureté. Quelques jours auparavant, elle faisait le Pèlerinage de Chartres... Elle n'avait pas 11 ans, l'âge de sainte Maria Goretti !

Jeanne Marie est connue comme une fillette « enjouée », « farceuse », « franche », « directe », « une petite chrétienne qui avait fait siennes toutes les valeurs de l'Evangile », qui « récite son chapelet » et « chante des cantiques ». Jeanne-Marie est la septième d'une famille de huit enfants. « Elle était plus digne du ciel que de la terre », commente sa mère, Marie-Martine.

La mère de Jeanne-Marie lance ainsi à la cour, le jour du procès :

« Je n'en veux pas à Dieu de nous l'avoir ravie. Mais j'en veux à tous ces gouvernants qui ne font rien contre la pornographie ambiante, sur les murs de nos villes, à la télévision… » Et de crier sa conviction que cette « pornographie » forge « les violeurs de demain »…

Dans un petit carnet, où elle écrivait ce qui lui tenait le plus à cœur on peut lire que : « Jésus est le plus important" pour elle, et qu'elle voulait faire beaucoup de sacrifices pour Lui, quelques jours avant sa disparition. (Phrase écrite peu de jours avant de rencontrer le Christ au Ciel…

Si la foi n'épargne pas de la douleur, cependant elle donne la paix et la certitude. La paix de savoir que cette âme pure et claire a triomphé de la laideur du Mal, et la certitude que par son exemple elle nous montre le chemin à suivre. Et son frère, séminariste à l'époque du procès, nous montre aussi le chemin que le Christ nous demande de suivre quand il affirme à l'accusé : « Je sais une chose, c'est que Jeanne-Marie vous aime, et j'en sais une autre, c'est que vous avouerez en temps et en heure. Toute chose sera connue, au ciel ou sur la terre ».

Une âme à prier comme sainte Maria Goretti…

Lu dans le salon beige

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 07:56

 

En hommage aux femmes dont on fête dimanche la maternité mais aussi à l’attention de la nouvelle secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les hommes et les femmes, Marlène Schiappa (*), voici des extraits de la magnifique Lettre aux Femmes de Saint Jean-Paul II :

 

Le secret pour parcourir rapidement le chemin du plein respect de l'identité́ féminine ne passe pas seulement par la dénonciation (…), des discriminations et des injustices, mais encore et surtout par un projet de promotion aussi efficace qu'éclairé́, qui concerne tous les domaines de la vie féminine, en partant d'une prise de conscience renouvelée et universelle de la dignité́ de la femme. La raison elle- même, qui accepte la loi de Dieu inscrite au cœur de tout homme, nous porte à reconnaitre cette dignité́ malgré́ ses multiples conditionnements historiques. Mais c'est surtout la Parole de Dieu qui nous permet d'identifier clairement le fondement anthropologique radical de la dignité́ de la femme, en nous le montrant dans le dessein de Dieu sur l'humanité́.(§6)(…)

Il est dit (…) que l'homme est créé́ « homme et femme » (Gn 1, 27), depuis l'origine. L'Ecriture elle-même fournit l'interprétation de cet élément: bien que se trouvant entouré par les créatures innombrables du monde visible, l'homme se rend compte qu'il est seul (cf. Gn 2, 20). Dieu intervient pour le faire sortir de cette situation de solitude: « Il n'est pas bon que l'homme soit seul. Il faut que je lui fasse une aide qui lui soit assortie » (Gn 2, 18). Depuis l'origine, donc, dans la création de la femme est inscrit le principe de l'aide: aide -- notons-le bien -- qui n'est pas unilatérale, mais réciproque. La femme est le complément de l'homme, comme l'homme est le complément de la femme: la femme et l'homme sont entre eux complémentaires. Le féminin réalise l'« humain » tout autant que le fait le masculin, mais selon une harmonique différente et complémentaire. Lorsque la Genèse parle d'« aide », elle ne fait pas seulement référence au domaine de l'agir, mais aussi à celui de l'être. Le féminin et le masculin sont entre eux complémentaires, non seulement du point de vue physique et psychologique, mais ontologique. C'est seulement grâce à la dualité́ du « masculin » et du « féminin » que l'« homme » se réalise pleinement. (§7) (…)

L'Eglise voit en Marie la plus haute expression du « génie féminin » et trouve en elle une source d'inspiration constante. Marie s'est définie elle- même « servante du Seigneur » (Lc 1, 38). C'est par obéissance à la Parole de Dieu qu'elle a accueilli sa vocation privilégiée, mais pas du tout facile, d'épouse et de mère de la famille de Nazareth. En se mettant au service de Dieu, elle s'est mise aussi au service des hommes: service d'amour. C'est ce service qui lui a permis de réaliser dans sa vie l'expérience d'une mystérieuse mais authentique « royauté́ ». (…). Sa « royauté́ » est un service! Son service est une « royauté́ »! C'est ainsi que devrait être comprise l'autorité́ dans la famille comme dans la société́ et dans l'Eglise. (§10) (…)

Dans cette perspective de « service » -- qui exprime la véritable « royauté́ » de l'être humain, s'il est accompli avec liberté́, réciprocité́ et amour --, il est aussi possible d'accueillir une certaine diversité́ de fonctions, sans conséquences désavantageuses pour la femme, dans la mesure où cette diversité́ n'est pas le résultat d'un ordre arbitraire, mais découle des caractères de l'être masculin et féminin. (…) Dans ce vaste domaine du service, l'histoire de l'Eglise, au long de ces deux millénaires, (…) a connu vraiment le « génie de la femme », ayant vu apparaître en son sein des femmes de premier plan, qui ont laissé́ d'elles-mêmes, aux différentes époques, une empreinte importante et bénéfique. Je pense à la longue cohorte des martyres, des saintes, des mystiques insignes. Je pense tout spécialement à sainte Catherine de Sienne et à sainte Thérèse d'Avila, (…), Docteur de l'Eglise. Et comment ne pas rappeler aussi les innombrables femmes qui, animées par la foi, ont consacré leur vie à des initiatives d'un intérêt social extraordinaire, particulièrement au service des plus pauvres? L'avenir de l'Eglise dans le troisième millénaire ne manquera certainement pas de voir naître de nouvelles et admirables manifestations du « génie féminin ». (§11) (…)

(Que) soit mise en lumière la pleine vérité́ sur la femme. Que l'on donne vraiment tout son relief au « génie de la femme », en ne tenant pas compte seulement des femmes importantes et de renommée, qui ont vécu dans le passé ou qui sont nos contemporaines, mais aussi des femmes simples, qui développent leur talent féminin au service des autres dans la banalité́ du quotidien! C'est en effet spécialement en se donnant aux autres dans la vie de tous les jours que la femme réalise la vocation profonde de sa vie, elle qui, peut-être encore plus que l'homme, voit l'homme, parce qu'elle le voit avec le cœur. Elle le voit indépendamment des différents systèmes idéologiques ou politiques. Elle le voit avec sa grandeur et ses limites, et elle cherche à venir à sa rencontre et à lui être une aide. De cette manière, dans l'histoire de l'humanité́, se réalise le dessein fondamental du Créateur et apparaît sans cesse, dans la diversité́ des vocations, la beauté́ - non seulement physique mais surtout spirituelle - que Dieu a prodiguée depuis le début à la créature humaine et spécialement à la femme. (§12) (29 juin 1995)

 

(*) : qui, dans un entretien à la Fondation Jean Jaurès en octobre 2016, parlait de pseudo « droit à la vie » et déclarait que « sur le modèle de ce qui se fait depuis des siècles avec la Doctrine sociale de l’Église », « les religieux » s'entendent pour construire l'oppression des femmes et le contrôle sur leur corps.

 

Merci à EVR

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 09:17

 

Les partis politiques classiques se sont effondrés lors des dernières élections présidentielles. Le président Macron veut donner l’image du monarque républicain au-dessus des partis… avant le retour - après les législatives- d’une nouvelle quatrième République gouvernant au gré des alliances partisanes. Verra-t-on un jour s’exhausser le vœu de la philosophe Simone Weil souhaitant la suppression des partis politiques ?

 

Le fait que (les partis) existent n'est nullement un motif de les conserver. Seul le bien est un motif légitime de conservation. Le mal des partis politiques saute aux yeux. Le problème à examiner, c'est s'il y a en eux un bien qui l'emporte sur le mal et rende ainsi leur existence désirable. (…)

Mais il faut d'abord reconnaître quel est le critère du bien. Ce ne peut être que la vérité, la justice, et, en second lieu, l'utilité publique.

La démocratie, le pouvoir du plus grand nombre, ne sont pas des biens. Ce sont des moyens en vue du bien, estimés efficaces à tort ou à raison. Si la République de Weimar, au lieu de Hitler, avait décidé par les voies les plus rigoureusement parlementaires et légales de mettre les Juifs dans des camps de concentration et de les torturer avec raffinement jusqu'à la mort, les tortures n'auraient pas eu un atome de légitimité de plus qu'elles n'ont maintenant. Or pareille chose n'est nullement inconcevable. (…)

La suppression des partis serait du bien presque pur. Elle est éminemment légitime en principe et ne paraît susceptible pratiquement que de bons effets.

Les candidats diront aux électeurs, non pas : « J'ai telle étiquette » - ce qui pratiquement n'apprend rigoureusement rien au public sur leur attitude concrète concernant les problèmes concrets - mais : « Je pense telle, telle et telle chose à l'égard de tel, tel, tel grand problème. »

Les élus s'associeront et se dissocieront selon le jeu naturel et mouvant des affinités. Je peux très bien être en accord avec M. A. sur la colonisation et en désaccord avec lui sur la propriété paysanne; et inversement pour M. B. Si on parle de colonisation, j'irai, avant la séance, causer un peu avec M. A.; si on parle de propriété paysanne, avec M. B. (…)

Hors du Parlement, comme il existerait des revues d'idées, il y aurait tout naturellement autour d'elles des milieux. Mais ces milieux devraient être maintenus à l'état de fluidité.

C'est la fluidité qui distingue du parti un milieu d'affinité et l'empêche d'avoir une influence mauvaise. Quand on fréquente amicalement celui qui dirige telle revue, ceux qui y écrivent souvent, quand on y écrit soi-même, on sait qu'on est en contact avec le milieu de cette revue. Mais on ne sait pas soi-même si on en fait partie; il n'y a pas de distinction nette entre le dedans et le dehors. Plus loin, il y a ceux qui lisent la revue et connaissent un ou deux de ceux qui y écrivent. Plus loin, les lecteurs réguliers qui y puisent une inspiration. Plus loin, les lecteurs occasionnels. Mais personne ne songerait à penser ou à dire : « En tant que lié à telle revue, je pense que... » . Quand des collaborateurs à une revue se présentent aux élections, il doit leur être interdit de se réclamer de la revue. Il doit être interdit à la revue de leur donner une investiture, ou d'aider directement ou indirectement leur candidature, ou même d'en faire mention. Tout groupe d' « amis » de telle revue devrait être interdit. (…)

D'une manière générale, un examen attentif ne semble laisser voir à aucun égard aucun inconvénient d'aucune espèce attaché à la suppression des partis.

Par un singulier paradoxe les mesures de ce genre, qui sont sans inconvénients, sont en fait celles qui ont le moins de chances d'être décidées. On se dit : si c'était si simple, pourquoi est-ce que cela n'aurait pas été fait depuis longtemps ?

Pourtant, généralement, les grandes choses sont faciles et simples.

Celle-ci étendrait sa vertu d'assainissement bien au-delà des affaires publiques. Car l'esprit de parti en était arrivé à tout contaminer. (…)

On en est arrivé à ne presque plus penser, dans aucun domaine, qu'en prenant position « pour » ou « contre » une opinion. Ensuite on cherche des arguments, selon le cas, soit pour, soit contre. C'est exactement la transposition de l'adhésion à un parti.

Comme, dans les partis politiques, il y a des démocrates qui admettent plusieurs partis, de même dans le domaine des opinions les gens larges reconnaissent une valeur aux opinions avec lesquelles ils se disent en désaccord. C'est avoir complètement perdu le sens même du vrai et du faux. D'autres, ayant pris position pour une opinion, ne consentent à examiner rien qui lui soit contraire. C'est la transposition de l'esprit totalitaire. Quand Einstein vint en France, tous les gens des milieux plus ou moins intellectuels, y compris les savants eux-mêmes, se divisèrent en deux camps, pour et contre. (…) Dans l'art et la littérature, c'est bien plus visible encore. Cubisme et surréalisme ont été des espèces de partis. On était « gidien » comme on était « maurrassien ». (…) Même dans les écoles on ne sait plus stimuler autrement la pensée des enfants qu'en les invitant à prendre parti pour ou contre. On leur cite une phrase de grand auteur et on leur dit : « Êtes-vous d'accord ou non ? Développez vos arguments. » A l'examen les malheureux, devant avoir fini leur dissertation au bout de trois heures, ne peuvent passer plus de cinq minutes à se demander s'ils sont d'accord. Et il serait si facile de leur dire : « Méditez ce texte et exprimez les réflexions qui vous viennent à l'esprit ».

Presque partout - et même souvent pour des problèmes purement techniques - l'opération de prendre parti, de prendre position pour ou contre, s'est substituée à l'obligation de la pensée. C'est là une lèpre qui a pris origine dans les milieux politiques, et s'est étendue, à travers tout le pays, presque à la totalité de la pensée. Il est douteux qu'on puisse remédier à cette lèpre, qui nous tue, sans commencer par la suppression des partis politiques.

(Extraits de Note sur la suppression générale des partis politiques (1940), Écrits de Londres)

Merci à EVR.

Retrouvez Simone WEIL sur Petrus Angel !

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 07:12

Résultat de recherche d'images pour "9 mai 1945 MOSCOU PLACE ROUGE"

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 21:47

N’oublions pas l’essentiel de l’élection présidentielle de dimanche : la France. Et choisissons le candidat qui saura donner aux Français l’envie d’aimer leur pays ! Philippe de Villiers dans ce beau texte veut proposer aux jeunes ce roman d’amour .

Le multiculturalisme fait son entrée dans les classes. L'histoire ne sera plus un récit mais, je cite, « un coach qui aidera chacun à mieux vivre ensemble ». On va donc sélectionner les commémorations, trier, « halaliser » le livre d'heures. Il ne s'agit plus pour l'école de faire des héritiers mais des indignés. L'objectif n'est plus de faire des citoyens, des Français mais de former des individus prémunis contre le retour du mal et bientôt «du mâle blanc, hétérosexuel, esclavagiste, colon, collabo, raciste» si l'on reprend les termes de plusieurs rapports de l'Education Nationale. On fera la chasse aux dates trop blanches pour être honnêtes. La nation française a-t-elle jamais vraiment existé ? Non, répondra-t-on, c'est un jeu de coïncidence, une mosaïque, une mythologie artificielle. Le temps est venu d'une nouvelle « mise en récit ». Elle sera, on l'a vu à Verdun, festive, bariolée, déjantée.(…)

On ne ressuscitera pas le roman national. (…). On y poussait très loin la métaphore et l'hyperbole. Peut-être trop loin. (…) Le patriotisme ne peut plus passer par les hauts faits, la gloire, la puissance. La France de 14 saignée à blanc a connu la grande ordalie, celle de 40 a vécu la débâcle. Nous avons été vaincus à la bataille de Diên Biên Phu, nous avons quitté l'Algérie. Plus grave, aujourd'hui le pays a perdu ses contours. Et ses conteurs. Il ne reste plus que le drapeau et l'hymne national à Saint-Denis. Mais pas à la basilique, au stade des gladiateurs.

Il faut (…) que la France soit désirable. La nation est un lien amoureux. Il faut refaire un peuple amoureux. Je pense souvent à cette phrase de Romain Gary qui raconte son coup de foudre : « Je n'ai pas une seule goutte de sang français, mais la France coule dans mes veines. » (…)

Les jeunes Français d'aujourd'hui qu'ils soient de souche ou de désir sont des écorchés vifs. Ils sont tout en émotion. Je les vois dans les deux millions de personnes qui viennent chaque année au Puy du Fou. Ils accueilleraient volontiers dans leur cœur notre pays s'il le connaissait. On s'acharne pourtant à ne leur proposer que « les valeurs de la République ». Des valeurs froides, formelles qui relèvent d'un code de bonne conduite et non pas d'un embrasement de l'imaginaire. On respecte les valeurs de la République comme on respecte le Code de la route mais on n'a encore jamais vu personne tomber amoureux d'une ligne continue ou d'un stop. Quand on ne propose plus à nos jeunes Le Cid et Cyrano, le dernier message de Benjamin Fondane ou celui de d'Estienne d'Orves ils cherchent des épopées de substitution.(…)

Il faut changer d'impératif : ne plus dire aux enfants, tu dois aimer la France parce qu'elle est grande mais tu dois l'aimer parce qu'elle est belle. Il faut aller rechercher dans nos enfouissements les affleurements de tendresse française. Passer par le beau. Notre nouveau roman national ne sera plus un récit de puissance, de grandeur, mais établi sur les Beautés françaises. Il nous faut changer d'angle, de façades, de porte d'entrée et passer par le côté esthétique pour illuminer le chef-d’œuvre afin d'irradier les cœurs. Bref, il faut proposer aux jeunes un roman d'amour.(…)

(Ces beautés sont les) grandes allégories françaises inscrites dans notre imaginaire : France la douce qui s'appela ainsi parce que la France est le pays inventeur de la courtoisie. Un pays dans lequel la cour d'amour est l'imitation presque parodique de la cour de justice du Seigneur. Ainsi les jeunes Français de désir découvriront par eux-mêmes que le Coran est à l'exact opposé du roman de courtoisie. Le chevalier se consumait en vaine patience à la porte de la dame, la femme était reine, maîtresse en ses protocoles alors que le Coran énonce l'exhortation inverse : « vos femmes sont pour vous un champ de labour ». Le jardin à la française reposait sur un nombre d'or : tout est à l'échelle humaine, la mesure, la hauteur, les distances. L'ordre en esthétique porte un nom : la symétrie. La justice aussi porte un nom : la perspective. La France, dans son ADN, ne peut pas dissocier l'ordre et la justice. Et puis, il y a l’art de vivre à la française avec la parabole de l’ivresse mystique de Noé. Chez nous, le vin est biblique et littéraire. (…)

La France est née d'un acte littéraire, d'une chanson de geste : La Chanson de Roland. La langue chez nous a fixé dans le temps un romanesque qui vient embraser le roman de nos vies. Enfin, il y a l'allégorie du blanc manteau d'églises. Dès qu'un malheur nous frappe, la France retourne à ses enfances. Après chaque attentat les cloches des églises sonnent le glas. Les mêmes cloches que celles du 24 août 1944 qui accueillirent les troupes de Leclerc dont la devise de la famille Hautecloque vibrait en écho « on entend loing sonner la haute cloque ». La France est une grande famille. Qu'on le veuille ou non, qu'on soit croyant ou indifférent, les témoignages de pierres que sont les cathédrales nous rappellent que la France doit rester la France et qu'elle n'a pas vocation à devenir la fille aînée de l'islam. Il faut reconnaître au peuple français un droit inaliénable : le droit de préserver, de cultiver les richesses anthropologiques de la civilisation. Le droit à la continuité historique.

 

Merci à EVR.

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 19:07

 

Les Français sont-ils fascistes ?

 

Le système politico-médiatique a adopté, depuis plusieurs dizaines d’années, un système d’imposition de ses idées d’une extrême simplicité : tous ceux qui osent s’aventurer en dehors du « politiquement correct » sont tout simplement des extrémistes, des fondamentalistes, des intégristes, et très probablement des fascistes. A cet égard, les mesures essentielles de redressement figurant dans notre Manifeste de la dernière chance ont très certainement été cataloguées comme « fascisantes » par beaucoup. Mais se pose un problème compliqué : il se trouve que ces idées « extrémistes » correspondent à ce que pensent majoritairement les Français. C’est ce que révèle un sondage IFOP*, commandé par Liberté politique, sur  les vingt-deux mesures dudit Manifeste. Les résultats de ce sondage sont tout à fait extraordinaires, car ils permettent de poser la question : les Français seraient-ils donc fascistes ?

La suite ...

Article rédigé par François Billot de Lochner , le 06 avril 2017

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 12:15
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 18:24

 

>>>  Réponse sur Petrus Angel...

Résultat de recherche d'images pour "Macron Emmanuel"

D'autres informations à venir dans les prochains jours...

L'occasion de s'abonner à la Newsletter...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 09:27
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 09:17

 

La France est la terre de toutes les invasions, de toutes les migrations.

Le Finistère, la fin de la terre, c'est chez nous.

Plus loin, vers l'ouest, pendant des millénaires, il n'y avait plus que l'océan, l'inconnu et la mort.

Les invasions, toutes les invasions, qui depuis l'aube des temps ont poussé les hordes et les peuplades d'est en ouest, se sont arrêtées et installées chez nous.

Sur notre sol, à «nos ancêtres les Gaulois» se sont mêlés les Grecs, les Romains, les Juifs, les Visigoths, les Burgondes, les Francs, les Germains, les Vikings... même les Arabes qui ont laissé tant de «Moreau» sur nos routes en s'en revenant de Poitiers, les Normands aussi à qui nous avons été contraints de donner une province...

Avec tous ceux-là nous avons fait un peuple, une nation, une culture, une civilisation, cette si belle réalité qui ne fleurit que rarement dans l'histoire des hommes. Dans nos veines de Français coule un sang si mêlé que, chez nous, la race c'est une culture et c'est une foi.

Nous aurions pu devenir une mosaïque, un damier de peuples qui s'ignorent à défaut de se faire la guerre, mais au nom du «Christ qui aime les Francs», nous avons préféré la communion à la juxtaposition. Chez nous la race, c'est aussi une volonté tenace de vivre ensemble, une histoire parsemée de tant de grands noms et de tant de hauts faits, que de nombreuses nations nous les envient...

Par tempérament et par choix, en raison de leur histoire, des valeurs de leur culture et de leur sens de l'universel, les Français sont antiracistes.

Mais ceux qui les gouvernent aujourd'hui sont anti-Français ! Ce qui est la pire des trahisons puisque la fonction essentielle d'un État est de maintenir le peuple qu'il dirige dans son essence et dans son être.

Extrait de Le devoir de différence par Nicole BURON, Permanences , novembre 2006

 

Résultat de recherche d'images pour "France ...ichtus  buron.."

Repost 0
Published by ISP - dans Polis
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 10:10

 

Guillaume Bernard s'interroge sur l'efficacité réelle du vote utile qui est plutôt un vote panique

Vu ICI

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article