Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 08:31

 

Le mystère Le Nain, une exposition au Louvre Lens jusqu'au 26 juin.

Découvrons à cette occasion Famille de paysans dans un intérieur

Voir l’ oeuvre de Le Nain

Les coloris châtoyants du XVè ont fait place ici aux couleurs brunes et sombres de la palette de Louis Le Nain, qui correspondent davantage au sujet traité dans ce très beau tableau[[- Huile sur toile de 113×159 cm ; elle date de 1648, et se trouve aujourd’hui dans l’aile Richelieu du Musée du Louvre.]] qui peut être considéré comme l’une des œuvres emblématiques de son temps. A la suite des Pays-Bas, le XVIIè siècle français voit en effet se développer la peinture dite «de genre», autant dire la représentation de scènes de la vie quotidienne. Ce qui est incontestablement le cas ici.

Dans la pièce commune d’une ferme, à côté de l’âtre en arrière plan à gauche, trois générations de paysans s’apprêtent à partager un maigre repas, s’ils n’étaient dérangés dans leur intimité par l’irruption des spectateurs de la scène, et vers lesquels se dirigent les regards des personnages principaux.

Six enfants, dont on peut attribuer la maternité à la jeune femme assise à droite du tableau qui nous regarde avec aménité. Elle est la seule de sa génération et l’on peut supposer que son époux, comme ses frères éventuels, font partie des paysans enrôler dans l’armée royale contre les troupes de la Maison de Habsbourg, puisque nous sommes, en fait, à la fin de Trente Ans[[-La Guerre de Trente Ans est une suite de conflits armés qui ont déchiré l’Europe de 1618 à 1648 ; commencée sous un prétexte religieux, la guerre se terminera en une lutte politique entre la France et la Maison d’Autriche. Les combats se déroulent initialement et principalement dans les territoires d’Europe centrale, mais impliquent la plupart des puissances européennes, à l’exception de l’Angleterre et de la Russie. Dans la seconde moitié des années 1620, les combats se déroulèrent également en France]] lorsque Le Nain peint ce tableau. A l’arrière plan de ce décor austère, un vieillard, à la trogne bien campée, nous fixe d’un air roublard et sarcastique, semblant nous prendre à témoin de la situation dramatique dans laquelle il se trouve. Ses vêtements sont déchirés et ses épaules ploient sous le poids des années et de la difficulté de vivre en ces années où la guerre ravage les campagnes. On ne saurait vraiment dire s’il est l’ancêtre de la famille où un journalier reçu à la table de ses employeurs, son attitude et son allure contrastant de fait avec celles de ceux qui l’entourent.

La suite sur le site d'ICHTUS...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 19:46

Résultat de recherche d'images pour "berthe morisot berceau"

Le Berceau, de Berthe Morisot

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 18:23

Pissaro redécouvert


Pissaro redécouvert
Camille Pissarro : Coin du pré à Eragny, 1902. @Tate, Londres, Dist. RMN-Grand-Palais/Tate Photography.

Camille Pissarro (1830-1903) est à l’honneur ce printemps. Deux expositions à Paris présentent son travail qui n’avait pas été montré depuis la rétrospective du Grand Palais en 1981. Au Musée Marmottan, une soixantaine d’œuvres provenant de collections publiques et privées prestigieuses permettent de redécouvrir le « premier » des impressionnistes (comme le nomme Cézanne). Né dans les Antilles danoises, il est, au départ, fortement influencé par Daubigny et Corot qu’il admire. Son cheminement pictural lui fait changer sa manière jusqu’à ses dernières œuvres réalisées à Paris depuis un appartement loué place Dauphine. Les peintures, dessins et gravures dévoilés au Musée du Luxembourg se concentrent sur la vingtaine d’années où il vécut avec sa famille à Eragny dans le Vexin, non loin de Monet à Giverny. Ce dernier lui avait permis d’acheter cette demeure à la campagne en lui prêtant une certaine somme d’argent. La famille nombreuse du maître connaît, en effet, souvent des difficultés financières. D’origine juive, il se dit athée, anarchiste, imprégné des œuvres de Proudhon et anticapitaliste. Cela n’apparaît pas dans sa peinture paisible qui est un reflet de son regard sur les paysages, les travaux saisonniers des champs (Faneuses, le soir, à Eragny 1893, ou La cueillette des pommes, 1887-1888). Pour lui, « l’art est l’expression de la pensée mais aussi de la sensation, surtout de la sensation ». C’est ce que reflète ses toiles aux couleurs frémissantes.

Jusqu’au 9 juillet 2017. Musée du Luxembourg, 19, rue de Vaugirard, 75006 Paris. Tél. : 01 40 13 62 00. Ouvert de 10h30 à 18h du lundi au jeudi, de 10h30 à 19h du vendredi au dimanche.

Jusqu’au 2 juillet 2017. Musée Marmottan, 2, rue Louis Boilly, 75016 Paris. Tél. : 01 44 96 50 33. Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h. Nocturne le jeudi jusqu'à 21 h. Fermé le lundi

Source  - par Céline Vicq le  

 

(Re)découvrez Pissaro 

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 22:31
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 19:00

Voyez-vous de quoi il s'agit ?

Réponse la semaine prochaine...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 08:48

Pour l’enfant : Un Père – Une Mère – C’est élémentaire ! On ne peut plus simplement suggérer l’union profonde de ces deux êtres, que le travail soude au jour le jour et que l’enfant, fruit de leur deux chairs, fusionne en un amour commun pour une troisième personne qu’ils ont tous deux engendrée.

 

Ce qui nous séduit d’entrée de jeu dans cette toile, car c’est la démarche naturelle de l’oeil humain que de prendre d’abord en compte les informations qu’il puise dans les couleurs perçues, c’est le chatoiement des couleurs fraîches et gaies, élégamment dégradées du vert au bleu. Tonalité générale de couleurs froides qui portent aisément l’éclat léger de la lumière des matinées de printemps, certainement en Normandie, comme le suggère le toit de chaume de la demeure qui figure en arrière-plan de ce tableau.

Un arbre apparemment en fleurs cache en partie la chaumière familiale. Des arbustes eux aussi en fleurs séparent la demeure de la terre que l’on travaille. Des draps blancs sur une corde flottent au vent léger et reflètent l’éclat de la lumière du soleil qui se pose sur eux. Tout le bonheur de vivre à la campagne, au cœur de la nature nourricière, s’engouffre dans ce décor séduisant, dont le charme touche aujourd’hui plus que jamais nos âmes de citadins fatigués des villes, de leur stress et de leur pollution.

Par la petite porte en bois entrouverte sur la droite, la fermière est entrée avec son enfant et interrompt le travail de son mari qui bêchait la terre du potager et vient d’abandonner sa bêche pour s’intéresser à sa famille qui vient à sa rencontre. Le premier plan est vide, laissant l’œil courir librement vers les personnages dont la rencontre constitue le thème du tableau.

La chevelure rousse retenue en chignon de la jeune femme fait écho au doré du couvre-chef de son mari, tandis que le bleu de sa robe répond à celui du pantalon et de la chemise de son compagnon. On ne peut plus simplement suggérer l’union profonde de ces deux êtres, que le travail soude au jour le jour et que l’enfant, fruit de leur deux chairs, fusionne en un amour commun pour une troisième personne qu’ils ont tous deux engendrée.

Tendrement penchée sur sa petite fille, la jeune mère soutient son enfant aux pas hésitants, alors que celle-ci, les deux bras tendus vers son père, s’enhardit jusqu’à échapper aux mains de sa mère pour marcher, seule, vers l’auteur de ses jours. Le père s’est agenouillé pour recevoir l’enfant qui va le rejoindre. L’amour et les encouragements paternels semblent prêter leur force à la petite fille qui va s’élancer. Ces instants de tendresse éblouissante, comme suspendus hors du temps, en insérant quelques éclats d’éternité dans la vie des hommes et lui confèrent toute sa valeur et nous rassurent, aux jours du doute, sur notre espérance souvent ébranlée que l’existence vaut effectivement la peine d’être vécue.

La suite...

A lire aussi dans la foulée ... : Premiers pas

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 11:51

 

une-mysterieuse-croix-celtique-apparait-au-survol-d-une-foret-irlandaise.jpg

 

Les passagers d’un avion qui survolait le Donegal vers Derry ont découvert une grande croix celtique, de 100 mètres de long sur 70, dessinée par des arbres dont la couleur des feuilles en automne est différente des autres.

On a retrouvé la femme du forestier responsable de cette étonnante plantation. Elle avait oublié que son mari lui en avait parlé. Lui-même avait eu ensuite un grave accident de voiture qui avait abîmé son cerveau, et il est mort il y a six ans.

Ce qui est étonnant est que personne ne l’ait remarqué avant, car même si la croix se voit surtout en automne, cela fait forcément plusieurs années qu’elle est visible. Mais seulement du ciel.

Vidéo 12.

Source

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 08:27

 

A retrouver sur Petrus Angel ...

 

Afficher l'image d'origine

 

Afficher l'image d'origine

 

 

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Afficher l'image d'origine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 09:22

Au moment où Botticelli peint sa Naissance de Vénus, la Renaissance est en plein essor en Italie et les artistes y redécouvrent une Antiquité dont un nombre important de manuscrits ont été recueillis et sauvegardés dans les monastères chrétiens pendant les vagues successives des invasions barbares. Les peintres et les sculpteurs puisaient ainsi souvent leur inspiration dans des recueils de mythes antiques. Botticelli s’inspire ici d’un thème provenant de ces écrits antiques et, avec la Naissance de Vénus, peint un mythe classique.

(...)

La Vénus de Botticelli représente la perfection de la beauté et appelle le spectateur à la regarder comme telle, beauté du corps et du visage, beauté de ce qu’elle représente, beauté de ce qu’elle exprime de charme et d’invitation à l’amour, mais à un amour réservé, pudique et tendre. Eternel féminin dont la beauté extérieure n’existe que pour inviter à la découverte des beautés intérieures.

La Vénus de Botticelli n’est finalement pas un symbole érotique, mais une incarnation de la beauté inspiratrice de sentiments authentiques et de nobles actions.

 

Lisez l'article complet

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 19:46
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 06:42

 

La peinture, figurative ou non a toujours été là… mais occultée par l’asphyxiante fumée produite par les appareils de légitimation du rien spectaculaire, qui pensent qu’il y a trop d’artistes et aimeraient bien qu’ils disparaissent pour laisser le champ libre à leur seule incurie verbeuse et à la rareté lucrative.

Alors , il est temps de se poser les bonnes questions :

Pourquoi ces hauts-prescripteurs de l’esthétiquement vertueux, que sont les grands réseaux internationaux de la spéculation artistico- financière,  intriqués à  ceux de la haute bureaucratie culturelle nationale, nous imposent-ils d’aimer ce qu’il y a de plus détestable, de plus idiot, de plus immoral, de plus méprisable  éthiquement, de plus toxique et polluant à tous égards?

Pourquoi n’ont-ils rien à voir avec la création véritable?

 

La suite, avec nombre d'illustrations de peintures contemporaines, sont ICI

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 07:14
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 10:31

 Au secours, l’inénarrable Sarkis est de retour !

un échafaudage sacré plaqué or et un profane   un échafaudage sacré plaqué or 

et un profane
 

On le croyait retraité.. .et ben non ! Après avoir pollué la tête de milliers d’étudiants aux beaux-arts de Strasbourg pendant quarante ans de son professorat, on croyait ce conceptualo-postural exemplaire rangé des installations…et ben non ! Voilà celle qu’il vient de réaliser dans la chapelle du Château d’Angers. C’est un échafaudage plaqué or…et en voici la photo à côté d’un vrai échafaudage pour ravalement….Quel est l’abruti cultureux de service qui a commandé ça à Sarkis ? Combien ça a couté ? Combien pour Sarkis ? Combien pour la paroisse?

Source

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 10:36
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 12:40

Le neurologue Pierre Lemarquis a publié «  L’empathie esthétique, entre Mozart et Michel-Ange » aux éditions Odile Jacob, livre qui démontre que l’art devrait être remboursé par la Sécu. En effet, la Beauté d’une œuvre provoque la sécrétion de neuro-transmetteurs du bien-être, un vrai cocktail de vitalité : la dopamine, ce stimulant du désir, les endomorphines qui apaisent la douleur, l’adrénaline qui renforce l’énergie mais aussi la sérotonine, à l’action anxiolytique.  Bref, la Beauté de l’art serait un antidépresseur sans effets secondaires ravageurs… L’Art pourrait non seulement nous conduire à l’extase, mais certains spectacles effrayants pourraient s’avérer bénéfiques, grâce aux vertus cathartiques de la représentation, ce qu’Aristote notait déjà à propos du théâtre.

Mais la science du neurologue s’arrête là, n’ayant pas encore intégré, qu’aujourd’hui, tout ce qui porte le nom d’art peut revêtir des natures différentes voire antagonistes. Si voir une re-présentation, une nouvelle monstration du réel, fictionnelle, peut avoir un effet cathartique, il n’en est pas de même d’un certain art dit contemporain qui, au prétexte que « l’art c’est la vie », abolit la re-présentation au profit d’une simple présentation, voire d’une prédation du réel. De l’hémoglobine d’Opéra et du sang réellement versé lors d’une « performance » n’ont pas le même sens et ne déclenchent pas les mêmes réactions.

De même, on peut être septique de voir notre homme de science vanter les mérites du Ballon Flower de Jeff Koons, dont les formes arrondies nous renverraient vers l’enfance : si toute grande œuvre a une relation avec l’enfance, lieu d’émotions et sentiments des plus forts, on peut rêver pour l’art d’un autre destin que la régression infantile. Il serait bon de dire que si la Beauté nous offre plein de neuro-transmetteurs, la réciproque n’est pas vraie : la présence d’adrénaline ou de dopamine peut signifier la présence  de tout autre chose. Tout ce qui modifie notre humeur, nous détend et nous met en appétit de vivre n’est pas forcément Beau. Pour certains, le commérage ou la calomnie ont des effets revigorants, exaltants : où est le Beau ? Pour d’autres, lire dans un magazine people les misères des « stars » est hautement jouissif ; un accident de voiture en extasie un troisième, d’où les voyeurs qui s’amassent avec gourmandise au bord des routes. Pour le dire plus simplement : si la Beauté, incontestablement, nous émeut, tout ce qui nous émeut n’est pas forcément Beau.

La suite sur le blog de Christine Sourgins, auquel on peut s'abonner gratuitement...

 

Afficher l'image d'origine

Retrouvez tous les articles de la catégorie Regard...

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 17:51
30 millions de dollars plus tard,  le Musée de la Palestine à Ramallah est vide

30 millions de dollars plus tard,  le Musée de la Palestine à Ramallah est vide

Il ne s’agit pas d’une farce. Le New York Times rapporte que ce mercredi (18/05/16), aura lieu l’inauguration du « Musée de la Palestine » à Bir Zeit près de Ramallah. Un complexe ultra moderne et impressionnant comprenant un amphithéâtre et un jardin paysager. L’Autorité palestinienne a pour ambition d’y présenter l’art palestinien ainsi que des expositions historiques.

Ces dernières années, des dons ont été récoltés à travers le monde. 30 millions de dollars nécessaires à la construction des bâtiments ont été récoltés. Une immense campagne de promotion a suivi fixant la cérémonie d’inauguration à ce mercredi 18 mai. Une première exposition sur les réfugiés palestiniens « Never Part » figurait sur les cartons d’invitation, mais pour une raison inconnue, le conservateur du Musée n’a pas reçu les pièces à exposer à temps.

Cette situation grotesque a également fait la une des médias palestiniens qui reprochaient déjà aux architectes d’avoir construit un musée dont l’architecture ressemblait de loin…à une étoile de David.

Omar al-Qattan explique au New York Times que des centaines de convives viendront ce mercredi découvrir…un bâtiment vide. « Nous n’avons rien à exposer pour le moment, cette inauguration sera symbolique mais le 1er juin, débutera la première exposition ».

Lorsque les journalistes lui demandent pourquoi alors ne pas avoir attendu début juin pour inaugurer un musée digne de ce nom, al Qattan un peu embarrassé rétorque « les cartons d’invitations avaient déjà été envoyées, et puis le 1er juin n’est pas une date sacrée, peut-être que l’exposition débutera un peu plus tard ». En attendant ce mercredi, les convives officiels de l’Autorité palestinienne qui participeront à la cérémonie inaugurale, pourront admirer les magnifiques murs blancs du premier Musée de la Palestine.

 
Source : COOLAMNEWS
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 06:43

Mont-Saint-Michel : dans les coulisses de la restauration de l’archange

La statue dorée de l’archange qui y culmine est actuellement restaurée pour la première fois depuis 1987, par la Socra, une entreprise sise à Périgueux, qui la recouvre de feuilles d’or plus lourdes que d’ordinaire : 32 grammes au lieu des 23 grammes habituels. « On pense que ça permettra à l’or d’avoir une durée de vie plus longue puisqu’au Mont-Saint-Michel il y a tous les phénomènes : le vent, la mer, le sable et l’érosion », précise Lucie Gohard, une jeune artisane issu d’une grande famille de doreurs. La statue a beaucoup suscité la curiosité des Périgourdins. Des visites sont même organisées pour visiter l’atelier de restauration.

Cliquez sur l'image...

Afficher l'image d'origine

 

 
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 17:23

Afficher l'image d'origine

L'ART ET L'ENFANT

À l'occasion de l'exposition proposée par le musée Marmottan Monet, à Paris, une exploration des liens entre la peinture et l'enfance à travers les oeuvres des grands maîtres européens, du Moyen Âge jusqu'au siècle de Picasso.

 

C'était sur Arte dimanche 20 mars.

C'est à revoir sans tarder sur Arte Replay

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 09:25

 

Des oeuvres de Bruegel s'animent : étonnant !

Près de 450 après sa mort, les œuvres de l'artiste flamand Pieter Bruegel l'Ancien continuent de susciter fascination et inspiration. Bruegel / Unseen Masterpieces /, une expérience virtuelle qui associe de grandes collections de musées aux nouvelles technologies, donne vie aux détails et récits cachés des tableaux. Plongez dans l'univers foisonnant de Bruegel grâce à l'imagerie Gigapixel en ultra haute résolution et la réalité virtuelle. Accédez à une perspective unique et au savoir d'experts sur ce maître de la Renaissance !

​Cliquez sur la photo !  Et si vous le disiez à vos amis ? 

Afficher l'image d'origine

(Re)découvrez la catégorie Regard !

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 11:59
Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Regard
commenter cet article