Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 08:14

Faut-il braver l'Etat ? Désobéissance civile et objection de conscience.

L’Etat qui gouverne la France aujourd’hui (2007) édicte certaines lois, contraires au droit naturel et à la loi divine, auxquelles il est impossible de se soumettre. L’objection de conscience devient alors à la fois un moyen et un devoir. Mais l’objection de conscience n’est pas la désobéissance civile.

Une société marquée par le subjectivisme et le relativisme, refusant l’existence d’un bien ou d’un mal objectifs, ne peut envisager qu’il puisse y avoir une justification à la désobéissance à la loi positive, elle ne peut avoir une vue cohérente du rôle et des droits de la conscience.

D’une part, elle fait de celle-ci une référence autonome, donnant à la sincérité et à l’authenticité la place de la vérité l’autonomie seule paraît digne de l’homme à Rousseau comme à Kant.

Et d’autre part, elle tend, paradoxalement, à imposer un ordre arbitraire, émanation d’une soi-disant conscience collective, privée de transcendance et qui devient tyrannique.

Deux questions, distinctes bien que très liées, se posent : celle, très générale, de l’obéissance à la loi et donc de l’attitude face à la loi injuste, et celle du rôle de la conscience qui préside à l’application de principes fondamentaux à des cas particuliers.

la suite ...    extrait du Permanences n°439.

Partager cet article

Repost 0
Published by Petrus Angel - dans Polis
commenter cet article

commentaires